Monstres

Avatar Magic Fessous Liste de

239 films

par Magic Fessous

Liste de films où des monstres, créatures naturelles ou non ou encore des animaux s'attaquent à des gens. Le terme de monstres est à prendre ici dans un sens large, il peut aussi bien inclure des requins tueurs, des créatures légendaires, des croquemitaines, des êtres humains difformes voir des robots détraqués. Le monstre ici est celui que l'on désigne par sa nature hors de la norme, que ce soit par son apparence ou son comportement. Bien que le mot fasse référence en grande partie aux domaines de l'épouvante, d'autres genres apparaîtront ici à l'occasion. La liste ne cherche pas à établir un classement des meilleurs film mais plutôt un corpus d'oeuvre où la figure monstrueuse apparaît.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    La Cabane dans les bois (2012)

    The Cabin in the Woods

    1 h 35 min. (France). Épouvante-Horreur, action, comédie et thriller.

    Film de Drew Goddard avec Kristen Connolly, Chris Hemsworth, Anna Hutchison

    Un des films les plus génialement frustrant que j'ai vu et pour la peine je ne veux rien spoiler. Disons juste qu'il s'agit d'un film d'horreur tout ce qu'il y a de plus classique mais que les apparences et les événements ne sont pas forcément ce qu'il semblent être. Et le tour de force, selon moi, est de rendre crédible (pour peu qu'on accepte le principe de base) ce qui est intolérablement con et cliché dans beaucoup de film d'horreur classique. Et, sans la dévoilé, le dernier acte est juste un pur bonheur. Je demande vraiment une suite ou spin off ou quoi que ce soit qui nous donne à en voir plus et à élargir le lore de cet univers (dont le principe de base pourrais déjà inclure un bon paquet d'autres films déjà existants).
  • Bande-annonce

    Trick 'r Treat (2009)

    1 h 22 min. (France). Sketches, comédie et Épouvante-horreur.

    Film de Michael Dougherty avec Leslie Bibb, Quinn Lord, Rochelle Aytes

    Un bon film à sketch autours du thème d'Halloween avec un bonne ambiance et un excellente direction artistique. Sans être au même niveau que La Cabane Dans Les Bois, j'ai le même type de sympathie pour ce film. En gros on suit les soirée entremêlées d'un prof, d'un groupe d'amies, de quelques enfants et d'un vieil homme, nous offrant tout le bestiaire habituel, zombies, vampires, loup garous et compagnies. L'ensemble est bien écrit et cohérent, il n'a pas vraiment de faiblesses, les effets et l'humour sont très bons et surtout c'est bien filmé, j'ai presque eu l'impression de voir un film de Noël.
  • Bande-annonce

    Willow Creek (2014)

    1 h 17 min. (États-Unis). Épouvante-Horreur.

    Film de Bobcat Goldthwait avec Alexie Gilmore, Bryce Johnson, Laura Montagna

    Un couple va dans les montagne à la recherche du Bigfoot, ils se perdent, il les pourchassent, je vous laisse deviner la fin. Le film est cours mais il m'a paru beaucoup beaucoup plus long, notamment grâce à cette scène de la tente qui consiste en un plan fixe, d'environs 15 ou 20 minutes, sur le couple qui écoute les sons de la forêt en flippant.
    J'ai fait du camping en forêt pendant pas mal de temps et vraiment un belette fais plus de bruit la nuit que le monstre du film.
    (note : il a un pénis dans ce film, sauras tu le retrouver ?)
  • Night Claws (2012)

    1 h 23 min. (États-Unis). Épouvante-Horreur.

    Film de David A. Prior avec Reb Brown, Frank Stallone et Sherrie Rose

    Regardez ça que si vous voulez voir un contre exemple de bon film, on pour rigoler entre amis mais en vrai c'est de la chiasse en barquette.
  • The tribe (2009)

    The forgotten ones

    1 h 30 min. (France). Épouvante-Horreur.

