Auteur par nécessité de films d'horreurs à petit budget, Demián Rugna est probablement un homme très attaché également à la tradition étymologique. De son point de vue, un film viscéral n'est pas un vague concept détourné de critique cinéma en mal de formules faciles, non la viscéralité au cinéma est l'exploration voire l'explosion des viscères humaines animales ou même mutantes.


Un peu gore à l'occasion "When Evil Lurks", par ailleurs interdit au moins de 16 ans, est certes un film choc, choquant peut-être même pour certains, mais c'est avant tout un film intelligent, original (tout du moins dans sa première partie), qui ose s'aventurer sur des chemins peu empruntés, notamment dans son traitement.


Evidemment, le synopsis, le titre, et cette terrible affiche ne mentent pas, il est question ici de possession démoniaque, et quand deux frangins découvrent non loin de chez eux dans la campagne argentine, un corps coupé en deux, puis plus loin celui purulent et difforme mais vivant, d'un fermier rongé par le démon qui a pris possession de son corps, nous sommes en apparence en terrain connu et déjà mille fois exploré par le cinéma d'horreur.

Pourtant l'approche est souvent inattendue, les possessions sont ancrées dans des légendes qui semblent plus ou moins connues de tous, on évoque à mi-voix les nettoyeurs seuls habilités à "exterminer" les possédés pour casser la chaine de transmission de ce qui s'apparente un peu à un virus.


La frontière avec la dystopie est mince, celle avec le mysticisme plus encore lorsque sont énoncées par la mère des deux frères les règles à respecter lors de la confrontation aux possédés, pour éviter que le démon chassé d'un corps ne s'invite ailleurs.

La famille joue également un rôle très important dans la construction du récit principalement en tant que source d'angoisse, Pédro, un des deux frères est père de deux enfants dont un autiste.


A cet égard Rugna n'élude aucune question dérangeante interrogeant le rapport entre le handicap mental et le démoniaque et même celui à l'enfance qui, dira une voyante aime et protège les démons, entrainant le récit et ses personnages dans une spirale infernale de découvertes horrifiques jusqu'au double dénouement final retors, mais tout à fait dans la logique du film... Même s'il est vrai que ce "démon qui rôde" dans sa seconde partie perd un peu de son "tranchant" et de son originalité, s'orientant un temps vers un récit de résolution d'intrigue à tendance aventureuse un peu plus convenu, la proposition de Demián Rugna

est une bien agréable surprise.

Yoshii
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films de 2024 et Ça s'est passé en 2024

Créée

le 16 mai 2024

Critique lue 502 fois

17 j'aime

3 commentaires

Yoshii

Écrit par

Critique lue 502 fois

17
3

D'autres avis sur When Evil Lurks

When Evil Lurks
BullyMaguire
2

Meilleur film d'horreur de l'année askip LOL

Alors là, qu'est-ce que je viens de regarder?Comment ce film peut-il être top 1 des films d'horreur de l'année chez autant de personne?Ces questions vont me hanter bien plus que le film en lui même,...

le 31 déc. 2023

17 j'aime

8

When Evil Lurks
RedArrow
8

Le Mal propage le mal

Après avoir entendu des coups près de leurs terres durant la nuit, deux frères partent enquêter sur les lieux au petit matin. Là-bas, ils découvrent un corps extrêmement mutilé et un mystérieux...

le 31 déc. 2023

11 j'aime

6

When Evil Lurks
mymp
4

When horror sucks

Sensation hype au festival du film fantastique de Gérardmer de cette année, où il a même remporté deux prix (du public et de la critique), When evil lurks vient pourtant illustrer un bien triste...

Par

le 29 mai 2024

4 j'aime

Du même critique

Civil War
Yoshii
8

« Nous avons rencontré notre ennemi et c'est nous encore » *

Jamais peut-être depuis 1938 (et le canular fabuleux d'Orson Welles, qui le temps d'une représentation radiophonique de "La guerre des mondes" sema la panique aux Etats-Unis), une illustration...

le 15 avr. 2024

97 j'aime

23

Il reste encore demain
Yoshii
8

Des lendemains qui tabassent

Sorti en Italie au cœur de la vague d'indignation suscitée par l'assassinat de Giulia Cecchettin par son ancien petit ami (le 106ème féminicide en 2023 de l'autre côté des alpes), "C'è ancora...

le 12 mars 2024

84 j'aime

3

Furiosa - Une saga Mad Max
Yoshii
9

In George we trust

Lorsqu’en 2015, George Miller, révolutionnait le film d’action (et le post-apo) avec le sidérant Fury road, certains y voyaient un acte ultime, un chant du cygne magnifique, une œuvre inégalable et...

le 21 mai 2024

77 j'aime

14