Livres deux mille dix sept

Avatar Δρόμος Liste de

28 livres

par Δρόμος

Pouvoir enfin lire... Quel manque, quel manque...

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? (1966)

    Sortie : 1966.

    Livre de Georges Perec

    Je voulais commencer mes lectures avec un Perec, bien sûr...
    Petit livre incontournable de son oeuvre.
    "... l'intérêt majeur du roman réside dans son usage exhaustif de toutes les fleurs de rhétorique, aussi appelées figures de style, qui sont d'ailleurs listées à la fin de l'ouvrage." (wiki (oui oui..)+ https://lesecritsvains.com/2012/12/02/quel-petit-velo-a-guidon-chrome-au-fond-de-la-cour-georges-perec/ )
    Et en effet, et c'est... merveilleux.
    Incroyablement merveilleux. Délicieux. Jouer, jouer avec la langue, jouer avec les mots.
    J'aime tant. Perec est une offrande.
    L'histoire en elle-même n'est donc pas le plus intéressant. Après, je n'ai pas l'oeil pour toutes ces figures de style... Mais je sais que je peux donc y faire mon apprentissage, et suis juste admirative de son talent.
  • Rien ne s'oppose à la nuit (2011)

    Sortie : août 2011. Roman.

    Livre de Delphine de Vigan

    De Vigan, deuxième bouquin, que je lis.

    J'aime comment elle écrit, j'aime sa sincérité, sa volonté d'agir justement, de coucher avec précaution une forme de vérité (j'espère d'ailleurs avoir marqué la citation qui dit à peu près qu'il n'y a pas de mensonges, mais plusieurs aspects de la vérité).
    Car c'est un travail intense et délicat, de dépeindre une famille, son histoire, alors même que les membres de cette famille en sont au courant et attendent.. attendent le résultat. Je m'interroge sur les réactions.

    L'histoire elle-même... est biographique, et fort intéressante. Tout le monde n'a pas une vie aussi palpitante... Un lot de drames et de rebondissements, comme les lecteurs aiment... La vie est.. fabuleuse.
    Quelle mère. Quel poids, pour elle-même.
    Mais quels liens aussi, quels liens avec ses filles, et c'est formidable, car cela a pu se réaliser, malgré le reste.

    C'est une belle histoire, un beau témoignage, dont j'aime la manière dont l'a écrit(e) Delphine de Vigan.
  • L'aube le soir ou la nuit (2007)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Yasmina Reza

    Cette femme est intelligente.
    Elle m'intimide.

    Elle juge, aussi... Terriblement, je crois bien. Ou alors c'est moi qui aurais peur d'un potentiel jugement qu'elle aurait sur mes.. écrits... Un jugement négatif... Nein.

    Ce livre est intéressant. Me plonge dans la politique (ce qui n'est pas mal du tout, étant donnée(←oui?) la période actuelle (aujourd'hui, dim. 05.02)), mais sans rien m'en expliquer, car ce n'en est pas du tout le dessein.
    En fait, je ne savais pas, de base, que ce livre entourant Sarkozy, et j'ai donc bien été surprise, avec les premières pages. Et puis, je me suis prise au jeu, car ce qui m'intéresse, c'est la même chose qu'elle, c'est observer un être, en donner une analyse...
    Ce n'est à la fois pas un récit... mais très subjectif... blabla
  • La Lenteur (1995)

    Sortie : 1995. Roman.

    Livre de Milan Kundera

    Toujours la même chose avec Kundera... Je reconnais son talent, grand talent, d'écriture. Il sait s'exprimer, exprimer ses idées, ses pensées. C'est une chance incroyable.
    Mais... Ses accès de vulgarité, éclairent ce côté de sa personnalité auquel je n'adhère pas.

    Je le trouve intelligent... mais trop dur. Toujours avec ses sentences, écrites comme irrévocables, comme une vérité pour tous. Non..!

    Et l'histoire ici ne me plaît pas. Ce conte est sympathique, et le personnage du Chevalier l'est aussi, néanmoins.
  • Les Faux-fuyants (1991)

    Sortie : 1991.

