Cover Les meilleurs James Bond avec Roger Moore

Liste de

7 films

créee il y a 2 mois

 · 

modifiée il y a 2 mois

L'Espion qui m'aimait
6.4
1.

L'Espion qui m'aimait (1977)

The Spy Who Loved Me

2 h 05 min. Sortie : 12 octobre 1977 (France). Aventure, Action

Film de Lewis Gilbert

JéJé fait son Bagou a mis 9/10, l'a mis dans ses coups de cœur et a écrit une critique.

Annotation :

Les aventures de James Bond : 007 au pays de L'or Noir

L'espion qui m'aimait est une dixième mission incroyable pour notre agent 007, qui sous la réalisation et direction du cinéaste Lewis Gilbert, offre un film d'une richesse redoutable. Un long-métrage renversant porté par des comédiens investis autour de personnages savoureux qui s'articulent autour d'une pièce magnifique. Un déroulé de bonnes idées illustrées par des superbes décors, des musiques soignées, jusqu'à des actions de très bons niveaux.

Un dixième périple aussi inespéré qu'inattendu.

Rien que pour vos yeux
6
2.

Rien que pour vos yeux (1981)

For Your Eyes Only

2 h 07 min. Sortie : 22 août 1981 (France). Policier

Film de John Glen

JéJé fait son Bagou a mis 8/10, l'a mis dans ses coups de cœur et a écrit une critique.

Annotation :

Les aventures de James Bond : Le Trésor de Rackham le Rouge

Avec Rien que pour vos yeux, le cinéaste John Glen offre une première entrée en scène percutante dans la licence James Bond. Une mission mouvementée qui vient renouer avec le sérieux de la saga à travers un périple nerveux efficace appuyé d'un esprit polar noir réaliste, qui déroule une séquence d'infiltration monumentale sur un cadre final à couper le souffle. Un épisode haletant où on retrouve le véritable esprit de la saga jusqu'à l'incarnation plus sérieuse, radicale et charismatique de 007 par Roger Moore, aidé d'une excellente Bond Girl avec Mélina par Carole Bouquet.

Sans la scène d'ouverture déroutante autour du sacrilège commis sur Blofeld, "Rien que pour vos yeux" aurait pu être mon James Bond préféré.

Vivre et laisser mourir
6
3.

Vivre et laisser mourir (1973)

Live and Let Die

2 h 01 min. Sortie : 21 décembre 1973 (France). Action, Aventure, Thriller

Film de Guy Hamilton

JéJé fait son Bagou a mis 8/10, l'a mis dans ses coups de cœur et a écrit une critique.

Annotation :

Les aventures de James Bond : Coke en stock

Vivre et laisser mourir, réalisé par Guy Hamilton est une première mise en service satisfaisante pour Roger Moore sous les traits de James Bond. Autour d'un récit divertissant articulé sous une ambiance imprégnée d'une culture noire qui enrichit intelligemment le récit, on suit une intrigue mouvementée dans laquelle le mysticisme attend les spectateurs autour d'un culte vaudou articulé dans les bayous qui offrent un terrain de jeu convaincant à cette mission. Un huitième opus particulièrement distrayant appuyé par des personnages savoureux dont une composition musicale et une chanson incroyable.

Une introduction convaincante pour Roger Moore en tant que 007.

Dangereusement vôtre
5.9
4.

Dangereusement vôtre (1985)

A View to a Kill

2 h 11 min. Sortie : 11 septembre 1985 (France). Action

Film de John Glen

JéJé fait son Bagou a mis 7/10 et a écrit une critique.

Annotation :

Les aventures de James Bond : 007 en Amérique

Dangereusement vôtre du cinéaste John Glen signe la fin du comédien Roger Moore qui porte pour la septième et dernière fois le costume mythique de l'espion anglais "007". Une quatorzième mission qui malgré les quelques fautes de goûts évidentes trouve une résultante appréciable avec des séquences d'action suffisamment percutantes pour passer un bon moment de divertissement. Un film où je suis partagé entre une appréciation "Bien"(6), et très "Très bien" (7). Vu que je n'arrive pas à me décider, va pour un 6,5/10 que je dois arrondir à 7.

La fin d'une époque Bondienne. Bon vent à Roger Moore.

L'Homme au pistolet d'or
6.2
5.

L'Homme au pistolet d'or (1974)

The Man with the Golden Gun

2 h 05 min. Sortie : 20 décembre 1974 (France). Action, Aventure, Thriller

Film de Guy Hamilton

JéJé fait son Bagou a mis 5/10 et a écrit une critique.

Annotation :

Les aventures de James Bond : Le Lotus bleu

L'homme au pistolet d'or en tant que quatrième et dernier film réalisé par Guy Hamilton pour la franchise James Bond, est un film branlant avec des qualités et des défauts. Un scénario scindé en deux intrigues entre un duel épique à venir et un enjeu climatique désuet autour d'une approche comique persistante venant nuire aux nombreuses tentatives de tensions, si bien que l'on n'est jamais inquiet. Christopher Lee en tant que Francisco Scaramanga alias l'homme au pistolet d'or, mérite à lui seul qu'on regarde ce film.

Un film d'espionnage de comédie d'action pleinement assumé qui colle difficilement avec ce qui fut déjà fait dans les films précédents pour un résultat mineur et mitigé !

Octopussy
6
6.

Octopussy (1983)

2 h 11 min. Sortie : 5 octobre 1983 (France). Action, Policier

Film de John Glen

JéJé fait son Bagou a mis 5/10 et a écrit une critique.

Annotation :

Les aventures de James Bond : 007 et le mystère de la Toison d'Or

Octopussy de John Glen est un James Bond déroutant qui ne cesse tout du long de concilier le bon et le mauvais pour un résultat bâtard. Un spectacle loin d'être catastrophique devant lequel je peux prendre du plaisir mais qui ne peut pas non plus pleinement me réjouir. Octopussy c'est la rencontre entre le sérieux de "Rien que pour vos yeux" (que j'adore) et l'hilarité de "Moonraker" (que je déteste).

Un constat mitigé qui me laisse mi-figue, mi-raisin.

Moonraker
5.7
7.

Moonraker (1979)

Moonraker

2 h 06 min. Sortie : 11 septembre 1979 (France). Action, Aventure, Policier

Film de Lewis Gilbert

JéJé fait son Bagou a mis 4/10 et a écrit une critique.

Annotation :

Les aventures de James Bond : On a marché sur la lune

Moonraker réalisé par Lewis Gilbert est une onzième mission qui met l'accent sur la comédie burlesque en sacrifiant les aspects sérieux de la licence pour toujours plus d'absurdités. Une proposition détestable qui n'a pas peur du ridicule avec sa proposition littéralement cartoonesque. On profite de quelques actions ainsi que de quelques décors appréciables mais insuffisants pour compenser toute l'imbécilité que compose cette œuvre. Je ne comprends pas ce qui c'est passé avec ce film. Comment peut-on passer de L'espion qui m'aimait à Moonraker. Un peu de respect pour la franchise, s'il vous plaît. Ian Fleming ne s'en serait pas remis. Peut-on tout justifier au nom du divertissement ?

Adaptation parodique et décérébrée de L'espion qui m'aimait. À oublier, au suivant !