    Film de Jorg Ihle avec Jewel Staite, Justin Baldoni, Marc Bacher

    Notes sur The Tribe
    Un bateau plein de cons s'échoue sur une île pleine d'hommes préhistoriques cannibales et aveugles. Et ça c'est chelou parce qu'il ne vivent pas dans un environnement qui ferait de la vue un sens inutile, comme sous terre par exemple. C'est peut être con mais du coup ça m'a déconcentré pour le reste du film.


    Notes sur Primal (film suivant)
    Qu'est ce qu'on en a fait comme conneries en 2009 ! En voyant le titre anglais j'ai d'abord pensé que ça allais parler des tribus perdus d’Israël mais non. Primal est donc presque un copié collé de The Tribe et réussis l'exploit de faire avec visiblement plus de budget quelques chose de beaucoup plus grotesque. Ils y a plusieurs choses qu'on ne peut pas retirer au film : ses décors naturels, certains effets et maquillages (mais pas tous, les hommes singes plus balèze portent des muscles en mousse sous leur costume et ça se voit, les gringalets ont l'air plus réalistes), une image assez propre, des personnages pas si cons que dans The Tribe mais surtout les acrobates du cirque du Soleil avec option expression corporelle.
    Ceci étant dit, il y a énormément de choses bancales dans ce foutu film.
    Visuellement les singes bondissants sans élan comme Spider Man avec caméra embarquer, c'est bien de l'avoir tenté mais on arrête les conneries (par contre leur déplacements dans les branchages sont vraiment chouettes). La justification des monstres elle même plombe le film, ils avaient pas besoin de tout ça (lisez la suite ci desous), dans tout les coins du mondes on a des histoires d'hommes singes il suffisait d'en trouver un dans les Philippines et le tour était joué ! Google m'a trouvé le Kapre en 10 secondes : "Dans l'île de Luzon des Philippines on rapporte la présence d'un grand hominoïde velu faisant autour de 8 pieds de haut qui vit dans les forêts de montagne. On attribue à cette créature l'habitude de fumer des cigares ou d'enlever des femmes." Un singe DSK, là au moins le film aurait été un peu original.
  • Primal (2009)

    The Lost Tribe

    1 h 40 min. (France). Épouvante-Horreur.

    Film de Roel Reiné avec Emily Foxler, Nick Mennell, Marc Bacher

    (suite)
    Résumons l'histoire.
    On assiste a des fouilles dans la jungle, les anthropologues trouve un crâne type néanderthalien. Cut, c'est la nuit, des gars armés buttent les scientifiques. Cut, un bateau rempli de gens qui ont l'air assez riche pour envisager de s'approprier le marché indien de la télécom sauve un mec perdu en pleine mer leur disant qu'il faut pas continuer dans cette direction. La nuit ce même gars prend la barre en scred et parviens à faire s'échouer le bateau là où il fallait pas. Patatra ça fout la merde, on s'engueule un peu mais on finis par explorer l'île. Petit à petit la présence des hommes singes se révèle à mesure que le groupe se fait décimer non sans être tomber sur le campement des anthropologues sur lequel je reviendrait plus tard. Donc tout le monde décède sauf une fille qui découvre, comme dans The Tribe, que le meilleur camouflage contre des macaques à vision de prédator (véridique) revient à rester immobile après s'être tartiner de merde. Puis elle parvient à s'échapper après avoir déglingué le chef des australopithèques qui a tenter de se la jouer frotteur du RER.
    Si vous avez été attentif au résumé vous aurez remarqué une sous intrigue inutile. Celle des tueurs d'anthropologues. Car oui, dans The Tribe on ne savait rien sur les singes mais c'était pour le mieux. Ici le scénariste a voulu faire le malin avec des anthropologues qui découvrent les ossement du chaînon manquant (le chaînon manquant ? en 2009 ? vous êtes à jours ?) ce qui prouve l'évolution et donc le Vatican qui refuse le darwinisme envoie ses tueurs. PARDON ? C'est pas dans mon habitude de défendre l'Eglise mais là c'est juste con et ça n'apporte rien à l'histoire, si ce n'est un petit fumé nanardesque. On a d'ailleurs le droit à une belle explication de ce qu'est l'évolution pour en rajouter une couche attation : "C'était la preuve indiscutable qu'en tant qu'espèce nous avions évolué. Notre évolution n'avait pas consisté en une progression graduelle du singe vers l'homme, mais en une mutation génétique qui avait fait évoluer le singe vers une créature humanoïde intermédiaire rendant possible l'émergence de l'humain." Vous voyez une grosse différence entre les deux ? En dehors du fait qu'elle passe d'une multitude de mutation à une seule en se basant seulement sur un foutu crâne ? Grâce à du vent elle réussis à faire reculer l'anthropologie d'une quarantaine d'année en arrière et c'est beau quelques part. Donc voilà, la caution scientifique est merdique.
  • Bande-annonce