    Livre de Françoise Sagan

    Voilà, voilà. Sans plus.
  • La Mort d'Ivan Ilitch (1886)

    Смерть Ивана Ильича (Smert' Ivana Ilyicha)

    Sortie : 1886. Recueil de nouvelles.

    Livre de Léon Tolstoï

    Zut... Je ne l'ai pas bien lu. Pas dans de bonnes conditions. La plupart du temps déconcentrée, ou lassée, fatiguée.
    Alors je le relirai. Car il me paraît intéressant, vraiment.
    Quelque chose qui est rarement traité.
  • Dernière mise en scène (2005)

    Sortie : décembre 2005. Roman.

    Livre de Nicole Avril

    J'ai lu "L'été de la Saint-Valentin" de Nicole Avril, mais il n'est pas recensé sur Sens Critique. Je lui mettrais 7 je pense. Car pas mal oui, je trouve qu'elle écrit bien.
    Le désir.
    La fin... Pas sûre de l'avoir bien comprise, mais me plaît assez quand même.

    Commentaire constructif.
  • Le livre de la vie (2013)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Stuart Nadler

    Mouais, trop commun, trop banal. Mais il y a des passages qui se lisent quand même bien. Mais le six n'est pas mérité, je crois...
  • Le milieu de l'horizon (2013)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Roland Buti

    Admirative... De sa facilité d'écriture et de sa culture. Et dire que je connais l'écrivain...
  • On ne badine pas avec l'amour (1834)

    Sortie : 1834. Théâtre.

    Livre de Alfred de Musset

    Ah ciel ! Que ça fait du bien de relire une pièce de théâtre. Et que de belles tournures, mmh ► https://www.senscritique.com/liste/like_it/474111#page-3/
  • Raison et Sentiments (1811)

    Sense and Sensibility

    Sortie : 1811. Roman.

    Livre de Jane Austen

    Pas mal, mais un peu lasse par moments ~.
    Mais quel bonheur, cette écriture, ce langage...
    Bien que sois bien heureuse que les temps aient changé, du point de vue de se laisser vivre, libre, et non plus autant sur les apparences. Jugements, sans arrêt. Des manières, des manières, des manières. De la superficialité. Ils s'emmerdaient quand même sacrément. Vie d'oisiveté.
  • Orgueil et Préjugés (1813)

    Pride and Prejudice

    Sortie : 1813. Roman.

    Livre de Jane Austen

    Quel beau titre, déjà. Ce terme, "orgueil", je l'apprécie. Sa force.
  • La Chambre des officiers (1998)

    Sortie : 1998. Roman.

    Livre de Marc Dugain

    Oui, pas mal. Se lit bien, et court.
    Après, il passe derrière "Orgueil et Préjugés", donc le niveau d'écriture... est différent, disons. Car il écrit bien, mais ça semble tout de suite très simpliste à côté de Jane Austen et son époque.
    Mais joli roman.
  • Soumission (2015)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Michel Houellebecq

    Sacré bouquin. Ou plutôt, sacré auteur. Ou plutôt, quel auteur, car je ne le sacre pas, mais... talentueux. Son niveau d'écriture... Il m'intimide.
    Ses connaissances culturelles... Ou littéraires du moins...
    Ce niveau de langue... C'est beau.
    Ensuite, l'histoire en elle-même, eh bien, elle est à la fois sombre, côté angoissant, et cette solitude, ce vide, ce tourbillon, cette non-joie de vivre... Pessimisme, peut-être bien.
    Se lit très bien.
    Hâte de lire d'autre Houellebecq (depuis le temps qu'il était sur ma liste).
  • Trois versions de la vie (2000)

    Sortie : novembre 2000. Théâtre.

    Livre de Yasmina Reza

    Reza, j'adore !
    Quelle humanité. Quel sens de l'humanité.
    Et terrible, si terrible.
    Avec elle, toute relation peut éclater...
  • Les Mots (1964)

    Sortie : 1964. Biographie et récit.

