L'anti-☭ommunisme ordinaire

Depuis tout petit que je regarde le cinéma, les communistes s'en prennent plein les mirettes...
Les communistes sont vraiment des monstres avec un couteau entre les dents.
Et puis, il faut bien dire que la transition du "communisme vers la démocratie", c'est le vrai développement vers ...

Afficher plus

Liste de

48 films

créee il y a presque 9 ans

 · 

modifiée il y a plus de 4 ans

Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal
4.8

Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal (2008)

Indiana Jones and the Kingdom of the Crystal Skull

2 h 02 min. Sortie : 21 mai 2008. Action, Aventure, Science-fiction

film de Steven Spielberg avec Harrison Ford, Cate Blanchett, Karen Allen

Andy Capet a mis 1/10.

Annotation :

Anticommunisme ?

#communisme = nazisme = red point godwin
#guerrefroide.com
#ennemideladémocratie.fr
#militarisme
#gros bras et pas de neurones
#torture x 2
#anti-écolo
#chantage
#cruauté
#uniformisme, négation de l'individu
#froid robotique
#mégalomanie

... Ce qui contraste évidemment avec la coutume vestimentaire, l'humour et les valeurs humaines d'Indiana Jones - histoire qu'on sache bien qui est le gentil et qui est le méchant.

◘ En fait, si on compare les Indiana tournés avec des nazis et celui-ci, il y a fort à parier que les traits idéologiques sont similaires... Et donc, il s'agit d'un même combat.

◘ Comme le film se situe en pleine guerre froide, à l'époque de la chasse "aux sorcières", le film ponctue ses dialogues de "sol américain", de "pays", de "traître" et de suspicion du FBI.

◘ A plusieurs reprises, le film met un point d'honneur à la filiation entre Indiana et son fils. Je n'y vois pas franchement d'inconvénient, si ce n'est qu'il y une fierté narcissique envers le fils prodigue chez l'archéologue.

◘ L'image de l'héroïne est problématique : elle est certes aventurière mais elle est mère, soumise, amoureuse devant le père absent. Bref elle pardonne et finit par se marier. Moins caractérielle qu'elle, tu meurs.

◘ A un moment donné, au coeur de la forêt amazonienne, il y a une invasion de fourmis carnivores. Comment ne pas y voir une allusion aux communistes ? Mais je ne peux pas pour autant parler de racisme par identification à un animal.

◘ On peut voir une manifestation populaire et étudiante avec pour mot d'ordre "Mieux vaut être mort que rouge".

Oui, le mot "rouge" pour dire les staliniens et sbires revient très souvent dans le film. On est en 2008, ça fait plus de 20 ans que toute guerre froide, fraîche ou tiède a cessé... et un film sort en rabâchant les mêmes âneries, voire pire ?

Enfin... Avec ce qui se passe en Ukraine... Pas si sûr que tout cela ait cessé en fait. Ce qui est certain, c'est que cet Indiana Jones mérite une place sur le podium.

Rambo II : La Mission
5.5

Rambo II : La Mission (1985)

Rambo: First Blood Part II

1 h 36 min. Sortie : 16 octobre 1985 (France). Action, Guerre

film de George Pan Cosmatos avec Sylvester Stallone, Richard Crenna, Charles Napier

Andy Capet a mis 3/10.

Annotation :

Anticommunisme ?

#corruption
#opportunisme
#trahison ouvrière
#uniformisme, négation de l'individu
#militarisme
#gros bras et pas de neurones
#antiféminisme
#dégénérescence intellectuelle et morales ;
#cruauté
#gégène torture
#moeurs dissolues
#xin đừng giết chúng tôi

(oui, les communistes sont des gens qui ne parlent pas comme nous.
On ne comprend rien de ce qu'ils disent. Aligner trois mots de suite vous fait passer pour un intellectuel de la classe ouvrière et donc pour le chef du troupeau)

Cadeau bonus :
http://www.dailymotion.com/video/xz03o_albert-dupontel-rambo_fun

L'Aube rouge
4.5

L'Aube rouge (2012)

Red Dawn

1 h 33 min. Sortie : 28 août 2013 (France). Action, Guerre

film de Dan Bradley avec Chris Hemsworth, Josh Peck, Josh Hutcherson

Andy Capet a mis 2/10 et a écrit une critique.

Annotation :

Anticommunisme ?

