👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Petit résumé de mes réactions au cours de The Last of Us :


  • Prologue : « ok sympa, jolie prise de risque. »

  • Zone de quarantaine : « assez joli, gros couloir. Mouais »

  • Jusqu’au capitole : « mouais mouais… rien d’exceptionnel »

  • La ville de Bill : « Ah ouais, c’est vraiment chouette visuellement ! »

  • Pittsburgh : « mmmh mmmh. Sentiment de déjà-vu »

  • Les égouts : « mmmh. Chouettes les relations. »

  • Le Barrage : « ah ouais. Ah ouais ! »

  • L’université : « Putain… O_O ! Non pas lui ! »

  • L'hiver : « Non ! Ils vont pas oser… Non… putain non ! Mon dieu… O_O »

  • L'hopital : « Putain sa mère O_O. putaaaaain ! Roooh !!! »

  • Epilogue : « OK…. »

  • 5 min plus tard : « mon dieu…. »

  • 10 min plus tard : « …. »

  • 15 min plus tard : « …. Putain. »

  • 5 ans plus tard : « …. Putain. » (← édité en septembre 2018)


The Last of Us nous fait passer par tous les stades. Du joueur blasé ayant déjà vu et revu 1000 fois ce genre de mécaniques, aux larmes, en passant par le choc, l’insoutenable et j’en passe.
C’est sûrement le jeu le plus “dur” que j’ai pu faire. Mais bordel, un des plus humains, des plus vrais. Un des rares titres qui vous fait vraiment ressentir quelque chose. On surpasse le 7e art sur bon nombre de points, on transcende le jeu-vidéo pour vivre une véritable histoire.

La dernière fois que j’avais ressenti cela, c’était pour Red Dead Redemption. Un jeu adulte peaufiné à l’extrême et dans lequel les relations entre personnages sont justes, matures, bien amenées, bien traitées. The Last of Us m’y fait penser énormément. La relation Joel-Elly est forte, très forte et on se retrouve très souvent le cœur serré (surtout à partir du Lac où ça devient complètement dingue). Mieux, à l’instar de RDR, on évite tous les clichés tout en reprenant les codes du genre. Détourner ce qui existe pour en faire sa propre identité et les surpasser. Ils sont forts chez Naughty Gods. Oh oui !

Mais le pire, c’est que le gameplay suit derrière. C’est bien pensé, les phases d’infiltration sont jouissives au possible, l’aspect survie est simple mais efficace (et a un réel impact sur la difficulté) sans être contraignant, la liberté laissée au joueur aux petits oignons (on reste tout de même dans un couloir tout le jeu), etc, etc. Sans compter que visuellement, on reste très proche d’Uncharted 3. C’est-à-dire ce qu’il se fait de mieux sur cette gen. Il y a plus d’aliasing que dans ce dernier, mais les décors l’expliquent aisément. On reste souvent bouche bée devant le nombre de détails que recèle chaque pièce, chaque baraque, chaque décors. Un travail d’orfèvre à ce niveau.

Bref, The Last of Us, c’est une putain d’aventure qui se vit, se ressent et se savoure. Il n'y a pas l'effet “Waouh” qu'on peut ressentir dans les blockbusters habituels, mais une grande finesse d'écriture bien plus agréable et bien plus marquante. Ce qu'il fait, il le fait bien. Un des derniers grands jeux de cette gen à ne pas louper.

imiduno
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes et [2013] Jeux vidéo terminés

il y a 9 ans

246 j'aime

22 commentaires

The Last of Us
Lehane
10

Lettre à Ellie

Ça fait quatre jours, moins de quatre-vingt-seize heures, et je ne m'en suis toujours pas remise. Oui, j'ai peur, parce qu'il faut que j'écrive à quel point j'ai aimé The Last of Us. Je dois,...

Lire la critique

il y a 8 ans

122 j'aime

41

The Last of Us
Plug_In_Papa
9

My first, my last, my everything.

Il y a parfois des jeux dont le statut dépasse le contenu et The Last of Us fait partie de ceux-là. Un studio réputé, une sortie sur les derniers mois d'une génération de console et surtout une...

Lire la critique

il y a 7 ans

68 j'aime

10

The Last of Us
Erwan
10

« The Last of Us », il va y avoir des spores

Ellie n’a pas l’air dans son assiette. Il y a un truc qui cloche. Elle reste en retrait, un peu perdue. On aurait pu passer à côté, ne pas remarquer ce comportement étrange, mais après plus d’une...

Lire la critique

il y a 9 ans

67 j'aime

7

Journey
imiduno
10
Journey

Ce soir j'ai trouvé un compagnon.

Ce soir je me suis assis dans le canapé. J'ai pris une manette dans les mains. Je me suis retrouvé dans le désert, perdu. Un compagnon est alors apparu. Un parfait inconnu. Nous avons marché...

Lire la critique

il y a 10 ans

84 j'aime

7

Detroit: Become Human
imiduno
8

Critique de Detroit: Become Human par imiduno

Sceptique, je l'étais. Et pas qu'un peu. On regarde toujours les petits ovnis de Quantic Dreams d'un coin de l'œil en se demandant ce que ça vaut et si, invariablement, on finira encore déçu. Et si...

Lire la critique

il y a 4 ans

35 j'aime

4

Batman: Arkham Origins
imiduno
7

Excellent jeu. Mais non.

Postulat initial : Origins est une copie de City. Argument : City est un bon jeu. Corollaire : Origins est un bon jeu. Constat final : Oui mais non. Batman : Arkham...

Lire la critique

il y a 8 ans

26 j'aime