Cover 24 images x 2021

24 images x 2021

Journal de bord des films vus/revus avec annotations approximatives (pas mal de courts/moyens).

https://letterboxd.com/SamTB/films/diary/

(55)

En attendant les suites de Mektoub My Love et Paddington 3...

Afficher plus

Liste de

115 films

créee il y a presque 2 ans

 · 

modifiée il y a environ 1 an

The Sparks Brothers
7.3
1.

The Sparks Brothers (2021)

2 h 15 min. Sortie : 28 juillet 2021 (France). Musique

Documentaire de Edgar Wright

Templar a mis 7/10.

Annotation :

8 juillet

Les Mitchell contre les machines
7.2
2.

Les Mitchell contre les machines (2020)

The Mitchells Vs. the Machines

1 h 50 min. Sortie : 30 avril 2021. Animation, Aventure, Comédie

Long-métrage d'animation de Michael Rianda et Jeff Rowe

Templar a mis 6/10.

Annotation :

7 juillet

Stop Making Sense
8.3
3.

Stop Making Sense (1984)

1 h 28 min. Sortie : 16 novembre 1984 (France). Musique

Documentaire de Jonathan Demme

Templar a mis 8/10.

Annotation :

3 juillet

Le Parrain - 2e Partie
8.3
4.

Le Parrain - 2e Partie (1974)

The Godfather: Part II

3 h 20 min. Sortie : 27 août 1975 (France). Drame, Gangster

Film de Francis Ford Coppola

Templar a mis 8/10.

Annotation :

30 juin

• Revu

Il aurait été difficile de demander une meilleure suite. La dimension politique m'a cependant déconnecté de la puissance émotionnelle et viscéral dont le premier était doté. Le film excelle à créer des effets d'écho entre Vito et Michael, leurs trajectoires, leur relation avec leur propre famille (l'un venge sa famille là où l'autre la détruit, voire la tue): échos avec le premier film, échos au sein des deux temporalités narrées. Pourtant, tout est cohérent, tout en étant parfois trop écrit, presque mécanique., mais magistral. Il y a toujours ces séquences inoubliables (le meurtre par Vito, ce travelling qui le suit sur les toits..., le baiser au frère traître, le dernier flashback et cet ultime plan), mais tout ça est trop chargé pour moi. (ne pas faire attention à mes notes, pour les Parrain comme en général d'ailleurs, on s'en fout des notes. Le Parrain, c'est du grand cinéma).

Le Parrain
8.5
5.

Le Parrain (1972)

The Godfather

2 h 55 min. Sortie : 18 octobre 1972 (France). Policier, Drame

Film de Francis Ford Coppola

Templar a mis 9/10.

Annotation :

29 juin

• Revu +2

Revu à cause d'une vidéo YouTube qui s'attardait sur le montage de 15 secondes du film (
https://youtu.be/pt95KE5AtQE )... Je regrette pas: c'était mieux que dans mon souvenir. Genre, c'était vraiment bien, alors que dans mon souvenir, c'était un peu chiant... et puis moi, les histoires de mafia, ça m’emballe pas vraiment… Aussi, c'est drôle qu'un si grand film ait des raccords étranges, voire des faux raccords, et des images fantômes, et James Caan qui a des super-pouvoirs (quand il roue de coups ce salaud de Carlo, il le touche même pas! Et t'as osé demander le même salaire pour une scène dans la 2e partie, eh ben... je suis de mauvaise foi, la caméra était juste mal placée…), pourtant, quand tout s'aligne, le souffle de ce film est d'une puissance inouïe, comme par exemple, la scène du double assassinat dans le restaurant... Et les producteurs qui voulaient virer Coppola et Coppola qui s'attendait à être viré... pas la meilleure ambiance pour créer… c'est à requestionner la fonction de producteur, parfois... Et ça m’a donné envie de revoir le début de The Bad Sleep Well, pour une comparaison: “film qui commence par un mariage pour établir les personnages”. Ah, et y a un chat sur l'affiche (mais pas sur celle utilisée sur SC)!

Kanehsatake, 270 ans de résistance
7.6
6.

Kanehsatake, 270 ans de résistance (1993)

1 h 59 min. Sortie : 1993 (Canada). Politique

Documentaire de Alanis Obomsawin

Templar a mis 8/10.