#NorthKorea=communism
#uniformisme, négation de l'individu
#cruauté, belliqérance
#arriération
#militarisme
#troismotsdevocabulaire
#ennemideladémocratie.fr

Dans la rubrique "et ça continue !" : j'apprends ce matin qu'un nouveau Red Dawn est sorti en 2013 et où les russo-cubains sont substitués par des coréens du nord. Les scénaristes n'imaginent pas autre chose depuis les années 80 qu'une invasion en parachute. Les coréens sont évidemment trop des attardés du développement et on se demande grâce à qui le kiki l'on doit ce retard (petite minute culturelle et de savoir-vivre : c'est Washington qui a imposé la partition d'un pays coupé en deux pour contrer l'influence soviétique).

Dans ce film hypocrite,
Les USA sont une vraie passoire, on dirait la guerre de Corée remasterisée où on s'enfonce dans le territoire ennemi comme dans une motte de beurre.

Evidemment, et encore une fois, l'argument ultime pour buter les cocos, c'est qu'ils sont "dangereux" et... uniformes. Donc moi aussi, je vais faire une propagande stupide :
http://image.aero/hftj5JXcf4567U0O0Ofa/DocumentsSmall/SlxExpoYAB/43.jpg
C'est aux USA Chépäou, ça pourrait être dans n'importe quel pays (mais t'as vu... Y'a une piscine en bas à gauche).

J'ajoute enfin que même s'il y a des complémentarités (notamment sur la raison d'être de la lutte clandestine, quelques rares considérations sur la guerre et sur une scène en particulier qui remet totalement en cause la légitimité de l'action clandestine au travers de leur propre barbarie) entre le film de 1984 et celui de 2013, ce dernier est globalement "mieux" construit que son prédécesseur. Peut-être "mieux" construit mais plus diffamant aussi.

À la poursuite d'Octobre rouge
7

À la poursuite d'Octobre rouge (1990)

The Hunt for Red October

2 h 14 min. Sortie : 29 août 1990 (France). Action, Aventure, Thriller

film de John McTiernan avec Sean Connery, Alec Baldwin, Scott Glenn

Andy Capet a mis 4/10.

Annotation :

Jack Ryan, kremlinologue et consultant-analyste pour la CIA, est l'un des personnages, symbole de l'impérialisme américain, créés par les tensions plus ou moins fraîches entre l'USA et l'URSS au début des années 80.

L'année 1990 est une période-phare puisque la Perestroïka, mise en place depuis 1985, est une déglaciation des rapports russo-américains. McTiernan choisit de remuer le couteau dans la plaie avec ce film.

Anticommunisme ?

#guerrefroide.com
#patriotisme
#bureaucratie
#militarisme
#espionnage
#négation de l'individu, de la liberté et de la singularité individuelle
#surveillance
#à l'ouest toute !
#la-liberté-est-la-démocratie-américaine
#idéalisme X 3 *
#élément théologique
#le rock, c'est pas hallal

Palme de la réplique comique : "La vie privée contrarie souvent l'intérêt général" (Commissaire politique Poutine, agent du KGB) - véridique.

La stupidité du scénario tient uniquement à son point de départ : filer un super joujou technologique à une personne dont l'Etat soviétique sait qu'il ne peut avoir confiance en elle.
Il est à noter le très bon jeu accordé aux personnages russes et leur absence d'uniformité.

* Marko pense que tout dépend de - je cite - l'intelligence ou de la brutalité du type en charge du dossier aux USA.
Scène du repos entre Marko et Borodine ; ils se font des projets comme les brigands du casse du siècle et parlent ainsi de la liberté américaine.
Scène finale qui débouche sur... L'espoir d'un nouveau monde - tadaaaaa. Fin.

L'Éducatrice et le Tyran
4.9

L'Éducatrice et le Tyran (1997)

The Beautician and the Beast

1 h 47 min. Sortie : 27 août 1997 (France). Comédie romantique

film de Ken Kwapis avec Fran Drescher, Timothy Dalton, Ian McNeice

Andy Capet a mis 1/10.

Annotation :

Podchenko est un dictateur d'un pays imaginaire qui ressemble bien à un satellite de l'URSS, à l'est de l'Europe. Evidemment, quand on voit le film, on pense à la Biélorussie ou à une transposition stalinienne en Post-Stalinie. Même le sujet du film est limite puisqu'il confronte l'américaine nunuche au totalitarisme bravache du petit Père des peuples et des masses laborieuses, largement idéalisées et ouvrières.

