Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
  • 2
  • 1
    Bande-annonce

    Entre le ciel et l'enfer (1963)

    Tengoku to jigoku

    2 h 23 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Akira Kurosawa avec Toshirō Mifune, Tatsuya Nakadai, Kyôko Kagawa

  • 2

    Dead Birds (1963)

    1 h 25 min. Sortie : .

    Documentaire de Robert Gardner avec Robert Gardner

  • 3

    Un drôle de paroissien (1963)

    1 h 32 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Jean-Pierre Mocky avec Bourvil, Francis Blanche, Jean Poiret

  • 4
    Bande-annonce

    Le plus sauvage d'entre tous (1963)

    Hud

    1 h 52 min. Sortie : . Drame.

    Film de Martin Ritt avec Paul Newman, Melvyn Douglas, Patricia Neal

    Suite de là : https://www.senscritique.com/liste/Cinephilie_obsessionnelle_2017/1554170#page-12


    Et puis l'adulte éponyme, immoral, coureur de jupons, porté sur la boisson, grande gueule invétérée et pas franchement un modèle de responsabilités. Je trouve que Paul Newman en fait un peu trop dans le registre de l'arrogance et de l'égoïsme, comparé au personnage de Luke (la main froide), sans pour autant que ce soit dommageable.
    Trois âges qui ont tellement de mal à cohabiter, à communiquer, à se comprendre, et au milieu de tout cela une femme qui tente tant bien que mal d'exister. Il y a un petit côté symbolique à mon sens un peu trop prononcé pour laisser le champ libre à un développement parfaitement naturel, mais l'ensemble n'est toutefois pas entravé par cette légère artificialité.

    Le personnage de Hud est bien sûr celui qui cristallise l'attention mais il ne revêt son charme et son intérêt que parce qu'il est entouré de son fils et son père et parce que l'exploitation familiale est menacée par l'apparition de la fièvre aphteuse. Son attitude est assez surprenante de naturel lorsqu'il est pris de sursauts responsables, quand la tragédie pointe le bout de son nez : la faiblesse du grand-père l'oblige régulièrement à sortir de sa carapace égoïste. On peut voir "Hud" comme le portrait croisé de trois solitudes, une peinture de la transmission difficile et des pages qui ne se tournent pas facilement. Tous sont coincés dans leurs situations respectives, dans leurs trajectoires obstruées : le grand-père ne saurait oublier son ressentiment et pardonner la conduite présente ou passée de son fils, le père ne pense qu'à jouir comme il l'entend de la vie et des biens familiaux, et le fils tente de trouver une place entre une omniprésence et une absence de principes, contre vents et marées, mais n'y parviendra jamais.

    La dispute entre les deux adultes marque sans doute le climax de leur relation tendue : "Little by little the look of the country changes because of the men we admire. You're just going to have to make up your own mind one day about what's right and wrong." Jamais réactionnaire, attaché à décrire les positions de chacun avec finesse (y compris dans leur brutalité), ni parfaitement nostalgique, ni parfaitement à l'aise avec son époque : c'est sans doute là que réside une grande part de l'intérêt du film
  • 5
    Bande-annonce

    Les Fiancés (1963)

    I fidanzati

    1 h 17 min. Sortie : . Drame.

    Film de Ermanno Olmi avec Anna Canzi et Carlo Cabrini

    Suite de https://www.senscritique.com/liste-edition/Cinephilie_obsessionnelle_2019/2299251/page-9

    Sa découverte de l'Italie du Sud est captée dans une atmosphère très étonnante, mêlant confusion, incompréhension, léthargie et autres incertitudes. Une poésie triste s'installe, entre réalisme et impressionnisme. Il ne semble pas éprouver de grands regrets à l'égard de sa vie passée mais manifestement, quelque chose le ronge de l'intérieur. L'aridité de ce long moment est frappante, un passage tout en intériorisation et en retranchement, dans une absence quasi totale de dialogue et de musique. L'état d'esprit du personnage est dépeint très sporadiquement, avec quelques images mentales, l'enfermant toujours un peu plus dans une forme de tristesse ou de mélancolie insoupçonnée. Le déracinement est filmé comme une banalité désarçonnante. Soudain, à la faveur d'une lettre de sa fiancée, le récit s'embrase. Le couple se reforme spontanément, à distance, renforcé par leur séparation. On passe des réminiscences d'une vie passée grisâtre à la flamboyance d'un amour passionnel, au cœur d'un lyrisme épistolaire bouleversant.

    Il m'a cueilli en 2 films Olmi (celui-là et "L'Emploi"). Cette subtilité dans la pratique du minimalisme, soit comique soit dramatique, un pied dans le réalisme et l'autre dans l'impressionnisme... J'en redemande.
  • 6
    Bande-annonce

    La Fougère dorée (1963)

    Zlaté kapradí

    1 h 55 min. Sortie : . Fantastique.