    Deadly Descent

    1 h 30 min. Fantastique, Épouvante-horreur, science-fiction et thriller.

    Film de Marko Mäkilaakso avec Chuck Campbell, Adrian Paul, Lauren O'Neil

    L'idée derrière ce film était de mélanger des images de sports d'hivers, des sortes d'ours mutants, des hélicoptères en 3D et le Adrian Paul, le véritable Highlander de la série TV Highlander. Mais c'est mauvais du début à la fin.
    Mention spéciale pour le gars qui fait exploser à la grenade son amie qui semble juste assommée par l'une des créatures sans rien de plus qu'un petit "désolé Patricia !".
  • Bande-annonce

    Evidence (2012)

    1 h 18 min. (États-Unis). Épouvante-Horreur.

    Film de Howie Askins avec Ryan McCoy, Brett Rosenberg, Abigail Richie

    Alors le film commence comme tout les found footages, un groupe de gens partent en camping, une créature, mi ours mi gorille, les attaques. Certains se font bouffer et les autres, pourchassés, atterrissent dans une base militaire où quelque chose à manifestement mal tourné, parce que des zombies les attaques aussi.
    Outre les personnages et l'histoire qui ne volent pas haut, je critiquerais surtout les décors de la deuxième partie qui fait beaucoup plus penser à une zone industrielle biélorusse qu'à une base militaire américaine.
    Une dernière chose. J'ai lu pas mal de critiques mettant en avant le manque d'explications de l'histoire comme étant le plus gros défaut du film. Mais si on réfléchis au média deux minutes il est totalement logique d'en savoir autant que les personnages qui nous emmènent avec eux, et quand ceux ci n'ont qu'une vue morcelée de leur propre situation on ne peut qu'essayer de reconstituer ce qu'on voit.
  • Bande-annonce

    Exists (2014)

    1 h 26 min. 2014 (France). Épouvante-Horreur.

    Film de Eduardo Sanchez avec Dora Madison Burge, Brian Steele, Denise Williamson

    Blablabla des jeunes dans la forêt, un bigfoot, blablabla, il les tue un à un blablabla, c'est très classique. Le véritable intérêt du film c'est que le bigfoot a une motivation pour faire ce qu'il fait.
  • Bande-annonce

    The Lost Coast Tapes (2012)

    Bigfoot : The Lost Coast Tapes

    1 h 30 min. (États-Unis). Épouvante-Horreur et thriller.

    Film de Corey Grant avec Drew Rausch, Rich McDonald, Ashley Wood

    Un équipe de journalistes relous viennent harceler un gars qui prétend détenir un cadavre de Bigfoot. On a donc le droit à une caricature de journaliste débile qui pousse tout le monde vers la mort pour chopper un scoop. Donc vous l'aurez deviné, ça tourne mal etc etc
    Le bigfoot à une fichue tendance à passer en arrière plan quand personne ne regarde, essayez de le trouver ! Moi je l'ai vu six fois.
  • Abominable (2006)

    1 h 34 min. (États-Unis). Épouvante-Horreur et thriller.

