Chroniques Mangas

Avatar arnonaud Liste de

86 bd

par arnonaud

Et aussi Chroniques Manwhas si il m'arrive d'en lire.

Liste qui regroupe les mangas que je critique tome par tome (à part quelques rares fois où j'ai pas le temps ou l'envie).
Le titre le plus haut dans la liste est celui dont j'ai lu un tome le plus récemment.
Toutes les séries que j'ai lu entièrement sont mis en fin de liste pour qu'on s'y retrouve plus facilement.
Les one-shot sont aussi à la fin.

Remercions la bibliothèque qui est mon principal fournisseur de mangas (elle a bien dû fournir 70%, si ce n'est plus, des volumes chroniqués ici).

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Barakamon

    Sortie : .

    Manga de Satsuki Yoshino

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 8
    Tome 2 : 8
    Tome 3 : 8

    Tome 1 : http://urlz.fr/2vEQ

    Tome 2 : Très bon second tome. J'ai l'impression que le côté humoristique de la série s'accentue, et on a vraiment une avalanche de très bons gags. J'ai vraiment bien ri à la lecture de ce tome (mention spéciale à tout ce chapitre où la petite Naru se paye un improbable visage à la Golgo13, c'est juste hilarant), et tout cet humour est toujours habilement combiné avec l'aspect tranche-de-vie de la série.
    Très bonne lecture, la bonne surprise se confirme et j'ai bien envie d'aller me lire la suite. [8]

    Tome 3 : Troisième tome de Barakamon et la série est vraiment super agréable à lire. Je suis vraiment devenu fan. C'est très drôle, très frais, les personnages sont attachants, on découvre la vie dans la campagne japonaise, y a de sympathiques réflexions sur l'art et la vie d'artiste... C'est vraiment top.

    Dans ce top, le maître reçoit deux personnes venus de la ville, un galeriste qui est aussi un ami d'enfance, et un petit génie de la calligraphie qui est fan de notre héros mais qui surtout l'a battu lors du dernier concours. La venue de ces deux citadins et de ce rival sont propices à pleins de nouvelles situations très drôle et on se régale. Et comme je le disais, le fait d'avoir trois personnes intéressées par la calligraphie ensemble permet aussi d'avoir d'intéressantes réflexions sur l'art (ça va pas chercher trop loin non plus, hein).

    On a aussi un passage bien crétin avec la gymnastique matinale des gamins à l'école et un chouette passage avec le typhon qui frappe l'île.

    C'est très bon et je meurs d'envie de lire la suite. [8]
  • H2 (1992)

    Sortie : 1992.

    Manga de Mitsuru Adachi

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 6
    Tome 2 : 8
    Tome 3 : 8
    Tome 4 : 8
    Tome 5 : 8
    Tome 6 : 9
    Tome 7 : 8
    Tome 8 : 8
    Tome 9 : 8
    Tome 10 : 8
    Tome 11 : 9
    Tome 12 : 9

    Pour les avis sur les différents tomes, voir la critique.

    Tome 8 : Ça fait bien 9 mois que je n'ai pas lu un tome de la série, et j'ai lu d'autres mangas d'Adachi cet été, du coup la reprise est un peu compliquée, mais c'est une série toujours plaisante. L'intrigue avance tranquillement, Adachi prend toujours le temps de parsemer ces chapitres de belles pages d'ambiance, et on avance à petit coups de tranches de vies entre les différents persos qui permettent de faire progresser leurs relations les uns avec les autres. Pas de gros matchs de baseball dans ce tome, mais on ne s'ennuie pas pour autant. C'est vraiment un manga très agréable, comme souvent avec Adachi. [8]

    Tomes 9 à 12 : J'ai eu la flemme d'écrire des critiques mais pour résumer, la série continue très bien, s'améliore même dans les tomes 11 et 12 qui sont vraiment captivants. Les personnages évoluent, sont bien écrits... C'est du très bon Adachi.
  • Poison City (2014)

    Yūgai toshi

    Sortie : .

    Manga de Tetsuya Tsutsui

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 8

    Tome 1 : Je découvre Tsutsui avec ce premier tome de son nouveau manga qui se révèle à la hauteur des attentes. Une bonne petite oeuvre sur la censure des contenus culturels, en particuliers ici les mangas. On y voit les motivations des censeurs, le ressenti des éditeurs qui doivent obéir à des lois étranges pour continuer tranquillement leur business et la réaction des auteurs qui doivent changer leurs ouvrages pour échapper à la censure ou qui voient leurs œuvres retirés du marché ou avec un accès limité.

    C'est vraiment intéressant, surtout quand Tsutsui nous parle du Comic Code Authority américain pour faire un comparatif avec ce qui se passe dans son manga. Et puis le manga est source de réflexion intéressantes sur la liberté d'expression, avec les différentes opinions avec ceux qui en ont marre du malsain qui fait vendre, qui veulent protéger les enfants, où ceux qui savent qu'une oeuvre violente ne l'est pas forcément inutilement et qu'une liberté de création est aussi ce qui permet à un auteur de délivrer une oeuvre de qualité avec le message qu'il souhaite.

    Le seul reproche que je ferais est peut-être le châtiment un peu exagéré auquel un auteur censuré à le droit au cours du récit, où ça me paraît quand même un peu extrême et peu crédible comme mesure gouvernementale.

    Au niveau dessin, certains visages sont un peu trop simples et basiques, mais globalement ça le fait plutôt bien. [8]
  • A Silent Voice, tome 1

    Koe no Katachi

    Sortie : .

    Manga de Yoshitoki Oima

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 8
    Tome 2 : 9
    Tome 3 : 9

    Pour les avis sur les différents tomes, voir la critique.

    Tome 2 : Après un tome 1 très réussi, j'attendais ce tome 2 au tournant, surtout que le cliff de fin de tome était bien abrupt et débouché d'un changement de statut quo par rapport au reste du tome qui était une sorte d'origin-story.

    Et forcément dans ces cas là, on se demande si la suite sera aussi réussie que l'origin-story, et c'est ce que réussi à faire Yoshitoki Oima. Là on a un shônen qui se range immédiatement dans le haut du panier et qui peut plaire également à un public plus mature.

    On est vraiment pas dans la romance lycéenne concon/fan-serv' et profondément inutile, ici c'est un récit sur l'amitié, la capacité des gens à évoluer, à pardonner, à regretter, à mûrir. Shoya Ishida, par ses comportements passés, à détruit toute sa vie sociale et doit tout réapprendre, se reconstruire, tout en portant le fardeau du petit con qu'il a été plus jeune.

    C'est vraiment passionnant, bien écrit, avec beaucoup de moments forts qui sonnent plutôt justes. Les personnages sont attachants et touchants, la complexité des relations sociales est bien retranscrite et les personnages qui ont vraiment des caractères très variés et biens construits.

