L'encens embrase le feu qui le consume

Avatar Aurea Liste de

78 livres

par Aurea

"Dans la grisaille du présent, nous attendons un jour nouveau, une vie nouvelle, une rédemption" (Francesco Alberoni, Le choc amoureux)

Après la vengeance, le choix du pardon et du repentir, la voie de la rédemption ou de sa simple tentation.

"Ainsi se débattait sous l'angoisse cette malheureuse âme. Dix-huit cents ans avant cet homme infortuné, l'être mystérieux, en qui se résument toutes les saintetés et toutes les souffrances de l'humanité, avait aussi lui, pendant que les oliviers frémissaient au vent farouche de l'infini, longtemps écarté de la main l'effrayant calice qui lui apparaissait ruisselant d'ombre et débordant de ténèbres dans les profondeurs pleines d'étoiles" (livre 7, chap.4).

Voilà comment le génie littéraire d'Hugo dépeint la souffrance de Jean Valjean en lutte avec sa conscience pour venir à bout d'un cruel dilemme: continuer paisiblement sa nouvelle vie de maire à Montreuil sur Mer ou se dénoncer pour sauver un innocent.

D'autres oeuvres illustrent pleinement ce choix, en voici quelques unes.

Propositions bienvenues.

Couverture de Julius L.Stewart (1855-1919) Rédemption

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Les Misérables (1862)

    Sortie : 1862. Roman.

    Livre de Victor Hugo

    "Tout au long du roman nous voyons Jean Valjean plonger dans de sombres abîmes qui renvoient toujours à autre chose.
    Il en resurgit chaque fois ayant fait un pas de plus sur le chemin mystérieux de la rédemption: forçat traversant le feu pour devenir le père Madeleine (du nom de la pécheresse de l'Evangile sauvée par le Christ), maire de Montreuil sur Mer terrassé par l'idée de se livrer pour sauver Champmathieu, sombrant dans l'inconscience, à la lutte avec un songe, mais se réveillant raffermi, délivré du doute..."

    Et n'oublions pas le beau personnage d' Eponine, dont la rédemption, touchante, ( elle était menteuse, voleuse, prostituée ) passe justement par l'amour, faisant d'elle la seule véritable amoureuse de l'histoire.
    Elle montre sa compassion et son désir de changer puisqu'elle accepte l'amour de Marius pour une autre, les aide et les sauve, au sacrifice de sa propre vie.

    Merci PierreAmo

  • Crime et Châtiment (1867)

    Pryestupleyniye i nakazaniye

    Sortie : 1867. Roman.

    Livre de Fiodor Dostoïevski

    "L'esprit est l'instrument de négation de Dieu, et la négation de Dieu entraîne l'affirmation de l'homme. La souffrance ou la courbure de l'humilité provoquent l'ébranlement spirituel qui ouvre le cœur de l'homme au besoin de Dieu ; Dostoïevski a acquis la douloureuse conviction que le mal lui-même est nécessaire parce qu'il appelle le repentir et la conversion du pécheur : l'homme ne prend conscience de son âme qu'en plongeant dans l'abîme du péché. « Là où la faute abonde, la grâce surabonde » ; faute, repentir, rédemption, voilà le cycle chrétien qui sous-tend toute l'œuvre de l'écrivain."
  • Résurrection (1899)

    Voskretchenie

    Sortie : 1899. Roman.

    Livre de Léon Tolstoï

    "On dit de "Résurrection" qu'il commence comme un récit privé, intime et qu'il finit comme une grande fresque sur la Russie, la chrétienté et même sur le salut du monde.
    On dit qu'il commence microscopiquement pour finir avec une vue d'ensemble sur la société, sur la vie, mais ce roman reste un récit intime.
    Même s'il semble se dresser en drame social à grand déploiement (au fil du récit), on est constamment sur les traces du personnage principal et de sa quête, sa rédemption.Tout au long du récit, on assiste à la relation de cet homme avec la femme qu'il essaie de sauver, mais surtout, avec lui-même.
    Il essaie de se sauver lui-même et la fin est explicite sur ce sujet, en tout cas sur ce qu'il trouve comme salut."
  • La Bible

    Sortie : 1983. Beau livre.

