Brisons un tabou : Ce livre est quand même extraordinairement chiant !

Avis sur Les Misérables

Avatar Mad Dog
Critique publiée par le

5 années ! Putain, il m'aura fallu 5 années pour arriver au bout des Misérables de Victor Hugo. Ceci dit, j'ai battu le Docteur, qui dans un épisode de Doctor Who disait qu'en 2000 année de son existence, il n'avait pas trouvé le temps de le finir.

Soyons d'accord : Ce n'est pas n'importe quel livre.

Alors, contrairement aux personnes sur Sens Critique qui disent que c'est "un monument" et qu'on "ne peux pas le critiquer" je vais écraser le tabou et en faire une critique assez négative. Alors, ok, on peut difficilement le critiquer comme on critiquerait un roman de Marc Levy ou de Laurent Gounelle et ce livre est indéniablement ancré dans la culture française comme une brique encastrée dans le mur de soutient d'un vaste immeuble. Ce livre fut à l'origine de bien des avancées sociales, notamment dans l'amnistie des criminels, le travail des enfants ou l'accueil des orphelins. Et il y a des très très bons moments de littérature dans les Misérables.

Mais, si vous êtes curieux, et que vous ne connaissez ABSOLUMENT PAS les Misérables, je vous redirigerais d'abord plus sur l'une des innombrables adaptations du roman de Hugo, que ce soit en film, comédie musicale, bd, ou que sais-je. Ce livre est l'un des romans les plus adapté en film au monde et à même été adapté en Jeux Vidéo à la Street Fighter (avec un robot Valjean) et en bd de cul (très très nulle avec un Javert qui se tape une poupée gonflable en bois et Cosette qui fini pute) Sur ce si vous ne savez RIEN des Misérables, ne lisez pas la suite, c'est bourré de spoilers.

Les rallonges du père Hugo et mésaventures audiophoniques :

Personnellement, ça a été une purge. Car si ce roman possède de nombreux moments incroyablement bien écrit et épiques que l'on connaît tous, (La rédemption de Jean Valjean après son passage chez l'évêque Myriel, Cosette chez les Thénardier, La mort de Fantine, La fuite au couvent, Cosette et Marius, les barricades, les égouts....) tout est loin d'être "épique" chez Victor Hugo. Il y a des moments où on plante la situation en long en large et en travers, d'autres où l'on s'attarde sur des personnages secondaires, d'autres où l'on se pose des questions, loooonnnnnguement pour ensuite faire le truc qui tombait sous le sens et qu'on avait deviné depuis le début.

Et surtout, il y a tous ces chapitre où le Père Hugo digresse et vient vous faire la morale. Alors, certes, certains sont des plaidoiries qui ont permis de nombreuses avancés sociale, mais d'autres sont franchement incroyablement gonflantes. Moi qui avait trouvées celles qui émaillaient les "Mystères de Paris" d'Eugène Sue assez ronflante, je dois dire qu'Hugo a réussi l'exploit de faire encore pire. A vrai dire si Victor Hugo avait vécu à l'époque d'internet, ses proches lui aurait dit d'ouvrir un blog pour raconter ce qu'il a dire au lieu d'alourdir son roman avec des tonnes de digressions.

Il faut dire que j'ai écouté le livre sous forme de livre audio. La lecture par Pomme est très bien faite et assez agréable et m'aura accompagné durant 5 ans en format mp3. Je l'ai écouté lorsque je bossais dans un job alimentaire, lorsque je marchais dans les rues, quand j'étais sur Paris (donc me permettant de jeter un coup d'oeil aux lieux du roman... tous disparu...) quand j'étais à l'étranger, quand j'arrivais pas à dormir, etc.... Mais l'inconvénient avec ce genre de format c'est que l'on peut facilement zapper un passage et ça m'est arrivé plusieurs fois d'être tellement perdu dans mes pensées que j'avais sauté 1/2 heure de lecture. Et contrairement aux livres, dur de revenir au point "exact" que l'on a sauté. J'ai donc parfois dû recommencer certains chapitres, voire certains tomes aussi parce que ça faisait plusieurs mois (voire parfois plusieurs années) que j'avais pas repris l'écoute du livre.

Et à l'écoute, on se rend compte à quel point c'est LONG. Je me souviens d'avoir écouté un passage du lire où Jean Valjean parcoure une rue pour se rendre à la barricade, avec moultes descriptions de la rue et parsemé de digressions sur la révolution et la misère. J'ai eu le temps de prendre le métro, de poireauter chez Orange, d'aller à la bibliothèque, de rendre et prendre des livres et de reprendre le métro jusqu'à chez moi, et JEAN VALJEAN N'AVAIT TOUJOURS PAS FINI DE PARCOURIR LA RUE !!