Annotation :

24 juin

• Cinéma

Vu dans le cadre de la fête nationale du Québec, alors qu'on venait aussi de trouver 751 tombes anonymes d'enfants autochtones sur le site d'un ancien pensionnat, tombes qui se rajoutent à la liste déjà trop longue, établissant le génocide commis par l'Église Catholique et le gouvernement du Canada. Tout ça pour dire qu'on croit que le Canada est un pays sympa, là où il est un pays profondément raciste et oppresseur. Mais ce film n'est pas sur les pensionnats, mais sur la célèbre crise d'Oka, où des Mohawks se sont battus pour garder leurs terres, alors que les blancs voulaient y agrandir leur terrain de golf... (menaçant une pinède et un cimetière mohawk). Rappel que les terres du Canada ont été volés par les blancs aux Autochtones. Et de voir des Québécois.e.s crier "Le Québec aux Québécois!' en pendant et brûlant un mannequin à l’effigie d’un Warrior Mohawk, de voir des Québécois.e.s lapider des voitures, de voir l'armée et la raciste Sûreté du Québec (police provinciale) dire qu'ils ne font que suivre les ordres... Tout ça et et bien d'autres, montrent à quel point la résistance autochtones est justifiée, à l'instar de celle des Palestinien.ne.s.

Sinon, concernant les pensionnats, je pose ça là:
https://www.franceculture.fr/histoire/tuer-lindien-dans-lenfant-danciens-pensionnaires-canadiens-temoignent

Rue Cases-Nègres
7
7.

Rue Cases-Nègres (1983)

1 h 45 min. Sortie : 21 septembre 1983 (France). Comédie dramatique, Historique

Film de Euzhan Palcy

Templar a mis 6/10.

Annotation :

19 juin

• Cinémathèque, 35mm

Un film très beau, avec des scènes très belles (celles entre José et Médouze, et l'enfance en Martinique), mais au scénario convenu, quand bien même c'est adapté d'une autobiographie.

Limite
7.2
8.

Limite (1931)

2 h. Sortie : 17 mai 1931 (Brésil). Expérimental, Muet, Drame

Film de Mario Peixoto

Templar a mis 8/10.

Annotation :

18 juin

Monument du cinéma brésilien et de l'avant-garde, et unique film de Peixoto qui, à 22 ans, a pris une caméra pour sortir un film qu'il semblait avoir en lui après la vision d'une photo d'André Kertész. Ça a pris plusieurs mois, il a persévéré. Ce film a failli être perdu, il a pu être être restauré. Cas où les défauts du film sont compensés par ce que le jeune réalisateur parvient à faire. Un flux de conscience plus sensorielle que narratif. Et derrière la caméra, un film sur la beauté du geste, un de ceux qui donnent justement, envie de prendre une caméra.

Jeunes filles en uniforme
7.2
9.

Jeunes filles en uniforme (1931)

Mädchen in Uniform

1 h 36 min. Sortie : 27 novembre 1931 (France). Comédie dramatique

Film de Leontine Sagan et Karl Froelich

Templar a mis 8/10.

Annotation :

17 juin

Comment en 1931, un tel film ait pu voir le jour, cela m'échappe, mais ça le rend encore plus important qu'il ne l'est déjà. Mädchen in Uniform parle d'homosexualité tout en critiquant la discipline prussienne, montrer l'importance de l'empathie au sein de l'éducation... Leontine Sagan se montre bienveillante et lucide, et ne se laisse jamais aller aux ressorts narratifs habituels, qu'elle semble balayer du revers de la main à plusieurs reprises. Magnifique.

Une page folle
7.5
10.

Une page folle (1926)

Kurutta Ippêji

1 h 18 min. Sortie : 24 septembre 1926 (Japon). Drame, Épouvante-Horreur, Muet

Film de Teinosuke Kinugasa

Templar a mis 7/10.

Annotation :

13 juin

Radical pour l'époque. Labyrinthe cauchemardesque. Tout se brouille. Et Kawabata participant à l'écriture!

L'Homme atlantique
7.7
11.

L'Homme atlantique (1981)

42 min. Sortie : 1981 (France).

Moyen-métrage de Marguerite Duras

Templar a mis 7/10.

Annotation :

11 juin

Avant, la voix de Marguerite Duras m'agaçait, mais maintenant, elle m'enchante. Ça, c'est pour le son. Pour l'image, je suis davantage perplexe sur le concept vers lequel elle tend.

Moolaadé
7.7
12.

Moolaadé (2005)

2 h 04 min. Sortie : 9 mars 2005 (France). Drame

Film de Ousmane Sembène

Templar a mis 8/10.

Annotation :

9 juin

• Cinémathèque, 35mm

Je pense que tout.e cinéaste aimerait réussir son dernier film, conclure avec puissance une carrière, qu'elle fut marquante ou non. Tout donner, que ce soit dans un cri ou un soupir. Ousmane Sembène a clairement réussi et ici, c'est un cri.

L'Opéra-Mouffe
6.5
13.

L'Opéra-Mouffe (1958)

17 min. Sortie : 1958 (France). Comédie dramatique

Court-métrage de Agnès Varda

Templar a mis 7/10.

