Pages après pages (BD/Comics) [Lectures terminées et pagination]

/// MON ACTIVITÉ SUR CE SITE EST PROCHE DU NÉANT. DESO DESO \\\

Cette liste m'a été soufflée par le membre Ochazuke, je trouve ça assez marrant de voir combien de pages on a pu lire.
La liste en question ...

Afficher plus

Liste de

44 BDs

créee il y a environ 5 ans

 · 

modifiée il y a plus d’un an

Lastman, tome 1
7.4
1.

Lastman, tome 1 (2013)

Sortie : 13 mars 2013 (France).

BD de Michaël Sanlaville, Yves Bigerel (Balak) et Bastien Vivès

ZanickPolterski a mis 7/10.

Résumé : L'histoire d'un gamin tendre, Adrian, qui rêve de gagner le tournoi local de lutte. Débarque alors Richard, un étranger intrigant, qui lui propose d'être son partenaire et tente au passage de séduire sa mère.

Annotation :

¤ UNIVERS LASTMAN : 1204 pages

1/ Cycle 1 (tomes 1 à 6)

-------------------------

204 pages

Tome 1 : 7,5 (01/08/2018)

J'avais vu beaucoup de critiques élogieuses au près de mes éclaireurs, sur un coup de tête je me suis décidé d'attaquer cette série sans avoir lu le synopsis et en n'y connaissant presque rien. Après un temps d'adaptation nécessaire pour appréhender le style graphique je me suis laissé plonger dans ce premier tome sans me rendre compte d'être arrivé à la fin de celui-ci, assurément grâce à la narration aux petits oignons du trio et au découpage des cases vraiment très intuitif et très immersif. On a un début d'histoire assez classique qui met en place une batterie de personnage qui me semble très prometteuse niveau évolution. Le dessin des combats et autres mouvements est top (encore une fois après avoir aguerri son œil au style), une très bonne entrée en matière dans l'univers de ce trio français, hâte de voir l'évolution du récit.

Lastman, tome 2
7.4
2.

Lastman, tome 2 (2013)

Sortie : 12 juin 2013 (France).

BD de Michaël Sanlaville, Bastien Vivès et Yves Bigerel (Balak)

ZanickPolterski a mis 7/10.

Résumé : Le grand tournoi annuel parrainé par le roi Virgil et la reine Efira se poursuit. Contre toute attente, le duo improbable formé par Adrian Velba, 12 ans, et Richard Aldana, grand costaud surgi de nulle part, déjoue tous les pronostics.

Annotation :

200 pages

Tome 2 : 7 (04/11/2015)

La fin du tournoi avec une issue attendue mais belle. Je dois vraiment souligner le fait que le découpage des cases est absolument exemplaire, ça joue un grand rôle pour l'immersion dans le récit et pour une excellente compréhension des scènes de combats qui sont parfaites. Les pages couleurs sont top et j'apprécie de plus en plus le dessin et ses nuances de gris. Le scénario va évolué dans le prochain tome vu la fin de celui-ci, ça promet.

Lastman, tome 3
7.4
3.

Lastman, tome 3 (2013)

Sortie : novembre 2013 (France).

BD de Michaël Sanlaville, Yves Bigerel (Balak) et Bastien Vivès

ZanickPolterski a mis 8/10 et l'a mis dans ses coups de cœur.

Résumé : L’univers d’Adrian a basculé. Il a brusquement quitté son environnement habituel avec sa mère Marianne dont il pensait tout connaître. Les voila qu'ils se lancent à la poursuite de la coupe des rois et de son voleur, le mystérieux Richard Aldana!

Annotation :

200 pages

Tome 3 : 8,5 + ❤ (05/11/2015)

Grosse évolution scénaristique, on quitte le classique pour partir sur du totalement barré, sacré virage osé qui a du faire taire les détracteurs jugeant le récit trop copié sur les mangas nippon (tournoi etc), l'histoire avance très vite ça me plait. On a une batterie de personnage démente, pas mal de petits mystères qui se dévoilent pendant que d'autres apparaissent, la narration, toujours le gros point fort de cette série, est au poil, un excellent travail. Mes yeux sont totalement habitués au dessin, je le trouve super, j’ai de temps en temps l'impression de voir des similitudes avec Taiyou Matsumoto, surtout au niveau des mouvements (méga compliment). Bref une série que je ne regrette pas d'avoir commencé, surtout que je l'ai prise sur un coup de tête, très bonne surprise.

Lastman, tome 4
7.7
4.

Lastman, tome 4 (2014)

Sortie : 19 mars 2014 (France).

BD de Michaël Sanlaville, Bastien Vivès et Yves Bigerel (Balak)

ZanickPolterski a mis 7/10.

Résumé : Marianne et Adrian poursuivent leur long voyage à la poursuite de Richard Aldana. Nouvelle étape : Paxtown, la ville de tous les possibles.

Annotation :

200 pages

Tome 4 : 7 (20/01/2016)

Les premières pages couleurs sont sublimes, notamment grâce à l’harmonie des couleurs, les tons roses violets comme ça c'est vraiiiment beau. On continu de découvrir le monde du bizness dans la grande ville de Paxtown, ça bastonne toujours autant, le scénario suit son cours tranquillement en répondant à certaines questions et en posant d'autres, comme d'hab c'est très bien dessiner, le style (particulier) est maitrisé. On a tout de même un gros coup de suspense à la fin, en deux pages les auteurs m'ont fait saliver comme jamais, j’attends impatiemment de voir ce qu'ils nous ont trouvé pour rendre l'histoire magique.