    Franchement, c'est très très bon, ça se lit tout seul et le dessin, ma foi fort classique, est superbement maîtrisé et vraiment très propre.

    J'ai hâte de lire la suite. [9]

    Tome 3 : Troisième tome et cette série continue d'être toujours aussi brillante. Yoshitoki Oima m'éblouit à chaque tome avec son histoire bien dirigée et une excellente qualité graphique qui permet de rentrer encore mieux dans l'univers de la série.

    Shoya avait réussi à retrouver Shoko et à commencer à se faire pardonner dans le précédent tome. Dans ce tome-ci il essaye de mieux la connaître et essaye aussi de reprendre contact avec d'autres camarades de primaire avec qui il avait coupé les ponts.

    C'est toujours très bien mené. Les personnages sont variés et intéressants, avec tous une mentalité bien particulière, et puis j'aime bien comment sont traitées toutes ses thématiques autour de l'amitié, du pardon, du regret, du changement des personnalités... Et puis le tome se termine d'une très bonne manière qui donne envie de lire la suite au plus vite ! [9]
  • Battle Tendency - JoJo's Bizarre Adventure, saga 2 (1988)

    JoJo no Kimyō na Bōken: Sentō Chōryū

    Sortie : .

    Manga de Hirohiko Araki

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 8
    Tome 2 : 9

    Tome 1 : C'était très plaisant de se remettre à lire du Jojo, de retrouver toute la mythologie de la saga. En outre, vu que c'est l'une des premières sagas, on a le droit à un nombre infini de poses improbables qui me font bien marrer à chaque fois. Et c'est accompagné par des looks complètement fous et des personnages secondaires qui ont parfois vraiment de sales gueules. J'aime vraiment l'identité graphique à nulle autre pareille de Jojo, c'est tellement dingue.

    Et en outre, Araki sait toujours bien raconter son récit d'aventure, avec un savant mélange d'explications de l'intrigue, d'humour, de caractérisation des personnages et de scènes d'actions super dynamiques avec des personnages utilisant des techniques dingues. On retrouve en outre d'autres pêchés mignons de l'auteur avec toute une foule de comportements étranges de la part d'antagonistes mystérieux, de scènes un peu gore et de retournements de situation de l'improbable. Je crois que Joseph remporte vraiment la palme des victoires de l'impossible avec des solutions tout bonnement sorties de nulle part, mais c'est ça aussi qui fait le sel de ces bastons.

    L'univers de cette saga est sympa aussi avec ses Etats-Unis et son mexique de la fin des années 30 et ce mélange d'imagerie aztèque, nazi et vampire.

    Bref, hâte de voir comment tout ça va continuer. [8]

    Tome 2 : Second tome de Battle Tendency, et c'est vraiment excellent. Araki est toujours à fond dans son délire et multiplie les poses à la fois hautement improbables et iconiques et les retournements de situation. C'est vraiment fascinant et on est une fois plus happé par le récit. Ca part parfois un peu dans tous les sens, mais ça reste une lecture toujours aussi jouissive, qui multiplie les scènes marquantes, et dont j'ai bien envie de lire la suite. [9]
  • Sunny, tome 1

    Sanī

    Sortie : .

    Manga de Taiyō Matsumoto

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 8
    Tome 2 : 9
    Tome 3 : 9

    Tome 1 : Nouvelle série de Matsumoto, sur un foyer d'enfants, plus ou moins abandonnés par leurs parents, dans le Japon des années 70-80. C'est vraiment de la tranche-de-vie où l'on s'intéresse tour à tour à chacun des nombreux personnages présent dans la série et ça commence plutôt très bien. C'est agréable à lire, le trait de Matsumoto est toujours aussi sympa (et ça fait toujours du bien de voir son style qui sort de la norme), j'aime beaucoup ces niveaux de gris fait au pinceau et pas à la trame et comment il les utilise, et puis ses personnages sont cools, attachants, intéressants, et tous biens caractérisés. Et puis il y a une bonne alternance entre l'humour, les passages plus tristes et ceux de simple contemplation.
    Ah, et j'aime bien Taro, il est rigolo. [8]

    Tome 2 : La série continue de fort belle manière avec ce second tome. C'est un véritable plaisir de retrouver Matsumoto avec son style graphique si unique, ses gamins irrésistibles, les petites tranches de vies à la fois drôles et touchantes et avec des petits moments contemplatifs toujours très agréables.

    Toutes les histoires dans ce tome sont vraiment excellentes, surtout celle de fin de tome avec Haruo qui passe un week-end avec sa mère, qui est vraiment superbement gérée. On ressent toute la détresse de ces gamins quasiment orphelins, Matsumoto est très juste dans la manière d'écrire les choses et c'est vraiment une superbe lecture.

    Matsumoto confirme, s'il en était besoin, son énorme talent. [9]

    Tome 3 : Troisième tome de Sunny et les tranches de vies de ces gamins sont toujours un régal à lire. C'est très beau, avec ce graphisme maladroit et poétique qui retranscrit très bien les attitudes des enfants où les moments de contemplations. Et puis les histoires sont toujours aussi sympathiques, avec des tranches de vies variées, des personnages très justes et vivants, des moments touchants et d'autres vraiment amusants...

    Bref, tout ce qui fait la force de la série depuis son départ est toujours là, et de tome en tome on s'attache vraiment à tout ce petit monde, à cette atmosphère si particulière et la série confirme de plus en plus son statut d'oeuvre à lire absolument. [9]
  • Cross Game

    Kurosu Gēmu

    Sortie : mai 2005.

    Manga de Mitsuru Adachi

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 9
    Tome 2 : 8
    Tome 3 : 9

    Tome 1 : Ce début de série est une véritable bombinette. J'aime beaucoup les mangas d'Adachi, avec leur ambiance contemplative si particulière, leur humour un peu idiot, et les personnages qui malgré leurs airs classiques sont développés de manière très intéressante et c'est ici une fois de plus le cas.

    Mais outre ça, l'auteur nous signe en fin de volume des séquences comme seul lui en a le secret. Il a parfois des moments d'un rare génie où sa narration, son découpage sont vraiment très puissants, donnant une intensité rare à certains passages de son récit. C'est subtil, les émotions sont supers biens retranscrites et c'est un grand moment de BD. Et avoir ça dès un tome 1, c'est vraiment très impressionnant.

    En plus, en parallèle de ça, Adachi commence à brosser une situation et des personnages tout à fait sympathiques, et ces séquences magistrales dans la seconde moitié du tome ne font que renforcer l'envie de lire la suite immédiatement. [9]

    -

    Tomes 2 et 3 : Après un excellent premier tome, on passe à une période fin de collège/début de lycée. L'on voit comment les personnages ont évolués depuis la fin du tome 1, et cet événement qui les a forcément marqué à jamais. Chacun à évolué mentalement, dans ses relations avec les autres...

