C'est déjà depuis un certain temps, qu'au box-office japonais, l'on observait Makoto Shinkai progresser tranquillement. Mais je pense qu'on n'aurait absolument pas imaginer qu'un de ses films deviendrait si important dès maintenant, et écraserait des Ghibli... Des Ghibli ! Le film quitte le Japon, le voilà qui fait un carton en Chine, et il s'exporte bientôt un peu partout. Aux États-Unis, le voilà qui fait une petite entrée sympathique également. Et depuis le 28 décembre, le voici en France. Un début modéré chez nous, ce qui n'est pas spécialement étonnant, vu la distribution minime du film...


Mais que vaut vraiment Kimi no Na wa (ou Your Name, de son titre ici) ? ! PRESENCE DE SPOILS !


C'est fidèle à lui-même, que Makoto Shinkai nous redonne une de ses romances poétiques dont il a le secret. Mais ici, pas d'histoire de chute de pétales de cerisiers, comme dans 5cm par secondes, ou de réunion dans un jardin public par temps de pluie, comme dans The Garden of Words... Ici, on parle d'une comète sympathique du nom de Tiamat. Certain n'y trouveront aucune poésie, mais tant pis, c'est votre vision des choses.
Le film démarre avec cette contemplation d'une météorite tombante, suivie d'une première musique du groupe RADWIMPS. Choix musical étonnant pour une romance, puisque que des chansons aussi vives n'y sont pas communes. On pourrait dire que ça gâche tout, il n'en est rien, car cela procure une certaine dynamique au film. On observe trois musiques principales : une au début, faisant office de générique (non sans rappeler un opening d'anime d'ailleurs), une au milieu, et une à la fin, pour clore le film.
Leur position n'est aucunement hasardeuse. La première chanson, est bien évidemment un générique, une mise en bouche. Une brève présentation en image du thème du film (avec notamment le "fil rouge du destin" symbolisé par la tresse de Mitsuha, qui joue un rôle important dans le film). La seconde, celle sur laquelle certains pourraient le plus s'interroger, est pourtant très importante. Le deuxième morceau (Zen zen zense), marque une transition entre les deux parties du film, soit la première assez drôle et légère, et la seconde, plus rapide, dramatique et sérieuse. J'y reviendrai d'ailleurs plus tard. La troisième, concluant le film, donne une dernière note, à la fois triste et joyeuse au film. Un mélange acidulé, quelque chose qui retourne.
Les autres musiques d'ambiance sont impeccables. Sur le plan audio, Your Name est vraiment magnifique.


Passons au visuel... Visuellement, que dire de Your Name...? C'est coloré, détaillé, on se soucie sans cesse du décor, qui est d'ailleurs vraiment sublime. L'animation est fluide, et j'ai eu un gros coup de coeur pour la scène du tout début, quand la météorite fend les nuages. Il y a aussi un passage, quand Taki boit le saké de Mitsuha, et se retrouve projeté avec le fil rouge. Les graphismes prennent alors un style différent, surtout en terme de colorisation, avec des contours colorés, des tons pastels, ou bien plus "flashy". Ce style est non sans rappeler les œuvres d'Akiakane, une autre artiste japonaise. Bref, encore une fois, une belle preuve qu'en 2D, l'animation japonaise n'a pas perdu de sa superbe, et ne cesse de nous épater.