Lastman, tome 5
7.8
5.

Lastman, tome 5 (2014)

Sortie : 25 juin 2014 (France).

BD de Michaël Sanlaville, Bastien Vivès et Yves Bigerel (Balak)

ZanickPolterski a mis 7/10.

Résumé : Alors que le tournoi de la FFFC en est aux 1/4 de finale, toute la vallée est en alerte à la recherche du traître et voleur de coupe Richard Aldana.

Annotation :

200 pages

Tome 5 : 7 (03/02/2016)

Évolution majeure du scénario. Je sentais que ça allait partir dans cette direction, et c'est tant mieux, ça promet vraiment pour la suite. L'histoire est très bien découpée, bien raconter, prenante de bout en bout, ce tome est dans l'accélération, la densité et l'action. J''enchaine direct avec le dernier tome du premier cycle, je sais déjà que je vais me régaler.

Lastman, tome 6
8.1
6.

Lastman, tome 6 (2014)

Sortie : 29 octobre 2014 (France).

BD de Michaël Sanlaville, Yves Bigerel (Balak) et Bastien Vivès

ZanickPolterski a mis 7/10 et l'a mis dans ses coups de cœur.

Résumé : Partis de la vallée des rois avec une intrigue somme toute légère… et un Adrian Velba gringalet, nous voilà de retour à la case départ avec un sacré foutoir ! Richard Aldan n’a pas mis le feu qu’auprès de ces dames, il a ouvert une brèche dans le mur supposé étanche qui séparait les mondes et assurait la tranquillité de chacun. Maintenant que le mal est fait, pourra-t-on le réparer ?

Annotation :

200 pages

Tome 6 : 7,5 + ❤ (03/02/2016)

Et voilà la fin du premier cycle, sacré montée en puissance sur ces six tomes, la fin m'a fait chavirer, j'attends la suite avec impatience, grande impatience. De nouveaux enjeux voient le jour et j'ai hâte de voir ce que les trois auteurs nous ont prévus.

Pays indien - Scalped, tome 1
7.7
7.

Pays indien - Scalped, tome 1 (2007)

Scalped: Indian Country

Sortie : 21 juin 2012 (France).

BD de Jason Aaron

ZanickPolterski a mis 7/10.

Résumé : Il y a quinze ans, Dashiell Bad Horse a fui la pauvreté et le désespoir que lui promettait la réserve indienne de Prairie Rose. Il est aujourd’hui de retour et fait le constat amer que rien n’a changé. Engagé dans la police tribale du chef Red Crow, futur propriétaire de casino et parrain de l’ensemble des trafics d’alcool et de drogue de la réserve, Dashiell a pour mission de faire passer aux traditionalistes l’envie de revendiquer leur ethnicité à coups de C4 et de limiter au maximum la prolifération des laboratoires de méthadone. Est-il de retour pour mettre de l’ordre ou tirer sa part du lion ?

Annotation :

¤ UNIVERS SCALPED : 697 pages

1/ Pays Indien
2/ Casino Boogie
3/ Mères mortes
4/ La rage aux tripes
5/ La vallée de la solitude

-------------------------

113 pages

Tome 1 : 7 (31/07/2017)

Baffe dans ta gueule. On rentre dans le vif du sujet avec ce polar plus sombre que sombre. J'ai adoré la manière dont l'histoire est mise en place dans ce premier tome, on nous laisse peu respiré dès le départ, pour ensuite délayer le background des personnages et de cette réserve amérindienne, tout doucement à base de flashbacks très bien dosés. Ça part à 100 à l'heure puis petit à petit Jason Aaron disperse tout ce qu'il nous faut pour nous imprégner au maximum de l'histoire. Coup de coeur pour les dialogues et les personnages créés, ça sent bon la grosse série bien noire qui garde une qualité constante sur la longueur. R.M. Guéra est, je pense, le dessinateur qu'il fallait absolument pour ce comics, cohérent en tout point avec l'ambiance et l’atmosphère qui se dégage de cette réserve, bref que du bon.

Casino Boogie - Scalped, tome 2
8.1
8.

Casino Boogie - Scalped, tome 2 (2008)

Scalped: Casino Boogie

Sortie : 6 février 2008.

BD de Jason Aaron

ZanickPolterski a mis 8/10 et l'a mis dans ses coups de cœur.

Résumé : Pour le leader tribal et patron du crime organisé, Lincoln Red Crow, c'est l'aboutissement de trente ans de rêves, d'intrigues et de meurtres. Pour Dashiell Bad Horse, agent du FBI infiltré dans la l'organisation de Red Crow, ce n'est qu'une nuit de plus à risquer sa peau. Pour la mère de Dash, Gina Bad Horse, c'est un retour douloureux sur des faits qui ont mal tourné. Pour « Diesel », le sang-mêlé qui se veut indien, c'est l'occasion ou jamais de faire ses preuves auprès du mouvement Red Power. Pour le mystérieux homme-médecine connu sous le nom de « Catcher », c'est une nuit de signes et de visions. Pour l'un d'entre deux, c'est également la dernière nuit sur Terre.