    Comme toujours avec Adachi, on a un très bon travail sur les personnages. Surtout qu'il semble très inspiré sur cette série, adoptant un ton plus mature et sérieux que dans une série comme H2 ou Niji-Iro pour plutôt se rapprocher de celui de l'excellente série Katsu, ce qui n'est pas pour me déplaire. Et dans chaque tome on a une collection de moments géniaux où l'on quitte le ton d'apparence léger de la série pour vraiment développer les perso et c'est comme toujours absolument grisant à lire. Dans ces moments, la narration et le découpage d'Adachi est toujours parfait, réussissant complètement à nous plonger dans l'ambiance désirée.

    D'ailleurs, c'est toujours béton côté dessins si on aime le style de l'auteur. On a toujours les personnages simples mais expressifs, avec cette ligne souple pleine de pleins et de déliés qui sont alliés à des décors super réalistes faits pour nous évoquer rapidement des souvenirs, des ambiances, des sensations...

    Bref, c'est de l'excellent Adachi, vraiment, et j'ai hâte de lire la suite. [8] et [9]
  • Diamond is Unbreakable - JoJo's Bizarre Adventure, saga 4 (1992)

    JoJo no Kimyō na Bōken: Daiyamondo wa Kudakenai

    Sortie : .

    Manga de Hirohiko Araki

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 8

    Tome 1 : Et voilà, la 4e saga tant attendue en réédition chez Tonkam arrive enfin ! Dans celle-ci, on découvre un nouveau Jojo, Josuke, une petite frappe qui se révèle être le fils illégitime de Joseph et qui a le don de rentrer dans une rage folle dès qu'on fait un commentaire sur sa coiffure. Si au début le personnage étonne un peu, il se révèle vite très amusant et attachant, et le voir en duo avec Jotaro de Stardust Crusaders durant la majeur partie de ce tome est un vrai régal.

    Diamond is Unbreakable commence vraiment très bien. Les trois premiers chapitres sont construits un peu bizarrement, mais dès que le premier adversaire se manifeste ça devient passionnant. L'ennemi a un super stand et on a le droit à un long combat palpitant et riche en rebondissements, et ce qui rend cet affrontement vraiment génial c'est qu'il se déroule dans une petite banlieue paisible et le voisinage ne se rend compte de rien !

    L'affrontement est vraiment super bien mené, le style de Araki est super maîtrisé et lisible, les pouvoirs des stands sont inventifs, c'est vraiment très réussi. Et à la suite de ce combat, Araki développe un peu la mythologie de la série et nous introduit de nouveaux personnages charismatiques ce qui est toujours très chouette.

    Bref, ça commence sur le chapeau des roues et ça annonce déjà très bon pour la suite. [8]
  • Silver Spoon, la cuillère d'argent (2011)

    Gin no Saji

    Sortie : .

    Manga de Hiromu Arakawa

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 9
    Tome 2 : 9
    Tome 3 : 9
    Tome 4 : 9
    Tome 5 : 8
    Tome 6 : 9

    Pour les avis sur les différents tomes, voir la critique.

    Tome 5 : Je reprends ma lecture de Silver Spoon après une petite pause, et j'avais oublié à quelle point cette série est une réussite totale. C'est vraiment impressionnant de voir comment Hiromu Arakawa arrive à raconter ces tranches de vies paysannes avec brio. C'est totalement captivant, les blagues sont nombreuses et hilarantes, les personnages hyper attachants et la découverte du quotidien du lycée agricole est toujours passionnante. On a quelques bons arcs dans ce tome, avec l'arrivée du petit chien ou Yûgo qui doit franchir son saut d'obstacle, avec en parallèles les préparatifs de la fête de l'école qui s'annonce mémorable.

    Silver Spoon tome 5 est encore une réussite, une de plus pour cette excellente série. [8]

    Tome 6 : Le tome 5 était très bon, mais ce n'était rien en comparaison de ce tome qui est absolument fabuleux ! Le nouveau personnage qui arrive au début du tome est une très grande réussite et est extrêmement drôle. Cette jeune fille est un archétype assez classique mais parodié et détournée de manière hilarante et chaque case où elle apparaît, chaque phrase qu'elle prononce est l'occasion de se gausser allègrement. En outre, on a une bonne petite compétition équestre avec ce qu'il faut de tension et d'empathie avec les personnages.

    On a également un développement inattendu de la partie romance de la série, qui était vraiment très discrète ces derniers temps, et c'est un vrai plaisir de voir ça en espérant que ça aura un réel impact à l'avenir. En tout cas ce tome est vraiment bien mené, il s'y passe une foule d’événements, c'est très rythmé, et Arakawa semble débarquée quasiment à chaque chapitre avec une nouvelle superbe idée pour relancer encore plus fort les différentes intrigues de la série.

    Vraiment excellent tome, certainement l'un des plus réussi (c'est dire, vu le niveau de qualité des autres) et j'ai vraiment hâte de voir les prochains volumes ! [9]
  • The Heroic Legend of Arslân (2013)

    Arusurān senki

    Sortie : juillet 2013.

    Manga de Hiromu Arakawa et Yoshiki Tanaka

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 8
    Tome 2 : 7

    Pour les avis sur les différents tomes, voir la critique.

    Tome 2 : La série est agréable à suivre. C'est assez classique, et c'est dommage que le combat entre les parses et les lusitaniens soit un peu manichéen dans ce tome. Il y a heureusement quelques nuances ça et là, mais entre l’archevêque Bodin, le traître et le type au masque d'argent, il y a pour le moment beaucoup de figures maléfiques dans le camps des lusitaniens, là où, à part le roi et sûrement la reine, il n'y a pas grand monde de vilain chez les parses. Même leurs soldats semblent moins se laisser aller à des actes de cruautés.
    Bon après, on est pas à l'abris de retournements de veste, et l'objectif que poursuit le type au masque d'argent est peut être super juste et noble, on n'en sait rien pour le moment.

    Après, ça reste franchement bien mené. Les personnages mis en avant ont tous de bons designs et donnent envie de s'intéresser à eux, mais ça manque un peu de personnages féminins pour le moment et ils cherchent peut être trop tous à être badass en permanence pour être réellement attachants, ils sont pas assez mis en danger pour le moment. On prend en tout cas quand même plaisir à les suivre et à les découvrir, et en parallèle de ça on a toujours beaucoup d'action. Que ce soit de grosses batailles ou des petits duels, il y a vraiment de quoi faire et c'est plutôt bien foutu. J'aime vraiment le fait qu'on de gros affrontements comme ça dès le départ, très intenses dès le début de la série, ça annonce vraiment du bon si il y a une montée en puissance par la suite. Bon et Arakawa assure aux dessins avec son style qui demeure toujours aussi bon.

    Donc voilà, 2e tome sympa, pour ce shônen de stratégie militaire médiévale. Quelque part l'univers change de ce qui s'est fait dans le shônen d'action pendant des années, et c'est très agréable. [7]
  • Orange (2012)

    Orenji

    Sortie : .