    Film de Ryan Schifrin avec Matt McCoy, Haley Joel, Christien Tinsley

    Points intéréssants:
    -le héros est en homme en fauteuil roulant qui dépend d'un infirmier antipathique à moustache.
    -le monstres ressemble à un de mes anciens profs
    -il y a un côté Fenêtre sur Cour en forêt
    -la scène de la douche
  • Bande-annonce

    Paper Dolls (2015)

    Travis

    1 h 38 min. (France). Thriller et Épouvante-horreur.

    Film de Adam Pitman et David Blair avec Adam Pitman, Nathaniel Peterson, Rian Jairell

    Pour ceux qui ont vu The Room, le héro ressemble comme deux gouttes d'eau à Deny, le jeune débile mental voisin de Johnny. Ceci étant dit, le pitch change assez des autres films autours du bigfoot pour mériter un peu le détours. Par contre la date de production me semble bizarre, j'ai plus l'impression d'avoir vu une production du début des années 2000 que de 2015 comme sa fiche officielle l'affirme.
  • Bigfoot (2012)

    1 h 29 min. (États-Unis). Aventure, Épouvante-horreur et science-fiction.

    Téléfilm de Bruce Davison avec Danny Bonaduce, Barry Williams, Bruce Davison

    Ce film est un peu comme des toilettes publiques laid et sales où on se demande comment quelqu'un a réussi à mettre de la merde du sol au plafond, jusque sous la lunette des WC. C'est horriblement laid, illogique, mal joué, d'un plan à l'autre on passe de l'hiver à l'été, touts les personnages sont des caricatures, c'est une purge qui n'est pas même drôle pour ses échecs tant on ressent le battage de couille à tout les étages.
  • Bande-annonce

    Eyes in the Dark (2010)

    1 h 18 min. (États-Unis). Épouvante-Horreur.

    Film de Bjorn Anderson avec Wayne Bastrup, Melissa Goad, Maureen Francisco

    Un autre found footage à petit budget sur des créatures des bois qui ont pris la fâcheuse habitude de bouffer les gens de passage. Alors rien redire sur l'utilisation du found footage, il y a différents points de vues mais ça s'explique très bien, par contre les caméra ont tendance à couper toute seule quand un truc dégueulasse est sur le point d'arriver (et d'autres petites incohérences du genre). Et j'aime beaucoup aussi les yeux rouges lumineux des créatures. Par contre il faut attendre pas loin d'une heure pour qu'il se passe vraiment quelques chose et en fin de compte ça raconte pas grand choses.
  • Le Monstre du Marais (2011)

    Creature

    1 h 33 min. (France). Épouvante-Horreur.

    Film de Fred Andrews avec Mehcad Brooks, Serinda Swan, Dillon Casey

    Craignez l'homme alligator du marais des cajun consanguins ! (ça résume assez bien le film en vrai).
    Le gars au montage son a complètement niqué le truc, on entend le monstre les trois quarts du temps mais personne ne remarque rien.
  • Sweet Prudence & the Erotic Adventure of Bigfoot (2011)

    1 h 30 min. 2011 (Canada). Comédie.

    Film de William Burke avec Angie Bates, Albina Nahar, Michael Slade

    Bon techniquement il n'y a pas de monstre qui bouffe des gens dans ce film là, il leur fait d'autres choses. Honnêtement c'est un boulard M6 de mauvaises qualité, je doute que quelqu'un veuille le voir donc je spoil quelques trucs:
    -le tout est filmé dans un genre de chambre d'hôte/village vacance en carton qui fait un peu penser au décors des télétebbies.
    -si on retire toutes les scènes de fesses on doit bien avoir 15 bonnes minutes de scénario.
    -le bigfoot a un pénis vraiment impressionnant et saura émerveiller petits et grands.
    -On a le droit à une scène de gros beauf où un gars en costume de gorille se fait violer par le bigfoot. Mais il apprécie et fini par tomber amoureux de la bête.
    -Le twist final est complètement fou. En fait le bigfoot est un extraterrestre qui peut communiquer télépathiquement avec nous si on s'introduit une sorte de gemme magique dans un endroit composé de muqueuses. Après avoir délivré un message important il enfile son scaphandre, dans un clin d’œil évident au Robot Monster de 1953, et s'envole dans une soucoupe volante.
  • The Legend of Boggy Creek (1972)

    1 h 30 min. (États-Unis). Épouvante-Horreur.

