une liste sur des séries

Avatar Toufuledjo Liste de

22 séries

par Toufuledjo
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
    Bande-annonce

    Noob (2008)

    15 min. Première diffusion : . 10 saisons. Fantastique, comédie et action.

    Websérie de Fabien Fournier avec Corin Nemec, Pierre-Alain de Garrigues, Eric Legrand

    je n'ai jamais vu ça, tout le monde joue mal dans cette série (les pires étant les acteurs qui jouent Gaea et Roxanna, vraiment, eux, c'est le summum), mais pas un petit peu, vraiment très mal. juste ça, ça suffit à me faire détester la série, mais je ne me suis pas arrêté pour autant, et le reste est pas mieux au final : les décors sont bien choisi, mais comme ils font des panoramiques tout le temps, bah on voit les villages, les tours électriques, et autres constructions peu communes dans un jeu vidéo. Le scénario est pas super bien écrit, il part d'une bonne idée de base, mais les dialogues sont pas terribles et l'idée de base est tellement romancée que finalement, on dirait même plus un jeu vidéo, on dirait juste un univers d'heroïc fantasy classique, ce qui enlève toute l'originalité de l'idée de base. les effets spéciaux sont dégueulasses, genre vraiment, et l'intrigue devient très vite ennuyeuse a force de complication, de flashbacks inutiles, et autres. en clair : rien ne va, ne regardez pas cette série
  • 2
    Bande-annonce

    Everything Sucks! (2018)

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie et drame.

    Série de Michael Mohan et Ben York Jones avec Peyton Kennedy, Jahi Di'Allo Winston, Patch Darragh

    "eh , est-ce que tu pense que machin elle m'aime?" version lesbienne avec 2-3 musique cool . voila , tout est dit .

    bon déjà , je le disais dans une critique, tu peut pas défendre une cause en utilisant les clichés qui la persécute : tu ne peut pas défendre la cause des lesbiennes et derrière faire un dialogue a base de "eh , est-ce que tu pense que machin il m'aime ?". s'ajoute à ces clichés des moment de scénario ultra romancés, qui deviennent cliché également (je suis désolé , mais le coup de la déclaration d'amour par clip vidéo , c'est pas possible), et histoire de couronner le tout, on à la les personnages les plus débiles et les plus horripilants jamais crée : entre la première lesbienne (oui c'est pas géniale comme appellation , mais j'ai oublié son nom) qui déteste son père à un moment et qui veut le protéger ensuite, la deuxième lesbienne (j'ai aussi oublié son nom) qui fait la gueule a tout le monde un épisode et qui fait la meuf sociale l'épisode d'après et enfin ce débile de gamin qui passe la série a parler de son père, et qui, au moment ou il retrouve son père, reste comme un débile sans rien dire, et encore pire, va prétendre que son père est un connard derrière. et finalement je vais pas m'arrêter la , je trouve que j'ai pas assez craché sur cette série :
    - 1) c'est quoi ce cliffhanger de merde nom de dieu ? est ce que une seule personne en avait quoique ce soit à foutre que le père du héros revienne à la fin ?
    -2 ) le coup du coup de foudre à la première fille croisée, c'est vraiment pourri : le mec aurait pu croiser une tranche de jambon il aurait eu le même coup de foudre
    -3) y a deux trois personnages marrant, mais dommage, pour des raisons inconnues au bataillon (ou nulles), ils se barrent
    -4) les parents sont des victimes. je suis désolé, mais si un gosse se permet d'insulter le compagnon de sa mère, qui plus est son proviseur, ils se prend une claque et un renvoi pendant une semaine, voire plus .
    -5) le coup de la chanteuse "trop originale. ouais, tu vois, a un moment, elle se met a pleurer dans sa chanson, tu sens vraiment qu'elle met toute son émotion dans la chanson , parce qu'elle est sensible ! " bien évidemment , c'est pas annoncé comme ça , mais l'idée est la .

    j'pense avoir fait le tour. bien nulle cette série
  • 3
    Bande-annonce

    Big Mouth (2017)

    28 min. Première diffusion : . 3 saisons. Comédie et animation.