Annotation :

144 pages

Tome 2 : 8 + ❤ (31/07/2017)

On finit le tome 1 sur une scène assez choquante qui n'augurait rien de bon pour notre bad cowboy Dash Bad Horse, j'attendais donc un début de tome 2 assez tonitruant, mais fait assez original la suite que j'attendais, et donc les conséquences de cette scène en fin de tome 1, n'intervient seulement qu'à la toute fin de ce tome et s'étale sur à peine trois pages. C'est-à-dire que Jason Aaron arrive à me captiver durant plus de 140 pages tout en se jouant de moi avec ce suspense haletant pour la conclusion du premier tome, et m'assure de manière irrévocable la lecture du troisième tome, si ça ce n'est pas de la maitrise scénaristique ! Surtout que des péripéties il y en a durant cet excellent Casino Boogie. En 144 pages (ce qui est assez peu au final), Jason Aaron arrive à vraiment étoffer son background et ses personnages, tous réussis pour le moment, d'ailleurs certains prennent du galons et ont de sacrés moments de gloire, en utilisant un procédé de changement temporel précis comme jamais, ça donne un réel cachet à ce comics car c'est très original. savoir dosé ces changements temporels sans nous perdre, je dis bravo. Et puis cette narration, voir qu'une simple bulle de dialogue prends tout son sens durant tout le chapitre suivant (l'épisode du car volé), excusez-moi, je suis plutôt sur le cul devant tant de maîtrise scénaristique. Je parlerai plus des personnages, du rythme, du scénario et du dessin sur les fiches des prochains tomes, j'en garde sous le pied car je sens que Scalped va me mettre une sacré baffe.

Mères mortes - Scalped, tome 3
8.3
9.

Mères mortes - Scalped, tome 3 (2011)

Scalped: Dead Mothers

Sortie : 15 juin 2011 (France).

BD de Jason Aaron

ZanickPolterski a mis 7/10.

Résumé : Dashiell Bad Horse est un homme déchiré. Son rôle officiel au sein de la police tribale de la réserve de Prairie Rose masque à peine l’immoralité des basses oeuvres dont son chef, Red Crow, le charge. Mais derrière chacun de ces deux masques se cache également la mission sous couverture de Dash, agent du FBI : contraint de revenir sur les terres qu’il a quitté il y a plusieurs années, il a désormais pour objectif de faire tomber Red Crow.(#12-18)

Annotation :

168 pages

Tome 3 : 7 (05/08/2017)

Noir c'est noir. Le scénario continue son bout de chemin, peu de péripéties mais un tome très centré sur Dash qui sombre petit à petit dans les méandres de la solitude et de la dépression. Il a beau essayer d'aider les personnes autour de lui ça fini toujours mal, lui-même, fort de prime abord, devient faible et perds le contrôle, sa ténacité en prends un coup, le Dash rentre dedans, qui casse tout sur son passage, voit sa carapace exploser et ne peut résister à sa descente en enfer, bien aidé par sa compagne du moment qui l'entraine avec elle. Je dois avouer que Jason Aaron maitrise vraiment son récit, et surtout il sait donner de l'impulsion au développement des personnages, ceux-ci évoluent rapidement en terme de psychologie, c'est assez brutal. De plus on s'attache facilement aux personnages secondaires introduis, Ils ont eux aussi des destinées assez tragiques, ça accentue le côté absolument noir de ce récit.

La Rage aux tripes - Scalped, tome 4
8.2
10.

La Rage aux tripes - Scalped, tome 4 (2011)

Scalped: The Gravel in Your Guts

Sortie : 14 septembre 2011 (France).

BD de Jason Aaron

ZanickPolterski a mis 7/10 et l'a mis dans ses coups de cœur.

Résumé : Un homme peut être prêt à n’importe quoi pour une femme. Demandez à Dashiell Bad Horse. Il sait que la fille de son patron, le chef Red Crow, est aussi belle qu’elle est vénéneuse, mais il est incapable de lui résister. Les dépendances de la belle entraîneront-elles Dash sur la voie de la destruction ? Red Crow semble également emprunter cette voie suite au meurtre de la femme pour laquelle il aurait pu mettre la réserve de Prairie Rose à feu et à sang. Depuis cette tragédie, un nouveau brasier couve… De ceux qui vous retournent les tripes et ravagent tout sur leur passage. (#19-24)

Annotation :

144 pages

Tome 4 : 7 + ❤ (05/08/2017)

Premier tome consacré presque exclusivement à un seul personnage, ici Lincoln Red Crow. Et encore une fois on ne s'ennuie pas c'est super bien fait. Quand dans les deux premiers tomes on avait vraiment de l'action à gogo, dans le troisième on avait également pas mal de situations différentes pour développer les personnages principaux, Aaron a ici centré toute sa narration autour de Red Crow. Que de schémas narratifs différents et toujours autant de maitrise. Les personnages sont vrais, on respire avec eux, souffre avec eux, on a du dégoût, de la compassion et de l'admiration parfois, ils sont toujours au sommet de ce comics. Le coup des changements temporels est toujours d'actualité, et apporte à chaque fois de précieux détails pour mieux cerner les "héros" de ce récits. J'en redemande comme d'habitude.

La Vallée de la Solitude - Scalped, tome 5
8.1
11.

La Vallée de la Solitude - Scalped, tome 5 (2012)

Scalped: High Lonesome

Sortie : 22 juin 2012 (France).

BD de Jason Aaron

ZanickPolterski a mis 7/10.

Résumé : Une nouvelle ordure foule désormais la terre de la réserve de Prairie Rose. Son nom : Wesley Willeford. Bien décidé à se faire un nom, Wesley entre en collision avec un Dashiell Bad Horse au plus bas. Camé jusqu'à la moëlle, Dash semble désormais perdu dans la relation auto-destructrice qu'il entretient avec Carol, la fille du chef Red Crow, oubliant jusqu'à sa mission pour le FBI. Où l'on découvre également les origines de l'aspirant indien « Diesel » et le passé trouble de l'agent du FBI Baylis Nitz, supérieur de Dashiell.

