Couverture Mort à crédit

Mort à crédit

(1936)
12345678910
Quand ?
8.2
  1. 12
  2. 6
  3. 17
  4. 36
  5. 61
  6. 119
  7. 286
  8. 608
  9. 712
  10. 524
  • 2.4K
  • 278
  • 3.1K
  • 77

Le roman raconte l’enfance de Ferdinand, fils de petits commerçants à Paris. Il se rappelle ses jeunes années dans un milieu petit bourgeois.

Match des critiques
les meilleurs avis
Mort à crédit
VS
Concerto pour détraqués

Alors que le silence se fait sur le monde et sur la vie de l’homme, il n’est que temps d’un regard en arrière. Une lointaine projection aux origines du drame, quand tout allait – déjà – si mal. Et de pire en pire. On était rustres en ce temps et point trop enclins aux effusions. La famille, elle y croyait, en l’avenir pourtant. Rien n’y faisait mais elle y croyait. Un vrai modèle d’acharnement à s’extirper du trou. Il y avait de quoi en faire un bel exemple pour un môme en pamoison. Il y avait...

52 22
Céline n'est pas toujours irréprochable

Autant nous ne pouvons qu'être admiratif du Voyage au bout de la nuit, mais concernant Mort à crédit, on sent que Céline plonge dans des longueurs de plus en plus interminables qui participent à la lenteur et au désintéressement que nous pouvons éprouver pour ce roman. Il y a des passages absolument foisonnants qui restent mémorables, nous sommes tout de même chez Céline, soyons honnêtes, mais à côté de cela, nous avons parfois des dizaines et des dizaines de pages insipides dans lesquelles... Lire la critique de Mort à crédit

5 3

Critiques : avis d'internautes (32)

Mort à crédit
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
La beauté cachée du laid se voit sans délai

Première page... Un choc... Je continue... ça pue le talent... La connerie parfois un peu aussi... Tu es brillant Ferdinand, et dans le même temps, aussi chiant qu'un jour de pluie à Knokke le zout. C'est pas possible de lire ton livre d'une traite...Au bout de cinquante pages d’affilée, j'ai juste envie de te la faire manger ta petite musique... J'ai jamais beaucoup aimé ceux qui s'écoutent... Lire l'avis à propos de Mort à crédit

80 18
Avatar Samu-L
8
Samu-L ·
Se prémunir contre l’enfer des rageux

Le médecin nous place d’emblée dans son univers horizontal, pandémoniaque, au seuil d’un dixième cercle dantesque, à moins que ce ne soit aux portes des Limbes. Jeunesse : dans une cage à lapin à Paris, entre une mère commerçante, sorte de César Birotteau de la brocante « son fort, c’était l’optimisme », en moins ambitieuse, en moins naïve aussi, et un père aigri, aquarelliste à ses... Lire l'avis à propos de Mort à crédit

40 16
Avatar -Valmont-
9
-Valmont- ·
Vivre, est-ce finalement acheter sa mort à crédit ?

Dans cet ouvrage de Louis-Ferdinand Céline datant de 1936, son deuxième "grand" roman faisant écho à son magnifique Voyage au bout de la nuit, sorti 4 ans avant, l’auteur nous livre une formidable quoique foisonnante histoire autobiographique dans le Paris des années 1900-1910 puis en Angleterre en pensionnat et enfin plus tard, en province. Le squelette narratif se focalise... Lire l'avis à propos de Mort à crédit

4
Avatar antoninlfx
9
antoninlfx ·
Découverte
Passage forcé

Le Passage, on y revient toujours. On a beau le haïr, le vomir, être répugné par ses pavés couverts de merde et d'ordures, on est condamnés à y traîner ses pompes usées sous prétexte que c'est là qu'on a surgi dans le monde. Là, dans cette petite ruelle sombre et sordide au milieu de Paris. C'est pourtant lamentable comme excuse, de simplement y trouver une paire de géniteurs... Lire la critique de Mort à crédit

34 10
Avatar Black_Key
8
Black_Key ·
Tu m'as donné ta boue, et j'en ai fait de l'or

Allez, le gros morceau : essayer d'expliquer vaguement pourquoi on peut en toute objectivité trouver un livre bien, mais ne pas l'aimer pour autant. Ou l'inverse. Quand Celine balance au monde décati des années 30 Voyage au bout de la nuit (qui rate de peu le Goncourt) et Mort à crédit, l'effet on le sait est celui d'une bombe. Avec le recul, on voit bien que les deux textes annoncent la... Lire la critique de Mort à crédit

67 46
Avatar Senscritchaiev
7
Senscritchaiev ·
Toutes les critiques du livre Mort à crédit (32)