Akira Kurosawa - Le Samouraï humaniste

Avatar Docteur_Jivago Liste de

25 films

par Docteur_Jivago

Portrait d'Akira Kurosawa : https://www.cineseries-mag.fr/les-realisateurs-scenaristes-portrait-de-akira-kurosawa-38179/

Alors que j'ai notamment pu profiter d'un retour en salle du metteur en scène de Barberousse pour approfondir sa filmographie, je constate à quel point j'ai une haute estime pour Kurosawa. De nombreux films m'ont marqué et si Rashomon a ouvert la voie, il m'a de plus en plus impressionné au fur et à mesure des expériences dans son cinéma.

Ran et Barberousse m'ont mis d'immenses claques, alors que Vivre, Le Château de l'Araignée ou encore la Forteresse Cachée ont emboîté le pas pour finalement n'avoir que très peu d'expériences mitigées avec l'art du cinéaste japonais.

A Venir : Le Garde Du Corps, Sanjuro, Rhapsodie en Août, Madadayo et le documentaire de Chris Marker.

Par Préférence : https://www.senscritique.com/top/Les_meilleurs_films_de_Akira_Kurosawa/1118991

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • La Légende du grand judo (1943)

    Sugata Sanshirô

    1 h 19 min. Sortie : . Action, aventure et drame.

    Film de Akira Kurosawa avec Denjirô Ôkôchi, Susumu Fujita, Yukiko Todoroki

    Avec La Légende du grand Judo, son premier film, Akira Kurosawa propose une oeuvre intéressante et intrigante bien que parfois maladroite et surtout haché par la censure, où il montre avec humanisme comment le judo a supplanté le vieux jiu-jitsu durant l’ère Meiji.
  • Le Plus Dignement (1944)

    Ichiban utsukushiku

    1 h 25 min. Sortie : . Drame.

    Film de Akira Kurosawa avec Takashi Shimura, Sôji Kiyokawa, Ichirô Sugai

    On n'en voudra évidement pas au futur metteur en scène de Dersou Ouzala d'avoir réalisé ce film de commande édifiant, lui qui a tellement brillé par la suite, alors que là il se perd dans de la propagande rarement intéressante.
  • Un merveilleux dimanche (1947)

    Subarashiki nichiyôbi

    1 h 48 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Akira Kurosawa avec Isao Numasaki, Chieko Nakakita, Atsushi Watanabe

    Sans être transcendant, Akira Kurosawa livre avec Un Merveilleux Dimanche une oeuvre sociale et poétique où l'émotion et le rêve prennent le pas sur la dure réalité et la misère d'un Tokyo brisé par la guerre.
  • Bande-annonce

    L'Ange ivre (1948)

    Yoidore tenshi

    1 h 38 min. Sortie : . Policier, drame, romance et thriller.

    Film de Akira Kurosawa avec Takashi Shimura, Toshirō Mifune, Reizaburô Yamamoto

    Alors que la maladie sera le combat le plus compliqué d'un Yakuza, Akira Kurosawa propose une plongée dans l'enfer de la mafia japonais à travers une relation ambiguë entre un des membres et un médecin, traitée avec humanisme, violence, sensation et surtout un immense talent.
  • Le Duel silencieux (1949)

    Shizukanaru kettô

    1 h 35 min. Sortie : . Drame.

    Film de Akira Kurosawa avec Toshirô Mifune, Takashi Shimura, Miki Sanjô

    Akira Kurosawa signe avec Le Duel Silencieux une oeuvre puissante et complexe, où il est question d'un duel face à soit-même qu'il évoque avec intelligence, émotion, humanisme et sensibilité, tout en étant portée par un immense Toshirô Mifune.
  • Bande-annonce

    Chien enragé (1949)

    Nora inu

    2 h 02 min. Sortie : . Policier, drame, thriller et film noir.