    Film de Charles B. Pierce avec Vern Stierman, Chuck Pierce Jr., William Stumpp

    Le papy des films de bigfoot qui est en réalité plus un docu/fiction avec des témoignages qu'une vraie fiction. J'aime assez l'ambiance champêtre et le côté compte du bayou qui s'en dégage. Avant de me renseigner je pensais que le monstre de Fouke dont il est question avait été créé pour le film mais non, les témoignages le précèdent de plusieurs années. Le film a été un vrai succès commercial et c'est plutôt une réussite pour un truc réalisé à moitié à l'arrache avec des de lycées sur leur temps libre.
  • Boggy Creek (2010)

    1 h 27 min. 2010 (États-Unis). Épouvante-Horreur.

    Film de Brian T. Jaynes avec Melissa Carnell, Texas Battle, Stephanie Honore

    La saga des films Boggy Creek a eu son heure de gloire dans les années 70 et 80 mais là c'est affreusement mauvais. L'acting et la mise en scène sont du même niveau que Sweet Prudence & the Erotic Adventure of Bigfoot, pour rester dans le thème, et le scénario est ultra classique. C'est culcul, laid et méga chiant.

    Edit:
    J'ai pu voir certains des autres films de la saga et faire quelques recherches. Celui ci n'a rien à voir avec les autres hormis le nom, les producteurs ont seulement réutilisé le nom pour leur mauvaise série Z.
  • Bande-annonce

    Boggy Creek 2 (1984)

    The Barbaric Beast of Boggy Creek, Part II

    1 h 31 min. (États-Unis). Épouvante-Horreur, drame et thriller.

    Film de Charles B. Pierce avec Charles B. Pierce, Cindy Butler, Chuck Pierce Jr.

    Alors que le premier film était un documentaire le second a été scénarisé et suis un professeur et ses élèves en quête du monstre de Fouke. Malgré ça le le film se compose comme un film à sketch, le professeur racontes plusieurs autres rencontres. Alors au final on retrouve un peu les même ambiances que le premier film mais le mauvais acting le tir clairement vers la série B. Cependant, à l'inverse des films sur le même sujet, la figure du Bigfoot est traité de manière comme un animal comme les autres et non comme un monstre avide de sang comme c'est le cas dans la quasi totalité des autres films de cette liste.
  • Cherokee Creek (2017)

    (France). Épouvante-Horreur.

    Film de Todd Jenkins avec Billy Blair, Nellie Sciutto, Justin Armstrong

    Après s'être fait copieusement engueulé par deux gars pour avoir téléchargé illégalement leur film de merde, on nous présente le postulat de base du film à travers les personnages de deux chasseurs. A savoir qu'il existe un lieu où habite un Bigfoot qui devient un monstre tueur dés qu'il sent de la pisse, de la merde ou, pire, du SPERME. Comme l'un des deux chasseurs est con, forcément, il renverse sa bouteille de pisse par terre ce qui entraîne leur mort. Suites à quelques péripéties un groupes de mecs se retrouve à passer la nuit en forêt pour l'enterrement de vie e garçon de l'un d'eux.
    Il y a cette scène qui n'a rien à foutre dans tout le film où ils se racontent des histoires de monstres et de fantômes autours du feu et où l'athée du groupe finis par se faire péter la gueule par le chrétiens (qui est aussi le futur marié) parce qu'il ne veut pas qu'on lui dise que Dieu n'existe pas. Les deux sont des connards, l'un imposant son avis aux autres, le second répondant à coup de patate. Au final les mecs dans l'entre deux ont l'air d'être les plus nets mais l'hostilité envers l'athée venant de tout le groupe est un peu chelou.
    Arrivent ensuite des strip teases, la copines castratrice du gars l'apprend alors qu'elle est dans un bar à strip teasers, on apprend qu'il s'y rend tout les week end en secret alors qu'elle interdit à son mec tout divertissement.
    Bref l'histoire continue, les gens dans la forêt se font tuer un à un par un bigfoot tandis que les discussions autours du cul continuent. Voilà. C'est assez gras et poilu comme comédie, pas forcément ultra mauvais mais ça pètes pas des barres. Par contre faut pas avoir peur des blagues de cul et de l'univers zizi caca parce que rappelez vous que le bigfoot est attiré par l'odeur du sperme, du pipi et du caca. Mais putain que c'est long, et la fin s'éternise, j'étais juste content que tout le monde soit punis d'une manière ou d'une autre à la fin.
  • Bande-annonce

