Cleared 2019

Avatar Adriou Liste de

10 jeux vidéo

par Adriou
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Super Night Riders (2016)

    Sortie : . Arcade et course.

    Jeu vidéo de neko.works sur PlayStation 4, Xbox One et PC

    Temps de jeu ~5h
    3 Janvier
    100% achievements

    Un bon Hang-On-like, fait par un petit développeur français.
    C'est pas très beau et sans doute moins profond qu'un jeu de la saga de Suzuki-san, mais ça fait le taff.

    On s'habitue rapidement aux commandes, et à la façon d'esquiver et de contre-esquiver les motos. C'est propre et ça répond bien. Les différents stages sont tous plutôt faciles à passer (on a un timer à respecter, exactement comme dans Hang-On ou Outrun). Le stage final 1 to 36 (qui comprend tous les stages du jeu à la chaine sans interruption), nous impose de rester concentré un bon quart d'heure, et le challenge est bien la.

    Attention à la version One X, le frame-rate n'est pas stable du tout (sans doute à cause de son passage en 4K, bien que ça n'excuse en rien l'optimisation foireuse). On passe de 60fps à 30fps selon les étapes, sans compter que certaines peuvent être particulièrement instables. Ce n'est pas hyper gênant mais c'est un inconvénient notable de cette version console (je ne sais pas pour la version One S ou la version PC avec une config solide, ça doit certainement mieux se passer). Le mode "classic" avec les graphismes rétro atténue pas mal le problème, mais c'est loin d'être parfait.
  • Bande-annonce

    Shenmue I & II (2018)

    Sortie : . Action-Aventure.

    Compilation de jeux de d3t et SEGA sur PlayStation 4, Xbox One et PC

    Shenmue I - 100% achievements
    Temps de jeu ~15h
    5 Janvier

    Quelques mois ont passé et d3t a enfin patché tous les bugs. Le premier opus, basé sur l'unique version Dreamcast, était apparemment le plus touché des deux jeux. Suite à ma session et après avoir remporté tous les succès du jeu (très/trop faciles à remporter imo), je suis rassuré car je n'ai eu quasiment aucun problème. Pour tout vous dire, c'est 2 retours au menu de la console et 1 petit freeze qui ont su m'énerver un peu, et basta. Le jeu tourne très bien et n'a aucun bugs visuels autres que ceux d'origine (les passants fantômes, et les chariots qui disparaissent quand on leur fonce dedans avec le nôtre, lors du boulot de cariste). Mieux, il améliore pas mal de choses évidemment : Haute résolution, 16/9 (sauf pour les cinématiques, mais c'est bien normal), suppression des nombreux ralentissements de la version Dreamcast... Bien sûr, il n'y a eu aucune amélioration des textures et ça peut piquer les yeux, mais je noterai par exemple lors du "combat des 70" que Ryo garde sa modélisation complète alors que les devs de l'époque avaient dû revoir le nombre de polygones du perso à cause des limitations techniques de la Dreamcast. Bref, au pire, on a le droit à de l'émulation assez basique, au mieux, on a des affinements techniques qui améliorent, ou du moins qui adoucissent un peu le confort de jeu. Par exemple, la config des commandes est très bonne.

    En dehors des aspects techniques de cette tardive adaptation HD, Shenmue est toujours une expérience unique. Son charme et son caractère en font une œuvre forte. Tout est bien mené, les moments de bastons et les QTE sont placés minutieusement au sein d'une enquête simple, calme, méthodique. On apprend des techniques avec de grands maîtres, on dialogue avec plein de gens cools, on joue à Hang-on Arcade perfect, Space Harrier, le jeu des fléchettes, on collectionne les gachas, bref, ce titre est toujours une énorme source de plaisir vidéo-ludique, pour peu qu'on soit amoureux de Sega.


    Shenmue II - en cours...
  • Knuckles' Chaotix (1995)

    Sortie : 1995. Plateforme.