    Série de Jennifer Flackett, Mark Levin et Andrew Goldberg avec Nick Kroll, Zach Woods, Richard Kind

    à la base la série partait plutôt bien en vrai, mais les problèmes s'accumulent petit à petit. déjà, l'humour se détériore au fil des épisodes, et les blagues à base de "lol la vie c'est trop nul", qui pouvaient être drôle au départ, deviennent vite un calvaire (le pire étant la chanson "la vie est u gros bordel" à la fin de la saison 1). vient ensuite le prétendu courage de la série vis à vis de son sujet, le sexe. alors ça pourrait la encore être bien vu, mais trop c'est trop : au début c'était drôle, mais à la longue le fait que tout le monde parle de sexe devient vraiment gênant, et c'est pas moi qui suis vieux jeu : des ados qui parlent de ça entre eux c'est une chose, des parents qui font limite des avances sexuelles à leur gosses s'en est une autre. enfin, le fléau destructeur de toute oeuvre, la politique. alors une oeuvre qui a un message politique auquel j'adhère n'est pas mauvaise pour autant, on est d'accord, cependant y a quand même une scène ou un personnage, le spectre de la honte (c'est tout à fait 1er degré hein) reproche a une ado de pas avoir suffisamment soutenu la campagne de Hillary Clinton, et la c'est grave. c'est quoi la prochaine étape ? reprocher à un gosse de 8 ans de pas avoir voté Macron ? encore une fois, il faut avoir des limites : défendre une cause politique, d'accord, mais reprocher à des enfants de pas le faire c'est juste pas possible.
  • 4
    Bande-annonce

    The Big Bang Theory (2007)

    25 min. Première diffusion : . 12 saisons. Comédie.

    Série de Chuck Lorre et Bill Prady avec Jim Parsons, Johnny Galecki, Kaley Cuoco

    alors, je déteste cette série, encore une fois parce que je peut pas concevoir qu'on puisse défendre une cause aussi mal. qu'on soit clair, je suis pas du tout un SJW, au contraire, mais même moi quand je vois le féminisme aussi mal représenté ça me fait mal au coeur, alors j'imagine même pas ce que ça donne pour les vrais féministes.

    ceci dit si ça donne une image pas ouf de certaines communautés (ce dont en soit j'me fous, c'est juste qu'une oeuvre qui prétend défendre une cause et qui le fait aussi mal est soit nulle, soit hypocrite), ça a peut être donné envie à certains de faire de la science. un mal pour un bien du coup ? bof
  • 5
    Bande-annonce

    Vikings (2013)

    45 min. Première diffusion : . 6 saisons. Action et drame.

    Série de Michael Hirst avec Travis Fimmel, Katheryn Winnick, George Blagden

  • 6
    Bande-annonce

    Breaking Bad (2008)

    47 min. Première diffusion : . 5 saisons. Policier, drame et thriller.

    Série de Vince Gilligan avec Bryan Cranston, Aaron Paul, Anna Gunn

    un modèle de bonne série. le fait qu'elle ait su s'arrêter, et qu'elle l'ai bien fait en est la preuve
  • 7
    Bande-annonce

    Le Prisonnier (1967)

    The Prisoner

    1 h. Première diffusion : . 1 saison. Drame.

    Série de Patrick McGoohan et George Markstein avec Patrick McGoohan, Angelo Muscat et Peter Swanwick

    Rien à dire, une créativité hors du commun, un twist final génial, bien qu'il en ai frustré plus d'un, un jeu d'acteur au top, comme le scénario : une grande série, vraiment
  • 8
    Bande-annonce

    BoJack Horseman (2014)

    25 min. Première diffusion : . 6 saisons. Animation, comédie et drame.

    Dessin animé de Raphael Bob-Waksberg avec Will Arnett, Aaron Paul, Amy Sedaris

    bonne série, avec un très bon départ, et une très bonne idée. au début tout marchait très bien, j'étais avec le personnage, et aussi peu sympathique soit-il, j'avais beaucoup d'empathie pour lui, j'irais presque jusqu'à dire que dans certains moments, je me reconnaissais en lui. mais le problème c'est que y a une ou deux saisons de trop, et les problèmes que ça entraîne. par exemple le fait que la fin soit pas terrible. je persiste à penser que le personnage aurait du mourir, qu'il aurait préféré que ça soit le cas. en soit la fin est bien écrite, mais le problème c'est que c'est un happy end incroyablement classique pour une série qui avait justement pour principale qualité de dépeindre très fidèlement les injustices de la vie, les horreurs qu'on peut commettre et subir quand mentalement, on ne va pas bien, et c'est dommage de faire comme si on pouvait s'en sortir aussi facilement: tous les personnages de cette série ont subis des choses très durs, et même si on est un peu content de les voir bien finir, c'est gâcher une superbe opportunité de réalisme et de qualité artistique de tout résoudre de manière aussi heureuse. le deuxième problème qui découle des saisons en trop c'est que y a un schéma qui s'installe, et ça c'est le pire truc pour une série : la typiquement, une saison de Bojack c'est départ indifférent, nouveau projet ciné qui le met face à ses problèmes, il touche le fond, mais il y a une note d'espoir, fin, et c'est dommage. quitte à faire durer la série, un peu de neuf dans l'écriture aurait pas fait de mal. enfin, une fois n'est pas coutume, les messages socio politiques tuent la série, je prend pour exemple, la fille de l'amie de bojack, qui veut coucher avec lui (elle est bien trop jeune mais parfaitement consentante, c'est elle qui insiste), et qui deux saisons plus tard sort "si je parle des horreurs que j'ai subies avec ce connard, bla bla bla". c'est nul, et très con en plus, Bojack fait tellement de truc horrible qu'un coup monté comme ça ne change pas grand chose (sachant que c'est pas un complot ou une connerie du style : on parle d'une gamine issue de famille modeste). bref, encore une série qui a trop duré
  • 9
    Bande-annonce

    Steven Universe (2013)

    10 min. Première diffusion : . 5 saisons. Aventure, animation, jeunesse, comédie et science-fiction.