    Manga de Ichigo Takano

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 8

    Tome 1 : J'ai entendu pas mal de bien de ce manga donc je suis content de pouvoir enfin le tester. Surtout que je crois que c'est l'un des premiers shojo que je lis (Note : en fait, je me suis rendu compte après avoir écrit cette critique que la série est prépubliée au Japon dans un mag' Seinen...). Franchement, ce premier tome est très sympathique. Le concept de base de la série est très intéressant : l'héroïne reçoit une lettre de son futur avec les pages de son journal intime du futur pour les années à venir avec en plus des recommandations pour tenter de changer les choses et éviter un événement à venir (mystérieux au début mais rapidement révélé en cours de volume). Et forcément, on s'intéresse aux répercussions des différents choix de l'héroïne, ce qui change quand elle suit les conseils du cahier du futur, ses réactions par rapport à ce qu'elle apprend dans ce dernier... On a en outre en parallèle le destin de l'héroïne du futur, celle qui a envoyée les lettres dans le passé pour essayer de changer le cours du temps. On voit donc qu'elle est la situation a éviter.

    Ce que j'ai bien aimé, c'est qu'avec ce futur sombre à l'horizon et l’événement dramatique prédit, ça introduit une certaine gravité dans cette histoire de jeunes lycéens. On est pas dans une comédie romantique niaise. Les sentiments des différents personnages, les relations les uns aux autres sont importantes, mais voilà c'est plutôt bien fait, tout n'est pas rose (sans que ce soit non plus un récit sombre, ça reste assez léger). Il y a des choses intéressantes qui sont introduites au niveau de l'histoire personnelle d'un des personnages beaux gosses, lui donnant une certaine profondeur, et l'héroïne a des côté très intéressants dans sa caractérisation également, et j'ai hâte de la voir évoluer avec les remises en questions sur sa façon d'être que peuvent lui amener le journal (ce qui commence déjà un peu dans ce premier tome).

    Et côté dessin, c'est classique mais maîtrisé et efficace. [8]
  • Seven Deadly Sins (2012)

    Nanatsu no taizai

    Sortie : .

    Manga de Nakaba Suzuki

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 8
    Tome 2 : 7

    Pour les avis sur les différents tomes, voir la critique.

    Tome 2 : J'ai beaucoup aimé le tome 1 et j'ai eu la chance de pouvoir enchaîner directement avec le tome 2 qui est lui aussi très sympathique, mais où je trouve que les codes classiques du genre, un peu usés, se ressentent trop.

    En fait il y a trois choses qui m'ont chiffonné dans ce tome. Premièrement, le manque de charisme des ennemis, couplé au fait que c'est écrit sur leur tronche que ce sont des grosses merdes par rapport au niveau de puissance des héros et qui vont se faire facilement défoncés la tronche. Du coup, c'est pas terrible pour se sentir impliqué. Deuxièmement, l'héroïne passe les 3/4 à faire son rôle d'héroïne potiche et c'est chiant. Le fait qu'elle semble ne rien pouvoir faire en combat à par être une victime et le fait qu'elle pleurniche régulièrement la rende un peu énervante. Heureusement qu'elle a une petite scène pour montrer son courage et sa détermination en fin de tome. Si elle continue à faire des actions comme ça par la suite, ça rendra la lecture plus agréable.

    Troisièmement, j'ai trouvé la trame globale est un peu basique et confuse. J'ai mis un peu de temps à cerner la nature véritable des Seven Deadly Sins (puisque qu'ils ont un nom négatifs mais semblent avoir été des chevaliers sacrés autrefois ?), et le fait qu'il y ait ce coup d'état présent et celui du passé donne l'impression confuse de coups d'état permanent... Et les chevaliers sacrés sont pour l'instant un peu des méchants biens basiques sans subtilités.

    De plus, l'intrigue de base "allons réunir tous les anciens compagnons du héros, bien lentement, un par un, avec une aventure par endroit, pour aller péter la gueule aux chevaliers du gouvernement qui ont renversés le gentil roi parce que ce sont des vilains, alors que le héros semble à priori capable de tous les battre à lui tout seul" est pas hyper emballante pour le moment.

    Ceci étant dit, ça reste efficace, avec de beaux dessins, des bastons énergiques et bien chorégraphiés et pas mal de "money shot" qui font mouche. Il y a des éléments posés qui donne envie pour la suite, l'univers est toujours aussi agréable. Donc j'irais voir la suite sans soucis, mais voilà, ce tome 2 n'est pas exempt de quelques défauts. [7]
  • Niji Iro Tohgarashi

    Sortie : 2003.

    Manga de Mitsuru Adachi

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 7
    Tome 2 : 8
    Tome 3 : 8
    Tome 4 : 8
    Tome 5 : 7
    Tome 6 : 7
    Tome 7 : 7
    Tome 8 : 7

    Pour les avis sur les différents tomes, voir la critique.

    Tome 8 : Un tome essentiellement consacré à régler cette affaire de possessions entamée dans le tome précédent. Bon, je dois avouer que je ne suis absolument pas inspiré pour écrire cette critique. C'est encore une fois très agréable à lire, Adachi mène toujours aussi bien son manga, avec toujours une narration et un dessin très réussi. Ce n'est pas le meilleur arc du manga, même si cet hypnotiseur est quand même un adversaire retors. Le voyage commence tout de même à être long, et on manque un peu de vraies avancées dans le développement des personnages ou dans la résolutions des mystères ou des pistes narratives lancées de longue date. [7]
  • Galaxy Express 999 (1977)

    Ginga Tetsudō Three Nine

    Sortie : janvier 1977.

    Manga de Leiji Matsumoto

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 7
    Tome 2 : 8
    Tome 3 : 8

    Tome 1 : Je découvre l'oeuvre de Leiji Matsumoto avec ce premier tome de Galaxy Express 999 ma foi plutôt très convaincant. L'univers développé est vraiment très intéressant, c'est toujours très inventif, avec une belle poésie mélancolique dans pas mal de concepts qui font tout le charme du manga. Voir ce vieux train s'envoler dans l'espace en serpentant est vraiment très beau. Et il y a ensuite toute cette aura de mystère autour du train, de qui a pu le construire, sa destination, son but et aussi sur la mystérieuse accompagnatrice du héros, Maetel dont on ne sait trop rien sur les raisons de ses agissements et sur son passé. Et puis l'on attends de voir comment notre niais de personnage principal va évoluer au cours de ce voyage initiatique avec la question qui est posé dès le début, voudra t-il encore d'un corps robotique à la fin de son voyage ?
    Un bon premier tome dans tous les cas, avec, comme je l'ai dit, un très bel univers, et une belle élégance graphique et narrative. C'est vraiment du bon boulot, même si c'est malheureusement un poil répétitif avec tous les arrêts (sauf le dernier de ce tome) qui durent tous inlassablement un seul chapitre. Donc j'espère que Matsumoto arrivera à ce renouveler à ce niveau là par la suite sinon ça pourrait devenir un poil gonflant à la longue. [7]

    Les tomes 2 et 3 sont très bons. Y a vraiment de bonnes histoires, pleins d'excellents concepts, et certaines histoires ont le droit à des pages absolument magnifiques et impressionnantes, comme celle où le train se retrouve entouré de feuilles mortes ou une séquence de foule dans un chapitre plus tardif. Très bonne série, dans un esprit assez similaire à Black Jack.
  • Black Jack (1973)

    Burakku jakku

    Sortie : .