    Livre de Gustave Doré

    "La question de la rédemption est traitée dans l’Ancien Testament en la personne du pécheur qui perpétue son péché, l’amenant à son sacrifice pour son rachat, Dieu leur a mis en place une telle loi que chacun devait offrir un bélier, un mouton ou une colombe en sacrifice, selon sa capacité d’offrande en rémission de sa sentence de mort méritée."
  • Perceval ou le Conte du Graal (1180)

    Li contes del Graal

    Sortie : 1180. Roman.

    Livre de Chrétien de Troyes

    " Avec le mythe du Graal apparaît l'espoir de la rédemption (le salut : le pardon des péchés) et la croyance que le monde pourra être libéré du mal.

    - Lancelot se lancera dans la quête du Graal, il trouve le château du Roi Pêcheur. Lancelot tente de trouver le Graal mais suite à son amour et à sa vertu pour la reine, le brave chevalier avait non seulement trahi son roi, mais aussi son meilleur ami et donc celui-ci ne se verra pas remettre le Saint Calice."
  • Le Seigneur des anneaux - Intégrale (1955)

    The Lord of the Rings

    Sortie : 1955. Roman et fantasy.

    Livre de J.R.R. Tolkien

    "Boromir est un personnage légendaire de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien apparaissant dans le roman Le Seigneur des anneaux.
    La faute de Boromir et sa rédemption, exemple utilisé par Tolkien pour réfuter les accusations de manichéisme portées à l'encontre de son roman, ont été étudiées à travers le prisme du catholicisme de l'auteur.
    Les dilemmes qui torturent ce personnage ont fait l'objet de nombreuses analyses : pour Alex Davis « déchiré entre son roi et son père, entre la Communauté et son pays, entre l'honneur et la fierté, le pouvoir et la sagesse, Boromir reflète la complexité morale et dramatique du Seigneur des anneaux."
  • Ainsi parlait Zarathoustra (1885)

    Also sprach Zarathustra : Ein Buch für Alle und Keinen

    Sortie : 1885. Essai, philosophie et poésie.

    Livre de Friedrich Nietzsche

    "De la Rédemption"

    "Un jour que Zarathoustra passait sur le grand pont, les infirmes et les mendiants l’entourèrent et un bossu lui parla et lui dit :

    « Vois, Zarathoustra ! Le peuple lui aussi profite de tes enseignements et commence à croire en ta doctrine : mais afin qu’il puisse te croire entièrement, il manque encore quelque chose – il te faut nous convaincre aussi, nous autres infirmes ! Il y en a là un beau choix et, en vérité, c’est une belle occasion de t’essayer sur des nombreuses têtes. Tu peux guérir des aveugles, faire courir des boiteux et tu peux alléger un peu celui qui a une trop lourde charge derrière lui : – Ce serait, je crois, la véritable façon de faire que les infirmes croient en Zarathoustra ! »"

    Mais Zarathoustra répondit ainsi à celui qui avait parlé : si l’on enlève au bossu sa bosse, on lui prend en même temps son esprit – c’est ainsi qu’enseigne le peuple. Et si l’on rend ses yeux à l’aveugle, il voit sur terre trop de choses mauvaises : en sorte qu’il maudit celui qui l’a guéri. Celui cependant qui fait courir le boiteux lui fait le plus grand tort : car à peine sait-il courir que ses vices l’emportent. – Voilà ce que le peuple enseigne au sujet des infirmes. Et pourquoi Zarathoustra n’apprendrait-il pas du peuple ce que le peuple a appris de Zarathoustra ?"
  • Vol au-dessus d'un nid de coucou (1962)

    One Flew Over the Cuckoo's Nest

    Sortie : 1962. Roman.

    Livre de Ken Kesey

    "McMurphy a choisi l’asile pour échapper à la prison.
    Les patients sont sous le joug de l’infirmière en chef
    Miss Ratched, qui les réduit à une existence quasi-
    végétative.
    Rebelle à ses injustices, ses méchancetés,
    McMurphy conteste son autorité et adoucit la vie des
    autres aliénés : c'est par la révolte qu'il pourra se reconstruire et trouver la voie de la rédemption."
  • La Route au tabac

    Tobacco Road

    Sortie : 1932. Roman.