    Dessin animé de Rebecca Sugar avec Zach Callison, Deedee Magno, Michaela Dietz

    mitigé sur cette série. certains choix peuvent s'avérer aussi bon que mauvais.
  • 10
    Bande-annonce

    Game of Thrones (2010)

    52 min. Première diffusion : . 8 saisons. Aventure, drame et fantasy.

    Série de David Benioff et D.B. Weiss avec Peter Dinklage, Lena Headey, Emilia Clarke

  • 11
    Bande-annonce

    Kaamelott (2003)

    5 min. Première diffusion : . 6 saisons. Aventure, comédie et fantasy.

    Série de Alexandre Astier avec Alexandre Astier, Lionnel Astier, Franck Pitiot

  • 12
    Bande-annonce

    Stranger Things (2016)

    51 min. Première diffusion : . 4 saisons. Science-fiction, fantastique, Épouvante-horreur et drame.

    Série de Matt Duffer et Ross Duffer avec Winona Ryder, David Harbour, Finn Wolfhard

    will a toujours pas eu son x-men 135
  • 13
    Bande-annonce

    Les Simpson (1987)

    The Simpsons

    25 min. Première diffusion : . 30 saisons. Animation et comédie.

    Dessin animé de Sam Simon, James L. Brooks et Matt Groening avec Dan Castellaneta, Nancy Cartwright, Julie Kavner

  • 14
    Bande-annonce

    Malcolm (2000)

    Malcolm in the Middle

    25 min. Première diffusion : . 7 saisons. Comédie.

    Série de Linwood Boomer avec Frankie Muniz, Jane Kaczmarek, Bryan Cranston

    encore une série qui devrait s'arrêter pendant qu'il est temps
  • 15
    Bande-annonce

    Doctor Who (2005)

    45 min. Première diffusion : . 11 saisons. Aventure, drame et science-fiction.

    Série de Russell T. Davies avec Ben Miller, Jodie Whittaker, Peter Capaldi

  • 16
    Bande-annonce

    Désenchantée (2018)

    Disenchantment

    30 min. Première diffusion : . 1 saison. Fantastique, comédie et animation.

    Dessin animé de Matt Groening avec Abbi Jacobson, Nat Faxon, Eric André

    série intéressante, mais qui a un gros problème de rythme à mon goût, sur 10 épisodes par saison on en a 2 qui mettent en place la situation et/ou résolvent le cliffhanger de la saison précédente, et 2 épisodes de cliffhanger à la fin, ce qui laisse un blanc considérable au milieu. alors qu'on soit clair, j'ai rien contre des scènes désintéressées, mais quand ça représente la moitié d'une saison, ça commence à faire beaucoup, encore plus quand elles ne sont pas incroyable
  • 17
    Bande-annonce

    Kidding (2018)

    30 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie et drame.

    Série de Dave Holstein avec Jim Carrey, Catherine Keener, Frank Langella

    une merveille d'écriture de personnage. le reste de la série n'est pas transcendant mais le personnage de Jim Carrey est réellement touchant, et voir les malheurs et les manipulations qu'il subit crée une sincère empathie pour lui
  • 18

    Adventure Time (2008)

    10 min. Première diffusion : . 10 saisons. Aventure, animation, jeunesse, comédie et fantasy.

    Dessin animé de Pendleton Ward avec Jeremy Shada, John DiMaggio, Hynden Walch

    dur de parler de cette série.
    déjà le premier bon point c'est qu'on sait pas trop à qui elle s'adresse. notre premier reflex sera de dire qu'elle s'adresse aux enfants, et c'est surement le cas, mais j'aimerais relever le fait que la série est vraiment pas si accessible qu'elle en a l'air : le postulat de base l'est, mais au fur est à mesure, on va entrer dans des histoires de multivers et d'intrigues cosmiques (parfois plutôt tristes) qui sont pas du tout à la portée d'un enfant. on pourrait prendre ça pour un mal, mais je trouve ça au contraire génial que la série s'émancipe un peu de son public

