Push it to the limit - Critique JV #11

Avis sur The Witcher 3: Wild Hunt sur PlayStation 4

Avatar Nico Vetti
Test publié par le
Version PlayStation 4

Plus de 2 mois et 73H de jeu, c'est le temps qu'il m'aura fallu pour voir le bout de ce troisième et dernier opus de la trilogie The Witcher et autant dire que les débuts n'ont pas été facile du tout, très loin de la même avec un premier épisode techniquement à la ramasse tant au niveau technique (impardonnable à mon sens) qu'au niveau graphique (un peu plus pardonnable mais avec une grande réserve lorsque l'on voit ce que certains softs proposaient à la même époque) je vous renvoie d'ailleurs pour une analyse plus en détail vers ma critique du jeu : https://www.senscritique.com/jeuvideo/The_Witcher_Enhanced_Edition/critique/131148331
Un second opus ou l'appréhension est présente après de tels déboires sur le premier mais qui se révèle être une surprise car la plupart des défauts de son aîné y ont été corrigés et revus entièrement pour une expérience améliorée avec un vrai scénario, un vrai travail technique et graphique et de vrais bonnes idées qui vont finir de montrer que CD Projekt a appris de ses erreurs pour nous offrir un jeu dans la moyenne des bons jeux de cette époque. Je vous invite d'ailleurs encore une fois à vous référer à ma critique du jeu pour rentrer plus en détails sur certains aspects : https://www.senscritique.com/jeuvideo/The_Witcher_2_Assassins_of_Kings/critique/131155322
Mais voici que je me retrouve à présent face à ce dernier opus pensé pour planter la dernière pierre à l'édifice de cette trilogie et après un second opus qui savait remonter la pente l'attente était au rendez vous plus que jamais et nous allons voir ici si CD Projekt a su tenir ses promesses ou si l'ultime opus de la série n'est qu'un pétard mouillé.

Intrigue familiale explosive

Qui dit nouvel opus dit continuation de l'histoire et c'est un Geralt ici plus dur et complexe que jamais que l'on retrouve après un cliffhanger à la fin du second opus qui laissait présager une guerre totale dans le présent opus. Cependant de prime abord il n'en est rien et on se rendra très vite compte que même si le contexte du jeu sonne comme une période de guerre froide les conflits armés sont très peu existants ou du moins très peu visibles tout le long de l'aventure même si le jeu n'aura de cesse de nous rappeler que le monde va mal et que la guerre fait rage et affecte tout le monde. Geralt sera cependant lié à cette guerre silencieuse dans son intérêt personnel et quand bien même ce dernier a horreur de la politique et encore plus de devoir y prendre part, mais ici la raison est plus que bonne car l'un des empereurs auteur de cette guerre Emhyr Var Emreis se trouve être le père de Ciri une jeune femme que Geralt considère comme sa fille adoptive depuis que celle-ci à suivie une formation de sorceleuse à Kaer Morhen avant de disparaître quelque temps après car porteuse du sang ancien elle dispose d'un pouvoir que des forces énormes veulent contrôler bien souvent pour faire le mal.
La requête de Ehmyr sera alors simple : Retrouver sa fille et la ramener saine et sauve devant lui. Cette requête en apparence simple va se révéler extrêmement difficile dès lors que la Chasse Sauvage une unité d'elfes monstrueux et extrêmement puissants va se mettre à la poursuivre pour utiliser ses pouvoir. Ce sera donc à Geralt de retrouver et de protéger celle qu'il considère comme sa fille.