    Film de Akira Kurosawa avec Toshirō Mifune, Takashi Shimura, Keiko Awaji

    Peu de temps avant d'obtenir une certaine renommée sur le territoire américain, Kurosawa s'en inspire et livre avec Chien enragé un polar noir très bien ficelé, efficace, avec une ambiance sombre, ambiguë, âpre et contenant une vision et réflexion sur le Japon d'après-guerre, ses bas-fond et la limite entre le bien et le mal.
  • Scandale (1950)

    Shûbun

    1 h 44 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Akira Kurosawa avec Toshirō Mifune, Shirley Yamaguchi, Yôko Katsuragi

    Akira Kurosawa signe avec Scandale une oeuvre assez méconnue mais particulièrement intéressante et riche, notamment lorsqu'il s'intéresse avec humanité aux dilemmes moraux et aux devoirs de l'homme.
  • Bande-annonce

    Rashômon (1950)

    1 h 28 min. Sortie : . Policier et drame.

    Film de Akira Kurosawa avec Toshirō Mifune, Machiko Kyô, Masayuki Mori

    Un film qui me tient tout particulièrement à cœur car il a été ma porte d'entrée dans le cinéma de Kurosawa et le cinéma asiatique par la même occasion.

    Le récit, en forme de kaléidoscope s'avère très bien écrit et surtout passionnant, alors que cela reste toujours fluide et surtout on cherche la vérité à travers les propos de chacun des protagonistes, avec un rythme toujours maîtrisé et un suspense tenant de bout en bout, jusqu'à un dénouement final et une fin laissant encore le doute dans nos tête et qui s'avère réussi.

    De plus, son récit s'avère aussi d'une richesse intellectuelle, sans aucune lourdeur, se questionnant autour de la mort, la justice, la conscience ou encore la moralité. On admire aussi la qualité et la maîtrise technique et visuelle de Kurosawa, entre sa mise en scène moderne et dynamique, ses travellings, mouvements de caméras, jeux d'ombres ou encore ses cadrages. C'est virtuose à beaucoup de points de vues ! La photographie en noir et blanc est superbe tandis que les interprétations sont aussi impeccables et notamment Toshiro Mifune dans le rôle du bandit.
  • Bande-annonce

    Vivre (1952)

    Ikiru

    2 h 23 min. Sortie : . Drame.

    Film de Akira Kurosawa avec Takashi Shimura, Shin'ichi Himori, Haruo Tanaka

    Juste avant qu'il ne réalise Les Sept Samouraïs, Akira Kurosawa met en scène Vivre, où un homme se retrouve face à la mort, son passé, son destin et la vie. D'une justesse et intelligence incroyable, tant dans la mise en scène que dans l'écriture, il arrive à nous faire passer par toutes sortes de sentiments et se faire lyrique, juste, pertinant et surtout bouleversant comme peu de films ont pu l'être.
  • Bande-annonce

    Les Sept Samouraïs (1954)

    Shichinin no samurai

    3 h 27 min. Sortie : . Arts martiaux, aventure, drame et action.

    Film de Akira Kurosawa avec Toshirō Mifune, Takashi Shimura, Keiko Tsushima

    L’histoire est intéressante, voire passionnante et le très riche scénario la retranscrit bien alors que l'oeuvre est bien rythmée et on ne s'ennuie pas durant les 207 minutes de films. Kurosawa brasse plusieurs genres de manière fluide et subtile, sachant mettre des touches humoristiques, dramatique, d'action ou encore de western et il fait avant tout une peinture de la vie dans un village dans le Japon de cette époque, où l'on suit les Samouraïs vivant au rythme de ses paysans et il arrive en même temps à faire de son récit un constat social.

    Sa mise en scène très fouillée et soignée est impeccable, et sa réalisation, entre ses plans courts et ellipses, est parfaite, tout comme les chorégraphies des combats. Les interprétations sont toutes remarquables, tout comme la reconstitution de cette époque. La photographie en noir et blanc est sublime et on sent l'inspiration venant de grands Américains et de John Ford tout comme Kurosawa inspirera bons nombres de grands réalisateurs à son tour, alors que son film donna lieu à un remake de John Sturges avec Steve McQueen.
  • Bande-annonce

    Vivre dans la peur (1955)

    Ikimono no kiroku

    1 h 43 min. Sortie : . Drame.