Donc, dans les caricatures, puisqu'il s'agit d'une comédie, on en tient quand même une bonne couche. Du moment qu'il s'agit de coucher avec l'américain, y'a quand même un début d'internationalisme du plumard. C'est déjà ça.
Toujours est-il que le genre rend confondant le fait de la caricature et de la réalité dans les ficelles narratives du film. Difficile d'en évaluer la propagande. Mais le film est tellement grossier que je n'ai aucun souci à placer ce film assez haut dans la liste.

Jusqu'à la fin, cette revisite d'une "Nounou d'enfer" en ex-URSS pose problème quant à ces simplismes adorés pour faire bander les mioches. Notamment aussi pour son personnage féminin à la fois Mère Courage et terriblement hyper sexualisée (ce qui la rend intouchable aussi - encore un ressort ambivalent de la narration face à la morale de cette liste).

Je propose de dire que le communisme du film est donc :

#nationalisme
#police secrète
#culte de la personnalité, mégalomanie
#bureaucratie
#antiféministe
#prison politique
#à bas l'amour
#ennemideladémocratie.fr
#uniformisme, négation de l'individu
#arriération X 3
#stakhanovisme
#à l'ouest toute !

Demolition Man
6.4

Demolition Man (1993)

1 h 55 min. Sortie : 2 février 1994 (France). Action, Science-fiction, Thriller

film de Marco Brambilla avec Sylvester Stallone, Wesley Snipes, Sandra Bullock

Andy Capet a mis 7/10.

Annotation :

Non, il ne s'agit pas de Demoliton Man ici. Mais des épisodes 1 & 2 de la première saison de Sliders. Peut-être que ça ne dit plus grand chose à personne aujourd'hui mais cette série a marqué mon enfance, excepté ces deux premiers épisodes (tout aussi caricaturaux que le principe de la série). En effet, il est compliqué de départager ce qui tient lieu de récit efficace et ce qui tient lieu d'une cruelle caricature.
Quand Quinn Mallory et son équipage tombe dans un monde communiste, la série décide de ne pas faire dans la dentelle puisque le but est de retranscrire un monde où c'est le capitalisme qui a mondialement chuté. Doit-on en conclure que ce monde parallèle observe la Corée du Nord comme un curieux animal de l'ultra-libéralisme ?

Toutefois, dans les facilités narratives, on déplorera le copier-coller sans nuance d'un communisme forcément catastrophique.

Anticommunisme ?

#stalinisme
#patriotisme
#culte de la personnalité (et il faut pouvoir l'écrire l'idée du SDF fou qui devient sénateur communiste !)
#goulag
#état policier
#lobotomie
#militarisme
#défiance généralisée
#interrogatoire
#uniformisation

Note : la référence à Demolition Man fait référence à la lutte clandestine dans ces épisodes, lutte où il s'agit de résister à un monde très caricatural.

Barbara
6.7

Barbara (2012)

1 h 45 min. Sortie : 2 mai 2012 (France). Drame

film de Christian Petzold avec Nina Hoss, Ronald Zehrfeld, Rainer Bock

Andy Capet a mis 2/10.

Annotation :

Anticommunisme ?

#négation de l'individu, de la liberté et de la singularité individuelle
#cruauté ; froid sibérien dans le regard
#froid robotique
#communisme = RDA ; RDA = surveillance
#communisme = pénurie
#goulag.com ; travaux forcés
#à l'ouest toute !

(cf. mon commentaire sur "La vie des autres")

Barbara est une doctoresse qui aime le piano et les tableaux, qui appelle les patients par leur prénom, qui les materne pour bien montrer subtilement à quel point elle est humaine.

On apprend que Stella est enceinte.
Jusqu'en 1972, il existait en RDA un droit à l'avortement jusqu'à la 12ème semaine.

La Chute de Berlin
5.8

La Chute de Berlin (1950)

Padenie Berlina

2 h 30 min. Sortie : 21 janvier 1950 (Union Soviétique). Guerre, Drame

film de Mikhail Tchiaoureli avec Boris Andreev, Mikhail Guelovani, Maxim Chtraukh

Andy Capet a mis 6/10 et a écrit une critique.

Annotation :

Film d'une technique remarquable, l'entièreté du film consiste à ridiculiser Hitler et à toute sorte d'astuces pour rendre hommage à Staline, véritable chef stratégique de la toute jeune U.R.S.S. victorieuse.

Anticommunisme ?