    Livre de Jean-Paul Sartre

    Oui. J'ai eu du mal, je l'avoue. J'étais très distraite dans ma lecture, voyant souvent les phrases en pensant à tout autre chose, je ne peux donc pas dire que je les lisais.
    Néanmoins, sur certains points... Je suis ravie (mais le terme ne me plaît pas assez...) par ce que Sartre écrit, car nos pensées se rejoignent, et, à vrai dire, le terme le plus juste est peut-être "excitée", car c'est ce que je suis quand il parle de l'immortalité d'un être à travers ses écrits, ses mots... Excitée par cette vérité si juste, si absolue, à laquelle je pense également.
    Et pour lui, ça y est, le voilà ailleurs... Et en même temps non. Je ne sais pas s'il parlerait d'âme, en fait, je crois même qu'il parlerait bel et bien de corps, dont la consistance aurait simplement changée, remplacée par du papier... Le voilà "sauvé", préservé. Jusqu'à ce que l'humanité s'éteigne... Ne le dit-il pas lui-même ?
    Et qui a le droit à cette chance ? Je ne fais pas forcément référence à une chance (et en est-elle vraiment une ?) d'une ampleur comme la sienne, mais à un tel privilège, être immortel d'une certaine manière... Terrible.
  • Cher amour (2010)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Bernard Giraudeau

    M'a bien plu.
    Parfois en train de lire, sans trop lire. Quand il part dans ses allusions historiques, ou qu'il décrit des scènes d'ailleurs... Très intéressant, tout ceci, mais mes pensées réussissaient à papillonner en même temps.
    Et puis, arrivent ces quelques phrases, quelques appels, ces cris de détresse, d'un amour... Et c'est beau, très beau.
    Et je me sens semblable à lui sur certains points, et je voudrais qu'il puisse contempler sa vie en se sentant heureux, ce qui n'a pas l'air d'être le cas jusqu'ici... Frustré, amer et nostalgique. Comme moi. Pourquoi, hein... Ces êtres perfectionnistes et donc éternellement insatisfaits...
    Non, nous nous battrons, nous trouverons, nous réussirons.
    Méditation.
  • Lettre d'une inconnue (1922)

    Brief einer Unbekannten

    Sortie : 1922. Nouvelle.

    Livre de Stefan Zweig

    Enfin lu(e).
    Oui, j'ai bien aimé. Elles font tellement de bien, ces œuvres qui se lisent toutes seules...
    Beau, triste, frustrant.
  • La ruelle au clair de lune (1922)

    Sortie : 1922. Recueil de nouvelles.

    Livre de Stefan Zweig

    J'aurais dû écrire mon commentaire plus tôt après l'avoir lu... Ça fait plus d 'un mois désormais.
    Pas mal en tout cas..
  • Le mausolée des amants (2001)

    Sortie : 2001. Correspondance / Journal.

    Livre de Hervé Guibert

    Guibert, mon semblable.
  • Les Âmes mortes (1842)

    Мёртвые души (Myortvyje dushi)

    Sortie : 1842. Roman.

    Livre de Nicolas Gogol

    7...
    Mais je sais bien qu'il me manque de la matière pour le noter véritablement. Je me rêve littéraire, mais je me sens si intimidée par ces auteurs et par les critiques que je peux en lire. Ce n'est clairement pas accessible à n'importe qui, et je ne sais pas si dans mon cas, même en essayant, je serai un jour capable de donner un commentaire pertinent sur ces classiques, ces monuments, que je lis.
    Valable pour bien des œuvres que j'ai lues, donc...

    Lire des critiques, des explications, des analyses, des dissertations !
  • Les Nuits blanches (1848)

    Белые ночи (Belye Notchi)

    Sortie : 1848. Roman.

    Livre de Fiodor Dostoïevski

    Même chose que pour "Les âmes mortes", suis-je capable de dire quelque chose de pertinent sur mes lectures ? J'aurais peur d'être à côté de la plaque...