Un Tome 5 à rallonge :

Du reste, le livre se traine encore plus sur le Tome 5, étant donné que les 3 derniers livres manquent cruellement d'enjeux narratif : Marius et Cosette sont mariés, Javert est mort, la barricade est détruite. A priori, on pourrait s'arrêter là : Mais non, il faut qu'on se tape un ultime quiproquo basé à 90% sur le mutisme et la culpabilité de Jean Valjean. Du reste, j'aurais préféré qu'on sache ce que sont devenus certains voleurs (Montparnasse et consort) ou qu'on connaisse le sort de certains personnages secondaires qui avaient un peu plus d'épaisseur que les héros trop-parfait d'Hugo.

En réalité, je rêve d'adapter une version des Misérables du point de vue des personnages secondaires. Après tout le livre est dans le domaine public et ça serait un moyen d'explorer le livre autrement que par les adaptations ultra-linéaires habituelles.

Bref, autant dire que je préfère Balzac (malgré ses descriptions interminables) les "Mystères de Paris" (malgré le côté "roman feuilleton" très caricatural) le Victor Hugo poète ou Émile Zola qu'aux "Misérables" et que lorsque je vois qu'il est "le roman classique préféré des français" je me demande s'ils l'ont vraiment lus en entier.

Allez, puisque ça faisait des années que je rêvais de le faire, je vais faire le :

TOP 10 DES MOMENTS DES MISÉRABLES QUI SONT RAREMENT ADAPTÉS AU CINÉMA :

10 - Fantine se fait draguer, a une aventure et se fait lourder. (En règle générale, elle est déjà mère célibataire dans les films.)
9 - Les aventures de l'abbé Myriel. C'est le premier livre du premier tome et en gros, le gars c'est un saint, il vient en aide tout le monde, il convertit même les ours et tout et tout. (En règle général, on montre juste sa rencontre avec Valjean, ça suffit...)
8 - Jean Valjean parcoure une rue et voit la révolte et les barricades. (Voir plus haut.)
7 - Grantaire passe la journée à se bourrer la gueule en attendant le retour d'Enjolras (à vrai dire il arrive que ces deux personnages ne soient même pas évoqués dans les adaptations.)
6 - Jean Valjean croise Montparnasse et lui fait la leçon pendant un monologue qui doit bien durer une demi-heure alors qu'ils ne se connaissent même pas. Et on ne saura jamais si le discours va porter ses fruits ou pas.
5 - Javert est rongé de doutes après que Jean Valjean lui ai sauvé la vie et se demande s'il doit y retourner et finit par se suicider. (Ca dure tout un livre. Dans les films, un plan sur son visage, sur ses regrets et pouf, il plonge.)
4 - La bataille de Waterloo. En entier, avec le moindre événement, les morts, les retournements, les bosses des chemins et tout et tout. (Parce que ça coûte super cher, et que ça se passe 15 ans avant le début de l'intrigue de l'histoire et qu'en plus, le seul lien de ce passage avec le reste du roman tiens en quelques pages : Thénardier sauve la vie du père de Marius sans le faire exprès, alors que lui, il était venu détrousser des cadavres.)
3 - La description des égouts de Paris, avec l'historique des égouts, des considérations sociales et à quel point c'est du gaspillage de laisser toute la merde de Paris aller dans la Seine. (Victor Hugo fait une plaidoirie en faveur des toilettes sèches.... si si, c'est dans le bouquin.)
2 - Le livre sur l'argot. Ce que l'on dit, comment on le parle, pourquoi c'est super instructif. Et quasiment tous les livres sur les digressions de victor Hugo (celui sur les barricades, sur le sens du mot révolte, sur la vie monacale...) qui une fois enlevés font bien perdre un tiers du roman.
1 - Jean Valjean pète une roue en route pour sauver Champmathieu. Lui qui se demande s'il doit le sauver ou pas, parce que bon, il est Maire d'une ville qui compte sur lui. Mais d'un autre côté c'est pas bien qu'un innocent meure à sa place. Alors, il y va. Et puis il pète sa roue. Et du coup, il continue à hésiter ("y serais-je à temps ? Si c'est pour arriver en retard dois-je le faire ? Es-ce un signe du destin ?") ET C'EST CHIANT ! VICTOR, ON A COMPRIS BORDEL !!

Bilan :

La Nostalgia Chick disait que "Les Misérables" aurait dû être rebaptisé "Les Coïncidences" moi je pense qu'il aurait dû être rebaptisé "PUTAIN, VICTOR, ABRÈGE !!"

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3679 fois
9 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Mad Dog Les Misérables