Risibles amours

Směšné lásky

1968

1.7K

749

144

7.5

Livre de Milan Kundera · 1968 (France)

Genre : Recueil de nouvelles

Traducteur :

François Kérel
Toutes les informations

Un recueil de sept nouvelles sur des histoires d'amour présentées comme ridicules voire honteuses ou pitoyables. Les nouvelles sont ponctuées de phrases un peu choc du type "Le plus grand malheur de l'homme, c'est un mariage heureux. Aucun espoir de divorce". Mais en réalité, le message est plus insidueux, s'il faut n'en retenir qu'un, ce serait: il n'y a pas de honte à aimer. Cette remarque peut sembler simpliste, mais elle est bien plus forte que cela.

Aucun résultat

Stravogiine
9
Stravogiine

Critique positive la plus appréciée

Critique de par Stravogiine

Pour ma première critique sur sens critique je cherchais une œuvre forte, un peu à part, bref je cherchais un livre de Kundera. "Risibles Amours" n'est pas un roman mais une suite de nouvelles. La...

Lire la critique

il y a 7 ans

GustavoFring
9
GustavoFring

Naissance d'un génie

7 nouvelles, toutes différentes mais toutes similaires à la fois, voilà ce paradoxe qui rend si attrayant et excitant le livre Risibles Amours quand on le lit. Durant tout le livre, Kundera excelle...

Lire la critique

il y a 7 ans

Eggdoll
8
Eggdoll

Friandise et ode à L'Ecrivain.

Une mise en bouche bien agréable à ma lecture de Kundera en Pléiade (oui je me vante, oui je suis fière). Je lis beaucoup. Mais je lis souvent, je l'avoue, par habitude, par défi, par désir...

Lire la critique

il y a 11 ans

Palatnik
9
Palatnik

Distillat littéraire

Véritable condensat de l'oeuvre de Kundera, ce recueil de nouvelles savoureuses épouse des procédés de narration différents, et très intéressants. Tous les thèmes de MK sont ici développés, dans une...

Lire la critique

il y a 10 ans

Engi
9
Engi

Kundera, l'omniscient

Que c'est bon de lire un livre si proche de ce que l'on ressent et comprend de la vie. A mi-chemin entre les tripes, les sentiments et le cynisme de la vie et de ses situations. Ici, tout ne tient...

Lire la critique

il y a 11 ans