    Manga de Osamu Tezuka

    [Série en cours de lecture]

    Tome 0 : 9
    Tome 1 : 9
    Tome 2 : 8
    Tome 3 : 9

    Pour les avis sur les différents tomes, voir la critique.

    Tome 0 : C'était un vrai plaisir de se remettre à lire du Black Jack. Les histoires contenues dans ce tome, toutes en couleurs, sont vraiment d'excellents récits. On retrouve tout le génie de la série avec déjà des situations extrêmement variées, toujours surprenantes et originales, avec toujours un angle d'attaque très intéressant de la part de Tezuka. Il y a vraiment une belle variété de thème et à chaque fois il les exploite vraiment de belle manière dans des récits qui prennent des allures de fables sur la nature humaine. Il y a toujours une espèce de leçon, de regard sur l'humanité qui se dessine en filigrane des récits et c'est vraiment ça la force de Black Jack. Ce ne sont pas de simples histoires de divertissements bien faite, Tezuka y fait en plus passer des messages, et des constats sur ces contemporains. C'est toujours très malin, très bien ficelé, avec de nombreux rebondissements, et c'est vraiment très très agréable à lire. En plus le dessin est hyper dynamique et expressif, avec une belle inventivité dans le découpage, et les couleurs sont très sympathiques elles aussi (sans être extraordinaire, mais elles font le job).

    Franchement, excellent tome pour une excellente série. En plus y a deux histoires que j'avait adoré dans les micro tomes 1 et 2 (celle sur l'origin story de la cicatrice et du changement de couleur de peau de Black Jack et celle sur le mec qui fait des sushis, qui sont toutes deux très très réussies et marquantes, deux petites pépites) qui sont réimprimées ici et c'était une vraie joie de les relire. [9]

    Tome 3 : La série est toujours très très agréable à lire, avec d'excellente histoires courtes. [9]
  • Inspecteur Kurokôchi (2012)

    Kurokôchi

    Sortie : .

    Manga de Koji Kôno et Takashi Nagasaki

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 8
    Tome 2 : 9

    Pour les avis sur les différents tomes, voir la critique.

    Tome 2 : 2e tome des aventures policières du lieutnant Kurokôchi et celles-ci se révèlent toujours aussi excellentes ! J'ai l'impression que la série monte encore d'un cran niveau qualité d'écriture dans ce tome, les dessins sont aussi plus précis, et on est vraiment immergé dans le monde de la corruption politique et policière japonaise.

    Franchement, je ne regrette pas du tout d'avoir donner une chance à cette série parce qu'elle est vraiment géniale et palpitante. Les éléments qui se mettent en place dans ce tome, qu'on pourrait synthétiser comme étant "un complot à grande échelle" enrichissent vachement la mythologie de la série et la font se diriger dans une direction très intéressante. Après tout, on parle du co-scénariste d'Urasawa, donc retrouver des idées de complots à grande échelle et de personnages qui se retrouvent embarqués la dedans est plutôt logique. Mais à part ça, le travail de Nagasaki reste complètement différent de celui de Urasawa. Ses personnages n'ont rien à voir, que ce soit ce farfelu de Kurokôchi, ce blanc-bec de Seike ou encore ce truand dégueulasse de Sawatari. Mais ils sont réussis, charismatiques et on prend plaisir à les suivre.

    Il y a une maîtrise narrative évidente derrière ce manga. Les
    dialogues sont biens menés, les explications et l'intrigue toujours claires, les rebondissements nombreux et il y a bien entendu ce personnage principal imprévisible. Et la construction du tome est très bien faite, avec un premier chapitre un peu one-shot qui nous réintroduit à l'univers de la série avant de basculer à la toute fin vers l'intrigue de grande envergure qui occupera le reste du volume.

    Bref, c'est franchement une réussite et j'ai hâte de lire la suite de la série. [9]
  • Amanchu!

    Sortie : mars 2011.

    Manga de Kozue Amano

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 7
    Tome 2 : 7

    Pour les avis sur les différents tomes, voir la critique.

    Tome 2 : Amanchu est vraiment un manga particulier. J'aime bien l'atmosphère de contemplation, de bien-être, qui s'en dégage, j'aime bien les dessins, mais il faut bien avouer qu'il ne se passe pas grand chose dans ce manga, et qu'il a quand même un côté petit bourgeois niais qui limite sa portée et son accessibilité. Parce qu'on parle quand même d'un manga sur la plongée sous-marine, qui n'est quand même pas le sport, l'activité, qui est la plus facile d'accès (financièrement parlant), on en conviendra.

    Et ensuite, il faut voir les problématiques et les enjeux soulevés dans ce manga "Oh mon dieu, je n'arrive pas à respirer sous l'eau avec mon masque et mon tuba dans une piscine de 1m50 de fond ! C'est la fin !", "Oh mon dieu, la mémoire de mon téléphone est pleine et je ne peux plus prendre de photo ! Qu'est-ce que je vais devenir ?" (la mangaka arrive à faire deux chapitres très premier degrés là-dessus, vous êtes prévenus)... C'est tout de même un brin ridicule.

    Mais bon, ça a beau être niais, ça reste rafraîchissant, mignon et joyeux. On se laisse porter par cet univers idyllique où les vrais problèmes n'existe pas, où tout le monde est innocent et se laisse porter par les plaisirs simples de la vie, de l'amitié et d'une belle journée. Et puis c'est plutôt rigolo et les dessins sont très beaux.

    Bref une curiosité, mais qui a un côté charmant qui donne bien envie d'aller voir la suite de la série. [7]
  • Katsu! (2001)

    Sortie : .

    Manga de Mitsuru Adachi

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 8
    Tome 2 : 8
    Tome 3 : 9
    Tome 4 : 9
    Tome 5 : 8
    Tome 6 : 9
    Tome 7 : 10
    Tome 8 : 8
    Tome 9 : 8
    Tome 10 : 8
    Tome 11 : 7

    Pour les avis sur les différents tomes, voir la critique.

