Sous la plume impeccable de Guenassia se dessine le portrait d'un homme assez insaisissable. Tom Sharp naît à New Delhi d'une mère indienne et d'un père anglais, qui ramène sa famille dans les faubourgs de Londres lorsque Tom a 8 ans. Lui déteste au premier abord cette ville grise et bien trop silencieuse à son goût. C'est par les rencontres qu'il fera qu'il s'acclimatera à sa nouvelle existence, pour mieux lui tourner le dos et entrer dès que possible dans l'armée de sa royale Majesté.
Trompe-la-mort est le portrait d'un homme perpétuellement en marge. De sa famille, de ses amis, de ses pays. De son existence et de sa propre mort, qu'il évite à plusieurs reprises (d'où le surnom qui lui est donné, on s'en doutait un peu). Avec lui, on croise des personnages très humains, en demi-teinte. Une spécialité de Guenassia qui se refuse à tout manichéisme. Et des villes. La description du retour de Tom à New Delhi est en particulier un vrai tour de force. Les bruits, les odeurs, les couleurs ont une telle densité que l'on ne peut qu'être surpris de se retrouver dans le métro parisien lorsque l'on referme le livre.
Cet opus n'est pas, pour moi, le meilleur Guenassia, en raison d'un scénario bien moins soigné que dans le Club ou Ernesto G. Ca reste cependant un livre à la lecture très plaisante.
Rachel_Laskar
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Lectures 2015. De l'art de la liste inutile mais fort commode et Défi Popsugar 2015

Créée

le 5 févr. 2015

Critique lue 425 fois

3 j'aime

Rachel L

Écrit par

Critique lue 425 fois

3

D'autres avis sur Trompe-la-mort

Trompe-la-mort
ErrolGardner
5

Mort ou vif.

Je ne crois pas qu'il s'agit là d'un grand écrivain, peut-être, à tout le moins, de quelqu'un qui, à force de lire et surtout d'écrire, à su se montrer très habile à manier les mots (ce qui n'est...

le 28 juil. 2015

1 j'aime

Trompe-la-mort
camomille3
8

Très beau

L'Inde. On la connaît, on en a entendu parler, mais là c'est le cœur du sujet. On remue le passé, des Intouchables aux joueurs de criquet, on cherche à comprendre, des miracles qu'on ne parvient à...

le 7 févr. 2022

Du même critique

Silo Générations
Rachel_Laskar
6

Fausse fin d'une vraie trilogie

Voilà une fin de trilogie qui n'a de valeur qu'en tant qu'ouverture à une suite (non annoncée pour l'instant). Certes, l'histoire se termine, les personnages principaux trouvent enfin une place dans...

le 11 avr. 2016

6 j'aime

2

Les Furtifs
Rachel_Laskar
9

Le Claude Ponti des adultes

En voilà, un bouquin que je recommanderais à tous. Quel brio dans le maniement de la langue, bon sang. Damasio crée une pelletée de néologismes à la page (mention spéciale pour le « Ni Dieu ni...

le 28 mai 2019

4 j'aime

1