    Livre de Erskine Caldwell

    "Cette vision du Sud est à l'opposé de celle de Faulkner, sans cette passion déchirée et la violence des drames de la folie quotidienne est décrite ici simplement, comme des faits anodins d'une banalité dérisoire.
    A l'inverse "du Bruit et de la fureur" les sentiments et les émotions ne sont pas exprimés. On assisteà une simple suite de situations scabreuses, sordides ou pathétiques, parfois comiques, mais dont toute conscience est bannie, sans un fond de tragique et sans aucune trace d'angoisse.
    Les valeur-refuges (la famille, la religion) sont érigées en rempart contre la misère la plus totale, seules capables d'encourager l'individu à toujours trouver dans le travail une source de valorisation sociale, une forme de rédemption en quelque sorte."
  • Richard III (1592)

    Sortie : 1592. Théâtre.

    Livre de William Shakespeare

    "Dans un monologue angoissé qui suit un cauchemar où lui sont apparues ses victimes, il découvre sa solitude radicale de pécheur à qui toute rédemption est désormais interdite : "c'est à désespérer. Pas une créature pour m'aimer, et si je meurs, pas une âme pour me prendre en pitié : de la pitié, pourquoi en aurait-on dès lors que moi-même je n'en trouve pas en moi-même pour moi-même." (V, 3)
    A travers cette figure ambiguë de Richard III, la pièce offre une réflexion complexe sur l'existence du mal et sur la nature du pouvoir, tout en questionnant sur la notion de providence."
  • Comme il vous plaira

    As You Like it

    Sortie : 1599. Théâtre.

    Livre de William Shakespeare

    " Les deux premiers actes sont les plus intéressants. La suite est surtout constituée de marivaudage. Les rivalités fraternelles sont encore une fois le sel et l’aliment de l’intrigue. Ainsi, Olivier nourrit une haine farouche contre Orlando. Le roi Frédérick renverse son propre frère, le Duc, banni et retiré avec quelques compagnons dans la forêt.

    Le choix d’Orlando de combattre le chevalier Charles à la joute, malgré son inexpérience et les nombreuses victoires de l’adversaire, ne manque pas de rappeler la décision d’Hamlet d’accepter le duel truqué avec Laërte, risquant ainsi ses espoirs de vengeance. L’irréversibilité et la providence se retrouvent ainsi. Ce qui ressemble par moment à une comédie frivole et légère contient également de grands doutes et de grands tourments."
  • Le Roi Lear (1606)

    King Lear

    Sortie : 1606. Théâtre.

    Livre de William Shakespeare

    "La pièce est extrêmement pessimiste puisqu'elle se termine dans un bain de sang. Pourtant avant leur mort le roi Lear et le comte de Gloucester vont comprendre la vérité. Ils meurent mais ils ont le bonheur de constater l'amour de leur enfant, de leur demander pardon.
    On peut dire qu'il y a une rédemption des personnages qui à travers les zones sombres de la folie ou de la cécité accèdent à la lucidité. C'est la limite du pessimisme de la pièce."
  • La Tour d'ivoire

    The Ivory Tower

    Sortie : 1917. Roman.

    Livre de Henry James

    "A la mort de Gaw et Bettelman, Fielder hérite de l'immense fortune de son oncle, toutefois, n'y connaissant rien, il confie la gestion de l'héritage au peu scrupuleux Horton Vint. Le roman, posthume, s'arrête là.
    Il semble toutefois, grâce aux nombreuses notes retrouvées, que James avait l'intention de faire en sorte que Vint aille aussi loin dans la trahison que le faisait Kate Croy dans Les ailes de la colombe.
    Mais Fielder, magnanime, choisissait le pardon plutôt que la
    vengeance."
  • Le Monde de Narnia (1950)

    The Chronicles of Narnia

    Sortie : 1950. Roman et fantasy.