#bureaucratie
#cultedelapersonnalité
#patriotisme
#chauvinisme
#falsificationdelhistoire

Je trouve regrettable toutefois que le parti n'ait jamais su mettre en image les propos du premier secrétaire au travers de son livre "Les falsicateurs de l'histoire - note de 1948". Le point de vue de ce livres de quelques pages donnent des pistes littéralement passées sous silence dans l'Histoire de la Seconde Guerre Mondiale et sur ses origines. S'il n'est nul besoin de rappeler l'opportunisme de la future firme IBM (sinon reportez-vous au film "mille milliards de dollars"), il est en revanche beaucoup reconnu la manière dont le IIIème Reich a avancé main dans la main avec les impérialistes américains, britanniques et français avec pour objectif l'armement de l'Allemagne, favorisant par conséquent l'isolement de l'U.R.S.S. au lieu de s'attaquer au nationalisme et au racisme qui rongeait la population allemande (ou plutôt les populations pan-allemandes).

Il est aussi moins reconnu de quelle manière la tchécoslavaquie fut trahie par les français et les britanniques ou comment la Pologne fut trahie par les britanniques.
Staline a pour vocation avec ce livret de dénoncer les véritables agresseurs de la russie soviétique... Et ce n'est pas l'Allemagne à ses yeux.
http://marxiste.fr/staline/stal10.html
Il est important de prêter attention à ces pages de l'Histoire car elles ne sont pas enseignées.

#désinformation

Rambo III
4.9

Rambo III (1988)

1 h 42 min. Sortie : 26 octobre 1988 (France). Action, Aventure, Thriller

film de Peter MacDonald avec Sylvester Stallone, Richard Crenna, Marc de Jonge

Andy Capet a mis 1/10 et a écrit une critique.

Annotation :

Anticommunisme ?

#impérialisme
#contre-impérialisme
#antisoviétisme
#guerrefroide.com
#onrefaitlematch
#militarisme
#foutagedegueulehistorique
#démagogie
#gros bras et pas de neurones

Pourquoi ce Rambo me fout en pétard pour plusieurs raisons ?

a) des raisons artistiques ?
b) des raisons morales ?
c) des raisons politiques ?
d) des raisons historiques ?

(envoie ton sms au 6 98 200
et gagne une visite de Manuel Valls dans ton quartier)

L'intervention soviétique en Afghanistan en 1979 pour mater les talibans était dégueulasse, typique impérialiste. Mais de ce point de vue, l'Histoire nous apprend qu'il faut tourner sept fois l'arme dans sa bouche avant de tirer.
Ce Rambo-là est l'inverse de ce que Rambo était à l'origine. Le premier Rambo recensait 1 mort (même pas de sa faute en plus) tandis que le troisième volet recense 127 morts. Rambo était un soldat qui ne voulait plus de la guerre, un soldat devenu pacifiste, violent par défaut, par légitimité ; c'était un retranché forcené, déterminé et aliéné par des décennies d'expériences de guerre.
C'était ça la base du roman "First Blood" De David Morrell, écrit en 1972, en pleine guerre du Viet-Nam. Rambo, c'était le cri d'une injustice d'un soldat américain qui crie contre sa propre bureaucratie... et non le cri d'une injustice qui pousserait ce soldat mystique pour qu'il marche derrière cette bureaucratie impérialiste.

... Ou alors, il faut voir ce troisième opus pour comprendre le premier... ce qui serait un contre-sens historique.

C'est fatigant tous ces gendarmes du monde, ces sauveurs de la veuve et de l'orphelin qui font des amalgames à tire-larigot et qui coûtent des dizaines de millions de dollars. Le gros paradoxe de l'histoire est le célèbre si vis pacem parabellum (six vis pas sèment, para bel homme) : la guerre est le prix de la liberté, multipliée par un autre dicton : l'ennemi de mon ami est aussi mon ennemi.
Avec une telle mentalité, à ce tarif-là, je m'appelle Michel Drucker et le monde entier est mon ami... Et ça vaut quand même un p'tit coup de kalash dans ton anus. Ah les salauds de cocos !

Moi, je veux bien voir la gueule que tirerait un afghan en voyant une telle bêtise diffusée à des heures de grande écoute.

L'Aube rouge
5.6

L'Aube rouge (1984)

Red Dawn

1 h 54 min. Sortie : 12 septembre 1984 (France). Guerre

film de John Milius avec Patrick Swayze, C. Thomas Howell, Lea Thompson

Andy Capet a mis 1/10.

Annotation :

Anticommunisme ?

