👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Soyons bien sérieux deux minutes, bibiche : mettre quelques petites pincées de vulgarité bien cradingue dans ta tambouille pour épicer le tout, il n'y a pas de mal à ça.

Mais quand tu en étales partout sur plus de 200 pages, où Céline va majoritairement jouer au rebelle pour provoquer le bourgeois lambda et se complaire dans des délires victimaires façon Caliméro dans lesquels les juifs contrôleraient dans l'ombre le monde, l'Histoire et les médias et seraient responsables du moindre de ses insuccès (les critiques qui n'apprécient pas sa came ? Ce sont les juifs. Les communistes ? Ce sont les juifs. Les corporations ? Ce sont les juifs...J'en passe et des meilleures, et si tu oses dénoncer l'antisémitisme du bonhomme Ferdinand, c'est que t'es vraiment une ignoble crapule bobo gauchiste mondialisto-cosmopolite au service de l'affreux complot anarcho-maçonnique destiné, comme chacun sait, à asservir la race blanche), il faut bien reconnaître qu'il n'y a pas beaucoup de moelle là-dedans.

Je nie pas qu'il soit entièrement dénué de qualités, faut dire. Son style oral aux phrases courtes et riches en points de suspension et d'exclamation se prête bien à de jolis néologismes bien répugnants, il y a de temps en temps quelques fulgurances à la violence brute qui m'on fait un peu rigoler. Mais bon, ça devient vite poussif au bout d'à peine 20 pages...de temps en temps il parle d'autres sujets comme l'alcool, le cinéma ou la prétendue décadence de la civilisation occidentale, intègre quelques arguments de ballet, mais c'est majoritairement de l'antisémitisme et des baratinages pro-nazis lourdingues au possible.
Et c'est encore moins drôle quand on sait que ce pamphlet crassouilleux a contribué à alimenter le climat antisémite en France, s'étant vendu à quelques dizaines de milliers d'exemplaires avant la Seconde Guerre, pour connaître un succès encore plus grand sous l'Occupation. Autant dire qu'il me paraît censé qu'il ne soit plus réédité. Et si c'était le cas, pas grand monde ne le lirait, puisqu'une bonne partie de ceux qui se procurent le pdf le font plus par curiosité morbide et plaisir transgressif qu'autre chose.

Bref, si vous voulez un vrai bon bouquin qui défouraille tout au lance-flammes, lisez Le Désespéré de Léon Bloy.

Sur ce, je vous quitte avec Duel Angoisseus de Peste Noire.

il y a 2 ans

9 j'aime

6 commentaires

Bagatelles pour un massacre
Baragne
8

Si Céline est si méchant, c'est peut-être simplement parce qu'il souffre.

Céline décide de critiquer le pourvoir. Pour Céline, les juifs possèdent le pouvoir. Alors Céline décide de critiquer les juifs. La lecture est ardue, les multiples répétitions rendent son style plus...

Lire la critique

il y a 9 ans

23 j'aime

Bagatelles pour un massacre
GoodGoy
10

Jazzy_Cro_Magnon vous salue

"SC vous n'êtes que des : Sapajous ! .... Faquins ! ... Bois sans soif ! ... Anthropopithèques ! ... Moules à gaufres ! ... Sabordeurs ! ... Coloquintes sans vitamine ! ... Scolopendres de fosse...

Lire la critique

il y a 4 mois

18 j'aime

6

Bagatelles pour un massacre
Raspaillac
3

Arrêtez de le sucer

C'est pas nouveau, Céline pose problème. Pas encore remis du sublime Mort à Crédit, qui porte encore plus loin le style du "langage parlé transposé à l'écrit" du Voyage au bout de la Nuit, il fallait...

Lire la critique

il y a 4 ans

17 j'aime

1

A Touch of Zen
BaleineDesSables
9

Au bord de l'eau.

Le fait que l'adaptation taïwanienne signée King Hu de La Fille Héroïque, l'un des contes du Liaozhai Zhiyi (ou Contes Extraordinaires du Pavillon du Loisir), recueil d'histoires surnaturelles rédigé...

Lire la critique

il y a 2 ans

24 j'aime

9

La Société du Spectacle
BaleineDesSables
9

Contre les sociétés marchandes

"Il leur faut acheter des marchandises et on a fait en sorte qu'ils ne puissent garder de contact avec rien qui ne soit une marchandise." Guy Debord, dans In Girum imus nocte et consumimur igni. "Il...

Lire la critique

il y a 2 ans

22 j'aime

12

Capitaine Blood
BaleineDesSables
8

Sunset on the Golden Age.

Intéressante figure de l'imaginaire que celle du pirate : rebelle en guerre contre une société aux moeurs trop rigides, inventant sa propre petite société sur le pont de son navire, aventurier...

Lire la critique

il y a 2 ans

20 j'aime

4