👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Un vieux monsieur très digne (93 ans, résistant de la première heure, ambassadeur à l'ONU), qui a connu d'autres messieurs très sages (Maurice Merleau-Ponty, Jean-Paul Sartre), nous rappelle que l'indignation est à la base même de la résistance à l'oppression, et donc la source de la survie démocratique.

La vingtaine de pages qui constitue cet opuscule, si elle est accessible à tous, n'en est pas pour autant passionnante, informative encore moins. Lire que le traitement réservé par l'armée israélienne aux gazaouis est inique, ne nous apprend pas grand-chose, même si, énoncé par un ancien résistant, lui-même déporté par les allemands, ce constat gagne quelque peu en force et en légitimité.

De même, la dénonciation de l'emprise croissante des intérêts économico-financiers sur l'évolution de nos sociétés, qui sent un peu le réchauffé depuis la crise de 2008, tombe légèrement à plat.

Le discours regagne en revanche un peu de consistance lorsqu'il énonce le paradoxe suivant : les régimes de protection sociale remis en question pour cause de difficultés de financement ont été mis en place après-guerre... alors que l'Europe toute entière était ruinée !

Mais pourquoi tant de battage autour de cette œuvre, au contenu, au final, passablement anodin ? Mr Hessel n'est ni l'homme des démonstrations économiques brillantes (le régime de sécurité sociale est économiquement tenable ? Formidable, mais prouvez-le !), ni l'homme d'une vision politique à long terme (Indignez vous ! ... et pour la suite voyez avec Attac ou la FIDH).

Nourri de bonnes intentions, convenablement présenté, et à 3 euros l'exemplaire, il n'y a même pas de quoi crier à la manipulation marketing. Qu'est-ce donc que cet objet ? « Indignez-vous ! » se voudrait-il une forme moderne de l'appel du 18 Juin ? Mmmouais. Je crains qu'en ces temps de grogne sociale, la sortie de ce livret ne sente surtout l'à propos éditorial. La recherche de cadeaux de fin d'année et l'enthousiasme médiatique ont fait le reste je suppose. Mais quelle déception.

Indignez-vous, indignez-vous, il en restera toujours quelque chose ?

Pas si sûr.
beebee
3
Écrit par

il y a 11 ans

74 j'aime

22 commentaires

Indignez-vous !
beebee
3

L'indignation... et après ?

Un vieux monsieur très digne (93 ans, résistant de la première heure, ambassadeur à l'ONU), qui a connu d'autres messieurs très sages (Maurice Merleau-Ponty, Jean-Paul Sartre), nous rappelle que...

Lire la critique

il y a 11 ans

74 j'aime

22

Indignez-vous !
MrShuffle
3

Devoir de français : "Mettez-vous à la place d'un résistant et donnez votre avis sur le monde"

Très bien, Kevin. Bien documenté, français correct, argumentaire lisible. Attention tout de même, la conclusion manque de consistance et d'ouverture. 15/20 (meilleure note de la classe). Passage en...

Lire la critique

il y a 11 ans

54 j'aime

24

Indignez-vous !
Andy-Capet
1

Le père castor des lieux communs

Grâce à ce monsieur qui porte un nom de dessous de bras, nous savons enfin que l'indignation est le degré zéro de la conviction. L'indignation suppose en elle un constat à réprouver moralement. Or,...

Lire la critique

il y a 9 ans

42 j'aime

61

Quai d'Orsay : Chroniques diplomatiques, tome 2
beebee
8

Critique de Quai d'Orsay : Chroniques diplomatiques, tome 2 par beebee

- " T'es là pour quoi ? " - " Bin, la schnouff. " - " Mais... c'est quoi ? " (Ils entrent) - " Aaah, c'est le deuxième tome de Chroniques Diplomatiques, par Lanzac & Blain " - " Depuis le temps...

Lire la critique

il y a 10 ans

26 j'aime

1

Quai d'Orsay : Chroniques diplomatiques, tome 1
beebee
8

Critique de Quai d'Orsay : Chroniques diplomatiques, tome 1 par beebee

- " Alors, çà avance cette critique ? " - " Terminée, Mr le Ministre... " - " Faites voir çà...blablabla... superbe retranscription graphique des coulisses du ministère... blablabla...expressivité...

Lire la critique

il y a 11 ans

19 j'aime

3

Deadwood
beebee
5
Deadwood

Le monde se divise en deux catégories

Les quatres premiers épisodes de Deadwood saison 1, c'est à peu près la plus grande baffe qu'on nous ait servie rayon Western depuis j'sais même plus quand. C'est lugubre, c'est crasseux, çà patauge...

Lire la critique

il y a 11 ans

18 j'aime