Voila pour le pitch de base de ce The Witcher 3 et je pense qu'il n'est pas utile de faire durer plus longtemps le suspens, le scénario fonctionne et vient nous mettre une claque gigantesque et ce accompagné d'un univers et d'un lore propre à la série que je n'avais plus vu depuis une certaine saga du nom de Metal Gear Solid. CD Projekt sait gérer son univers et ce sans le moindre doute on y retrouve la quasi totalité des têtes rencontrées dans les opus précédents (et d'autres dans les DLCs qui sont déjà en ma possession mais dont je parlerais plus tard dans une autre critique) et beaucoup des lieux traversés auparavant vont venir titiller notre nostalgie et nous procurer un certain pincement lorsqu'il nous sera donné entre autre de retrouver Kaer Morhen dans son plus belle apparat avec un nouveau moteur graphique qui nous en met plein la vue. L'ensemble de l'aventure est merveilleuse et je me retiens d'être vulgaire pour exprimer à quel point les environnements traversés dans ce The Witcher nous décollent des claques comme on en a rarement prises dans le monde du jeu vidéo, chaque lieu à son âme chaque recoins de la carte ressasse des merveilles d’architectures à visiter il faut dire que CD Projeck a fournit un travail titanesque que l'on ne retrouve vraiment plus de nos jours quasiment, l'amour du jeu vidéo pointe à chaque recoin, à chaque idée (on y reviendra plus tard) le monde ouvert est si intelligemment utilisé et déborde de vie on ne sait plus ou donner de la tête tant chaque petit point de la carte nous appelle et n'attends que d'être découvert. Les personnages sont plus beaux que jamais, leur doublage est parfait je n'ai pas perçu la moindre fausse note la ou celui du 1 était assez moyen voir presque mauvais. Le jeu dispose d'ailleurs d'un total de 3 cartes (sans compter le chateau d'Ehmyr ou Kaer Morhen) qui pour 2 d'entre elles sont vraiment titanesques on en vient à se demander comment le studio a humainement pu nous pondre tout ça en si peu de temps d'autant que l'on ne parle pas de cartes bâclées à l'image du triste MGS V (et pourtant dieu sait que j'aime cette série) mais bel et bien de cartes travaillées et diversifiées ayant chacune leurs particularités et leurs environnements propres des terres enneigés aux montagnes en passant par les plaine ou les villes gigantesques et sans oublier les îles disparates de Skellige le jeu est une véritable lettre d'amour pour le joueur qui se perd dedans allant même jusqu'à le noyer de contenu parfois et même si cela n'est pas un défaut en soit on peut parfois se demander quand verra t-on la fin de cette épopée voir comme je m'en suis moi même étonné reprocher ce trop plein de contenu mais comment compter ça de manière négative lorsque ce The Witcher contient l'équivalent de 3 bons jeux actuels et encore je suis gentil l'attention est vraiment sans fin et les DLCs viennent à nouveau prouver ça nous le verrons.
Du point de vue des ennemis aussi le jeu nous comble et nous met face aux plus grands antagonistes de la série avec cette chasse sauvage qui vient sublimer ce récit plus que jamais, imposants, effrayants, charismatiques, voila comment décrire ce groupe d'ennemis menés par un trio non moins charismatiques nous offrant des scènes de combats épiques et titanesques comme on en voit rarement encore une fois dans le jeu vidéo. Seul petit point noir qui n'en est pas vraiment un : L'histoire met énormément de temps avant de démarrer et même si elles elles sont extrêmement passionnantes on passe bien une vingtaine d'heures à effectuer des quêtes qui ne sont pas directement liées à la recherche de Ciri ou à la chasse sauvage mais celle-ci sont d'une très grande maîtrise et nous capte sans nous lasser une seconde de ce fait on n'y prête pas véritablement attention une fois dedans tant l'univers a bien plus à nous raconter qu'une simple histoire de recherche et on ne va pas s'en plaindre le tout étant en plus sublimé par un gameplay et un travail technique juste parfait et qui n'est pas sans rappeler d'autres jeux.

