Couverture Qui a tué mon père

Critiques de Qui a tué mon père

Livre de (2018)

  • 1
  • 2

Critique de Qui a tué mon père par Zéro Janvier

Qui a tué mon père est le troisième roman d'Édouard Louis, qui avait fait une entrée remarquée dans le monde littéraire en 2014 avec En finir avec Eddy Bellegueule. Dans ce premier roman, que certains avaient vu à tort ou à raison comme un règlement de compte avec sa famille, Edouard Louis né Eddy Bellegueule racontait sans filtre son enfance et son adolescence en... Lire l'avis à propos de Qui a tué mon père

17 2
Avatar Zéro Janvier
10
Zéro Janvier ·

Edouard Louis a-t-il tué le père d'Eddy Bellegueule ?

Dans une perspective nettement ernausienne, ce bref ouvrage consiste en une méditation (auto)biographique sur le père d’Édouard Louis, qu’on avait déjà croisé dans En finir avec Eddy Bellegueule, et pas sous son meilleur jour. Cette fois, les réconciliations de rigueur ayant eu lieu, c’est dans un but d’hommage que le jeune écrivain prend la plume. L’ouvrage est divisé en trois parties. La... Lire l'avis à propos de Qui a tué mon père

7
Avatar Gauvain
6
Gauvain ·

Critique de Qui a tué mon père par lireaulit

J'ai tout entendu sur ce livre : indigent, ni fait ni à faire, simpliste, creux, inutile, un livre qui se moque du monde… Une telle volée de bois vert peut sembler suspecte. Ayant lu et vraiment beaucoup aimé En finir avec Eddy Bellegueule et Histoire de la violence, je me devais de jeter un oeil sur le dernier opus qui déchaîne actuellement les passions. Eh bien... qu'il est beau ce... Lire la critique de Qui a tué mon père

10 2
Avatar lireaulit
10
lireaulit ·

Critique de Qui a tué mon père par pilyen

On a beaucoup vu, lu, entendu Edouard Louis dans tous les médias qui font l'opinion. On a écouté son cri de rage, ses colères froides autour de 3 thèmes assez sympathiques ( l'influence de la politique sur le corps des masses laborieuses, la fabrication des pseudos mâles avec une masculinité exacerbée par la contrainte sociale et ses diatribes bienvenues contre Emmanuel Macron). Cela a donné... Lire l'avis à propos de Qui a tué mon père

8 1
Avatar pilyen
3
pilyen ·

La littérature est un sport de combat

Après avoir lu les deux précédents romans d'Edouard Louis, En finir avec Eddy Bellegueule et Histoire de la violence qui furent pour moi des véritables réussites littéraires, Qui a tué mon père était une obligation de lecture. L'approche sociologique que l'auteur apporte à sa littérature est un véritable plaisir. Ce livre, c'est la déclaration... Lire la critique de Qui a tué mon père

5
Avatar GustavoFring
10
GustavoFring ·

Critique de Qui a tué mon père par L'Homme Qui Lit

Publié sur L'Homme qui lit : C'est une surprise sans en être une : j’ai détesté ce roman. Roman, récit, à vrai dire on ne sait jamais trop avec Édouard Louis, l’homomiséreux du Nord qui avait déjà essayé de nous arracher, en vain, quelques larmes lors de ses deux précédentes psychanalyses littéraires, En finir avec... Lire la critique de Qui a tué mon père

7
Avatar L'Homme Qui Lit
2
L'Homme Qui Lit ·

Dans la famille Louis, je demande Emile

Edouard Louis, Emile Louis, Edouard Philippe… Je m’y perds un peu avec tous ces gens qui n'ont que des prénoms. Reprenons : _ Edouard Louis, écrivain. _ Emile Louis, serial killer. _ Edouard Philippe, Premier ministre. Sur les trois, il y en a un que je préfère nettement aux deux autres. Un indice : ce n’est pas l’écrivain. Lui me fait un peu bailler. Il vous faut peut-être un argument…... Lire la critique de Qui a tué mon père

15 6
Avatar Mohammed_Dupondt
2
Mohammed_Dupondt ·

Sans point d'interrogation, et ce n'est pas une erreur

Très court, moins de 100 pages. Et un interligne large comme un bras de mer. Autant dire que ça s'envoie en moins d'une heure. Edouard Louis est la nouvelle coqueluche d'une certaine intelligentsia parisienne, autant dire que j'étais un peu réticent à la base. Mais il faut reconnaitre que ses prises de position récentes vis à vis de l'actualité sociale en France avaient plutôt suscité ma... Lire la critique de Qui a tué mon père

5 2
Avatar Marcus31
7
Marcus31 ·

La complainte improbable et (pas si) mauvaise d'un enfant (pas si) ingrat.

Le rapport au père est un thème littéraire très ancien, que Franz Kafka lui-même avec traité dans Lettre au père de manière assez perspicace et plutôt subtile. Le fils entretient toujours un rapport particulier avec son paternel, d'autant plus quand il provient d'un milieu plutôt populaire et donc qui a conservé même inconsciemment des rites éducationnels à l'ancienne. Kafka avait... Lire l'avis à propos de Qui a tué mon père

2
Avatar Paul Staes
5
Paul Staes ·

Coups de coeur d'Issy

Un fils se confronte au corps abîmé de son père, un corps usé par sa condition sociale, détruit par le travail. Face à lui, il évoque les épisodes de son enfance entre scènes d’amour et de violence, dans un milieu rural populaire. Dans ce récit percutant, le politique rejoint l’intime et l’auteur dresse la liste de ceux qu’il tient pour responsables du délabrement du corps de son père. Il... Lire la critique de Qui a tué mon père

Avatar Médiathèques d'Issy
7
Médiathèques d'Issy ·
  • 1
  • 2