Couverture Nadja

Critiques de Nadja

Livre de (1928)

  • 1
  • 2

Critique de Nadja par raoulle

À l'armée je lisais « Nadja » du totem Breton et l'adjudant me regardais de façon oblique en me garantissant que tout ça, c'était des trucs de communistes (c'était avant la chute du fameux mur) l'aspirant Saint Cyrien lui lisait le « Voyage » du délavé LF Céline et dévisageait mon « Nadja » sans animosité, le maréchal des logis Lecoq quant à lui c'était tiré une balle dans le cœur un soir de... Lire l'avis à propos de Nadja

32 1
Avatar raoulle
10
raoulle ·

189 pages pour rien, un exploit bien réel

Ca prétend nous embarquer dans une forme de catharsis - par les déambulations urbaines, un détachement à l’égard des lieux, des objets et des passions - et ça se termine en bouffonnerie narcissique qui fait bâiller d’avance celui qui la lit. Maître incontesté des rédactions studieuses qui endorment le public, Breton délivre son énième canular fait de diversions à toutes les pages... Lire la critique de Nadja

15 11
Avatar -Valmont-
3
-Valmont- ·

Un chef-d'oeuvre

"Nadja" est un des meilleurs livres du XXème siècle, et l’un de mes préférés dans toute l’histoire de la littérature. Le surréalisme atteint ici son point culminant, sa véritable cristallisation, et sa mythification. André Breton fait sauter tous les codes, tous les genres, tous les mots, et atteint avec brio le « nouveau » auquel invitait Baudelaire à la fin des Fleurs du mal. On... Lire l'avis à propos de Nadja

19 4
Avatar Clément M
10
Clément M ·

Anti-roman : sous-roman.

Je n'aime pas André Breton, parce qu'André Breton est un surréaliste à la noix qui renie le roman au nom d'idées réductrices et réfutables par un gosse de 13 ans. (Par exemple, les personnages de roman ne sont que des transcriptions de leurs auteurs ; ou encore le roman fait appel à des images inutiles.) Cependant, « il faut passer outre cette répulsion instinctive et aller à l'encontre de... Lire la critique de Nadja

21 21
Avatar Eggdoll
3
Eggdoll ·

L'intérêt, c'est pas tellement la vitesse, c'est le nombre de figures qu'on va faire.

Les choses les plus élémentaires. S'oublient le plus vite. "S'pas ma faute !" qu'il dirait, le Valmont des plages, enterré dans le sable à Knokke-le-Zout, avec ses deux louloutes en coquillage. Évidemment ; c'est une loi de la nature ... Il a bien récité sa leçon, c'est bien. Il est content, le Valmorveux. Il aura droit à une glace le valeureux ! De toute façon, ici, c'est jamais la faute à... Lire la critique de Nadja

14 7
Avatar Loci Incerti
5
Loci Incerti ·

Méandres savoureux d'un être

Je ne connaissais de Nadja que la dernière phrase, phrase magnifique : "La beauté sera convulsive ou ne sera pas"... J'ai découvert avec beaucoup de plaisir le reste du roman, petit bijou d'introspection noire, d'humour et de littérature. Alors certes, comme beaucoup l'ont dit, Breton use (et abuse ?) des jeux surréalistes, se complaît dans l'absurde et s'éparpille savamment dans divers... Lire l'avis à propos de Nadja

7
Avatar Azoun
9
Azoun ·

PTSD

Hélas ! Je crois à la vertu des oiseaux. Et il suffit d'une plume pour me faire mourir de rire. Joseph Delteil Ce n'est pas une question d'ennui, les gens m'intéressent beaucoup... et il m'intéresse beaucoup de m'exprimer en public aussi... mais je crois avoir identifié en moi quelque chose qui tient du métronome... un coup à gauche un coup à droite, tu vois... je ne suis pas... Lire l'avis à propos de Nadja

6
Avatar VernonMxCrew
8
VernonMxCrew ·

Critique de Nadja par kaderwan

Nadja, ou comment justifier l'adultère, l'observation malsaine d'une pathologie et enfin l'abandon autant moral que physique d'une personne dont André Breton ne peut plus rien tirer, et tout cela sous couvert d'un mouvement à peine littéraire de dandys en mal de gloire. Du André Breton dans toute sa splendeur, donc. Lire l'avis à propos de Nadja

15 2
Avatar kaderwan
1
kaderwan ·

Un calvaire trop subtil pour moi ...

C'est un texte extrêmement intéressant à étudier, riche de sens et bourré de références psychanalytiques ... mais qu'est-ce qu'il faut lutter pour comprendre toutes les subtilités ! Le style est lourd ! Ça a été un calvaire pour moi de le lire. Une telle résistance peut arriver à en dégoûter plus d'un de la lecture et franchement ce n'est pas ce qu'on attend de la grande littérature, n'est-ce... Lire la critique de Nadja

5 3
Avatar Momodjah
5
Momodjah ·

Bourdonnement mental, l'industriel m'étale

J'écoutais le groupe de drone-metal canadien Nadja quand je me suis dit qu'il pourrait être sympa de lire enfin le bouquin éponyme, classique du surréalisme français. Ni d'une ni de deux, je choppe rapidement ledit ouvrage sur une échoppe livresque, déambulant dans le centre de Nantes (achat accompagné des Syllogismes de l'Amertume de Cioran, pour l'anecdote). Pas aussi touffu et loin d'être... Lire la critique de Nadja

Avatar fan_2_mart1
7
fan_2_mart1 ·
  • 1
  • 2