À vos Ordos, colonel !

Avis sur Dune II : La Bataille d'Arrakis sur PC

Avatar Camden
Test publié par le
Version PC

Dune II, dont le développement est complètement décorrelé de celui de la précédente adaptation de l’univers de Frank Herbert, est le premier jeu de stratégie en temps réel. Il y a eu quelques précurseurs, mais c’est lui qui a vraiment posé les bases du RTS « à la Westwood », qui sont devenues par la suite les bases du genre tout court.

J’ai joué pour la première fois à Dune 2 à sortie, en 1992 (j’avais 5 ans). J’ai passé plusieurs centaines d’heures dessus et en ai gardé un souvenir incroyable. Le jeu propose 3 campagnes de 9 missions. À l’époque, j’en avais en gros bouclé 8 chez Atréides, 8 pour les Harkonnen et 5 avec les Ordos. Il faut dire que le jeu a un niveau de difficulté honorable et que je ne savais pas lire. J’ai donc su ce qu’était un sardaukar avant de savoir qu’était par exemple, du miel ou encore une sardine voire une poignée de porte. Inutile de vous dire qu’à l’école primaire, ça créait des situations bizarres*. Par la suite, j’ai repris le jeu deux ou trois fois, en mémoire du bon vieux temps. Puis, sur une envie maladive de RTS, j’ai décidé de le refaire sérieusement.

Et bien, ça se parcourt toujours avec plaisir, même les premières missions où l’on dispose de peu d’unités et où l’on doit faire du farming. Certes, certains points de l’ergonomie sont antédiluviens (cliquer sur « Aller à » avant d’indiquer la destination ; si une cible est détruite, l’unité qui partait l’attaquer s’arrête ; pas de sélection groupée…) mais d’autres sont étonnamment modernes (la mini-map bien gérée, le choix des missions, l’épice et les vers des sables, les upgrades de bâtiments…). Mais ce qui frappe le plus, c’est la richesse du jeu : ses constructions folles (les pièges à vent, le spatioport…) et ses unités variées d’une Maison à l’autre (des volantes, en 92 quand même ; des spéciales très funs…). L’I.A. était honorable, assez agressive, ce qui est agréable. Bon parfois, les unités joueurs comme ennemies semblaient ne pas y voir à 10 mètres mais, dans ces temps anciens, les exploit de bugs étaient encore un plaisir, on aimait ce genre de gameplay émergent (aujourd’hui l’eugénisme qualitatif est de rigueur : on coupe tout ce qui qui dépasse).

Graphiquement, sur PC, le jeu était une prouesse technique pour l’époque mais c’est encore aujourd’hui une claque artistique : la lisibilité est parfaite, tout est cohérent, les artworks donnent instantanément au space opera sa dimension épique. Le jeu est très sobre (less is more) tout en n’oubliant pas l’essentiel (des feedbacks visuels ultra travaillés, des effets wahou là où il faut). Côté bruitages et musique, on est pas mal non plus même si c’est d’époque (palette limitée, des éléments sonores électro-orientaliste très classiques).

Un classique, formateur, rarement égalé.

* En CP, on devait lire un texte de notre choix devant la classe, j’ai lu la trahison du docteur Yueh.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 845 fois
3 apprécient

Camden a ajouté ce jeu vidéo à 6 listes Dune II : La Bataille d'Arrakis

Autres actions de Camden Dune II : La Bataille d'Arrakis