👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Est-ce que "Le meilleur des mondes" est véritablement une dystopie ? Une utopie renversée qui tendrait vers le chaos, l'esclavage et l'absence de bonheur ? Car la question qui se pose est beaucoup plus complexe. Le monde crée n'est pas celui de 1984. Si les "humains" manquent de libre arbitre, ils jouissent tous d'un bonheur simple et prolongé durant toute leur existence. Est-ce un paradis fantasmé ou un enfer dissimulé ? Est-ce vraiment la fuite du bon sens que de vouloir uniformiser la satisfaction ? En faire non plus un objectif à atteindre mais une règle inébranlable ? Evidemment, il ne s'agit pas de lancer quelconque débat : nous sommes bien en face, lecteurs aux yeux écarquillés, d'une dystopie dont les rouages fonctionnent à la perfection. Ecrit en 1931, le roman de Huxley est d'une modernité stupéfiante.

"Le meilleur des mondes" proscrit la famille, l'art, le malheur, la colère, l'excès, les doutes, la pensée propre, la vieillesse et l'individualisme. Quand on va mal, il y a le soma. Une drogue qui allège l'esprit. Tout est fait pour rendre les choses faciles. Il y a différentes castes, de la plus simplette aux érudits (mais pas trop quand même). On contrôle les naissances, les parents n'existent plus. On conditionne à la mort, à la douleur, aux différentes épreuves de la vie par l'hypnopédie. Un bourrage de crâne intensif dans son sommeil. Il n'existe aucun échappatoire en principe. Et tout le monde est heureux. Personne n'a conscience de l'absence de liberté.

Huxley nous emporte de sa plume remarquable dans une histoire qui tantôt m'a rendu curieux, tantôt passablement circonspect. Le début du livre m'a un peu rebuté, je vous conseille donc de faire comme moi et de prendre son courage à demain pour passer outre le flot d'informations incroyable qu'on nous jette à la figure dès la première centaine de pages. Après, on s'attache aux personnages, à leur idéologie et l'action se déroule avec plus de cadence. La diversité des personnages est géniale car on a accès à des protagonistes dubitatifs, complètement happés par la "société" ou au contraire considérés comme "sauvages". On a toutes les facettes et plein loisir de se forger son propre axe de réflexion. Le style de l'auteur est agréable et raffiné sans être pompeux, je regrette cependant (et peut-être parce que la traduction en français casse le rythme) les trop nombreuses références à Shakespeare. La toute dernière partie, similaire à celle de 1984 - pour ma part en tout cas, par son explication et sa rupture quasi-totale, vaut clairement le détour.

Le bonheur est une illusion. Une façon de contrôler les masses. C'est comme donner une parcelle à un paysan en lui mettant dans le crâne que c'est un acte équitable. Ce monde où les gens croient tout avoir, sans jamais rien posséder. Ils ne ressentent plus le désir, ils ont ce qu'ils veulent quand ils veulent. Mais une question reste en suspens : que reste-t-il à leur mort ? Rien, sûrement. Et que reste-t-il après la nôtre ?

Je vous conseille ce meilleur des mondes, moins binaire et moins clinquant qu'on pourrait le présager...

il y a 7 ans

45 j'aime

16 commentaires

Le Meilleur des mondes
VGM
6

Pas la meilleure des lectures

J'ai tellement de livres à lire, et tellement de classiques à emprunter à droite à gauche que je suis rentré depuis maintenant un bout de temps dans une phase où je n'achète presque plus de livres,...

Lire la critique

il y a 7 ans

59 j'aime

16

Le Meilleur des mondes
MrAmeni
4

Critique de Le Meilleur des mondes par MrAmeni

Comment tomber dans le piège du "classique" en 1 leçon… Le livre m’étant littéralement mis entre les mains, j’ai enfin pu commencer Le meilleur des mondes. Grande réputation, souvent cité au même...

Lire la critique

il y a 8 ans

53 j'aime

3

Le Meilleur des mondes
EvyNadler
7

La liberté c'est l'esclavage.

Est-ce que "Le meilleur des mondes" est véritablement une dystopie ? Une utopie renversée qui tendrait vers le chaos, l'esclavage et l'absence de bonheur ? Car la question qui se pose est beaucoup...

Lire la critique

il y a 7 ans

45 j'aime

16

Her
EvyNadler
8
Her

Mauvaise foi

Bon déjà je tiens à préciser que je voulais mettre 5 dès le début. Avant même la première minute. Enfin dès le début quoi du coup. Oui je sais, c'est pas digne d'un critique, c'est pas digne d'un...

Lire la critique

il y a 8 ans

227 j'aime

21

Eternal Sunshine of the Spotless Mind
EvyNadler
10

Un petit bijou de vie plein de poésie...

Jim Carrey prouve une fois de plus qu'il n'est pas qu'un trublion. C'est surtout un immense acteur avec une palette d'émotions immense. Kate Winslet, elle, livre ici une de ses plus belles partitions...

Lire la critique

il y a 8 ans

164 j'aime

12

Juste la fin du monde
EvyNadler
8

FAQ Xavier Dolan - Comprendre et apprécier Juste la fin du monde

Parce que je n'arrive pas spécialement à remettre toutes mes idées en place, parce que je n'arrive parfois pas à séparer le négatif du positif dans ce film, et surtout parce que je n'ai aucune idée...

Lire la critique

il y a 5 ans

131 j'aime

12