#antisoviétisme ; URSS = communisme
#uniformisme, négation de l'individu
#cruauté, belligérance
#militarisme
#ennemideladémocratie.fr

La redondance et la récurrence des éléments anticommunistes cités fait de ce film un sérieux candidat.

Portés disparus 2
4.3

Portés disparus 2 (1985)

Missing in Action 2: The Beginning

1 h 32 min. Sortie : 6 novembre 1985 (France). Action, Drame, Thriller

film de Lance Hool avec Chuck Norris, Oh Soon-Tek, Steven Williams

Annotation :

Anticommunisme ?

#militarisme
#torture, sadisme
#corruption, drug & whore
#patriarcat
#hiérarchie
#mégalomanie

Oh, Youth !

Oh, Youth ! (1995)

Chongchuniyo !

1 h 28 min. Sortie : 1995 (Corée du Nord). Comédie dramatique

film de Jon Jong-pal

Andy Capet a mis 4/10.

Annotation :

Anticommunisme ?

#patrie
#chauvinisme
#martin apprend le socialisme dans un seul pays
#prostitution officielle ; mariage (???)

Avengers
6.4

Avengers (2012)

The Avengers

2 h 23 min. Sortie : 25 avril 2012 (France). Action, Science-fiction, Fantastique

film de Joss Whedon avec Robert Downey Jr., Chris Evans, Chris Hemsworth

Andy Capet a mis 2/10.

Annotation :

Anticommunisme ?

#antisoviétisme ; URSS = communisme
#contre-impérialisme
#torture
#espionnage
#froid robotique
#troismotsdevocabulaire


Natasha Romanoff-Shostakova (alias Veuve Noire) fait partie de l'équipe des Avengers.
http://www.papierspeintsdirect.com/media/catalog/product/cache/1/image/1024x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/p/a/panoramique-1-430.jpg
Elle est une descendante d'une famille impériale russe et elle est devenue une très célèbre ballerine en Union Soviétique.

Elle fut la brève épouse de Alexi Shostakov qui allait devenir l'homologue russe du Captain America, Le Gardien Rouge.
http://static.comicvine.com/uploads/original/11/117763/2860840-tumblr_mhx9lqgcju1qiknbco1_1280.jpg Lorsque ce dernier est prétexté mort par le KGB, elle devient un agent sous le nom de Veuve Noire pour infiltrer des industries technologiques américaines de pointe et neutraliser les déserteurs soviétiques. Elle est souvent contrecarré par Iron-Man, un très riche armateur, playboy, philantrope, américain. Elle s'associe avec Clint Barton (alias Oeil-de-Faucon, également présent dans Avengers) qui est devenu un super-héros en regardant Iron-Man... Mais Oeil-de-Faucon, criminel recherché, a succombé aux charmes de la danseuse karatéka soviétique.
Lorsqu'elle délaisse peu à peu les missions pour le compte du KGB, elle tombe dans les mains d'agents de la République Populaire de Chine et subit une lobotomie.

Dans le film, elle a un rôle limité, mais ne peut pas être considérée comme réserviste. Ses répliques évoquent à chaque fois un passé qu'elle déplore aux services du KGB. Elle affirme avoir une dette gravée, une dette à effacer, qu'elle est marquée au fer rouge. A un moment, Loki lui fait part de tous ses méfaits, la qualifiant ainsi de tueuse et de menteuse aux services de tueurs et de menteurs.
Bien entendu, elle ne rit pas et c'est une femme fatale dotée de flèches empoisonnées.

Ilsa, la Tigresse du goulag
4.5

Ilsa, la Tigresse du goulag (1977)

Ilsa, the Tigress of Siberia

1 h 25 min. Sortie : 7 avril 1982 (France). Épouvante-Horreur

film de Jean Lafleur avec Dyanne Thorne, Michel-René Labelle, Gilbert Beaumont

Andy Capet a mis 3/10.

Annotation :

Anticommunisme ?

#torture
#goulag.com
#moeurs dissolues
#cruauté ; froid sibérien dans le regard
#mégalomanie

Le Syndicat du crime 3
5.8

Le Syndicat du crime 3 (1989)

Ying hung boon sik III jik yeung ji gor

1 h 54 min. Sortie : 20 octobre 1989 (Hong Kong). Action, Drame, Romance

film de Tsui Hark avec Chow Yun-Fat, Anita Mui, Tony Leung Ka-Fai

Andy Capet a mis 2/10.

Annotation :

Anticommunisme ?