    Livre de C. S. Lewis

    "Un des fils rouges de la saga est la rédemption, thème chrétien par excellence. Ainsi Edmund est pardonné de sa trahison et devient Edmund le juste, Eustache se dépouille de son égocentrisme et de son caractère odieux comme de sa peau de dragon, Digory va chercher le fruit magique destiné à combattre la Sorcière blanche qu'il a éveillée, Susan est pardonnée de n'avoir pas voulu suivre Lucy qui suivait Aslan et même, à la fin, l'un des nains qui s'était rebellé contre Tirian et Aslan est pardonné pour ses crimes et pénètre dans le « vrai Narnia »".
  • Jane Eyre (1847)

    Sortie : . Roman et romance.

    Livre de Charlotte Brontë

    "Jane Eyre, bien que connaissant une trajectoire plutôt triste, finit par avoir sa revanche sur la vie et sur les autres malgré tout, et ce grandement grâce à un homme qui réussit à faire sauter les verrous de sa personnalité cadenassée, qui ne laisse rien transparaître.
    Son rapport tout particulier avec les femmes est un thème très présent dans l’œuvre, la gent féminine qui tantôt va la détester, tantôt l’aimer.
    On observe donc le thème de la rédemption : rédemption que Jane finira par trouver auprès des jeunes filles reconnaissantes du pensionnat, de son amie d’enfance, la petite Adèle, ou encore auprès de Mrs Fairfax, qui se rapproche d’une mère spirituelle pour elle."

    Edward Rochester, est un héros tourmenté et ténébreux, autoritaire avec une pointe d'humour, mais sous son tempérament colérique, affleure l'homme en quête de rédemption.
  • Un conte de deux villes

    A Tale of Two Cities

    Sortie : 1859. Roman.

    Livre de Charles Dickens

    "Contrairement à ce qu’il affirme dans sa préface, Dickens parvient bel et bien à ajouter quelque chose à la philosophie du livre de Thomas Carlyle.
    Comme Carton, son personnage qui, dans une version antérieure du manuscrit du roman, portait les mêmes initiales que lui (Dick Carton), Dickens cherche à graver son nom dans l’histoire de la Révolution française.

    Carton, lui, aspire en mourant à la place de Charles Darnay, à inscrire son nom dans la mémoire de la famille Manette et, par son sacrifice, à changer le cours de l’histoire de France en mettant fin à la spirale de violence initiée par l’Ancien Régime et poursuivie par la Révolution française. Mais pour que son nom entre dans l’histoire il faut au préalable que l’histoire des cinquante-deux (« the tale of fifty-two »), c’est-à-dire celle de sa mort, (puisqu’il est le cinquante-deuxième condamné) soit racontée."
  • Les Aventures d'Oliver Twist (1839)

    The Adventures of Oliver Twist

    Sortie : 1839. Roman.

    Livre de Charles Dickens

    "Nancy est une jeune prostituée alcoolique et analphabète, autrefois initiée au métier par le vieux juif Fagin. C’est un personnage complexe qui fait tour à tour preuve de grandeur et de bassesse morale. Lorsqu’elle agit mal, c’est souvent sous la contrainte de Bill Sikes, avec qui elle vit et dont elle est amoureuse. Bill la soumet et la bat régulièrement. Elle se prend d’affection pour le jeune Oliver Twist, qu’elle soigne, protège puis défend à plusieurs reprises au péril de sa vie, ce que son amant ne lui pardonnera pas : un sacrifice qui a valeur de rédemption."
  • Bilbo le Hobbit (1937)

    The Hobbit

    Sortie : . Roman et fantasy.

    Livre de J.R.R. Tolkien

    "Thorin, le roi téméraire, s'est surtout battu tout au long de cette aventure pour recouvrer son trésor et son trône. Son obstination à refuser tout compromis avec Bard et Thranduil, l'accusation de trahison à l'encontre de Bilbo ont entaché sa quête.
    Si son engagement héroïque dans la Bataille des Cinq Armées, ainsi que son répentir sincère et ses excuses présentés à Bilbo sont une forme de rédemption, son péché d'orgueil ne pourra être totalement réparé que par sa mort qui permettra l'avènement d'un roi plus juste (Dáin) et permettra ainsi d'assurer une plus grande stabilité dans la région.