    Film de Akira Kurosawa avec Toshirō Mifune, Takashi Shimura, Minoru Chiaki

    Fresque d'une société qui sera brisée par le nucléaire, Vivre dans la Peur permet à Kurosawa d'évoquer cela à travers un saisissant et intense portrait humain où l'on va suivre une descente aux enfers sous tension et d'une grande richesse, prenant encore tout son sens aujourd'hui lorsqu'on voit les événements récents qui ont eu lieu au pays du soleil levant.
  • Bande-annonce

    Le Château de l'araignée (1957)

    Kumonosu-jô

    1 h 50 min. Sortie : . Drame.

    Film de Akira Kurosawa avec Toshirō Mifune, Isuzu Yamada, Takashi Shimura

    Transposition de la pièce MacBeth de Shakespeare dans le Japon médiéval, Le Château de l’araignée se révèle passionnant et brillant de bout en bout, où il nous fait suivre le destin de cet homme peu à peu manipulé par sa femme et par sa soif du pouvoir qui va inéluctablement le mener à sa perte. Merveille d'écriture et de mise en scène, il trouve toujours le bon équilibre entre les personnages, thématiques, ton et ambiance, souvent à l'image du temps, brumeuse, fantastique et envoûtante.
  • Bande-annonce

    La Forteresse cachée (1958)

    Kakushi-toride no san-akunin

    2 h 19 min. Sortie : . Aventure et drame.

    Film de Akira Kurosawa avec Toshirō Mifune, Minoru Chiaki, Kamatari Fujiwara

    Avec La Forteresse Cachée, Kurosawa s'aventure au moyen-âge et propose une oeuvre palpitante et passionnante, lorgnant parfois vers la comédie et bénéficiant d'un cadre de grande qualité, tout comme les comédiens.
  • Bande-annonce

    Les salauds dorment en paix (1960)

    Warui yatsu hodo yoku nemuru

    2 h 31 min. Sortie : . Film noir.

    Film de Akira Kurosawa avec Toshirō Mifune, Masayuki Mori, Kyôko Kagawa

    Si certains points me laissent légèrement sur ma faim, l'aspect sombre, oppressant et la qualité d'écriture et de mise en scène de Kurosawa prennent le déçu pour une oeuvre qui ne manque pas de faire froid dans le dos une fois achevée.
  • Bande-annonce

    Le Garde du corps (1961)

    Yojimbo

    1 h 50 min. Sortie : . Arts martiaux, aventure et drame.

    Film de Akira Kurosawa avec Toshirō Mifune, Tatsuya Nakadai, Yôko Tsukasa

    Tout en s'inspirant de ce genre, Akira Kurosawa préfigure les westerns de Leone avec Le Garde du Corps, où il démontre à nouveau tout son talent et savoir-faire, faisant ressortir une dimension humaniste de son récit et surtout un ensemble passionnant et immersif, emmené par un grand Toshiro Mifune.
  • Bande-annonce

    Sanjuro (1962)

    Tsubaki Sanjûrô

    1 h 36 min. Sortie : . Arts martiaux.

    Film de Akira Kurosawa avec Toshirō Mifune, Tatsuya Nakadai, Keiju Kobayashi

    Avec Sanjuro, Akira Kurosawa reprend son personnage de Yojimbo et propose une oeuvre où la violence est rarement retranscrite visuellement et dresse un portrait humaniste, parfois drôle et surtout intense, ce qui se ressent notamment dans l'interprétation de Toshirô Mifune.
  • Bande-annonce

    Entre le ciel et l'enfer (1963)

    Tengoku to jigoku

    2 h 23 min. Sortie : . Film noir.

    Film de Akira Kurosawa avec Toshirō Mifune, Tatsuya Nakadai, Kyôko Kagawa

    Tout en livrant un inquiétant et effrayant constat social sur le Japon, Kurosawa met en place une intrigue redoutablement bien ficelée et sonde l'âme humaine et ses ambiguïtés à travers une oeuvre sombre, oppressante, faisant froid dans le dos et brillante.
  • Bande-annonce

    Barberousse (1965)

    Akahige

    3 h 05 min. Sortie : . Drame.

