Enfin, le meilleur des mondes !

Avis sur La révolution transhumaniste

Avatar Wlade
Critique publiée par le

J'ai toujours trouvé que Luc Ferry était un professeur de philosophie sincèrement passionné, agréable, dans son style, à écouter et à lire, et qui a le mérite d'avoir rendu plus accessible au public les grands mythes et l'histoire de la philosophie.
Un bon prof de philo, oui, mais certainement pas un philosophe ! Dès qu'il s'agit de sortir du domaine des connaissances - encore une fois, passionnantes - et se mettre à raisonner, il se révèle toujours incapable de voir plus loin que le bout de son nez, quand bien même son livre traiterait de notre vie dans un siècle.

Cet ouvrage en est un très bel exemple. Le philosophe auto-proclamé nous fait part de plein d'expériences scientifiques passionnantes en cours, de révolutions technologiques imminentes, nous livre une définition claire du transhumanisme... Mais dès qu'il s'agit de s'interroger d'un point de vue moral sur ces évolutions, ses questionnements me paraissent bien orientés et peu rigoureux.

A chaque fois qu'on lui présentait un progrès, Orwell se posait une question simple : ce progrès nous rend-il plus humain ou moins humain ? Luc Ferry, lui, ne s’embarrasse pas : il part du postulat que le transhumanisme envahira nos vies quoiqu'il arrive, et qu'à ce titre, la question de savoir si cette évolution est souhaitable ou pas n'a pas d'intérêt. De fait, même s'il passe en revue certaines perspectives effrayantes - très rapidement à mon goût - , c'est surtout pour y voir des "défis", mais jamais un mal en soi - c'est là une croyance réservée aux "passéistes" nauséabonds.
La seule question à se poser, selon lui, est celle de la régulation de ces nouvelles technologies. La loi de l'offre et la demande fera le reste. On est loin de ce que j'appelle un raisonnement philosophique : dès le départ, les bases de son argumentation sont sapées.

Puis finalement, les conclusions du livre répondent par elles-mêmes à la question d'Orwell : selon Ferry, il y a dans la vie tant de femmes à aimer, de friandises à déguster, de connaissances à accumuler, comment diable pourrait-on ne pas s'extasier devant la possibilité d'un allongement de la vie et un boost de nos performances, et qu'en tout domaine, "chance" devienne "choice" ?

C'est là, à mes yeux, une liste de désirs qui relèvent de l'égoïsme infantile le plus typique. Vraiment étonnant de la part d'un philosophe passionné des mythes grecs et des Evangiles (philosophiquement parlant), lesquels expliquent tous que l'hubris mène à l'enfer !...
Quid, dans tout ça, des vertus qui font justement un Homme : l'amour, l'engagement, le don de soi, la fraternité ?
Quid, surtout, des impacts sur l'estime de soi : car j'aurai beau avoir un bras bionique ultrapuissant et une puce wikipedia intégrée dans mon cerveau, ces ajouts ne sont pas moi ; l'homme sera "augmenté", mais n'aura jamais été aussi peu autonome. Bien au contraire son pouvoir d'agir réel sera considérablement appauvri, sans compter qu'il sera devenu un éternel futur obsolète.

Bref, ce livre nous informe, mais son objectif est clairement d'accompagner le mouvement, et préparer les consciences. Luc Ferry confirme ici son statut de philosophe de plateau TV, autrement dit, de communicant cultivé. En marche ou crève, ça nous rappelle une antienne du moment...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 552 fois
20 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Wlade La révolution transhumaniste