C'est compliqué car c'est une vison hong-kongaise (donc en 1989, bien capitaliste et impérialiste) mais qui s'intéresse au communisme viet-namien d'une manière à justifier une guerre dans ce pays en proie à une armée corrompue, faisant ainsi passer des malfrats pour des gens très sympathiques.

#corruption
#opportunisme
#brutalité

Le Jeune Hitlérien Quex

Le Jeune Hitlérien Quex (1933)

Hitlerjunge Quex

1 h 35 min. Sortie : 19 septembre 1933 (Allemagne).

film de Hans Steinhoff avec Jürgen Ohlsen, Heinrich George, Berta Drews

Annotation :

Anticommunisme ?

#corruption de la jeunesse et de l'innocence
#indiscipline, sans chef
#119 : SOS enfance battue ; les communistes tuent leurs enfants.
#les communistes n'aiment pas leur pays*

Le subjectivisme est certes toujours été un moyen efficace pour attaquer, par effet d'empathie de spectateur à héro de film, ce que le film trouve injuste. C'est qu'alors il convient de voir ce qui est injuste dans ce film : 1° les communistes sont indisciplinés (donc ils ne savent pas éduqués) ; 2° le père a battu son enfant (donc les communistes corrompent l'innocence de l'enfance et sont violents)

Ce sont les éléments déclencheurs, il me semble, de l'organisation du jeune Quex. Il s'est senti trahi dans sa famille - ce qui veut dire que, au niveau de l'idéologie, les deux camps ne sont absolument pas critiqués pour ce qu'ils sont mais pour ce qu'ils représentent, pour ce qu'ils enfantent au sein de la jeunesse.

C'est le subjectivisme et c'est "cette volonté d'attaquer l'idéologie communiste par en-dessous" et... par un enfant qui plus est qui est le traitement anticommuniste de ce film.

Le NSDAP n'a pas beaucoup de marge de manoeuvres pour lutter contre l'influence communiste, dans un contexte phare qui plus est : l'accession de l'influence nazie au plus hautes fonctions de l'Etat allemand. En effet, les nazies et les communistes utilisent les mêmes méthodes éducatives et partisanes. L'instrumentalisation de la vision d'un enfant est un avantage et un frein à la fois.
C'est un avantage certain car la vision d'un enfant est toujours sincère, impartiale et dénuée d'intérêts politiques ; c'est la vérität la plus püre und la plus objektive.
C'est un frein pour deux raisons : l'absence de raisonnement nuancé ; le manichéisme + "la vision du pays"

*Le discours nazi est : l'Allemagne est le plus beau pays du monde et son peuple est uni dans l'adversité.

Le discours communiste : l'amour pour son coin natal n'a pas à être instrumentaliser ; je n'ai pas choisi d'être né dans ce pays ou un un autre ; les frontières sont issues de l'histoire de la bourgeoisie, elles divisent les travailleurs et leurs intérêts à s'unir.

Les nazis ne peuvent pas dire que les communistes n'aiment pas leur "Heimat" et ne le défendrait pas. Le film est compassionnel avec eux. En revanche, sur le thème de la solidarité, ils sont proches, provoquant des dilemmes dans la conscience populaire. Cela revient à demander à un enfant de choisir entre ses deux parents.

Katyn
6.7

Katyn (2007)

2 h. Sortie : 1 avril 2009 (France). Drame, Historique

film de Andrzej Wajda avec Pawel Malaszynski, Joachim Paul Assböck, Andrzej Chyra

Andy Capet a mis 1/10.

Annotation :

Anticommunisme ?

C'est compliqué car autant c'est artistiquement pompier, autant il y a eu un massacre massif longtemps caché, autant... c'est une vision très limitée de l'Histoire et donc de la représentation du communisme.

#purge
#goulag.com

Stalingrad
6.9

Stalingrad (2001)

Enemy at the Gates

2 h 11 min. Sortie : 14 mars 2001. Drame, Historique, Thriller

film de Jean-Jacques Annaud avec Jude Law, Ed Harris, Rachel Weisz

Andy Capet a mis 4/10.

Annotation :

Anticommunisme ?

#instrumentalisation des soldats soviétiques en héros
#illettrisme
#propos généralistes et désespérants sur la patrie soviétique
#communisme = stalinisme (communiste et patriote bureaucrate, moi ça me pose un petit problème...)

+

Themroc : "je pensais surtout au petit couplet du commissaire politique à la fin du film (= le communisme est une arnaque)."