Et si l'on en passait au film en lui-même...?
Your Name se fait en deux parties. La première partie pose le décor : c'est Taki et Mitsuha, qui échangent de corps, et mettent le bazar dans la vie de l'autre. Taki apprend la vie de campagne, et découvre ce qu'est d'être une fille. Quand à Mitsuha, qui rêvait de vivre en ville, la voilà dans le corps d'un tokyoïte. Une partie drôle, notamment avec la séduction de la collègue pour qui Taki à le béguin, les réactions de la sœur de Mitsuha, et de tout l'entourage des personnages quand ils reviennent dans leurs corps respectifs. Quelque chose qui aurait tout d'une comédie romantique pour adolescents...
Mais là arrive la seconde partie, quand les deux jeunes gens cessent d'échanger leurs corps. Taki cherche à joindre Mitsuha, et découvre alors que la ville où elle habitait à été rayé de la carte par une météorite... il y a trois ans ! La jeune fille serait alors décédé dans l'incident. Mais Taki est certain d'avoir vécu tout ça, et cherche à comprendre.
Se mêlent alors croyances shinto, et autres éléments fantastiques.
La tresse de Mitsuha, qu'elle lui a donné il y a trois ans de cela, mais dont il ne se souvient pas, est fait à partir de fils tressés, représentation du dieu de la région : Musubi. Musubi se charge du temps, et de tout ce qui touche à l'âme humaine. C'est donc en faisant appel à Musubi, que Taki, en buvant le saké de Mitsuha caché dans le sanctuaire du Dieu, parvient à remonter le temps, et échanger à nouveau de corps avec Mitsuha dans le but de la sauver, elle, et le village, de la météorite qui arrive. Tout marche grâce à Musubi, présent dans la tresse de Mitsuha. Taki cherche donc à sauver tout le monde, mais ne parvient pas à grand chose. Il cherche alors à retrouver Mitsuha, alors dans son corps. Les deux protagonistes se rencontrent enfin, mais ne peuvent pas se voir. Ce n'est qu'au crépuscule (désigné comme instant court en dehors des limites du temps au tout début du film), qu'ils parviennent à se parler, et à échafauder un plan pour sauver la ville. Ils se promettent de se souvenir de l'autre, de leurs noms respectifs... Malheureusement, quelques secondes après le crépuscules, Taki oublie, et Mitsuha finit également par perdre ce souvenir pourtant si précieux.
Finalement, la ville est sauvée. Cinq ans après, on peut observer ce que sont devenus tous les personnages secondaires, et on retrouve Taki, qui cherche un job... mais toujours Mitsuha aussi. Le film se conclut par une rencontre des deux protagonistes, certains de se connaître sans pouvoir se rappeler pourquoi, qui se demandent alors leurs noms.


Your Name possède une vraie fin. Une vraie conclusion. Les choses ont un lien logique, tout est expliqué (les explications sont souvent avant l'évènement, c'est pourquoi je pense que pour apprécier pleinement l’œuvre, deux visionnages sont peut être nécessaires). Les personnages secondaires ont le droit à une fin eux aussi : la petite soeur va à l'école à Tokyo, le pote à lunettes finit fleuriste, et la collègue est mariée et enceinte.


Your Name, c'est une histoire d'amour à travers le temps, l'espace, et ébranlée par une catastrophe naturelle (la météorite ayant rasé le village de Mitsuha). Tout ceci avec la forte emprise de la religion shintoïste, puisque rien ne se serait fait sans Musubi (merci Musubi). L'échange de corps, c'est Musubi (les prêtresses shinto de la famille échangent toute leurs corps dans leur jeunesse), les tresses c'est Musubi, le saké, c'est Musubi... Un Deus Ex Machina ? Non, puisqu'il a toujours été là. Musubi a toujours été invocable, il n'est jamais apparu parce que les héros en avaient besoin.
Pour un européen, certaines scènes peuvent être étranges (notamment la scène de fabrication du saké), et l'histoire de religion un peu dérangeante (on a pas trop de shinto ici uh uh), mais ce n'est là qu'un point culturel, qui ne nuit pas à la qualité du film.


