Avis sur

Un traître à notre goût par Nanash

Avatar Nanash
Critique publiée par le

[écouté en audiolib]
Il n'y a pas grand chose à sauver de ce roman. Il peut arriver que l'histoire nous tienne en haleine même si le style ne nous plaît pas ou bien que ce soit tellement bien écrit que l'histoire importe peu. "Un traître à notre goût" combine les deux mauvais côtés.

Perry et Gail, deux Anglais de la bonne société, sont en vacances à Antigua. Par les hasards d'un match de tennis, Perry se lie avec un grand Russe intrigant, "Dima", qui s'avère être le grand argentier des mafieux Russes. Par crainte qu'on s'en prenne à sa vie et à sa famille, il charge le jeune couple de prendre contact avec les services secrets britanniques afin de le faire "passer à l'Ouest".

En passant d'Antigua à Paris, puis en Suisse on va suivre les différentes opérations et rencontres qui préparent la trahison de Dima.

Bon dit comme ça, il se pourrait que ce soit intéressant, mais non. Plutôt que de verser dans l'action pure et dure (les espions s'est fait pour ça non ?) John le Carré se concentre sur les rencontres et les échanges entre les personnages, alors on s'ennuie ferme. D'autant plus qu'il met un point d'honneur à écrire tout ce qui passe par la tête des protagonistes pendant les réunions. La pauvre Gail passe son temps à se poser des questions existentielles pour savoir si elle est bien en phase avec ce que dit Perry, savoir si le ton adopté était le bon, savoir si les interlocuteurs ont bien compris ce qu'elle a dit, etc etc ... déjà que les réunions avec les services secrets ne sont pas passionnantes ...

Puisqu'on est dans l'inutile, John le Carré se plait également à nous faire une biographie complète de chaque personnage. Que Luke, l'agent secret, ait une femme et un gosse qui ne l'aiment pas, ne sert à rien à l'histoire. Que le fils d'Hector (l'autre agent anglais) soit un toxicomane en prison, ne sert à rien à l'histoire. On dirait que l'auteur s'est ouvert plusieurs pistes pour finalement ne jamais les utiliser.

Lors de la lecture, je trouvais la première partie d'Antigua longue, souvent les introductions prennent leur temps. Sauf qu'après, c'est pire. Oh ! et j'y pense, la fin est scandaleuse.
Scène de vie chez les "Le Carré":
- John, mon chéri tu as fait tes valises ? Le taxi nous attend !
- Pardon m'a douce j'avais oublié, écoute je torche la fin du bouquin en speed, je suis à toi dans 10 minutes, mmmhhh ... non 1 minute, je vais faire encore plus pourri.

J'ai perdu mon temps pour que vous ne perdiez pas le votre, 3/10.
PS: 1 point cadeau pour le commentaire de la finale de Rolland Garros Federer/Soderling ...
[La version lue est de très bonne facture, ce n'était pas gagné avec les accents russes !]

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 398 fois
4 apprécient

Autres actions de Nanash Un traître à notre goût