    Djinns (2010)

    1 h 43 min. (France). Drame, fantastique et guerre.

    Film de Hugues Martin et Sandra Martin avec Grégoire Leprince-Ringuet, Thierry Frémont, Saïd Taghmaoui

    C'est con mais quand il s'agit d'un film français j'ai toujours un peu peur. Pourtant à part quelques longueurs et un petit élément mystique un peu trop grossier (mais là c'est un avis personnel) le film se tiens plutôt bien sans être exceptionnel.
  • Bande-annonce

    Le Sanctuaire (2015)

    The Hallow

    1 h 37 min. (France). Épouvante-Horreur.

    Film de Corin Hardy avec Joseph Mawle, Bojana Novakovic, Michael McElhatton

    Alors il faut imaginer l'Irlande et son folklore, les leprechauns, le petit peuple tout ça et se dire que ça vient d'un genre de champignon qui transforme les gens en trucs humanoïdes dégueulasses et allergiques au métal (ça les brûle, comme dans les histoire de bébés remplacés par un changeling au front duquel il faut apposer un clou ou un fer à cheval pour le brûler et qu'il révèle sa vraie nature). Sinon le film est pas désastreux mais je viens quand même de spoiler une bonne partie de l'histoire. De toute façon on s'en tape, personne lit ça.
  • Bande-annonce

    The Monster (2016)

    1 h 31 min. (France). Épouvante-Horreur.

    Film de Bryan Bertino avec Zoe Kazan, Ella Ballentine, Scott Speedman

    Une mère et une fille sont bloquées sur une route perdue en forêt la nuit alors qu'un monstre rôde aux alentours. La première moitié du film est vraiment bien, avec un développement de la relation mère fille assez intéressant, mais à partir du moment où le film devient un film de monstre on perd un peu en intérêt. D'autant que la représentation du monstre se limite dans un premier temps à une simple dent sur laquelle on peut projeter beaucoup de choses et dés qu'il apparaît clairement dans la deuxième partie, le mystère se dissipe et il devient beaucoup moins effrayant (d'autant plus que son design est loin d'être super original).
  • Bande-annonce

    Le Rituel (2017)

    The Ritual

    1 h 34 min. (France). Épouvante-Horreur.

    Film de David Bruckner avec Rafe Spall, Arsher Ali, Rob James-Collier

    Quatre amis en deuil font une randonnée en Suède et, au détours d'une forêt, ils tombent sur des trucs bizarres type cerf éviscéré et totem rituel, une ballade normale du dimanche matin dans la forêt de Montigny en somme. Au vu du titre du film on finit par ce douter que si il y a rituel, il y a culte...
    Le film est pas mauvais mais ne brille pas non plus par son originalité. Mais faut le voir quand même, hein, c'est bien.
  • Bande-annonce

    Animal (2014)

    1 h 26 min. (États-Unis). Épouvante-Horreur et thriller.

    Film de Brett Simmons avec Jeremy Sumpter, Keke Palmer, Elizabeth Gillies

    Bon bah c'est un film qui est totalement dans la moyenne. Donc pas grand choses à dire, c'est sympatoche et plutôt bien filmé, Les monstres sont pas dégueux, je suis sûr qu'à un moment de la conception du film leur origines devait être plus définie que ça parce qu'ils ressemble aux illustration merdiques de chupacabras qu'on peut trouver un peu partout sur google image.
  • Bande-annonce

    Neon Maniacs (1986)

    1 h 31 min. (France). Épouvante-Horreur.

