2019 : En tournant les pages...

Avatar Aurea Liste de

7 livres

par Aurea

Lectures pour bien commencer l'année et c'est Zola qui ouvre la liste avec La Curée, fabuleux roman où l'auteur, en démiurge vulcanesque nous offre un Paris dépecé sur un plateau d'argent.
Et les autres suivront. En cours Paul Verlaine et Les Prodiges de la vie de Zweig

En couverture : « Portraits impressionnistes » au féminin, exposition 2016 au musée des Beaux-Arts de Bernay, en Normandie, dont cette jeune femme lisant.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • La Curée (1871)

    Sortie : 1871. Roman.

    Livre de Emile Zola

    "La nuque appuyée contre le bord capitonné de la calèche, elle semblait dormir les yeux ouverts. Elle songeait, inerte, livrée aux rêves qui la tenaient ainsi affaissée, et, par moments, de légers battements nerveux agitaient ses lèvres. Elle était mollement envahie par l’ombre du crépuscule ; tout ce que cette ombre contenait d’indécise tristesse, de discrète volupté, d’espoir inavoué, la pénétrait, la baignait dans une sorte d’air alangui et morbide. Sans doute, tandis qu’elle regardait fixement le dos rond du valet de pied assis sur le siège, elle pensait à ces joies de la veille, à ces fêtes qu’elle trouvait si fades, dont elle ne voulait plus ; elle voyait sa vie passée, le contentement immédiat de ses appétits, l’écœurement du luxe, la monotonie écrasante des mêmes tendresses et des mêmes trahisons."

    D'une noirceur et d'une richesse sans nom : on est pris par cette violence, ces exubérances de l'or et de la chair qui font qu'on en oublie un peu ces quelques longueurs où Zola nous immerge et nous noie dans la folie immobilière.
    Une "Curée" qui porte bien son nom : impressionnante plongée dans l'enfer des transactions où la chute, après l'ascension, est inéluctable.
  • Contes du jour et de la nuit (1885)

    Sortie : 1885. Recueil de contes.

    Livre de Guy de Maupassant

    La Parure, sublime, indissociable du recueil, découverte au lycée et l'envie de replonger dans l'univers, tour à tour drôle, grinçant et charnel de Maupassant au travers de ces contes que j'ai voulu tous explorer.

    Extrait de Rose, l'une des délicieuses nouvelles du recueil :

    Mme Margot sourit à peine et prononça, à voix basse :
    " Je t'assure que c'est très amusant d'être aimée par un domestique. Cela m'est arrivé deux ou trois fois. Ils roulent des yeux si drôles que c'est à mourir de rire. Naturellement, on se montre d'autant plus sévère qu'ils sont plus amoureux, puis on les met à la porte, un jour, sous le premier prétexte venu, parce qu'on deviendrait ridicule si quelqu'un s'en apercevait."
  • La Ballade de l'impossible (1987)

    ノルウェイの森 (Noruwei no mori)

    Sortie : 1987. Roman.

    Livre de Haruki Murakami

    Découverte de Murakami dont je n'avais encore rien lu.

    "Si je t'ai blessé, c'est que ta blessure est aussi la mienne. Alors, ne m'en veux pas. Je suis un être inachevé. Bien plus que tu ne le crois."

    Belle surprise pour moi que cette première lecture d'un auteur dont on m'avait parlé et pas toujours en bien.
    Que justice lui soit rendue : j'ai aimé le côté tendre et cru de ce roman, jamais vulgaire et empreint d'une poésie à laquelle je ne m'attendais pas.
    Watanabe, Naoko, Midori et Reiko, autant de personnages qui vont désormais hanter ma mémoire au fil du temps.
  • L'Immortalité (1990)

    Nesmrtelnost

    Sortie : 1990. Roman.

    Livre de Milan Kundera

    Début du roman : il m'a captivée.

    "Peu après je voulus me remettre à observer la dame (entre 60 et 65 ans) mais la leçon était finie.
    Elle s’en allait en maillot le long de la piscine et quand elle eut dépassé le maître nageur de quatre à cinq mètres, elle tourna la tête vers lui, sourit, et fit un signe de la main.