    Film de Jiří Weiss avec Vit Olmer, Daniela Smutná, Karla Chadimová

  • 7

    Sécheresse (1963)

    Vidas Secas

    1 h 43 min. Sortie : . Drame.

    Film de Nelson Pereira Dos Santos avec Jofre Soares, Atila Iorio, Maria Ribeiro

    Suite de https://www.senscritique.com/liste/Cinephilie_obsessionnelle_2020/2574828/page-23

    Il n'y a pas vraiment d'éclaircies dans cette figure de proue du Cinema Novo — un mouvement cinématographique fondateur du cinéma brésilien des années 50 et 60, dont les influences se structurent à l'origine autour du néoréalisme italien et de la nouvelle vague française. Difficile de dire ce qui empêche une telle proposition cafardeuse de sombrer dans un misérabilisme frontal, si ce n'est l'innocence de l'enfance et son incompréhension presque comique lorsqu'un des fils ne saisit pas bien la différence entre la définition de l'enfer donnée par sa mère et la réalité qui l'entoure. Le réalisme adopté par la mise en scène n'explore toutefois pas des régions attenantes au documentaire, il s'engage plutôt dans une veine allégorique, avec une vision politique assez claire chez Nelson Pereira Dos Santos. Un montage parallèle entre le passage en prison du père (une histoire d'argent perdu au jeu et d'abus de pouvoir) et une fête folklorique dans les rues voisines confère en outre une dimension presque fantastique au film, avec une imagerie très étrange. La famille se retrouvera in fine enfermée dans le caractère cyclique de leur migration, le plan final qui les voit disparaître à l'horizon rappelant le plan initial monté en sens inverse, laissant supposer de nouveaux sacrifices à venir.
  • 8
    Bande-annonce

    Sa Majesté des mouches (1963)

    Lord of the Flies

    1 h 32 min. Sortie : . Aventure, drame et thriller.

    Film de Peter Brook avec James Aubrey, Tom Chapin, Hugh Edwards

    Suite de là : https://www.senscritique.com/liste/Cinephilie_obsessionnelle_2017/1554170/page-10

    , les pulsions enfouies de l'autre, et la lente désagrégation des meilleurs idéaux.

    "Sa Majesté des Mouches" surprend par l'acuité de certaines scènes, par sa capacité à illustrer la sauvagerie à l'œuvre. La séquence au cours de laquelle Simon se dégage du piège de la croyance en affrontant ses peurs les plus profondes, en dissipant tout le côté mystique que Jack avait entretenu dans sa tribu, est une vraie réussite. Ce mouvement hallucinogène se poursuit par la violence de la chasse à l'homme finale, dans la jungle enfumée, et se termine avec l'arrivée de militaires, signant la fin de l'apprentissage et l'entrée dans la guerre.
  • 9
    Bande-annonce

    The Servant (1963)

    1 h 56 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Joseph Losey avec Dirk Bogarde, Sarah Miles, James Fox

  • 10

    Le Silence (1963)

    Tystnaden

    1 h 36 min. Sortie : . Drame.

    Film de Ingmar Bergman avec Ingrid Thulin, Gunnel Lindblom, Jörgen Lindström

    Suite de https://www.senscritique.com/liste/Cinephilie_obsessionnelle_2021/2910508/page-2

    Mais toutes les deux se révèlent prisonnières d'une sexualité mal investie, pétrie de frustrations et de remords, doublée d'un sentiment anxiogène exacerbé par l'ambiance cloîtrée de l'hôtel qui alimente une oppression grandissante. Nous aussi, la peau moite, on recherche un peu d'air frais. Introspection psychologique, huis clos centré sur le tourment de personnages en guerre dans un étrange pays en guerre, "Le Silence" observe le conflit entre la froideur et la jouissance. La bimbo contre l'intello, la desséchée contre la vorace, pourrait-on résumer. Il y a dans le regard de Bergman une cruauté notable (en dépit de quelques touches de bienveillance, de-ci de-là) sur ce champ de ruines affectif, la solitude, l'absence d'amour et l'incompréhension mutuelle. Les dernières heures d'innocence dans le silence presque total.
  • 11

    Kyoto (1963)

    Koto

    1 h 45 min. Sortie : . Drame.

    Film de Noboru Nakamura avec Shima Iwashita, Hiroyuki Nagato, Seiji Miyaguchi

  • 12

    Les Monstres (1963)

    I mostri

    2 h 01 min. Sortie : . Comédie et sketches.

    Film de Dino Risi avec Ugo Tognazzi, Vittorio Gassman, Lando Buzzanca

  • 13

    Pour la suite du monde (1963)

    1 h 45 min. Sortie : .

