👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Bien des erreurs m'ont conduit à lire ce livre.
Tout d'abord, la curiosité face à un auteur de légende que je n'ai jamais lu.
Ensuite, les critiques dans la presse, souvent élogieuses.
Puis le bouche à oreille : un roman qu'on ne peut pas lâcher, addictif, etc, etc.
Enfin, et j'ai honte, la tête de gondole dans une librairie. Pourquoi pas ?
Changeons un peu des lectures habituelles, voyons ce que ça donne .

25,90 €
937 pages.

Le prix, je suis prêt à le mettre, même si King n'a probablement pas besoin de mon soutien pour vivre confortablement.
Le nombre de page ne me fait pas peur, d’autant que c’est censé être dévoré en quelques jours à ce qu’on m’annonce.

L’idée de départ est séduisante, l’écriture correcte, à quelques tics près (du genre, toutes les 10 pages, à propos de Oswald, « l’homme qui entrerait dans l’histoire », « la carabine qui contribuerait à changer le XXè siècle », etc, etc.)
Le concept de l’effacement à chaque voyage est un habile subterfuge et crée des contraintes narratives assez intéressantes.
Après, tout souffre atrocement d’un déséquilibre total.
Le livre fait clairement 600 pages de trop, et je pèse mes mots. Quel intérêt de dilater autant l’intrigue ? Certes, rentrer dans la vie du protagoniste sur le long cours nous permet de nous attacher à ce qu’il va devoir probablement abandonner. Mais toutes les intrigues secondaires sont au choix inutiles ou complètement grossières pour étayer la fumeuse théorie des « harmonies » : tout est écho, tout est coïncidence.
Le sujet supposé du roman, le 22/11/1963, donc, n’est quasiment qu’un prétexte. Ceux attendent une immersion dans les préparatifs de l’assassinat de Kennedy en seront pour leurs frais.
[Spoiler] King bâcle cette partie : un tireur unique, point, c’est réglé. Ne parlons pas du final, copie de collégien en matière d’uchronie, pour concéder à l’histoire d’amour une conclusion presque touchante, qui évite en tout cas les abimes du happy end à l’américaine.

Boursouflé, ficelé avec des câbles du diamètre du Golden Gate Bridge, 22/11/1963 est un roman sans réelle saveur. On reconnaîtra tout de même à l’auteur la capacité de nous tenir jusqu’au bout, mais au prix d’une déception plus grande encore.

Je ne désespère pas de lire du bon King un jour. La tour sombre ? Shining ? Ça ?
Sergent_Pepper
4
Écrit par

il y a 8 ans

35 j'aime

30 commentaires

22/11/63
Samu-L
7
22/11/63

La jeune fille, la mort et le temps

Je suis l'oeuvre de Stephen King depuis bientôt 20 ans et je trouve qu'étrangement, les gens tapent souvent à coté en ce qui concerne les qualités de cet auteur. Pour la majorité des gens qui ne le...

Lire la critique

il y a 9 ans

46 j'aime

22

22/11/63
Sergent_Pepper
4
22/11/63

937 pages, 25,90 €.

Bien des erreurs m'ont conduit à lire ce livre. Tout d'abord, la curiosité face à un auteur de légende que je n'ai jamais lu. Ensuite, les critiques dans la presse, souvent élogieuses. Puis le...

Lire la critique

il y a 8 ans

35 j'aime

30

22/11/63
SanFelice
6
22/11/63

Le passé est tenace, et le temps est long

CHAPITRE 1, OU, EN GUISE D'INTRODUCTION, ON S’ÉTEND UN PEU SUR L'ADMIRATION DE L'AUTEUR POUR STEPHEN KING Ce n'est une info pour personne : j'admire Stephen King. Depuis 25 ans maintenant, depuis ce...

Lire la critique

il y a 7 ans

28 j'aime

10

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

710 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

648 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53