    Film de Akira Kurosawa avec Toshirō Mifune, Yūzō Kayama, Tsutomu Yamazaki

    Comment ne pas être ébloui devant Barberousse, oeuvre dont l'ambition n'a d'égale que son ampleur, beauté, intelligence et génie ? Akira Kurosawa évoque l'humain, la vie et les devoirs de médecins sans jamais tomber dans le misérabilisme mais reste constamment dans l'humanisme et la réflexion. D'une grande richesse d'écriture et de mise en scène, Barberousse deux tableaux humains, d'abord sous forme d'un affrontement psychologique et d'idées, puis sous le signe d'un rapprochement. C'est la dernière fois qu'il dirigera, remarquablement, Toshiro Mifune.
  • Bande-annonce

    Dersou Ouzala (1975)

    Dersu Uzala

    2 h 22 min. Sortie : . Aventure, biopic et drame.

    Film de Akira Kurosawa avec Yuri Solomin, Maksim Munzuk, Mikhail Bychkov

    Kurosawa se retrouve en terre soviétique après quelques années malheureuses sur le plan privé pour mettre en place une rencontre improbable et une amitié naissante. Il en fait ressortir toute l'intelligence, l'humanisme, la beauté et surtout l'émotion, tout en mettant en avant les magnifiques paysages des longues et froides contrées russes.
  • Bande-annonce

    Kagemusha, l'ombre du guerrier (1980)

    Kagemusha

    3 h. Sortie : . Drame, historique et guerre.

    Film de Akira Kurosawa avec Tatsuya Nakadai, Tsutomu Yamazaki, Kenichi Hagiwara

    Palme d'or 1980 (ex æquo avec le fantastique Que le spectacle commence de Bob Fosse), Kagemusha bénéficie de la somptueuse mise en scène de Kurosawa où il met en avant l'âme humaine face aux pouvoirs, la vanité et la dualité, le tout sur de magnifiques et somptueux tableaux.
  • Bande-annonce

    Ran (1985)

    2 h 42 min. Sortie : . Drame et historique.

    Film de Akira Kurosawa avec Tatsuya Nakadai, Jinpachi Nezu, Masayuki Yui

    Une oeuvre tout simplement majestueuse, tant sur le fond, où Kurosawa aborde la nature humaine, sa folie et soif de pouvoir que la forme. Il démontre, à nouveau, tous ses talents, ici pour capter la dramaturgie et la noirceur de son propos mais aussi la beauté du contexte et les particularités des combats.
  • Bande-annonce

    Rêves (1990)

    Yume

    1 h 57 min. Sortie : . Sketches, drame et fantastique.

    Film de Akira Kurosawa avec Akira Terao, Mitsuko Baishô, Toshie Negishi

    C'est donc entre peintures, différentes âmes, le nucléaire et ses conséquences ou encore des renards que l'on voyage, Kurosawa évoque ses peurs, espoirs, passion et rêverie de manière parfois inégale mais tellement puissante et poétique.
  • Bande-annonce

    Rhapsodie en août (1991)

    Hachi-gatsu no kyôshikyoku

    1 h 38 min. Sortie : . Drame.

    Film de Akira Kurosawa avec Sachiko Murase, Hisashi Igawa, Narumi Kayashima

    Empêtré par un sujet qui semble trop lourd, Kurosawa déçoit avec Rhapsodie en août, proposant une oeuvre parfois intéressante, notamment lorsqu'elle évoque les douloureux souvenirs de la guerre mais manquant de subtilité et de lyrisme, dommage.
  • Bande-annonce

    Madadayo (1993)

    2 h 14 min. Sortie : . Drame.

    Film de Akira Kurosawa avec Tatsuo Matsumura, Kyôko Kagawa, Hisashi Igawa

    Akira Kurosawa met fin à sa fabuleuse et faste filmographie avec une oeuvre décevante, où on ne retrouve que trop rarement tout le talent du cinéaste japonais, tant Madadayo manque de justesse et lyrisme.
  • A.K. Akira Kurosawa (1985)

    1 h 15 min. Sortie : 1985. Biopic et historique.

    Documentaire de Chris Marker avec Shigehiko Hasumi, Chris Marker, Akira Kurosawa

    +

    Un documentaire tout simplement passionnant où l'on découvre Akira Kurosawa durant le tournage de Ran à travers son cinéma et ses méthodes, Chris Marker captant avec immense brio le cinéaste et l'homme qui se cache derrière.