    Cet épisode est à la fois une reconnaissance pour le héros véritable qui est blanchi de toute accusation, c'est à dire Bilbo, mais aussi un châtiment pour l'autre héros de l'aventure qu'est Thorin."
  • La Lettre écarlate (1850)

    The Scarlett Letter

    Sortie : 1850. Roman.

    Livre de Nathaniel Hawthorne

    "Ce qui rend ce roman admirable c'est le cheminement de l'héroïne. C'est lorsqu'elle vit loin de toute société, avec pour seule compagnie l'enfant engendré de la faute, qu'elle éprouve le plus le poids de la morale. Quand ensuite son existence prend l'apparence de la plus complète rédemption on comprend qu'elle se libère enfin de son péché, non en le regrettant, mais en se le pardonnant."
  • Annette et le criminel

    Sortie : 1824. Recueil de nouvelles.

    Livre de Honoré de Balzac

    "Annette Gérard rompt avec un jeune homme auquel elle avait promis sa main et elle décide de se consacrer à Argow le pirate, le criminel dont elle veut obtenir la rédemption. Argow devra se repentir pour trouver le salut de son âme."
  • Melmoth réconcilié (1835)

    Sortie : 1835. Nouvelle.

    Livre de Honoré de Balzac

    "Cette nouvelle, à la fois étude de mœurs, récit fantastique et ouvrage édifiant, laisse entrevoir le mysticisme de Balzac qu’on retrouve dans d’autres œuvres où la rédemption est un préalable à la mort."

    « […] Castanier conservait une espérance. […] Sa grande débauche fut donc, en quelque sorte, un déplorable adieu à sa condition d’homme. […] En se voyant exclu de ce que les hommes ont nommé le ciel dans tous leurs langages, il ne pouvait plus penser qu’au ciel. […] Par cela seul qu’il avait renoncé à son éternité bienheureuse, il ne pensait plus qu’à l’avenir de ceux qui prient et qui croient. » [58] Melmoth réconcilié, Pl., t. X, p. 376-377."
  • La Fin de Satan

    Sortie : 1886. Poésie.

    Livre de Victor Hugo

    "Dans La Fin de Satan, il est question du drame métaphysique de la chute de Lucifer, - qui devient alors Satan -, dans l’abîme dépeint par Hugo. Dans le même temps se joue le drame de l’humanité dans laquelle Satan répand le mal pour se venger de Dieu. « Je changerai la face universelle », s’écrie-t-il ! Tout se jouera à la fois « hors de la terre » et « sur terre », suivant le rythme ternaire Chute – Conversion – Rédemption, qui suggère que l’œuvre, dans sa facture même, comporterait déjà le processus de fin annoncé par le titre."
  • La Faute de l'abbé Mouret (1875)

    Sortie : 1875. Roman.

    Livre de Émile Zola

    "Histoire de la chute et de la rédemption d'un Prêtre qui, ayant perdu la foi et la vertu après une fièvre cérébrale, devient l'amant d'une resplendissante jeune femme. Mais bientôt son passé, et en même temps les remords, viennent le torturer et l'abbé Mouret regagne son presbytère, poursuivi d'abord par les tentations charnelles, mais bientôt délivré et remerciant Dieu.

    Ce roman, déjà marque de l'érotisme trouble de l'auteur, contient toutefois de remarquables passages, en particulier la surhumaine évocation du jardin du Paradou, avec tous les enchantements de ses eaux, de ses fleurs, de ses odeurs qui chantent le printemps robuste de la vie."
  • La Religieuse (1796)

    Sortie : 1796. Roman.

    Livre de Denis Diderot

    "Suzanne, qui se voit comme la figure de l'innocence persécutée, a accepté, dans un esprit d'expiation, de racheter le péché de sa mère.
    Par amour et respect filial, elle accepte donc de se sacrifier."
  • Le Calvaire

    Sortie : 1886. Roman.

    Livre de Octave Mirbeau

    "Écrivain raté, Jean Mintié, l'anti-héros du roman, est le narrateur de son propre calvaire et il entend expier ses fautes, ses lâchetés et ses velléités homicides, par l’aveu qu’il en fait. La souffrance va être également transmuée en œuvre d’art susceptible d’avoir sur son auteur un effet thérapeutique."
  • Le Comte de Monte-Cristo (1844)

    Sortie : 1844. Roman.