    Documentaire de Pierre Perrault et Michel Brault avec Leopold Tremblay, Alexis Tremblay, Louis Harvey

  • 14
    Bande-annonce

    Mélodie en sous-sol (1963)

    1 h 58 min. Sortie : . Policier et drame.

    Film de Henri Verneuil avec Jean Gabin, Alain Delon, Carla Marlier

  • 15
    Bande-annonce

    Le Mépris (1963)

    1 h 43 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Jean-Luc Godard avec Brigitte Bardot, Michel Piccoli, Jack Palance

  • 16

    Annonces matrimoniales (1963)

    La visita

    1 h 50 min. Sortie : . Comédie et romance.

    Film de Antonio Pietrangeli avec Sandra Milo, François Périer, Mario Adorf

  • 17
    Bande-annonce

    Cléopâtre (1963)

    Cleopatra

    4 h 11 min. Sortie : . Historique, péplum, drame, biopic et romance.

    Film de Joseph L. Mankiewicz avec Elizabeth Taylor, Richard Burton, Rex Harrison

  • 18
    Bande-annonce

    Charade (1963)

    1 h 53 min. Sortie : . Comédie romantique et policier.

    Film de Stanley Donen avec Cary Grant, Audrey Hepburn, Walter Matthau

  • 19

    Mourir à Madrid (1963)

    1 h 25 min. Sortie : .

    Documentaire de Frédéric Rossif avec Suzanne Flon, Germaine Montero, Pierre Vaneck

  • 20

    Jason et les Argonautes (1963)

    Jason and the Argonauts

    1 h 44 min. Sortie : . Aventure, fantastique et péplum.

    Film de Don Chaffey avec Todd Armstrong, Nancy Kovack, Gary Raymond

  • 21

    Billy le menteur (1963)

    Billy Liar

    1 h 38 min. Sortie : . Comédie.

    Film de John Schlesinger avec Tom Courtenay, Wilfred Pickles, Mona Washbourne

  • 22
    Bande-annonce

    Les Trois Visages de la peur (1963)

    I Tre Volti della paura

    1 h 32 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et sketches.

    Film de Mario Bava avec Michèle Mercier, Lidia Alfonsi, Boris Karloff

  • 23
    Bande-annonce

    Les Tontons flingueurs (1963)

    1 h 45 min. Sortie : . Comédie, action et policier.

    Film de Georges Lautner avec Lino Ventura, Bernard Blier, Francis Blanche

  • 24

    Le Feu follet (1963)

    1 h 44 min. Sortie : . Drame.

    Film de Louis Malle avec Maurice Ronet, Jeanne Moreau, Alexandra Stewart

  • 25
    Bande-annonce

    La Grande Évasion (1963)

    The Great Escape

    2 h 52 min. Sortie : . Aventure et guerre.

    Film de John Sturges avec Steve McQueen, James Garner, Richard Attenborough

  • 26
    Bande-annonce

    La Maison du diable (1963)

    The Haunting

    1 h 52 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Robert Wise avec Julie Harris, Claire Bloom, Richard Johnson

  • 27

    Ladybug Ladybug (1963)

    1 h 22 min. Sortie : 1963.

    Film de Frank Perry

    Suite de https://www.senscritique.com/liste/Cinephilie_obsessionnelle_2020/2574828/page-28

    Certains paniquent, certains s'enferment dans des sous-sols, certains se mettent à genoux et prient, certains ne s'intéressent pas à cette information. Un petit groupe d'enfants, en l'absence (générale) des parents, s'enferme dans un abri anti-atomique et commence à édicter quelques règles drastiques — conduisant notamment à rejeter une fille qui demandait à entrer sous prétexte fallacieux que l'air et la nourriture viendraient à manquer. L'image d'une fille s'enfermant dans un congélateur à ciel ouvert et d'un garçon criant "stop" tandis qu'une déflagration fend l'air restera assez intense. Le comportement des enfants, entre crainte et résilience, balaie un spectre assez large de réactions avec une subtilité non-négligeable.

    "Ladybug Ladybug", c'est un peu le chaînon manquant entre les spots éducatifs "Duck and Cover" et le film catastrophe "Appel d'urgence".
  • 28
    Bande-annonce

    Hier, aujourd'hui et demain (1963)

    Ieri, oggi, domani

    1 h 58 min. Sortie : . Comédie romantique et sketches.

    Film de Vittorio De Sica avec Sophia Loren, Marcello Mastroianni, Aldo Giuffre

  • 29
    Bande-annonce

    Le Guépard (1963)

    Il gattopardo

    3 h 06 min. Sortie : . Drame et historique.

    Film de Luchino Visconti avec Burt Lancaster, Claudia Cardinale, Alain Delon

  • 30

    Main basse sur la ville (1963)

    Le mani sulla città

    1 h 36 min. Sortie : . Drame.

    Film de Francesco Rosi avec Rod Steiger, Salvo Randone, Guido Alberti

  • 1
  • 2