Un prix Rosny Aîné 1989 qui mérite le détour

Avis sur Poupée aux yeux morts

Avatar nm-reader
Critique publiée par le

Roland C. Wagner est une figure majeure de la science-fiction française. Il est l'auteur d'une centaine de nouvelles, d'une cinquantaine de romans, qui lui ont valu au fils des ans le prix Tour Eiffel, le prix Ozone, 2 grand prix de l'Imaginaire, et pas moins de 7 prix Rosny Aîné. Sa disparition tragique en 2012, suite à un accident de voiture, a fortement ému dans le milieu. L'écrivain avait publié l'année précédente "rêves de Gloire", qui avait été unanimement salué comme son œuvre majeure, le signe d'une maturité désormais atteinte. Fauché en pleine gloire...

Pour fêter leurs 10 ans (déjà !), les Moutons Électriques publie ce mois-ci une réédition en un seul volume de la trilogie "poupée aux yeux morts" en tirage hardcover, avec un texte revu par l'auteur en 2008 : une sorte d'hommage posthume, donc, au regretté écrivain.

"Poupée aux yeux morts" contient tous les éléments qui caractérisent les romans de Wagner et leur donnent ce style si particulier et inimitable. On y retrouve par exemple des traces de son amour pour la musique à travers les danses des Transylvaniens qui permettent de brefs sauts dans le temps (Wagner était passionné de rock, fin connaisseur de son histoire, et chanteur et parolier dans le groupe rock Brain Damage). On peut déjà y voir des signes précurseurs de "rêves de Gloire", dans lequel la musique tiendra un rôle prédominant.

L'usage de psychotropes pour développer certaines capacités extrasensorielles fait aussi partie de ses thèmes de prédilection : Wagner est un peu notre avatar dickien, et certains des délires du français n'ont rien à envier aux délires du Maître.

Enfin, Wagner a souvent recours à l'humour, prenant le contrepied avec désinvolture de ses histoires très sérieuses dans le fond, en y insérant une touche d'absurde. A la Douglas Adams, en quelque sorte ! L'effet est bien souvent réussi, témoin cet extrait, qui ne sera pas sans vous rappeler une célèbre BD :

" Il tira de sa poche un petit sachet de poudre verte et entreprit de rouler un énorme joint. Je le regardai faire, tandis qu'arrivaient des cuisines deux sangliers entiers sur un lit de pommes de terre. Lorsqu'il alluma le cône amoureusement façonné, l'odeur qui envahit la pièce ne ressemblait à rien de connu.
- Feuilles de platane, expliqua le salvoïde.
- Et ça fait de l'effet ?
- Évidemment. La salsepareille n'est pas mal non plus - mais plus difficile à trouver dans le coin.
Les salvoïdes fumaient et mangeaient en même temps, ne s'interrompant dans l'une de ces deux activités que pour avaler de grandes rasades de cervoise. L'un d'eux, déjà ivre, voulut pousser la chansonnette en s'accompagnant d'un genre de harpe rudimentaire. Il en fut empêché, aux cris de "Tu ne chanteras pas !", par l'un de ses frères qui l'immobilisa en suscitant l'illusion de liens se refermant sur lui."

On pourra reprocher à "poupée aux yeux morts" d'être un peu excessif parfois. Mais l'enthousiasme sans calcul de Wagner séduit malgré tout, et son message fortement humaniste au fond, fait plutôt du bien.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 318 fois
4 apprécient

nm-reader a ajouté ce livre à 4 listes Poupée aux yeux morts

Autres actions de nm-reader Poupée aux yeux morts