Pot-pourri de bonnes idées

Car oui The Witcher 3 ne dispose pas simplement d'un univers et d'un scénario ensorcelant et merveilleux il est aussi sublimé par un gameplay et un travail technique qui ferait sans conteste rougir bon nombre de jeux à l'heure actuelle et si on pouvait lourdement critique cet aspect dans le premier épisode des aventures de Geralt ici CD Projekt se surpasse et surpasse la concurence pour s'asseoir sur le trône aux côtés des plus grands.
Les combats ont été améliorés encore une fois et la maîtrises des mouvements se fait très rapidement plus encore que dans le 2 la palette de coups nous permet de véritablement se battre avec style et ceux qui débloqueront les compétences les plus hautes en attaque auront même l'occasion de voir une référence au premier opus avec un style de combat inédit reprenant les animations de combat de celui-ci (le côté horrible en moins je vous rassure) bref rien à dire de ce côté la le travail est à la hauteur et d'autant plus en terme de level design ou les donjons et les quêtes sont vraiment bien construites pour que jamais le joueur ne soit ennuyé (à moins qu'il ne le désire car le choix est presque toujours laissé au joueur d'arpenter la route par ses propres moyens si ils désirent tout explorer) le tout est intelligemment amené et tellement fluide qu'on se surprend à passer des heures et des heures sur le jeu tant la succession des quêtes et le rythme est soutenu par ce level design ingénieux. Du point de vue du game design aussi on se retrouve comme dit dans l'entête de cette partie face à une sorte de pot-pourris de ce que les autres jeux on de meilleur à offrir et il est incroyable de voir à quel point le jeu parvient à se renouveler dans son gameplay et ses mécaniques de jeu et même après 50H de jeu on est surpris par de nouvelles subtilités dans ledit gameplay il est d'ailleurs à noter que l'inspiration de la série des Elder Scrolls est très présente mais sans jamais tourner à une sorte de plagiat des mécaniques The Witcher adaptant le tout et parvenant sans mal à surpasser le maître dans ses idées et ses approches développant d'autant plus par exemple ses quêtes sur le plan scénaristique notamment.
On passe aisément de la protection de personnage à la course de chevaux puis sur des combats en arène avec retournement de situations et autres joyeusetés et enfin terminer avec de belles parties de cartes car oui non content de nous offrir un gameplay et des mécaniques aux petits oignons CD Projekt n'arrête pas sa folie et va jusqu'à créer son propre jeu de carte et... Bordel ça marche ! Développant ses propres règles ce jeu de carte nommé "gwynt" promet des parties avec de nombreux retournements de situations et de nombreuses subtilités qui viennent rendre les parties endiablées à tel point qu'aujourd'hui ledit jeu est devenu une extension à part entière jouable en ligne contre d'autres joueurs bien réels cette fois et possédant même son propre jeu nommé "Thronebreaker" ! Au final sur le plan technique CD Projekt parvient à innover et amener plus de nouveautés que de nombreuses séries durant toute leur longévité et le studio montre qu'il sait apprendre de ses erreurs pour en sortir véritablement plus fort et encore le mot est ici faible car c'est une véritable orgie de bonne idées appuyant un scénario travaillé et profond qui ravira même ceux qui ne sont pas adepte de la fantasy médiévale.

Conclusion

Même si il est surement inévitable d'oublier certaines choses sur cette pépite qu'est The Witcher 3 une chose est sûre le jeu se pose comme un monument du jeu vidéo et non content de revenir plus fort que jamais CD Projekt vient littéralement raffler le prix du meilleur jeu de la PS4 ou du moins l'un des meilleurs et parvient sans conteste à surpasser ses modèles et ce grâce à des environnements qui en mettent plein la vue et fort d'un travail titanesque, d'un lore à la hauteur desdits environnements, de mécaniques de jeu qui sont tellement bien pensées et amenées et d'un scénario puissant et vaste incarné par des personnages magistraux et des antagonistes non moins magistraux le tout additionné de quêtes annexes nombreuses et merveilleusement bien écrites elles aussi promettant une aventure longue et palpitante comme on en voit plus beaucoup à ce niveau aujourd'hui. CD Projekt nous livre une lettre d'amour à destination des joueurs du monde entier et une mine de savoir faire pour les autres développeurs qui n'ont qu'une chose à faire en prendre de la graine pour leurs prochains jeux. Je n'ai qu'une chose à dire ici : Merci CD Projekt !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1026 fois
12 apprécient

Nico Vetti a ajouté ce jeu à 4 listes The Witcher 3: Wild Hunt

Autres actions de Nico Vetti The Witcher 3: Wild Hunt