    Oeuvre assez terrible, par cette solitude, ce gouffre, bousculé par une innocence... le temps d'un instant, pour le temps de toute une vie.
    Irréaliste, mais vrai.
    Pour quels instants vit-on ?...
  • Les saintes écritures (1985)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Jacques Chessex

    Ben merde, le roman "Judas le transparent" (1982), de Jacques Chessex, n'est pas répertorié sur SC.
    Je lui mettrais... 7 ?
    Glauque, donc fascinant mais rebutant.
    Se lit très facilement (bouquiné en quelques heures sur une journée, ah que ça fait du bien).
  • Risibles Amours (1968)

    Směšné lásky

    Sortie : 1968. Nouvelle.

    Livre de Milan Kundera

    Ah Kundera... Mon point de vue ne change pas.
    Cet homme ne... ne respecte pas les femmes !! Toujours cette même sensation, je le méprise, car il nous dépeint toujours comme des objets sexuels sans grande volonté, des êtres naïfs, juste utiles à amuser le mâle. Oui tiens, ce sentiment d'être une femelle avant d'être une femme ; mesdames et messieurs, j'ai nommé Milan Kundera. Eh oh, considérez-nous, -moi.
    Ce mec a de sacrées obsessions sexuelles.
    Je pense que si je devais le rencontrer (dans une autre vie), en sachant qui il est, j'aurais un dégoût, une répugnance à son approche, un profond écœurement à voir ses yeux se poser sur moi, ou plutôt, sur mon corps. Car Kundera peut-il apercevoir l'âme d'une femme ? Ou il n'a pas connaissance de leur existence...
    Je pense que oui, il peut la reconnaître, mais après avoir côtoyé la personne, et s'être rendu compte, avec grande surprise, qu'il y réside un esprit.

    MAIS, mais donc, je reviens toujours bouquiner des Kundera, car ce type écrit foutrement bien, pour ce qui est de la philosophie de la vie, il sait percer des choses, les formuler d'une manière si juste... Il pond des phrases qui m'enthousiasment, car il sait exprimer ceciii (ou cela, voyez-vous) !
    Ce mec est fort, et je pense intelligent. Mais il vit dans un monde d'hommes et de vagins.

    (Sérieusement... croit-il en l'amour ?)
  • Le Dernier Jour d'un condamné (1829)

    Sortie : 1829. Roman.

    Livre de Victor Hugo

    Tout le monde devrait lire ce livre, une fois.
    Fou comme les choses ont évolué (bugg sur l'accord, tcheu. Ok, no ?)...

    Victor Hugo, un Humain. Au sens de l'humanité. C'est beau.
  • Claude Gueux (1834)

    Sortie : 1834. Recueil de nouvelles.

    Livre de Victor Hugo

    Doué, Hugo.
    Histoire très intéressante en plus (en plus de son talent d'écriture, de la fluidité avec laquelle il sait toucher notre petit cœur d'humain bienveillant).
  • Rosa Candida (2010)

    Sortie : . Roman.

    Livre de Auður Ava Ólafsdóttir

    Joli.
    J'aime bien l'atmosphère... Après, la vie n'est pas si simple... Mais joli, du coup, tout doux.
  • Les mains sales (1948)

    Sortie : 1948. Théâtre.

    Livre de Jean-Paul Sartre

    ...
    Je me sens toute... pas ridicule, mais si... infime, à côté de tirades telles qu'on en trouve ici, à côté de ces dialogues enflammés, et de ces réflexions politiques que je... ne comprends pas bien (#lapolitiqueetmoi).

    Ces intellectuels m'intimident tant !! Moi qui rêve de ce cercle...

    La politique me dépasse donc, ici dans cette pièce (et en général également, à vrai dire), mais en dehors de ces zones confuses, les dialogues m'enthousiasment tellement, cette vivacité, ce flux intelligent...!!
    Et ces gens torturés... En quoi croire, à qui faire confiance...
    Et ces être orgueilleux, qui "partent" en se.. battant. Le Parti me fait finalement penser à une sorte de secte... Étouffant.
    La fin me plaît assez.

    Je ne suis pas fan de Sartre (de mes souvenirs de lecture de quelques-unes de ses nouvelles), mais après cette pièce, je peux dire que j'y adhère.