Annotation :

128 pages

Tome 5 : 7 (05/08/2017)

Je vais profiter de ce tome, toujours aussi bien écrit, noir et prenant de la première à la dernière page, pour parler un peu du dessin. Déjà j'ai un peu de mal avec les changements de dessinateur dans les comics. C'est tellement déroutant, parfois ça passe car les traits des différents auteurs se ressemblent, mais parfois c'est vraiment dérangeant, par exemple dans ce tome la prestation de Francavilla est vraiment en dessous de tout le monde, on reconnait à peine les personnages et l'impact de l'histoire en prends un coup. Car pour moi le dessin et le scénario vont de pair, c'est un tout, R.M. Guéra a cette force dans le coup de crayon qui fait que la noirceur du récit nous prend directement aux tripes, du coup quand il passe la plume j'ai souvent une petite déception. R.M. Guéra justement, quel talent, impressionnant de maitrise, beaucoup de noir dans son dessin, des personnages au charadesign inspiré, un découpage poignant, vraiment ça donne un plus au scénario déjà superbe de Jason Aaron, c'est un sacré duo en pleine osmose, je vais regarder les prochains comics où ils sont alignés tous les deux et je les lirai assurément.

Saga, tome 1
7.8
12.

Saga, tome 1 (2012)

Sortie : 15 mars 2013 (France).

BD de Brian K. Vaughan

ZanickPolterski a mis 8/10, l'a mis dans ses coups de cœur et a écrit une critique.

Résumé : Sur la planète Clivage, deux amants que tout oppose, Alana et Marko, donnent naissance à Hazel, un symbole d’espoir pour leurs peuples respectifs.

Annotation :

¤ UNIVERS SAGA : 552 pages

--------------------------

156 pages

Tome 1 : 8 + ❤ (21/01/2015)

Première escapade dans le comics pour ma part, claque d'originalité, de plus l'accessibilité du scénario permet de bien s’imprégner de l'univers sans se perdre et donc de mieux apprécier l'imagination des auteurs. Des personnages hauts en couleurs, et un dessin au top, avec des couleurs sublimes. Au final, Saga démarre très bien, l'aventure est rythmée, l'originalité de l'univers sublimé par des couleurs magnifiques est prenante, en fermant ce comics on attend juste le tome suivant.

Saga, tome 2
8.1
13.

Saga, tome 2 (2013)

Sortie : 2 juillet 2013 (France).

BD de Brian K. Vaughan

ZanickPolterski a mis 9/10, l'a mis dans ses coups de cœur et a écrit une critique.

Résumé : Les parents de Marko accompagnent désormais le jeune couple et Hazel dans leur fuite à bord du vaisseau. La colocation s'annonce difficile.

Annotation :

132 pages

Tome 2 : 9 + ❤ (22/01/2015)

Ici l'histoire est accentuée sur les relations parents/enfants. Et qu'est ce que c'est bien écrit. Des passages sont drôles, d'autres tristes, c'est ultra vivant. L'action n'est pas en reste et on en a pour notre argent. Encore une fois c'est rythmé, on ne se perd pas, et surtout on ne s'ennuie pas une seule seconde. On prend également plaisir à connaître le passé des personnages via des flashbacks habillement placés, Le découpage, la narration et la trame générale est plus prenante que le tome 1 (Je me suis bien fait avoir avec La Traque, j'ai été bluffé, j'avais rien vu venir). Et la fin... Quelle fin, tendu à souhait avec un personnage qui se découvre être un peu psychotique, et une situation qui nous promet de l'action dès le début du troisième tome, histoire de s'en prendre plein la tête.

Saga, tome 3
8
14.

Saga, tome 3 (2014)

Sortie : 11 avril 2014 (France).

BD de Brian K. Vaughan

ZanickPolterski a mis 8/10.

Résumé : Depuis la mort de son père, Marko peine à recouvrer l’ardeur qui l’animait. Klara, inquiète pour son fils et de sa petite famille, prend les rênes.

Annotation :

132 pages

Tome 3 : 8 (07/02/2015)

Ces deux auteurs ont encore plein de tours dans leurs manches, une montée en puissance toute en finesse, ils nous ont laissé avec un sacré suspense en fin de tome 2 et ils y répondent en fin de tome 3 sans que ce suspense ne parte, ils sont forts. Les personnages évoluent bien, les relations se tissent et se décousent sans que ça soit téléphoné, nous avons ici une aventure qui nous promet encore pas mal de rebondissements. Comme d'habitude, Fiona Staples image ce récit à la perfection, son trait "pas vraiment fini" et ses choix de couleurs superbes (gros mélanges entre le très froid et le très chaud) fait honneur au très bon scénario que nous offre Brian K. Vaughan.

Saga, tome 4
8.1
15.

Saga, tome 4 (2014)

Saga Volume 4

Sortie : 30 janvier 2015 (France).

BD de Brian K. Vaughan

ZanickPolterski a mis 8/10.

Résumé : Sur la planète Clivage, deux amants que tout oppose, Alana et Marko, donnent naissance à Hazel, un symbole d’espoir pour leurs peuples respectifs. Contient les épisodes US Saga (2012) #19-24.

Annotation :

132 pages

Tome 4 : 8 (07/02/2015)

Leçon de narration, savoir mélanger intrigue principal, développement et psychologie des personnages, action, inventivité maladive, surprise du scénario et autre retournement de situation, Saga est un space opera fantastique qui met une claque à bon nombre de récit SF tant les auteurs maitrisent leur sujet. Je ne reviendrai pas sur le coup de crayon et les jeux de couleurs (suffit de voir la toute dernière page de ce tome pour ce rendre compte du travail formidable de Fiona Staples). La qualité est toujours au rendez-vous, pourvu qu'ça dure.