    Film de Joseph Mangine avec Clyde Hayes, Leilani Sarelle, Donna Locke

    Une série Z mal branlée avec beaucoup de clichés et plus de questions que de réponses. Le fait qu'il n'y ait pas d'explications sur l'origine des monstres (ils sont une quinzaine) ni sur leurs motivations, leur fonctionnement, tout ça, n'est pas un problème en soit, on se fait une idée par nous même par deux ou trois indices. Le vrai soucis viens des réactions des personnages. Exemple simple; au début du film sept ou huit jeunes se font massacrés par des monstres sous les yeux de leur amie. La police enquête mais comme il n'y a pas de trace de sang tout va bien et ça n'ira pas plus loin, la survivante, elle, est juste un peu tristoune. Voilà le niveau d'implication qu'il faut attendre des personnages. A noter que c'est dans ce film que j'ai trouvé l'exemple le plus ancien de geekette (pour l'instant), et même si elle est ultra chiante je veux sa casquette du Nostromo.
  • Bande-annonce

    The Monster Project (2017)

    1 h 35 min. (États-Unis). Épouvante-Horreur.

    Film de Victor Mathieu avec Toby Hemingway, Justin Bruening, Murielle Zuker

    Je pensesais tomber sur un film vraiment nul à chier mais je me suis bien amusé au final. C'est un found footage comme il en existe beaucoup, bourré de défauts mais le pitch de départ m'a semblé assez décomplexé et gros pour m'attirer : une équipe décide de tourner un documentaire sur trois personnes se présentant comme des monstres, un loup garou, une vampire et un fille possédée par un démon. Le tout se passe dans une vieille maison où ont eu lieu des rituels sataniques par un soir de pleine lune, bonjour l'ambiance déjà. Et ensuite tout ce beau monde joue à pince moi le cul dans la maison. Et le petit twist final m'a un peu surpris aussi.
    Bon après les acteurs sont pas très bon, il y a une intrigue amoureuse qui schlingue un peu, les personnages sont de grosses caricatures et les effets spéciaux sont pas foufous, mais ça arrête pas de sauter dans tout les sens, de courir dans les escaliers de taper dans les portes, si c'est ce que vous attendez de ce genre de film vous allez apprécier.
  • Bande-annonce

    La Crypte (2005)

    The Cave

    1 h 37 min. (France). Action, fantastique et Épouvante-horreur.

    Film de Bruce Hunt avec Cole Hauser, Eddie Cibrian, Morris Chestnut

    Des plongeurs spéléologues se font bouffer le fion un par un par des créatures troglodytes mutantes dans des grottes du Caucase. Les quelques passages qui auraient pu jouer sur la claustrophobie sont malheureusement pas super bien exploités. C'est pas méga original et ça pique des trucs un peu partout où ça peut mais ça se laisse regarder.
  • Bande-annonce

    Attack the Block (2011)

    1 h 28 min. (France). Action, comédie, science-fiction et thriller.

    Film de Joe Cornish avec John Boyega, Jodie Whittaker, Alex Esmail

    Un super divertissement avec des mecs d'une banlieue londonienne un peu naze qui se font attaquer par des gros clébards de l'espace aux dents lumineuses.
  • Storage 24 (2012)

    1 h 27 min. (France). Science-fiction et Épouvante-horreur.

    Film de Johannes Roberts avec Noel Clarke, Colin O'Donoghue, Antonia Campbell-Hughes

    Un gars qui viens de se faire larguer se rend avec son meilleur amis dans un entrepôts de stockage pour récupérer ses affaires. Manque de pot, un "avion" se crash à quelques distances de là et un monstre se réfugie au même endroit qu'eux. C'est ni exceptionnel, ni mauvais, c'est bien sans plus mais c'est assez bien filmé et les effets, dont pas mal de gore, sont convaincants. Voilà !