+

COMMENTAIRE

Globalement, ça passe. C'est surtout le refrain cinématographique antinazi et seconde guerre mondiale qui m'agace... Cela m'agace car, forcément la principale imagerie du communisme qui passe sur les écrans, c'est l'imagerie laissée par Staline. Le dégel a beau avoir eu lieu il y a bien longtemps ; culturellement, c'est une autre paire de manches !

Les deux scènes avec Khrouchtchev ne sont d'aucun secours. Elles laissent même supposer qu'il y aurait une continuité entre Joseph et Nikita. Cela dit
http://www.youtube.com/watch?v=-5NipHAtvHY

Full Metal Jacket
8

Full Metal Jacket (1987)

1 h 56 min. Sortie : 21 octobre 1987 (France). Drame, Guerre

film de Stanley Kubrick avec Matthew Modine, Arliss Howard, Vincent D'Onofrio

Andy Capet a mis 6/10.

Annotation :

Ce film n'est pas anti-communiste... Et pourtant, il aurait pu l'être !

Je trouvais important que ce soit dit.

Je précise aussi que le Viet-Nâm ne représente pas "le communisme" ni une partie du communisme à cause de sa visée patriotique, clairement stalinienne.
La pensée de Staline aura servi de mille façons divers régimes antiouvriers de la planète et aura apporté à la bourgeoisie la caution morale que le communisme pourrait se développer dans un seul pays pour mieux les rassurer. De plus, la "révolution" viet-nâmienne s'est constituée de manière opportune et sans ses travailleurs, ouvriers et paysans, de ce pays.

Bons Baisers de Russie
6.8

Bons Baisers de Russie (1963)

From Russia with Love

1 h 55 min. Sortie : 30 juillet 1964 (France). Action, Aventure, Thriller

film de Terence Young avec Sean Connery, Daniela Bianchi, Pedro Armendáriz

Invasion U.S.A.
4.1

Invasion U.S.A. (1985)

1 h 47 min. Sortie : 8 janvier 1986 (France). Action

film de Joseph Zito avec Chuck Norris, Richard Lynch, Melissa Prophet

Andy Capet a mis 3/10.

Rocky IV
5.8

Rocky IV (1985)

1 h 31 min. Sortie : 22 janvier 1986 (France). Drame, Sport

film de Sylvester Stallone avec Sylvester Stallone, Talia Shire, Dolph Lundgren

Andy Capet a mis 3/10.

Firefox, l'arme absolue
5.2

Firefox, l'arme absolue (1982)

Firefox

2 h 17 min. Sortie : 17 décembre 1982 (France). Aventure, Action, Thriller

film de Clint Eastwood avec Clint Eastwood, Freddie Jones, David Huffman

Meurs un autre jour
5.3

Meurs un autre jour (2002)

Die Another Day

2 h 13 min. Sortie : 20 novembre 2002. Action, Aventure, Policier

film de Lee Tamahori avec Pierce Brosnan, Halle Berry, Toby Stephens

Andy Capet a mis 1/10.

Annotation :

corée // à faire

La Cité de la peur
7.4

La Cité de la peur (1994)

1 h 40 min. Sortie : 9 mars 1994. Comédie, Épouvante-Horreur

film de Alain Berbérian avec Chantal Lauby, Alain Chabat, Dominique Farrugia

Andy Capet a mis 7/10.

Annotation :

Cette liste prend le parti de lister même les comédies et les satires en les prenant comme des propagandes à part entière. Est-ce qu'on veut se moquer du communisme dans ce film au travers du slasher Red is Dead ? La démarche abrutissante, le souffle bovin, le visage recouvert d'un masque à souder, l'individu avance avec une faucille qui grince et un marteau funeste.

Toutefois le caractère de distanciation est pleinement mis à l'oeuvre dans ce film qui ne cessent d'accumuler les références et autres pastiches. Et de ce fait, je n'ai pas l'impression que le slasher soit si ridicule. Le tueur en série "communiste" est bête comme un Jason Vorhees mais ce n'est jamais de lui dont on se moque, on se moque plutôt des victimes et des techniciens qui font le film. Le tueur garde, sans doute pour un intérêt narratif, son intégrité de bête inquiétante totalement dissociée du communisme, bien qu'il en utilise l'imagerie.

La distanciation comique fait que toute interprétation est impossible concernant ce personnage.

Communiste = dégénéré et violent ?

Je crois que ça fait longtemps que cette imagerie a disparu des conceptions mais telles sont les ressorts de ce personnage. Et en même temps ce personnage rustre est assez récurrent dans les films compilés au début de cette liste.