    Tome 9 : Hop, on reprend la lecture de la série Katsu. Dans ce tome, Adachi développe le nouveau boxeur introduit dans le tome 8 et montre à quel point il est fort. Ça se lit très agréablement, comme toujours avec la série et comme souvent avec l'auteur, qui sait d'ailleurs varier les plaisirs dans la deuxième partie du tome qui est une respiration bienvenue entre les phases de matchs et d'entraînement. Plus que le nouveau boxeur, j'ai vraiment aimé le travail que fait Adachi sur Kimoto dans ce tome, le personnage évolue de manière intéressante.
    Et sinon c'est toujours drôle, prenant, très beau et très bien mis en page. [8]

    Tome 10 : Très bon 10e tome qui voit en parallèle se dérouler le tournoi de boxe et une avancée très intéressante des relations entre les deux héros (et qu'on attendait depuis longtemps). Comme d'habitude, Adachi raconte ça vraiment super bien, c'est hyper fluide, dynamique, avec les silences et les pauses contemplatives nécessaires et un humour crétin mais toujours drôle. Et son style est bien entendu très beau. [8]

    Tome 11 : Un tome étonnant. Adachi part sur une toute nouvelle intrigue en début de tome, avec une histoire de maison de vacance, un amour d'enfance de Katsu la fille qui revient, des mystères... On essaye d'assimiler tous ces nouveaux éléments qui débarquent d'un coup... Et le chapitre d'après il en a plus rien à foutre et on ne réentendra plus jamais reparler de ça... Bon. Pourquoi pas.
    De même, la déclaration qu'il y a eu dans le tome précédent et qui nous semblait, forcément, importante, n'a désormais plus aucune conséquence et la séquence aurait pu ne pas avoir eu lieu, je crois que le tome serait identique, dommage.
    Mais le tome reste quand même très sympa. Après l'errance de début de tome, Adachi construit savamment la rivalité entre Katsu le garçon et le boxeur baseballeur ainsi qu'avec le boxeur aux corbeaux (vous avez vu comme je retiens les noms ?). Désormais il y a un vrai enjeux dans l'affrontement à venir entre les personnages et ce n'est plus aussi gratuit que cela pouvait le paraître auparavant, et forcément c'est intéressant.
    Bon et à part ça, c'est toujours très beau et la narration d'Adachi reste toujours au top. [7]
  • Hanashippanashi

    Sortie : 2002.

    Manga de Daisuke Igarashi

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 8

    Tome 1 : Un manga avec 9 de moyenne SC, dont le premier tome, épuisé et non réédité, est vendu hyper cher sur le net, forcément ça intrigue. Surtout que, pour avoir lu les premiers tomes des Enfants de la Mer, je sais que Daisuke Igarashi a du talent dans les mangas contemplatifs.

    Par chance, j'ai réussi à trouver ce manga dans une petite boutique d'occas', et c'est vraiment un titre très étonnant qui est vraiment en marge de ce qui sort habituellement (bon, on s'en doutait un peu à la couverture, en même temps).

    Sachez que ce tome est en fait un recueil de très courts récits, d'une dizaine de page environ chacun (même si leur taille est variable) qui sont des tranches de vies poétiques et fantastiques. Le style des récits est assez déconcertant, avec des choses complètement étranges, un peu absurdes, qui débarquent dans un quotidien tranquille et méditatif. L'auteur et le lecteur prennent alors le temps de contempler et capturer ce moment étrange, étonnant et furtif qui se termine aussi vite qu'il est venu. Il n'y a vraiment aucune histoire, aucun accomplissement, c'est de la pure contemplation, de la pure tranche-de-vie avec une fin abrupte et souvent un peu poétique et tranquille.

    C'est servi par le trait fragile d'Igarashi qui alterne entre des dessins qui semblent être des maladresses et d'autres qui sont vraiment très justes, très beaux, très délicats et qui renforcent pleinement la puissance poétique de son oeuvre. Y a tout de même un vrai savoir dans le découpage, pour installer une ambiance qui est vraiment particulière.

    Mais voilà, c'est justement très particulier, et c'est pas toujours évident de profiter des récits à leur maximum. Il faut déjà passer le stade de la surprise initiale, réussir à rentrer dans le rythme, surtout qu'on change d'histoires en permanence... Quand on lit ça un peu fatigué, dans son lit, c'est pas ultra évident, et il vaut mieux savourer ce manga quand on a un peu de temps devant soi pour vraiment réussir à s'immerger dans l'univers de l'auteur qui vaut tout de même le coup d’œil.

    Je ne suis pas sur d'avoir entièrement capté tout le génie de cette pépite du 9e art (eu égard à sa moyenne SC), mais ça reste très sympathique et j'ai hâte de voir ce que nous réserve le second tome. [8]
  • Rough (1987)

    Rafu

    Sortie : août 1987.

    Manga de Mitsuru Adachi

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 7

    Tome 1 : Aller hop, encore un petit test d'une série Adachi. Voici donc Rough, une série de Adachi qui date tout de même de 87, donc pas son oeuvre la plus récente et qui parle de romance lycéenne et natation.
    Pour l'instant ça démarre tranquillement, comme souvent avec l'auteur qui met souvent un peu de temps à se roder avant de vraiment lancer sa série. Là on a tout une galerie de personnages à découvrir ainsi que l'héroïne et l'histoire secrète qui l'"unit" (même si c'est plutôt l'inverse dans les faits) avec le héros. A voir comment tout ça se développera. Pour l'instant on est plutôt dans la tranche de vie humorisitique et ça marche bien. [7]
  • Tokyo Ghoul (2012)

    Tōkyō Gūru

    Sortie : .

    Manga de Sui Ishida

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 7
    Tome 2 : 7

    Pour les avis sur les différents tomes, voir la critique.

    Tome 2 : La série continue tranquillement, Sui Ishida développant petit à petit l'univers et la mythologie des goules tokyoïtes qui devient de plus en plus riche de chapitre en chapitre. Et outre l'initiation du héros à ce nouveau monde, les enjeux augmentent dans ce tome avec de vrais adversaires qui apparaissent dans la série et l'on s'aperçoit assez rapidement qu'ils ne sont pas là pour rigoler. C'est sombre et parfois un peu violent/gore, mais l'auteur arrive à ne pas trop verser dans du malsain sans intérêt (même si on a le droit à une image peut-être un peu gratuite, mais c'est sans doute voulu pour représenter le choc que ça représente pour le héros).
    C'est toujours une bonne lecture, avec une relation entre le monde des goules et celui des hommes que j'aime beaucoup et que l'auteur exploite bien.
    Cependant, je n'ai plus la surprise de la découverte vu que j'ai déjà vu ça en anime, donc difficile de juger réellement le manga, surtout quand tout est construit autour d'une montée en puissance progressive, de la découverte d'un monde et des factions pas si manichéennes que ça qui l'habite ainsi que d’événements toujours plus marquants et traumatisants.
    Honnêtement j'ai pris plus de plaisir à la découverte de l'anime qu'à la redécouverte de l'oeuvre en manga, mais voilà, comme je viens de le dire, difficile de dire à quoi ce sentiment est dû réellement. [7]
  • Mix (2012)

    Sortie : .