Annotation :

9 juin

Ce qui est beau avec Varda, c'est qu'elle n'en faisait qu'à sa tête, et qu'en plus elle a ce don de l'imagerie.

Les résultats du féminisme
6.6
14.

Les résultats du féminisme (1906)

07 min. Sortie : 1906 (France). Comédie

Court-métrage de Alice Guy

Templar a mis 7/10.

Annotation :

8 juin

Drôle et triste. Triste à cause d'aujourd'hui.

Threnody
15.

Threnody (2004)

20 min.

Court-métrage de Nathaniel Dorsky

Templar a mis 6/10.

Annotation :

7 juin

Threnody semble plus intime, plus personnel que Variations, plus triste et mélancolique. Dorsky s'attarde davantage sur la nature. C'est beau, mais j'étais encore dans l'ivresse de Variations, ce qui a sûrement nui à mon expérience avec celui-ci.

Variations
16.

Variations (1998)

24 min. Sortie : 1998 (États-Unis). Expérimental

Court-métrage de Nathaniel Dorsky

Templar a mis 9/10.

Annotation :

7 juin

La première impression vient de la facilité à ne pas utiliser de bande-son et de se concentrer sur les images et le montage. Toujours dur de ne pas être perplexe face à cette démarche. Pourtant, les fragments de Dorsky souligne la grâce se situant dans les détails, avec la lumière pour alliée. Ainsi, Dorsky compose une ode visuelle qui nous donne envie de mieux regarder, de regarder de tous nos yeux le monde qui nous entoure.

Engram
17.

Engram (1987)

Kioku konseki

12 min. Sortie : 1987 (Japon).

Court-métrage de Toshio Matsumoto

Templar a mis 6/10.

Annotation :

7 juin

Un court délirant entre barthes et borges.

L'heure de la libération a sonné
18.

L'heure de la libération a sonné (1974)

Saat el Fahrir Dakkat, Barra ya Isti Mar

1 h 02 min. Sortie : 6 novembre 1974.

Documentaire de Heiny Srour

Templar a mis 8/10.

Annotation :

7 juin

Another Gaze / Another Screen

Heiny Srour est clairement une femme badass. Film militant, partisan, et surtout féministe, ce qu'on n'aurait pas vu venir dans la culture et le pays: ici, l'égalité des hommes et des femmes est au service de la révolution, voire même un de ses objectifs. Aussi, les scènes de ces femmes soldats s'imposent comme les plus fortes. Le film montre un temps de l'histoire arabe, dans un lieu où aucune autre caméra n'avait pu s'aventurer, et pour montrer la force d'une révolution, et dès lors de la révolution en général. Srour n'offre jamais la couleur aux images d'archives présentant sultans et Royal Air Force, ne la laissant qu'au mouvement révolutionnaire, que l'on aurait aimé victorieux. Et elle rythme son film par des champs révolutionnaire. Il y a toute une conception du montage engagé avec le retour de photos, d'images...

Maintenant, j'ai hâte que Leïla et les loups soit restauré.

Dyketactics
6.6
19.

Dyketactics (1974)

04 min. Sortie : 1974 (France). Érotique, Expérimental

Court-métrage de Barbara Hammer

Templar a mis 5/10.

Annotation :

6 juin

La beauté du geste. Un geste qui ne m'a pas touché, mais que je salue respectueusement.

Audience
20.

Audience (1982)

32 min. Cinéma

Court-métrage documentaire de Barbara Hammer

Templar a mis 6/10.

Annotation :

6 juin

Ça pourrait presque passer pour un exercice narcissique d'interroger une audience qui semble déjà conquise, mais Hammer questionne aussi ce que l'art propose à son époque (c'est-à-dire rien pour les lesbiennes) et le rôle du genre de cinéma qu'elle fait, et le rôle de l'audience dans l'équation, surtout quand la non-mixité est abordée. Un portrait touchant, et je serais curieux de voir ces lesbiennes de Montréal aujourd'hui!

Holy Motors
6.8
21.

Holy Motors (2012)

1 h 55 min. Sortie : 4 juillet 2012 (France). Drame, Fantastique

Film de Leos Carax

Templar a mis 10/10.

Annotation :

5 juin

• Revu

Plaisir qui ne s'atténue pas lors des revisites de ce film. Il faudrait faire une reprise de la chanson de Manset, mais au lieu de chanter "On voudrait revivre", ça serait "On voudrait revoir Holy Motors". Okay, mauvaise idée.

News from Home
7.4
22.

News from Home (1977)

1 h 25 min. Sortie : 8 juin 1977 (France). Drame

Film de Chantal Akerman

Templar a mis 10/10 et l'a mis dans ses coups de cœur.