Reagan Youth - Deadly Class, tome 1
7.6
16.

Reagan Youth - Deadly Class, tome 1 (2014)

Deadly Class Volume 1: Reagan Youth

Sortie : 25 septembre 2015 (France).

BD de Rick Remender

ZanickPolterski a mis 8/10.

Résumé : 1987, San Francisco. Marcus Lopez, fils d’immigrés nicaraguayens et SDF depuis plusieurs années, peine à trouver un sens à sa vie. Alors qu’il pense sérieusement à mettre fin de ses jours, il fait la rencontre de Saya, une mystérieuse jeune fille qui va lui ouvrir les portes de l’Académie Kings Dominion des Arts Létaux. Il découvre alors l’existence d’une école où l’on enseigne aux héritiers de l’élite financière à ériger le meurtre au rang d’art. Marcus a désormais un but dans la vie, il va tuer celui qu’il considère responsable de la mort de ses parents : Ronald Reagan. Contient les épisodes US Deadly Class #1-6.

Annotation :

¤ UNIVERS DEADLY CLASS : 459 pages

# Cycle 1 :
1/ Reagan Youth
2/ Kids of the Black Hole
3/ The Snake Pit
4/ Die for me

--------------------------

143 pages

Tome 1 : 8 (28/02/2016)

D'entrée de jeu je dois saluer le travail du graphisme de cette œuvre, une belle cohérence entre le dessin très personnel et le choix des couleurs, c'est le fruit d'un sacré travail qui permet de vivre pleinement le scénario de Remender. Scénario très déjanté, ce qui m'a plu c'est que même si ça pourrait paraitre gros, une école des arts létaux pourrait tout à fait exister sur notre Terre. Savant mélange entre action, psychanalyse personnelle et virées sous acide, au final on prend peur à se dire que Remender s'est basé sur des faits de son enfance pour pondre ce qui apparait comme une belle surprise. Hâte de lire la suite.

Kids of the Black Hole - Deadly Class, tome 2
8
17.

Kids of the Black Hole - Deadly Class, tome 2 (2015)

Deadly Class Volume 2: Kids of the Black Hole

Sortie : 6 novembre 2015 (France).

BD de Rick Remender

ZanickPolterski a mis 8/10 et l'a mis dans ses coups de cœur.

Résumé : Depuis qu'il a rejoint les rangs de l'Académie Kings Dominion des Art Létaux, Marcus Lopez semble avoir trouvé un certain équilibre. Mais son passé de meurtrier est sur le point de le rattraper, prêt à trahir des secrets que même ses plus proches amis n'oseraient soupçonner. Son admission au sein de la formation est-elle véritablement due au hasard... ? Maître Lin aurait-il tout planifié ? Contient les épisodes US Deadly Class #7-11.

Annotation :

108 pages

Tome 2 : 8,5 + ❤ (29/02/2016)

Je ne reviendrai pas sur le graphisme maitrisé de par un dessin et une colorisation en harmonie. On a ici un tome rempli d'action, de bordel et toujours en narration les sentiments des personnages. Je trouve que c'est bien dosé, l'action n'est pas cassée et en même temps on apprend à mieux connaitre ces individus qui se cherchent un avenir au sein de ce monde dont ils ont été rejeté.

The Snake Pit - Deadly Class, tome 3
7.7
18.

The Snake Pit - Deadly Class, tome 3 (2015)

Deadly Class Volume 3: The Snake Pit

Sortie : 22 avril 2016 (France).

BD de Rick Remender

ZanickPolterski a mis 9/10 et l'a mis dans ses coups de cœur.

Résumé : Le passé finit toujours par nous rattraper... Marcus et sa petite amie Maria vont en faire l'amère et terrifiante expérience, pris en chasse par un cartel mexicain avide de vengeance. Dirigé par la famille de celui qu'ils ont assassiné il y a peu, c'est une traque impitoyable qui s'engage alors. Les deux apprentis assassins s'en sortiront-ils indemnes ? Contient les épisodes US Deadly Class #11-16.

Annotation :

103 pages

Tome 3 : 9,5 + ❤ (21/05/2016)

Ce troisième tome m'a encore plus marqué que les deux autres, la fin tonitruante du tome 2 prend sa conclusion au début de celui-ci, toujours à cent à l'heure, toujours avec ce génie narratif, de l'action rondement menée, puis on glisse dans les méandres et les tortures de l'esprit du personnage principal. Ce pauvre Marcus qui essuie trahison, refus, et se livre à une grande décadence avant d'essayer de sortir la tête de l'eau. Top. Je ne sais pas si c'est l'habitude de voir le trait de Wes Craig, mais j'ai pris une grande claque, vraiment, plus que d'habitude, et la colorisation est toujours sensationnelle, on ajoute à ça un découpage de cases inventif et précis, plus le scénario d'un Remender super inspiré, ça donne une série qui me charme de plus en plus. Et vu le final de ce tome j'ai super hâte de lire la suite. Un bon gros 9, proche du 10 même.

Die for Me - Deadly Class, tome 4
8.2
19.

Die for Me - Deadly Class, tome 4 (2016)

Deadly Class Volume 4: Die for Me

Sortie : 13 janvier 2017 (France).