    Mon coeur se serra. Ce sourire, ce geste, étaient d’une femme de vingt ans ! Sa main s’était envolée avec une ravissante légèreté.
    Comme si, par jeu, elle avait lancé à son amant un ballon multicolore. Ce sourire et ce geste étaient pleins de charme, tandis que le visage et le corps n’en avaient plus.

    En tout cas, au moment où elle se retourna, sourit et fit un geste de la main au maître nageur (qui ne fut plus capable de se contenir et pouffa), de son âge elle ne savait rien. Grâce à ce geste, en l’espace d’une seconde, une essence de son charme, qui ne dépendait pas du temps, se dévoila et m’éblouit. J’étais étrangement ému."

    Oui, le début m'avait captivée et je pensais poursuivre sur ma lancée, mais ce manque d'action véritable où personnages et histoires ne sont que des prétextes permettant à Kundera de déployer sa pensée et ses thèmes favoris m'a un peu lassée.
    Une histoire riche mais compliquée à suivre : une lecture exigeante qui ne m'a pas comblée, je l'avoue, en dépit de l'intérêt qu'elle présente.

  • Paul Verlaine (1901)

    Sortie : 1901. Essai et biographie.

    Livre de Stefan Zweig

    Le "pauvre Lélian"

    "J'ai la fureur d'aimer. Mon cœur si faible est fou.
    N'importe quand, n'importe quel et n'importe où,
    Qu' un éclair de beauté , de vertu, de vaillance
    Luise, il s'y précipite, il vole, il s'y lance,
    Et, le temps d'une étreinte, il embrasse cent fois
    L'être ou l'objet qu'il a poursuivi de son choix;
    Puis, quand l'illusion a replié son aile,
    Il revient triste et seul bien souvent, mais fidèle,
    Et laissant aux ingrats quelque chose de lui,
    Sang ou chair.

    Paul Verlaine
    Toujours une lueur, tel un sourire doux amer, quand Verlaine parle de son enfance....Souffrance, soupir songeur ou reproche plaintif--dans les strophes tendres et d'une infinie mélancolie écrites en prison, ou dans les
    "Confessions", ce portrait en prose qui respire la vanité, la sincérité outrée et la coquetterie --, toujours on rencontre ce rythme hésitant et plaintif.

    Il y a de l'admiration pour l'œuvre de poésie, pour son art, beaucoup moins pour l'homme à la personnalité «féminine, fragile et on ne peut plus négative» doté d'une «extrême faiblesse psychique et morale». L'ouvrage Paul Verlaine comporte également des traductions de poèmes de Verlaine par Zweig lui-même, un autre récit biographique La Vie de Paul Verlaine (une vingtaine de pages) édité en 1922, un court texte sur Rimbaud (une dizaine de pages) et trois poèmes signés Zweig."

    L'homme et l'artiste, absolument indissociables l'un de l'autre, mais tandis que le premier nous émeut ou nous révulse, le second suscite notre admiration ou notre pitié : une vie brisée par l'alcool, la "folie verte" qui avait pour nom absinthe.
  • Les Prodiges de la vie (1904)

    Sortie : 1904. Recueil de nouvelles.

    Livre de Stefan Zweig

    "Et le peintre sentit, à une certaine tension de ses traits, que sous cette enfant perçait déjà une de ces femmes qui vivent leurs rêves et ne font qu'un avec leurs désirs, qui s'accrochent de toutes les fibres de leur âme à ce qu'elles aiment et qui meurent lorsqu'on le leur arrache."

    Récit prenant dont l'intérêt va croissant, comme toutes les oeuvres de Zweig que j'ai pu lire : beau portrait d'une enfant au seuil de l'adolescence, fermée sur elle-même comme un oiseau meurtri, petite Juive rescapée d'un pogrome, devenue par le miracle d'un tableau, une vierge à l'enfant.
  • Lumière d'août (1932)

    Light in August

    Sortie : 1932. Roman.

    Livre de William Faulkner

    "On dit que, seul, le menteur entraîné peut tromper. Mais il arrive bien souvent que le menteur entraîné et chronique ne se ment qu'à lui-même. L'homme dont les mensonges sont le plus aisément acceptés est celui qui, toute sa vie, a joui de la réputation de franchise."