Le syndrome du voyageur touristifié

Avis sur Manuel de l'anti-tourisme

Avatar steka
Critique publiée par le

Ce livre est un constat lucide sur la manière dont la domination marchande mondialisée a tué le voyage et tout ce qu’il contenait comme promesse de découverte et d’expérience. Comment le voyageur a été transformé en touriste et en consommateur au service de la machine économique. Comment le tourisme est devenu lui-même machine à détruire ce qui demeurait de cultures originales, d’espaces naturels et, pire encore, d’authenticité dans les relations humaines.

« On parla, au fil des temps, de démocratisation des voyages, sans se rendre compte que, bien des années plus tard - aujourd'hui -, la démocratie deviendrait pour beaucoup soluble dans la consommation. Et le tourisme devint consommation, élément majeur du devenir-économie du monde. Désormais, la libération initiale, devenue la norme, se fait oppressante : elle martyrise natures et sociétés humaines, opprime l'esprit des voyages et transforme l'hospitalité des lieux en prestations, les habitants en prestataires, les paysages en décors. Voilà où l'on est arrivé. »

« La consommation du monde servirait notre épanouissement individuel et, partant, justifierait le système touristique en érigeant ses vertus pour chacun.
Cela suppose que notre vie, ici, ne se suffit pas. Le tourisme est l’indispensable industrie d’un capitalisme mobilitaire qui alimente la demande en jouant sur l’insatisfaction permanente propre au désir de consommation. Cette forme de frustration entraîne le mouvement. (…) Le tourisme propose de quoi oublier ses soucis, à défaut de permettre de régler ses problèmes. »

« Supportant mal les situations et les engagements de longue durée, le touriste surfe, zappe, naviguant au gré de ses envies géographiques. Son carburant psychique est l’insatisfaction. Il est mû par le désir vague de renouveler ses sensations grâce au mouvement dans l’espace, qui doit apporter son lot d’étrange nouveauté, à la condition que celle-ci soit inoffensive et que son expérience soit dûment bordée de coussins de sécurité et de voies de détresse bien balisées. »

Pourtant, et c’est là que nous retrouvons cette vieille logique interne du capitalisme, le tourisme « est le luxe d’une minorité dont l’impact concerne une majorité. (…) Fort de son bon droit et de sa bonne conscience, le tourisme dessine un clivage subtil entre ceux qui ont les moyens de profiter du monde et les autres qui sont là pour servir. » (voir en illustration le lien 1)
Mais alors « que reste-t-il des liens entre tourisme et voyage, justement ? (…) Le touriste, cet autre soi-même que le voyageur voudrait un moment oublier, ce touriste donc, devant lui où qu’il aille, signifie la ruine de son voyage, l’anéantissement de sa découverte. Alors tout est bon pour éloigner cet anti-héros du voyage de son univers subjectif : le fuir en visitant des lieux que les touristes n’ont pas encore envahis. Le mépriser, prétendre ne rien avoir de commun avec lui. »

Un tableau intéressant, à travers cette problématique particulière, de cette schizophrénie où nous fait constamment verser la logique marchande dans un monde réduit à sa sphère économique et où les réalités humaines dans leurs diversités sont constamment bafouées et sciemment occultées.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 491 fois
19 apprécient

steka a ajouté ce livre à 1 liste Manuel de l'anti-tourisme

Autres actions de steka Manuel de l'anti-tourisme