Le Port de la drogue
7.4

Le Port de la drogue (1953)

Pickup on South Street

1 h 20 min. Sortie : 7 avril 1961 (France). Film noir

film de Samuel Fuller avec Richard Widmark, Jean Peters, Thelma Ritter

Annotation :

Proposé et commenté par Virgule virgule :

"On peux trouver d'excellentes brutes "communistes" dans la version originale du Port de la drogue, de Samuel Fuller (remplacées en VF, comme le titre l'indique, par des narcotrafiquants, ce qui revient au même : ce sont des vilains à fonction interchangeable). Tout compromis avec ces créatures inhumaines est scandaleux, en gros il va à l'encontre de la dignité élémentaire."

Par conséquent, anticommuniste le Port de la drogue

#gros bras pas de neurones
#froid robotique
#moeurs dissolues

La Belle de Moscou
6.9

La Belle de Moscou (1957)

Silk Stockings

1 h 57 min. Sortie : 10 janvier 1958 (France). Comédie musicale, Romance

film de Rouben Mamoulian avec Fred Astaire, Cyd Charisse, Janis Paige

Don Camillo en Russie
5.7

Don Camillo en Russie (1965)

Il Compagno Don Camillo

1 h 51 min. Sortie : 17 décembre 1965 (France). Comédie

film de Luigi Comencini avec Fernandel, Gino Cervi, Leda Gloria

Annotation :

PierreAmo : (...je devrais ajouter les Don Camillo dont je te parlais sur ta liste: les communistes y sont présentés comme des jusqu'au boutistes sectaires prés à laisser des vieux et enfants mourir de faim
et surtout ils refusent de traire des vaches qui en souffrent des nuits entières
"vous vous rendez compte ma pauv' Dame, ces mangeurs d'enfants, font aussi souffrir les bêtes" jusqu'à ce que Pépone et le Don Camillo s'entendent et font les traites de vaches eux-mêmes...)

Communisme ?

#antivegan
#bouffeur d'oignon de moins de trois ans

La Vie des autres
7.7

La Vie des autres (2006)

Das Leben der Anderen

2 h 17 min. Sortie : 31 janvier 2007 (France). Drame, Thriller, Historique

film de Florian Henckel von Donnersmarck avec Martina Gedeck, Ulrich Mühe, Sebastian Koch

Andy Capet a mis 4/10.

Annotation :

Anticommunisme ?

#négation de l'individu, de la liberté et de la singularité individuelle
#communisme = RDA ; RDA = surveillance

COMMENTAIRE

Tout ce que les capitalismes ont appris de la RDA, c'est qu'il faut la honnir pour sa police, une police qui n'était pas seulement le fait de la politique du parti unique chauvin et bureaucratique mais qui était également la réaction à l'espionnage et à la propagande capitaliste extérieure. La distinguer des politiques idéologiques contraires extérieures est tout bonnement malhonnête.
La RDA était aussi un modèle économique inversé qui, malgré sa crise du café, répondait au plein emploi et aux besoins les plus élémentaires de tous. Un modèle qui permettait de tuer la concurrence et son anarchie productive. Mais de ça, vous en entendrez jamais parler. Même Goodbye Lénine s'est contenté de remplacer les marques patriotiques par des marques du capitalisme mondial.
Et puis qu'est-ce que la RDA si ce n'est la partition voulue par autre chose que la détermination des travailleurs allemands eux-mêmes ? Penser que la RDA n'était pas communiste, cesser de faire l'amalgame avec le communisme ne serait pas trop trop déraisonnable pour la gouverne de toute conscience critique. Parce qu'il ne faut pas oublier que si ce genre de film sur la RDA existe, s'il est est merveilleusement distribué et applaudi, si démocratie et dictature sont en permanence opposé à l'occasion de chaque sortie de film de cet acabit, c'est purement par propagande et par anticommuniste.

Derrière le mur, la Californie
7.6

Derrière le mur, la Californie (2015)

This Ain’t California

1 h 30 min. Sortie : 26 août 2015.

film de Marten Persiel avec David Nathan, Anneke Schwabe, Zaneta Fuchsová

Andy Capet a mis 3/10.

Annotation :

Le skate made in RDA

Anticommunisme ?

#négation de l'individu, de la singularité individuelle
#communisme = RDA ; RDA = surveillance
#à l'ouest toute !
#le skate, c'est pas hallal