Annotation :

4 juin

• Revu

Un film que j'aurais aimé avoir réalisé, pour la corde très personnelle qu'il vient faire vibrer chez le spectateur que je suis.

Le Navire Night
6
23.

Le Navire Night (1979)

1 h 33 min. Sortie : 21 mars 1979. Drame, Expérimental

Film de Marguerite Duras

Templar a mis 8/10.

Annotation :

3 juin

Le défi d'un tel film, de raconter un histoire en voix off et en off est de jouer sur l'équilibre avec les images. En quoi les images soutiennent la narration sans l'illustrer, en quoi elles ont leur rôle et leur place sans être là pour être là, et Duras arrive à le faire, sans ce qui pouvait m'irriter dans India Song par exemple, ici, en s'appuyant sur ce tournage de film dont on ne sait rien, si ce n'est ces deux actrices et cet acteur, emblématiques. Par leur présence, leur écoute, leurs rares dialogues, iels créent un écho à l'histoire d'amour relatée par les voix de Duras et Jacquot. Duras n'a pas tout le temps le don des images, mais avec le soutien de Pierre Lhomme, elle offre certaines des scènes les plus sensuelles et énigmatiques qui soient.

Friends : Les Retrouvailles
6.2
24.

Friends : Les Retrouvailles (2021)

Friends: The Reunion

1 h 39 min. Sortie : 27 mai 2021. Comédie

Documentaire TV de Ben Winston

Templar a mis 2/10.

Annotation :

31 mai

Quelle opportunité ratée, ce fan service larmoyant, superficiel et de mauvais goût (Justin Bieber??)! Dans cet amas, seul une intervention de Matthew Perry aura su créer un début de réflexion, aura confronté une réalité qui a été décidé d'être ignorée au profit de l'auto-congratulation (d'ailleurs, j'en reviens pas que ce passage ait survécu au montage). Et non, interviewer des gens partout dans le monde ne vient pas compenser le manque de représentativité qu'il y avait dans la série. En fait, tout ça pue tellement trop l'argent.

Georges (...) Perec, propos amicaux autour d'Espèces d'espaces
25.

Georges (...) Perec, propos amicaux autour d'Espèces d'espaces (1999)

1 h 11 min. Sortie : 1999 (France).

Documentaire TV de Bernard Queysanne

Templar a mis 4/10.

Annotation :

30 mai

Dur de se dire que Queysanne est derrière ce portrait bien cheap, mais à quelques rares détours informatif et, disons touchant, car on l'aime, Georges.

In Vitro
26.

In Vitro (2019)

28 min. Sortie : 4 novembre 2021 (France). Science-fiction

Court-métrage de Søren Lind et Larissa Sansour

Templar a mis 6/10.

Annotation :

29 mai

Another Gaze / Another Screen

(Free Palestine)

Si j'avais été plus en forme, ça aurait été peut-être un 7, mais sérieux, les notes, on s'en fout. Larissa Sansour montre les possibilités de confronter l'occupation de la Palestine, via une science-fiction très léché, jusqu'à recourir ingénieusement au split-screen, élargissant l'espace du plan, comme pour élargir l'espace de plus en plus restreint d'un territoire colonisé.

Before Sunrise
7.3
27.

Before Sunrise (1995)

1 h 41 min. Sortie : 29 mars 1995 (France). Romance

Film de Richard Linklater

Templar a mis 5/10.

Annotation :

26 mai

• Revu

Je ne cesserais de bloquer sur l'excès de romantisation de cette histoire. Mais ça reste plus supportable et agréable que bien d'autres histoires d'amour, soyons honnêtes.

Before Sunset
7.2
28.

Before Sunset (2004)

1 h 20 min. Sortie : 16 mars 2005 (France). Drame, Romance

Film de Richard Linklater

Templar a mis 9/10.

Annotation :

24 mai

• Revu (+1)

Plus je le vois, plus je l'aime.

Illusions
29.

Illusions (1982)

34 min. Drame

Court-métrage de Julie Dash

Templar a mis 6/10.

Annotation :

23 mai

Film fauché, au mix affreux, mais qui n'en est pas moins important. Black feminism et cinéma. Ça court pas les écrans.

Your Father Was Born 100 Years Old, and So Was the Nakba
30.

Your Father Was Born 100 Years Old, and So Was the Nakba (2017)

07 min. Politique

Court-métrage de Razan AlSalah

Templar a mis 7/10.

Annotation :

18 mai

Another Gaze / Another Screen

(Free Palestine)

Google Street View devient un outil brillant pour interroger l'espace et son occupation, et l'impossibilité d'y revenir. Ajoutant à cela, par sa basse résolution (dans un monde gouverné par le high resolution, 4K, etc.) une esthétique de l’inaccessibilité.