    Jeu vidéo de SEGA sur 32X

    Temps de jeu ~3h
    7 Janvier

    Totalement indigeste et à côté de la plaque, ce spin-off de Sonic est une blague. Certes, le choix des persos, jouer 2 d'entre-eux liés par un fil dans un univers bariolé, c'est sympa deux minutes, mais on s’aperçoit rapidement que le système ne tient pas debout. Non seulement, on ne contrôle pas grand chose dans ce drôle de bazar, mais en plus, il n'y a quasiment AUCUN challenge. Le level-design ne veut rien dire, ça part dans tous les sens, c'est pire que n'importe quel Sonic 2D. Les musiques ne sont pas affreuses, mais elles ne sont pas bonnes pour autant, au pire, on les oublie rapidement. Les bonus ne servent à rien, la progression est barbante (on revient toujours dans la salle de sélection des stages aléatoires, alors qu'ils sont pour la plupart très courts, donc rien ne s'enchaine naturellement), l'ambiance casse la tête, les couleurs agressent la rétine, y'a zéro challenge (pas de vies, de continues, pas la peine dtf), c'est confus et trop souvent illisible, y'a des ralentissements de partout, bref, ce Knuckles' Chaotix porte très bien son nom : Il est vraiment chaotique.

    Dernière chose : Les bonus stages (les 2 sortes) sont parfaitement immondes. Tellement que je me suis refusé de les faire au bout d'un moment.
  • Bande-annonce

    Shikhondo: Soul Eater (2017)

    Sortie : . Shoot'em up.

    Jeu vidéo de Deerfarm et Digerati Distribution sur PC, Nintendo Switch, PlayStation 4 et Xbox One

    Temps de jeu ~15h
    12 Janvier
    Fini en 1cc en mode arcade (easy)
    84% true achievements

    Shikhondo est un très bon manic shooter fait par un petit studio Coréen (je crois qu'ils sont deux développeurs). Le jeu est très court (5 stages pour seulement 35min de jeu environ) mais invite rapidement au scoring. Une fois que l'on a compris les bases à savoir : Se déplacer le plus près possible des tirs ennemis pour gonfler sa jauge de furie, combiner sa furie avec ses bombes pour exploser le score, le concept du jeu devient très accrocheur. Bien que le jeu se montre assez hardcore sur les deux derniers stages, il reste très accessible aux novices comme moi grâce à une courbe de difficulté bien maitrisée. De plus, on retient bien les patterns ennemis, que ce soit les boss où les ennemis que l'on croise. Il y a plusieurs niveaux de difficulté mais on restera volontier en mode easy tant il est déjà très difficile de terminer le mode arcade en 1cc. On retrouve aussi plusieurs modes de jeux comme le Boss Rush (affronter les 5 boss d'affilé), le Customize mode (on peut choisir son style de furie avec deux jauges au lieu d'une par exemple, ou encore la façon dont on la remplit en tirant sur les ennemis ou en s'approchant de leurs tirs...), le mode Novice (on retrouve toutes ses vies et bombes à chaque stages), le mode Hardcore (une seule vie) où bien encore un mode coop locale.
    Tous ces modes ont leur propre ranking et c'est une bonne chose, si ce n'est qu'un méchant bug a bloqué mon score en mode Boss Rush dans les négatifs (je suis pas le seul apparemment..)

    Niveau réalisation, le style asiatique horrifique est sympa, mais ça reste sommaire au niveau des effets spéciaux. Les dessins sont jolis mais la façon dont les jpeg s'entrecroisent ou zooment fait un peu cheap. Ça tourne bien heureusement en 60fps mais on notera des ralentissements lors des furies. En revanche, la lisibilité est excellente car les tirs ennemis ressortent bien des planches graphiques. La maniabilité répond très bien mais ne prend pas en compte le déplacement analogique, il est donc dans un style de jeu nerveux à l'ancienne. Heureusement qu'il y a un deuxième mode de déplacement plus lent qui permettra de se faufiler avec précision à travers les boulettes de nos adversaires.