    Manga de Mitsuru Adachi

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 7
    Tome 2 : 7

    Pour les avis sur les différents tomes, voir la critique.

    Tome 2 : J'ai mis du temps avant de lire ce tome 2, donc j'étais content de retrouver le style de narration si particulier d'Adachi, son univers scénaristique, ses dessins et les beaux décors ultra-réalistes de ses assistants (très gros boulot à ce niveau là dans ce tome)... Mais force est de constater que Mix manque pour l'instant un peu de pep's. Le fait que les personnages soient bloqués par les magouilles qui se jouent dans leur équipe de baseball empêche vraiment le manga de prendre leur envol. Les personnages sont un peu démoralisés, c'est la saison des pluies, les personnages apprennent encore à se connaître, les mystères sur les uns et les autres sont encore enfouis, du coup ça entraîne un rythme un peu contemplatif et morne un peu dommage. Le match de fin de volume arrange un peu la chose mais pas totalement. J'espère donc que la situation va se débloquer assez vite pour que la série gagne en intérêt.
    Mais bon, malgré tout ses défaut, ça reste sympathique, et comme je le disais en début de chronique, c'est toujours cool de retrouver Adachi. Et après, reste le fait que je n'ai pas terminé Touch, donc je ne saisis certainement pas toutes les références, loin de là. [7]
  • Nobles paysans (2006)

    Hyakushō Kizoku

    Sortie : .

    Manga de Hiromu Arakawa

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 8
    Tome 2 : 8

    Tome 1 : Si mes souvenirs sont bons, Hiromu Arakawa avait dit dans un des tomes de Fullmetal Alchemist qu'elle rêvait de faire un tome rien qu'avec des bonus... C'est un peu à quoi ressemble ce premier tome de Nobles Paysans et ce n'est pas pour me déplaire car l'auteure a montré plus d'une fois qu'elle avait un très bon humour et son trait simpliste pour les bonus reste très efficace, expressif et agréable. On pourrait peut être reprocher un excès de dynamisme parfois, donnant une impression un peu hystérique à tout ça, mais ce n'est pas hyper prononcé non plus ni franchement gênant.
    Le volume est remplit d’anecdotes intéressantes et amusantes sur le monde agricole japonais et le passé à la ferme de l'auteure et ça se lit très agréablement, sans être redondant. Hiromu Arakawa semble passionnée par son sujet et avoir beaucoup de choses à dire et à partager avec les lecteurs et c'est tant mieux. Certains point abordés sont proches de Silver Spoon mais le changement d'angle de vue permet de leur donner une fraîcheur nouvelle.
    Bref, si vous aimez les bonus d'Hiromu Arakawa et Silver Spoon, ce manga devrait vous plaire, et plus largement, ça devrait plaire aux amateurs de mangas humoristiques. [8]

    Tome 2 : Toujours aussi sympa cette série annexe de Hiromu Arakawa. Alors, ça ne vaut peut être pas Silver Spoon, mais c'est très sympathique. Un bon mélange d'humour (surtout que l'auteure n'a rien perdue de sa drôlerie) et d'instruction puisqu'on apprend toujours des choses sur le monde agricole (et plus particulièrement celui japonais), ce qui est franchement sympa.
    Une petite lecture détente, hyper facile à lire, avec des petits chapitres courts et un dessin épuré mais toujours efficace. Vraiment très bien. [8]
  • Radiant, tome 1

    Sortie : .

    Manga de Tony Valente

    [Série en cours de lecture]

    Si Radiant ne semble pas être la série la plus originale du monde à première vue, il y a bien une chose qu'on ne peut pas lui enlever, c'est extrêmement joli. Tony Valente est vraiment un excellent dessinateur et son style est vraiment carré, maîtrisé et élégant. Alors oui, il est assez classique, très "style manga générique", mais force est de constater que ça marche remarquablement bien. Pas de fausses notes, de trucs un peu moins maîtrisés qui traînent par ci, par là, c'est bien fait du début à la fin, et ça rend vraiment la lecture très agréable.
    Et l'autre bon point, c'est que c'est couplé avec un humour très présent et qui fonctionne plutôt très bien. La série ne se prend pas souvent au sérieux, on a pleins de personnages comiques délirants et loufoque... Et puis il faut bien dire qu'il y a le côté frais d'avoir un humour plus frenchy, forcément, qu'à l'accoutumé. Il y a une sensibilité différente, pas forcément hyper marquée mais qui se sent, qui donne un charme particulier à ce tome.
    Après, comme ça se devine à la seule vue de la couverture, l'histoire en elle même n'est pas follement originale. Mais vu que globalement je fais en sorte d'éviter les nekketsu de baston archi classiques, en lire un pour une fois n'est pas désagréable. Pour ceux qui ne lisent que ça, pas sur que Radiant ait assez d'originalité pour s'imposer. Il y a bien un univers, une galerie de personnages efficace, cette humour qui fonctionne bien, ce beau dessin, et quelques pistes scénaristiques intéressantes à base de manichéisme peut être pas aussi présent que ça ou peut être pas celui que l'on imaginait au début qui sont toujours bienvenue.
    Mais on a aussi des poncifs avec ce héros archi classique (bourrin, un peu crétin et niais, possédant une spécialité inné pour surmonter l'adversité, et bien sur rêvant d'aventure, voulant prouver sa valeur, détestant l'injustice et appartenant à un groupe social rejeté par la majorité), cet univers de magiciens rigolo revisité sauce shônen, et toute une foule d'étapes obligatoire du genre dans l'histoire et quelques personnages aux caractéristiques typique du genre.
    Mais voilà, ça reste une lecture plaisante et j'ai envie de voir comment Valente a développé son histoire par la suite.
    Et ça fait vraiment plaisir de voir un auteur français aussi beau et efficace visuellement.
  • Kids on the Slope (2007)

    Sakamichi no Apollon

    Sortie : .

    Manga de Yuki Kodama

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 7
    Tome 2 : 7
    Tome 3 : 8
    Tome 4 : 8
    Tome 5 : 8

    Pour les avis sur les différents tomes, voir la critique.

    Tome 5 : Cette chronique de vie quotidienne et amoureuse dans le japon des années 60 marche décidément toujours aussi bien. C'est un plaisir de retrouver nos héros, toujours travaillés et attachants, dans de nouvelles péripéties qui vont voir leurs relations amoureuses toujours se complexifier et leur amitié se renforcer. Notons quand même le personnage de Jun qui évolue pas mal et qui devient une espèce d'élément imprévisible très intéressants pour la dynamique du groupe (et surtout pour Yurika et Sentarô).
    Donc voilà, une très bonne série qui continue sur sa lancée, que demander de plus ? [8]
  • Ascension (2008)

    Kokō no Hito

    Sortie : avril 2008.