BD de Rick Remender

ZanickPolterski a mis 9/10 et l'a mis dans ses coups de cœur.

Résumé : 1988, Marcus Lopez s'apprête à terminer sa première année de formation à l'Académie Kings Dominion des Arts Létaux, et l'heure de l'examen final a sonné. Mais une chose est sûre, qu'ils réussissent ou qu'ils échouent, aucun élève ne sortira de cette épreuve sans avoir du sang sur les mains. Contient les épisodes US Deadly Class #17-21.

Annotation :

105 pages

Tome 4 : 9 + ❤ (14/02/2017)

Le chaos maitrisé, c'est ce qui ressort de ce tome où ça va encore à cent à l'heure, voir même plus. Rick Remender gère son histoire avec brio, ça a beau être du rapide, de l'action à tout bout de champs, il n'en oublie pas de rester cohérent et de développer ses personnages, ici secondaires, pour nous immerger totalement dans son récit. Une survie à tout prix, un carnage total, et une fin tonitruante plus lente mais tellement choquante. Comme d'habitude je n'ai qu'une hâte, lire la suite de ce qui se fait de mieux en ce moment en comics indé.

Lupus, volume 1
7.9
20.

Lupus, volume 1 (2003)

Sortie : 1 mars 2003 (France).

BD de Frederik Peeters

ZanickPolterski a mis 9/10 et l'a mis dans ses coups de cœur.

Résumé : Frederik Peeters (Pilules bleues), se lance ici étonnamment dans un domaine où on ne l'attendait pas, la science-fiction, avec des vaisseaux spatiaux, des mondes étranges mais surtout des réflexions sur les rapports humains. Lupus et Tony partent à travers la galaxie à la recherche d'un gros morceau à pêcher et vont finalement tomber sur une jeune fille, qui va être le révélateur de leur amitié en pleine décomposition.

Annotation :

¤ UNIVERS LUPUS : 384 pages

-------------------------

92 pages

Volume 1 : 9 + ❤ (13/12/2014)

Je ne savais pas à quoi m'attendre, j'ai acheté ce volume suite au bonne note de cette série et puis j'avais grandement envie de lire du Peeters vu sa réputation. Je ne suis absolument pas déçu. Je pensais le dessin difficile d'accès car très porté sur le noir, au final c'est beau, juste et très précis, l'histoire démarre très très bien, j'aime ce genre de récit de vie avec un ton dramatique, j'ai déjà pris une mini-claque vers la fin de ce premier volume, il me tarde de lire la suite.

Lupus, volume 2
8.1
21.

Lupus, volume 2 (2004)

Sortie : janvier 2004 (France).

BD de Frederik Peeters

ZanickPolterski a mis 8/10.

Résumé : Après la tragédie de la fin du premier tome, Lupus repart avec Sanaa de la planète minière Norad. Destination Necros une planète forestière (pour faire plaisir à Sanaa qui n'a jamais vu d'arbre) et tranquille (parce que pour eux ça devient indispensable de se faire tout petit), qui est peuplé de vieillards venus finir leur vie.

Annotation :

92 pages

Volume 2 : 8 (13/12/2014)

Ce deuxième tome s'attarde plus sur une sorte de période de transition pour les personnages. Encore une fois c'est beau, bien écrit et le Cliff final donne envie de lire la suite.

Lupus, volume 3
7.9
22.

Lupus, volume 3 (2005)

Sortie : mai 2005 (France).

BD de Frederik Peeters

ZanickPolterski a mis 7/10.

Résumé : Lupus et Sanaa, qui s'étaient bien habitués au calme luxuriant de la planète Necros, vont devoir mettre fin à leur retraite temporaire dans le monde du troisième âge. En effet, les sbires du père de Sanaa sont à nouveau à leurs trousses.

Annotation :

92 pages

Volume 3 : 7 (14/12/2014)

Suite de l'évolution de la relation entre les personnages principaux, il y a quelques images intercalées qui nous laissent supposer que quelque chose d'angoissant se trame pour le dernier tome. Encore une fois c'est toujours aussi bien écrit, c'est beau et précis, Peeters est un grand de la BD et son univers est classe.

Lupus, volume 4
7.5
23.

Lupus, volume 4 (2006)

Sortie : mars 2006 (France).

BD de Frederik Peeters

ZanickPolterski a mis 7/10 et l'a mis dans ses coups de cœur.

Résumé : Lupus et Saana, vivent reclus mais tranquilles dans cette station balnéaire désaffectée. L'ennui les gagne petit à petit et la grossesse de Saana prend de plus en plus de place dans leur quotidien...

Annotation :

108 pages

Volume 4 : 7,5 + ❤ (14/12/2014)

Voici la fin d'un récit SF où Peeters s'est grandement attardé sur l'humain et ses états d'âmes, bien que la fin soit abrupte elle clôt de belle manière cette série. Ici on flirte un peu plus avec l'onirisme, et les sentiments des personnages. Comme à son habitude c'est beau, les émotions sont faciles à capter à travers le dessin, et on partage totalement le voyage de Lupus, Sanaa et Tony. Ce fut un régal que de lire cette BD.

L'Odeur de la poussière chaude - Aâma, tome 1
7.7
24.

L'Odeur de la poussière chaude - Aâma, tome 1 (2011)

Sortie : 27 octobre 2011.

BD de Frederik Peeters

ZanickPolterski a mis 7/10.

Résumé : Un homme se réveille dans le désert, à moitié amnésique. Un singe robot fumeur de cigare lui révèle son nom. Verloc revit son passé de marginal.