    Le concept et la réalisation sympathiques de ce danmaku en font de toutes façons un titre accrocheur et agréable à jouer. Il lui manque certainement un peu d'ambition, mais pour un jeu indé fauché, ça reste un très bon moment.
  • Bande-annonce

    Super Mario Odyssey (2017)

    Sortie : . Plateforme.

    Jeu vidéo de Nintendo EPD et Nintendo sur Nintendo Switch

    Temps de jeu ~12h
    16 Janvier
    Terminé en duo avec mon fils
    190 lunes

    Plutôt court en ligne droite, SMO réserve certainement d'autres bonnes surprises si l'on souhaite récupérer toutes les lunes (999 en tout). Le gameplay est souple et agréable, le level design toujours soigné, les transformations bien marrantes... J'ai trouvé que pour un Mario 3D, le jeu était très facile mais j'ai apprécié la progression de l'aventure particulièrement bien rythmé, chose peu courante dans ce genre de soft.

    Quelques trucs m'ont un peu déplu comme la caméra toujours un peu pénible à recadrer (surtout en duo ou il faut rester appuyé sur un bouton pour la déplacer), la trop grande facilité générale et les récompenses en trop grand nombre.
    Les passages en 2D sont cools, mais bien trop simplifiés et ne nécessitant pas la même précision qu'un véritable opus en 2D.
    Enfin, l'aspect "aventure rythmée" est comme je l'ai dit très agréable, ça n'empiète pas forcément sur le côté exploration, mais vu que la difficulté est globalement faible, j'ai bien l'impression que je ne vais pas retenir grand chose de cet opus. Sauf peut-être si je continue à fouiller un peu tous les niveaux à la recherche de toutes les lunes... Encore faut-il que j'en ai le temps et l'envie.
    Un très bon Mario 3D quoiqu'il en soit, riche et solide dans ce qu'il propose, même si parfois j'ai eu l'impression que ça manquait pas mal d'inspiration (le niveau de la mer, l'affrontement contre le grand dragon, ou même le grand final).
  • Bande-annonce

    Super Mario 3D World (2013)

    Sortie : . Plateforme.

    Jeu vidéo de Nintendo sur Wii U

    Temps de jeu ~10h
    3 Février
    Terminé en multi (2, 3 ou 4 selon les dispos des enfants)
    185 étoiles

    Dans la même lignée que la série des "NSMB", par sa volonté de proposer du multi jusqu'à 4 joueurs sur le même écran et par sa construction générale, 3D World est un épisode de Mario particulièrement agréable à parcourir. On pourra lui reprocher d'être un peu facile (comme tous les Mario récents), mais la variété de son level design est bluffante. Sans doute le Mario le plus fun à faire en multi, il surpasse probablement la série des "new" en 2D grâce à une réalisation plus aboutie et plus originale que jamais. Seule la caméra peut s’avérer assez gênante par moments, ainsi que la perception des persos dans la profondeur des décors, qui est bien souvent trompeuse. Ceci dit, c'est un très très bon opus qui frôle le 8/10.

    Mention spéciale pour les excellentes musiques.
  • Bande-annonce

    Resident Evil 2 (2019)

    Biohazard RE:2

    Sortie : . Action-Aventure et survie.

    Jeu vidéo de CAPCOM sur PlayStation 4, Xbox One et PC

    Temps de jeu total : 58h18
    Janvier-Mars 2019

    Leon A en harcore rang C : 8h34
    Claire Bis en hardcore rang C : 8h47
    Claire A en standard rang B : 5h47
    The 4th Survivor (Hunk) : 12'39"
    The Ghost Survivors (Runaway) : 10'05"