Your Name, c'est ce genre de film, où tu restes collé au siège à la fin de la séance, et que tu te dis "En fait... c'était bien...". Tu demeures en transe, devant le générique, tu réalises que tu as vu quelque chose d'énorme. C'est beau, c'est drôle, c'est triste aussi. C'est innocent et sérieux en même temps. C'est magique. Ça fait voyager. C'est la pureté des sentiments d'adolescents, sur un fond de surnaturel, tenu par la main par des problématiques liées à la distance à travers le temps et les lieux, ou telles que l'oubli, les conséquences d'une catastrophe naturelle etc.
On peut douter de la qualité de l'oeuvre avant de la voir, mais une fois visionnée, il n'y a plus de doutes à avoir : Your Name est un bon film.


Alors pourquoi pas 10 ? Déjà, faut trouver les cinémas qui le passent (aka devoir aller dans un cinéma à plus d'une heure de chez soi), mais il manque quelque chose aussi... Enfin, il manque quelque chose de plus fort, quelque chose de marquant, il manque encore le petit truc qui se grave dans les cœurs, qui va jusqu'à te toucher au plus profond de ton âme, pour que ça soit un chef d’œuvre. De plus, le film est un peu long parfois, je pense par ailleurs à la conclusion, où un moment, Taki se répète. (il dit limite la même chose, c'est saoulant. On a envie de dire "C'est bon, on a comprit, ça suffit")


Allez, 9/10. Pour le prochain film de Makoto Shinkai, on verra si il peut nous faire mieux ~
Depuis Your Name, je pense pouvoir placer bien plus d'espoir en ce réalisateur. Son style s'affirme de films en films, il gagne de l'expérience, et je pense qu'on pourra espérer beaucoup de lui dans l'avenir.


En tout cas, Your Name était finalement une belle surprise. Franchement, merci de nous l'avoir fait parvenir en France, c'était une formidable initiative.

Maenn
9
Écrit par

Créée

le 30 déc. 2016

Critique lue 9.7K fois

7 j'aime

Maenn

Écrit par

Critique lue 9.7K fois

7

D'autres avis sur Your Name.

Your Name.
Sergent_Pepper
6

A nos corps dépendants

Question : que dire d’un film qu’on a pas entièrement compris ? Option N°1, dite du melon : c’est n’importe quoi, ça ne veut rien dire. Option N°2, dite de l’humble : je suis limité...

le 9 févr. 2017

137 j'aime

23

Your Name.
Behind_the_Mask
9

What is love ?

Romantique, mélancolique, lyrique, Makoto Shinkai est un peu tout cela à la fois. Mais de manière un peu trompeuse, à vrai dire. Ses moyens métrages répondent à l'ensemble de ces canons, tant 5...

le 3 déc. 2017

124 j'aime

19

Your Name.
L_Otaku_Sensei
10

Your Name ou l'histoire d'une séance de cinéma que je n'oublierais jamais !!!

13 Janvier 2017....une journée qui commençait comme toutes les autres, ordinaire, j'avais enfin ce jour là l'occasion tant attendue d'aller voir Your Name, dernier long métrage en date. Succès...

le 14 janv. 2017

89 j'aime

35

Du même critique

Your Name.
Maenn
9

Une surprise ou...?

C'est déjà depuis un certain temps, qu'au box-office japonais, l'on observait Makoto Shinkai progresser tranquillement. Mais je pense qu'on n'aurait absolument pas imaginer qu'un de ses films...

le 30 déc. 2016

7 j'aime

Lookism
Maenn
9

Tout n'est qu'une histoire d'apparences...

! Présence de spoils ! Daniel Park est un garçon enrobé, peu populaire, et pas forcément un génie non plus, qui change d'école après des années de harcèlement. Il arrive à Seoul, où la terrible...

le 30 avr. 2018

2 j'aime

Flowers for Algernon
Maenn
9

Une nouvelle mauvaise réadaptation ou...?

Présence de beaucoup de spoils Étant une grande fan de "Des Fleurs pour Algernon", de Daniel Keyes, je me suis tapée toutes les adaptations cinématographique, et cette série. Et ce que j'ai noté,...

le 29 déc. 2016

2 j'aime