Annotation :

¤ UNIVERS AÂMA : 352 pages

1/ L'odeur de la poussière chaude
2/ La multitude invisible
3/ Le désert des miroirs
4/ Tu seras merveilleuse ma fille

-------------------------

84 pages

Tome 1 : 6 (25/10/2016)

Un premier tome qui sert de longue introduction, où l'on effleure à peine le terme d'Aâma, on apprend à cerner les personnages principaux, là plupart réussis, et on suit la mise en place d'une intrigue qui promet des péripéties. Le style de Peeters je l'avais découvert en noir et blanc via Lupus, je dois dire que la couleur lui va à ravir, le coup de crayon est assez simple tout en étant inspiré, mais le coloriage est juste top, beaucoup de nuances assez éloignées les unes des autres, on saute d'une ambiance à une autre grâce à ce jeu de couleurs. En espérant que l'intrigue s'envole par la suite.

La Multitude invisible - Aâma, tome 2
8
25.

La Multitude invisible - Aâma, tome 2 (2012)

Sortie : 8 octobre 2012 (France).

BD de Frederik Peeters

ZanickPolterski a mis 7/10.

Résumé : Verloc Nim a atterri sur la planète désertique Ona(ji) avec son frère Conrad. Son objectif est de récupérer la mystérieuse substance aâma.

Annotation :

84 pages

Tome 2 : 7 (26/10/2016)

Deuxième volume plus intense, plus touffu, on en apprend davantage sur Aâma, l'action prend également le dessus et les personnages commencent à s'assumer ou au contraire à se morfondre. Peeters laisse aller son coup de crayon et ses couleurs dans une folie végétale avec un style très rétro. Petit point négatif tout de même, l'intrigue avance un peu trop doucement à mon goût, malgré tout on nous laisse présager un beau final.

Le Désert des miroirs - Aâma, tome 3
7.8
26.

Le Désert des miroirs - Aâma, tome 3 (2013)

Sortie : 10 octobre 2013.

BD de Frederik Peeters

ZanickPolterski a mis 8/10 et l'a mis dans ses coups de cœur.

Résumé : Verloc Nim et son frère partent en expédition pour récupérer la substance aâma, qui a complètement modifié l'environnement de la planète Ona(ji).

Annotation :

84 pages

Tome 3 : 8 + ❤ (26/10/2016)

Alors là j'ai été pris de court, après un premier tome d'introduction et un second où l'action était plus présente mais où l'on avançait à tâtons, nous avons un vrai tome où le scénario prend une ampleur bienvenue. On sentait que ça allait virer sur une bonne complexité, le récit et les thèmes s'y prêtaient, Peeters s'en sort royalement, on a finalement une vraie profondeur avec une sacré dose de mystères encore qui nous réservent un dernier tome forcément riche pour conclure cette aventure. J'apprécie toujours autant le choix des thèmes sociaux abordés (filiation, évolution de l'humanité via les nouvelles technologies et leurs conséquences, etc...), et je trouve également que le dessin et surtout les couleurs ont encore pris du galons, c'est vraiment beau.

Tu seras merveilleuse ma fille  - Aâma, tome 4
7.5
27.

Tu seras merveilleuse ma fille - Aâma, tome 4 (2014)

Sortie : 16 octobre 2014.

BD de Frederik Peeters

ZanickPolterski a mis 9/10 et l'a mis dans ses coups de cœur.

Résumé : Sur la planète Ona(j), le petit groupe parti à la recherche de la substance Aâma est arrivé au bout de son périple. Seul rescapé de l'aventure, Verloc Nim sait que sa rencontre avec Aâma ne le laissera pas indemne, mais il compte bien utiliser cette nouvelle puissance pour rentrer chez lui et retrouver sa fille. Un final en apothéose.

Annotation :

100 pages

Tome 4 : 9 + ❤ (26/10/2016)

Final réussi, mélange d'onirisme, d'action trépidante, d'espoir (pour la première fois presque). La quête d'un père pour sauver sa fille par n'importe quel moyen, de ne pas se laisser emporter par l'excès de pouvoir jusqu'à la rupture, j'ai adoré. Et puis ces planches pleine de couleurs, je me répète mais c'est magnifique vraiment, j'ai également senti une évolution dans le trait des personnages, légèrement plus fin. Cette fin ouverte qui tranche violemment avec le réalisme des premiers tomes m'a envoutée, j'espérai que le récit prenne cette tournure, qu'il explose jusqu'à toucher au mystère, nous laissant interpréter totalement son dénouement, si ce n'était qu'une simple enquête SF je serai rester sur ma faim. Après je comprends les personnes qui penseront l'inverse et qui regretteront la tournure onirique s'éloignant d'un récit terre-à-terre, car c'est vrai qu'il est parti loin notre cher Peeters, mais ça fonctionne impeccablement sur moi, un final de toute beauté pour une série qui aurait mis du temps à me faire chavirer mais qui me laissera un souvenir mémorable.

Asterios Polyp
8.1
28.

Asterios Polyp (2009)

Sortie : 8 septembre 2010 (France).

BD de David Mazzucchelli

ZanickPolterski a mis 6/10.

Résumé : Fils d'immigrant, Asterios Polyp est l'archétype du brillant universitaire américain de la côte est. Un intellectuel plein de charme et d'assurance.