    Plus encore que ne l'était le remake de Resident Evil premier du nom (GC, 2002), ce RE2 cru 2019 est une merveille à tous les niveaux. Repensé et restructuré dans ses moindres détails, ce survival horror d'une qualité inestimable redonne au genre ses lettres de noblesse, et va plus loin encore. Tout est agencé avec une élégance rare, presque rien n'est laissé au hasard, ce remake n'oublie rien de la pépite de 98. Il lui donne un nouveau souffle, corrige ses erreurs de jeunesse en peaufinant son level design et arrive à le transcender littéralement. En liant un gameplay tps moderne excellent (avec une localisation des dégâts sur les zombis particulièrement soignée) à des mécaniques de progression old-school qui font toujours leur effet en 2019, RE2 Remake donne non seulement un grand coup de fouet à la licence, en la rendant plus belle et plus forte que jamais. On lui pardonnera aisément son scénario et ses dialogues toujours un peu puérils, mais c'est aussi ce qui fait le charme (innocent ?) du titre de Capcom.
    Bref, même dans mes rêves les plus fous je ne sais si j'aurai imaginé un aussi bon remake, c'est dire...

    Un dernier petit mot sur l'esthétique du jeu, impeccable. Les éclairages sont superbes, passer de couloirs plongés dans l'obscurité à des salles entièrement éclairées se fait dans un naturel saisissant. De plus, grâce à un sound design d'une qualité incroyable et aux différents zombis superbement animés, RE2 Remake est le tps le plus flippant et le plus immersif auquel j'ai pu jouer depuis très longtemps. Le dernier en date doit être Dead Space (2008). Merci aussi à la technique du jeu, de la 4K en 60fps constant et un rendu d'une finesse dingue sur One X. Allez, seul petit point négatif mais pas particulièrement gênant, le manque de réaction des environnements. Rien ne peut être détruit ou abimé apparemment...
  • Bande-annonce

    Trials Fusion (2014)

    Sortie : . Course et plateforme.

    Jeu vidéo de RedLynx et Ubisoft Entertainment sur PC, Xbox 360, Xbox One et PlayStation 4

    Temps de jeu ~40h
    Mars 19
    83% mode solo

    Excellent jeu de bécane avec un gameplay sensationnel. La technique des sauts, difficile à maitriser au départ, se révèle être une précieuse alliée pour franchir les niveaux trials les plus compliqués. Le tournoi des maitres est particulièrement difficile, et je n'ai toujours pas réussi Enfer IV. Gérer la vitesse, l'inclinaison du pilote, de la moto, le poids, les rebonds, tout en cherchant le dosage parfait pour réaliser la run la plus efficace offre des heures et des heures de plaisir pur...
  • Die Hard Arcade (1997)

    Dynamite Deka

    Sortie : . Action-Aventure et beat'em up.

    Jeu vidéo de AM1, SEGA et Fox Interactive sur PlayStation 2, Saturn et Arcade

    Temps de jeu ~1h30
    Avril 19
    Fini en 15 crédits

    Un titre très fun à jouer (à deux joueurs particulièrement, mais j'ai pas encore essayé), mais vraiment très très court. Certes, le jeu a une bonne replay value si on veut tenter de le finir en 3 crédits, et je pense pas que ce soit une mince affaire... Heureusement, les développeurs ont eu la bonne idée de pouvoir nous laisser grappiller des crédits en jouant à Deep Scan (inclus dans le menu principal), un petit jeu d'arcade Sega de 1979 ou le but est d'exploser des sous-marin à l'aide d'un navire de guerre. Du coup il suffira de lancer quelques parties de Deep Scan pour pouvoir terminer le jeu rapidement et sans difficulté (une vingtaine de crédits suffisent largement pour terminer le jeu).

    La réalisation est plutôt bonne, avec une 3D fluide et solide. L'originalité du jeu réside dans le fait qu'entre chaque séquence de bagarre, des cinématiques demanderont d'appuyer sur le bon bouton avec un certain timing pour éviter des castagnes supplémentaires, style QTE (on est bien avant Shenmue, comme quoi). D'autres cinématiques présentant le grand méchant barbu et la jeune fille à sauver sont dispersées mais c'est très abrupte et ça casse un peu le rythme du jeu (bien que les temps de chargement soient assez courts).