    Manga de Shin'ichi Sakamoto

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 7
    Tome 2 : 8
    Tome 3 : 7
    Tome 4 : 8
    Tome 5 : 8
    Tome 6 : 7
    Tome 7 : 7
    Tome 8 : 8
    Tome 9 : 8

    Pour les avis sur les différents tomes, voir la critique.

    Tome 9 : Encore un tome où l'on va de surprise en surprise. Décidément, Sakamoto aime prendre le lecteur au dépourvu ! Mais ce qui est bien avec ces surprises c'est qu'elles vont dans le bon sens. Il y a une belle qualité dans ce tome qui fait plaisir à voir, que ce soit dans cette partie cachée jusque là de l'expédition 14 Mountain dans les Alpes Japonaises ou dans dans toute la seconde moitié du volume.
    Les personnages me semblent plus entiers, la noirceur de l'oeuvre un peu allégée et c'est agréable. En plus, pour ne rien gâcher, le manga est toujours aussi beau.
    Franchement un bon tome, qui se lit très vite puisque la narration de Sakamoto est vraiment très décompressée, mais qui n'empêche pas de passer un bon moment de lecture. Et j'ai aucune idée d'où va nous amener la suite. [8]
  • Ghost in the Shell (1989)

    Kōkaku Kidōtai

    Sortie : mars 1989.

    Manga de Masamune Shirow

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 7

    Tome 1 : Je découvre la fameuse série Ghost in the Shell, qui me semble surtout connue grâce aux films de Oshii, par le manga de Masamune Shirow, qui est le matériel d'origine.
    Et ce premier tome est plutôt déstabilisant. Le point le plus étonnant est celui d'avoir l'impression de lire le manga en version commentaires audio, puisque l'auteur met des notes en bas de pages quasiment toutes les deux pages pour expliquer des points sur son univers ou même se laisser aller à ses réflexions personnelles. Du coup, forcément, ça devient très verbeux. Et il faut faire aussi avec tout un vocabulaire et pleins d'éléments futuristes assez techniques à intégrer rapidement, alors que tout ça est couplé avec un peu de politique en mode guerre froide. C'est du coup assez ardu de vraiment rentrer dans l'oeuvre et bien comprendre les enjeux. On découvre en même temps un univers, des technologies, l'histoire, les personnages, les différents enjeux, et il est facile de se perdre dans tout ça. Surtout que des concepts comme celui de "Ghost" ne sont jamais hyper clairs.
    Après, ça reste très sympathique. L'univers est intéressant, y a un bon humour, des personnages plutôt cool, de bonnes scènes d'action et des thématiques intéressantes. En plus le dessin de Shirow, très 80's mais avec un petit côté Otomo, est très sympathique (bien qu'un peu brouillon par moment dans les scènes d'action).
    Au final un premier tome ardu, mais très encourageant. A voir ce que nous réserve la suite de la série. [7]
  • Ikigami : Préavis de mort (2005)

    Ikigami

    Sortie : .

    Manga de Motorô Mase

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 8
    Tome 2 : 9
    Tome 3 : 8
    Tome 4 : 8

    Pour les avis sur les différents tomes, voir la critique.

    Tome 4 : Tome 4 : Très réussi ce tome 4 avec deux histoires vraiment efficaces. Bon déjà, la bonne nouvelle c'est que dans ce tome on a le droit à une histoire avec une femme touchée par l'ikigami, ce qui permet de rééquilibrer un peu la balance homme/femme. En plus l'histoire est très réussie, posant des questions intéressantes, et avec une bonne remise en question de l'ikigami (remise en question qui semble se faire de plus en plus forte dans la série, on avait déjà le mari de la politicienne du tome 3 qui voulait lui aussi agir pour arrêter ce programme...). La première histoire, sur l'éducation, avec ce prof d'anglais de 24 ans qui à l'air d'en avoir 31 était aussi très bien, montrant bien les pétages de plomb logique que peuvent entraîner l'ikigami quand il arrive à quelqu'un au fond du trou. D'ailleurs il y a un bonne répartition dans ce tome et dans le précédent entre les récits qui brisent un situation qui va plus ou moins bien, avec un certain équilibre et ceux qui arrivent sur un gars qui n'a déjà plus rien et est dans une situation insupportable. En fait c'est ce côté "briseur de statut quo" de l'ikigami qui est intéressant puisque la personne touchée se donne souvent un objectif à la con pour sa dernière journée (en même temps, si il ne s'en donne pas un et qu'il ne fait rien d'intéressant, le récit risque d'être un peu chiant, où il faudrait trouver un bon angle pour l'aborder).
    Ah et le bon élément du tome, c'est que le côté fil rouge entre les différentes histoires qui se développe à la toute fin et qui pourra donner de bonnes choses par la suite et redynamiser la formule de la série (même si ça marche pour l'instant encore très bien). En tout cas, c'est sacrément intriguant et ça donne envie de lire le tome 5 rapidement. [8]
  • Wet Moon, tome 1

    Sortie : .

    Manga de Atsushi Kaneko

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 8

    Tome 1 : Ça commence extrêmement bien et j'adore le style graphique d'Atsushi Kaneko, il est vraiment somptueux. [8]
  • Assassination Classroom (2012)

    Ansatsu Kyōshitsu

    Sortie : .

    Manga de Yūsei Matsui

    [Série en cours de lecture]

    Tome 1 : 8
    Tome 2 : 8
    Tome 3 : 7

    Pour les avis sur les différents tomes, voir la critique.

    Tome 3 : Je lis ce tome 3 plus de 6 mois après les précédents... Mais ça ne m'a pas empêché de l'apprécier. Ça reste toujours une série très agréable avec un ton assez délirant. Il y a des choses vraiment bien dans ce tome, comme la nouvelle élève qui est juste un monolithe robotique avec un visage sur un écran. Avec ce nouveau personnage, l'auteur se permet quasiment autant de délires qu'avec Koro Sensei, soulignant la grande inventivité dont il peut faire preuve. Y a pas mal de passages drôle avec elle, ça rappelle presque du Bobobo par moment (à se demander si l'auteur n'a pas été assistant de celui de Bobobo ou inversement), dommage qu'elle n'apparaisse pas dans plus de chapitres...
    Plus globalement, le tome est très sympathique. Ce n'est pas toujours hilarant, mais on s'amuse bien, il y a de bonnes idées, et Koro Sensei est toujours aussi débile. Le seul problème venant en fait des élèves et des personnages humains en général (soit 90 % du cast en fait) qui ont du mal à être charismatiques et à s'imposer. Mais bon, c'est plutôt drôle, le personnage principal est toujours fascinant, on a quelques mini indices sur le mystère l'entourant, et il y a toujours cette bonne ambiance "je suis heureux de vous apprendre comment m'assassiner", "nous sommes heureux d'essayer d'assassiner notre professeur" même si c'est un peu moins prononcé que dans les tomes précédents.
    En tout cas, j'irais volontiers lire la suite. [7]