    mais si on part du principe que la série s'adresse au enfants, bah je dois dire que c'est sans doute la meilleure série jeunesse. déjà, on a un avantage infiniment important : la série est vierge de morale socio-politique. je n'y ai pas vu de message pro-quoi-que-ce-soit (si il y en a ils sont très discrets, parce que c'est le genre de truc que je repère vite et qui me fait vite quitter une série). ça n'est nullement une attaque envers les causes que pourrait défendre la série, pour moi c'est au contraire une preuve que la série parle juste de la vie, sans prise de parti. et ça, c'est qui va faire la force de la série : elle traite de tous les sujets, des relations parentales à la peur de l'infini, en passant d'une certaine déconnexion des événements à une forme d'émerveillement pour ceux-ci (vous pouvez vous dire que je sur-interprète, mais je déconne pas vraiment, y a au moins un épisode pour chaque thème possible. y a vraiment un épisode ou le personnage principal se retrouve dans l'espace à méditer sur le sens de la vie). ça donne au final la plus belle qualité de la série : il n'y a pas de jugement. même le grand méchant de la série qu'est le roi-liche (pas celui de warcraft), on finit par le voir comme une constante inévitable de l'univers, sans lequel il ne peut fonctionner. le roi des glaces, l'un des premier méchants de la série, est humanisé au fil des saison, et c'est pareil pour tout les personnages.

    pour être honnête, je ne pense pas qu'on puisse trouver meilleur dessin-animé pour un enfant, tout est dedans, et y est représenté comme il se doit, trop peu de série peuvent s'en vanter aujourd'hui.
  • 19
    Bande-annonce

    Dirk Gently, détective holistique (2016)

    Dirk Gently's Holistic Detective Agency

    45 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie, thriller et policier.

    Série de Max Landis avec Elijah Wood, Samuel Barnett, Jade Eshete

    La saison 1 était une claque astrale : tout, de A a Z était parfait : les acteurs jouent super bien, c'est écrit de façon super intelligente, l'ambiance fun au milieu du suspens est très bien menée, enfin bref, parfait. La série aurait pu être nulle avec la saison 2 qui commence nettement moins bien (sérieusement, dans la catégorie méchant nul à chier, on fait pas mieux), mais ca se rattrape avec un final absolument épique. Bref, superbement écrite, des acteurs au top, hyper drôle, j'ai du mal à trouver quel autres compliments je peux faire. Dommage qu'elle soit annulée...
  • 20
    Bande-annonce

    Watchmen (2019)

    1 h. Première diffusion : . 1 saison. Drame, fantastique et mini-série.

    Série de Damon Lindelof avec Regina King, Yahya Abdul-Mateen II, Jeremy Irons

  • 21

    Les aventures de Tintin (1991)

    25 min. Première diffusion : . 3 saisons. Policier, animation et action.

    Dessin animé de Stéphane Bernasconi avec Thierry Wermuth, Christian Pelissier, Henri Labussière

  • 22
    Bande-annonce

    The Midnight Gospel (2020)

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Animation, comédie et science-fiction.

    Dessin animé de Duncan Trussell avec Duncan Trussell, Phil Hendrie, Joey Diaz

    tout comme adventure time, j'ai vu ici une série peu conventionnelle, tant dans les sujets traités que dans la façon de le faire. elle en déstabilisera plus d'un, mais il faut quand même lui accorder une audace trop rare dans le monde de la série.

    il s'agit en réalité d'une série de podcasts, tirés du site de Duncan Trussell (qui est plus ou moins le personnage principal de la série), qui sont retranscrits à l'image dans un univers très loufoque et qui n'a en apparence rien à voir avec les dialogues (même si il y a en réalité beaucoup de métaphores). la démarche est étrange, et fait qu'en réalité, ça n'est plus vraiment une série. mais ça reste une oeuvre touchante, qui essaye de traiter de sujets complexes avec des gens simples (les podcast se font avec plus ou moins n'importe qui, même parfois avec la famille de Duncan Trussell).

    c'est dur de parler de cette série, parce qu'elle est véritablement unique (je prie d'ailleurs pour qu'il n'y a pas de saison 2, ça serait à mon avis contre productif), mais la seule chose dont je suis sur c'est que la série m'a beaucoup touché. j'ai vu une série qui essayait, avec beaucoup de bienveillance, d'aider les gens à accepter la réalité. c'est déjà quelque chose que je voudrais saluer. je salue également le fait que même en dehors des discussions de la série, l'histoire est à mon goût très belle également, et je me suis totalement reconnu dans le personnage principal (le dernier épisode est d'ailleurs très, très émouvant), et je salue surtout la démarche. la série a surement des défauts et est loin d'être parfaite, mais la démarche est unique et intéressante, et dans le milieu de la série, un milieu beaucoup trop "industriel", ce genre d'oeuvre ne peut être que rafraîchissante.