    Niveau jouabilité, il y a de quoi s'amuser avec des combos efficaces et des coups qui launchent les ennemis. Les chopes sont plutôt nombreuses bien qu'on ne comprenne pas très bien comment elles s'enclenchent. On peut aussi ramasser des tas d'armes comme des flingues, mitraillettes, bazookas, armes blanches et plus drôle : Des bombes lacrymo (qu'on peut combiner avec un briquet pour faire un mini lance-flamme), de la poudre à éternuer, des télés, des horloges, des chaises, des balais (comme quoi la aussi, Dead Rising n'a rien inventé)...

    Dans le même style de jeu sorti à peu près à la même époque (97), si l'on cherche une expérience de vieux bta en 3D peut-être moins délirante mais plus longue et solide, il y a Fighting Force sur PS1. Certes on est pas tout à fait dans le même registre (jeu d'arcade jap vs jeu console occidental), mais il est intéressant de les mettre en parallèle et de jouer aux deux jeux... Fighting Force n'a pas la science des bta japs, mais il propose quelque chose de très intéressant lui aussi (et sa bande son est bien meilleure que celle de DHA).
  • Bande-annonce

    Dead or Alive 6 (2019)

    Sortie : . Combat.

    Jeu vidéo de Team Ninja et Koei Tecmo Games sur PlayStation 4, Xbox One et PC

    Temps de jeu : 33h
    Avril 19
    100% achievements

    DOA6 est une réussite. Oui, les temps de chargements sont longs... Oui, c'est vrai, y'a plus les persos de VF en guest star (Akira, Pai, Sarah et Jacky). Oui, le mode histoire est toujours aussi mal branlé. Oui, l'unique vieux Gen Fu n'est plus, et s'est fait définitivement remplacé par le blondinet tout fade qu'est Eliot (va-t-on le trouver en guest dans une nouvelle édition ou pire, en DLC ?). Oui le mode quest n'a rien de fou et est une copie du mode licence challenge de VF5FS (bien que plus pratique grâce à sa liaison rapide avec le tuto). Oui, le mode tag a totalement disparu. Oui, il n'y a que 2 nouveaux persos (et pas top niveau charisme).

    Voilà, c'est à peu près tout ce qui peut décevoir après une DOA5 qui était ma foi, une très grand jeu de la série, sans doute le meilleur depuis DOA2 sur Naomi. Le grand ajout de DOA6 est une jauge de super qui va pas mal dynamiser les parties, sans pour autant dénaturer le gameplay. Au contraire, alors qu'on pourrait croire qu'elle puisse déséquilibrer les combats, elle va au contraire rajouter de la technicité et de la stratégie. On va en effet pouvoir s'en servir aussi bien offensivement que défensivement : Auto-combo, coups briseurs de garde, super contres qui vont ignorer les attaques hautes, moyennes où basses, des finish moves...etc... C'est particulièrement bien fignolé et très classe. C'est en jouant en ligne qu'on va pouvoir constater l'efficacité de la nouvelle bête, de son équilibre génial, de son insoupçonnable subtilité et de sa grande variété d'utilisation.

    Pour le reste, DOA6 est plutôt beau (sans être complétement ouf), la modélisation des combattantes est toujours aussi soignée, ça tourne parfaitement bien, la résolution est fine. Le mode en ligne est efficace, on trouve rapidement des adversaire à sa mesure, bref, rien à redire de ce côté. Ce qui est particulièrement chouette, c'est qu'on a un témoin de la qualité de connexion du joueur avant d'accepter le match, ce qui nous évite de jouer avec du lag insupportable.
    Bref, en attendant les mises à jours, et les futurs persos jouables, il y a largement de quoi s'éclater, et découvrir un jeu de baston certes pas parfait, mais au gameplay divin et qui en jette visuellement.