Annotation :

315 pages

One-shot (09/11/2015)

Je dois avouer m'y être pris à deux fois avant de finir la lecture de ce roman graphique. J'ai eu un peu de mal avec les passages assez pompeux d'Asterios Polyp et de son intellect, ça m'avait fait fermer le livre une première fois en me disant que j'y mettrais plus d'énergie une prochaine fois. A la deuxième lecture j'ai réussi à m'y accommoder. La totalité de l'histoire est en fait très simple et bien pensée, une très bonne narration, des messages simples mais fort car ça parle à tout le monde vu qu'on finit par tous les expérimenter (amour, réussite, peine, renouveau, remise en question de soi, pardon, sérénité, etc), il y a vraiment une ribambelle de thèmes traités. Là où David Mazzucchelli fait fort c'est dans la recherche graphique et la logique derrière chaque trouvaille, chaque trait. J'ai lu dans une critique ici-même qu'il était souvent facile d'imaginer une BD/comics en film, ici c'est impossible, Asterios Polyp représente vraiment l'essence de la BD et il peut être classé comme chef d’œuvre artistique tant il joue avec ses codes, les maitrisent et les transcendent. Une vraie œuvre d'art en plus d'une belle histoire, dommage pour le côté un tantinet pompeux de certains passages de l'intellect d'Asterios qui ont du mal à me parler, sans ça le 10/10 était de mise.

Transmetropolitan : Année Un
8.2
29.

Transmetropolitan : Année Un (2014)

Sortie : 7 février 2014 (France).

BD de Warren Ellis

ZanickPolterski a mis 7/10.

Résumé : Exilé depuis près de cinq ans loin du fracas de la civilisation, le journaliste Spider Jerusalem est contraint de reprendre le chemin de La Ville. Secondé par ses deux assistantes, Channon Yarrow et Yelena Rossini, l'acide et misanthrope pamphlétaire reprend alors son combat contre les abus de pouvoir, la corruption et les injustices de cette société du 21e siècle qu'il chérit autant qu'il l'exècre. Dans les rues étouffées par le silence médiatique, raisonne bientôt les mots amers et enivrés du plus fervent défenseur de la Vérité.

Annotation :

304 pages

Tome 1 : 7 (14/11/2015)

Je commence la lecture de ce comics d'un duo de légende, forcément ça flirte avec le magnifique. En premier lieu, j'ai vraiment apprécié la patte graphique, que ce soit les couleurs très belles, parfois vives, souvent réalistes, et le dessin en lui-même très bon, simple et en même temps détaillé et fouillis (mais en positif), un très bon point. Puis vient le personnage principal, Spider Jérusalem, mais quelle invention ! Tout son discours, ses actions, sa manière de faire chier les hauts de ce monde pourri, vraiment un homme qu'on aimerait pas avoir en ami mais qui nous régale tout du long de ce gros pavé. On enchaine plusieurs histoires qui construisent ce monde et nous immergent dans la folie de celui-ci. Cyberpunk déjanté sous drogue, je ne demande qu'à lire la suite.

Koma, Intégrale
7.5
30.

Koma, Intégrale (2010)

Sortie : 26 mai 2010 (France).

BD de Pierre Wazem

ZanickPolterski a mis 7/10.

Résumé : Addidas est une petite fille imaginative et solitaire. Frappée d'une étrange maladie qui la plonge dans des états profonds d'inconscience, elle vit dans un monde sans arbre et sans ciel bleu. Sa chute dans le conduit d’une cheminée est pour elle le début d’un parcours initiatique, aux limites du rêve. Accompagnée d'une créature étrange venue des entrailles de la terre, Addidas va progressivement découvrir la réalité de l'univers qui l'entoure.

Annotation :

288 pages

Intégrale (05/08/2017)

Tome 1 - La voix des cheminées : 8,5
Tome 2 - Le Grand Trou : 8,5 + ❤
Tome 3 - Comme dans les westerns : 8
Tome 4 - L'Hôtel : 7
Tome 5 - Le duel : 7
Tome 6 - Au commencement : 6

Ah Peeters, je pense qu'il est devenu mon auteur favori de franco-belge. Tout ce qu'il touche j'en suis fan, j'ai commencé lentement avec Aâma, j'ai été emporté par Lupus, je ne parle même pas de la claque que m'a mis Pilules Bleues, ici il a beau n'être qu'au dessin le scénario proposé par Wazem pourrait se rapprocher de ce qu'il fait. Le coup de crayon plus souple qu'Aâma et la couleur apportée par Albertine Ralenti ont une belle osmose. Je suis archi fan du découpage de l'histoire, Peeters a dit dans une itw qu'il n'a retouché (quasiment) aucune case, tout a été fait en un jet et ça se ressent, ultra fluide et inspiré, les design des personnages le sont tout autant, Peeters gère l'action et l'expression des personnages avec brio, bref que du bonheur. Le début où l'on découvre lentement l'univers et les personnages m'a absolument charmé, les personnages sont très bien écrits, le côté "fausse BD pour enfant" m'a plu, on pense partir sur un truc enfantin avec une petite fille sympa, puis au final on se rend compte que les thèmes abordés sont "pour les grands" et surtout l'histoire prend un tournant clairement destiné aux adultes, joli contre-pied. La narration est très bonne, les dialogues sont top, j'ai juste été un perdu passé les 3/4 de l'histoire, à partir du moment où le fantastique s'éveille un peu trop. D'habitude je suis friand des grandes envolées oniriques mais là ça n'a pas pris, peut-être qu'il manquait un petit tome supplémentaire pour mieux amené ce côté fantastique, cette dualité rêve/réalité, surtout qu'au final on a une histoire très proche des films Matrix, du coup un chouia de développent supplémentaire n'aurait pas fait de mal, il n'empêche que c'est une lecture que j'ai savouré et que je recommande.