    Livre de Alexandre Dumas

    "Les enjeux de la confrontation entre le héros et la société évoluent au fil des romans : à l’individualisme agressif de héros criminels comme Antony ou Horace succède, chez Monte‑Cristo, une forme d’anarchisme tempérée par un projet de rédemption sociale; à partir des Mémoires d’un médecin, une conversion est accomplie : les surhommes sont désormais des révolutionnaires, et, s’ils n’abandonnent pas leur indépendance, du moins optent‑ils franchement pour la liberté."
  • Les Mystères de Paris

    Sortie : 1842. Roman.

    Livre de Eugène Sue

    "Tu as dégradé l'intelligence que Dieu avait mise en toi, tu l'as réduite à des instincts de rapine et de meurtre... d'homme tu t'es fait bête sauvage... un jour ton intelligence se retrempera par le remords, se relèvera par l'expiation...
    Tu n'as pas même respecté ce que respectent les bêtes sauvages... leurs femelles et leurs petits... Après une longue vie consacrée à la rédemption de tes crimes, ta dernière prière sera pour supplier Dieu de t'accorder le bonheur inespéré de mourir entre ta femme et ton fils.

    En disant ces dernières paroles, la voix de Rodolphe s'était tristement émue.
    Le Maître d'école ne ressentait presque plus de terreur... Il crut que Rodolphe avait voulu l'effrayer avant que d'arriver à cette moralité."

    L'ancien bagnard venait d'être découvert (cf Jean Valjean alias Monsieur Madeleine)
  • Les exploits de Rocambole

    Sortie : 1857. Roman.

    Livre de Pierre Alexis De Ponson Du Terrail

    Parution de 1857 à 1871, décès de Ponson Du Terrrail

    La Résurrection de Rocambole : véritable génie du mal, celui-ci se repent

    "Nouvelle version parallèle de Rocambole : retour au bagne de Toulon où Rocambole purge sa peine sous le numéro 117. Et, il n’est plus défiguré… Il est devenu le chef de criminels repentis, qui lui sont aveuglément dévoués, et a pour assistante une baronne polonaise, Vanda, qui lui est passionnément soumise, de même que Milon, une refonte du Chourineur des Mystères de Paris.
    Ces personnages se retrouveront dans l’ensemble de la série. La première « mission » de Rocambole au service du bien, est de protéger deux jeunes filles, Antoinette et sa sœur Madeleine, des griffes de Karle de Morlux et de son frère Philippe qui leur ont volé leur fortune.
    Rocambole – alias le major Avatar – rencontre à nouveau Baccarat – la comtesse Artoff – qui finit par accepter qu’il soit passé du côté de la justice et du bien, en particulier lorsqu’elle le voit consentir au mariage de Madeleine, qu’il aime, à Yvan Potenieff, en butte à la jalousie meurtrière de la Comtesse de Wasilika Wasserenoff. Elle lui dit alors à l’oreille:<Rédemption> !"
  • Le Rouge et le Noir (1830)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Stendhal

    "Tuer, et d'une manière si spectaculaire – dans une église, à la grande messe du dimanche, au moment le plus solennel, celui de l'élévation –, n'est pas le fait d'un hypocrite, mais d'un passionnel. Son comportement courageux en prison, pendant le procès et devant l'échafaud est, pour lui, une sorte de rédemption."
  • Illusions perdues (1839)

    Sortie : 1839. Roman.

    Livre de Honoré de Balzac

    "Si nous retournons au cycle de Vautrin, la rédemption y apparaît de deux types. L’abnégation amoureuse jusqu’à la mort, en faveur de Lucien, d’Esther dans Splendeurs et misères des courtisanes comme de Coralie dans Illusions perdues, fait d’elles de nouvelles Marguerites.
    Pieuse comme Marguerite, Esther, prostituée au grand cœur, prie ainsi auprès d’une statuette de la Vierge, puis au pied d’un crucifix, avant de finir de façon édifiante, telle Marguerite au cachot, « baignée, dit l’héroïne balzacienne, dans les eaux d’un repentir sincère. Dieu fera de moi ce qu’il
    voudra."