La grande qualité d'Anouilh, à mes yeux, est de pouvoir offrir à des histoires, pardon, à l'Histoire, un second degré de lecture résolument contemporain et souvent très intéressant. Becket n'échappe pas à la règle, dévoilant sous couvert de la relation d'amitié entre Henry II et Thomas Becket une histoire d'amour à peine cachée, homosexualité non-refoulée au temps des malveillants barons et autres conspirateurs moyenâgeux.

Anouilh interroge l'Histoire mais s'attaque aussi à l'amour, à l'amitié, à la ferveur et à l'implication passionnel de chacun dans sa vie. Ce n'est pas une pièce sur la religion, non, mais plutôt le portrait d'un homme qui a une Foi et va jusqu'au bout de celle-ci. De là à dire que le spectre de la guerre hante l'oeuvre, il y a un pas que je ne souhaite toutefois pas franchir, tant Becket sait faire preuve d'autre chose que de réminiscences historiques.

Becket, c'est avant tout un couple sur plusieurs années, des indications qui laissent envisager une mise en scène intelligente et un récit profondément humain, intemporel, dense et tragique. Il y a quelque chose de shakespearien dans l'oeuvre d'Anouilh, et c'est de loin le plus beau compliment que je puisse faire à un dramaturge.

Le 12 octobre 2013

1 j'aime

Becket ou l'honneur de dieu
Cinemaniaque
8

Critique de Becket ou l'honneur de dieu par Cinemaniaque

La grande qualité d'Anouilh, à mes yeux, est de pouvoir offrir à des histoires, pardon, à l'Histoire, un second degré de lecture résolument contemporain et souvent très intéressant. Becket n'échappe...

il y a 9 ans

1 j'aime

Becket ou l'honneur de dieu
Iaoranamoana
8

Critique de Becket ou l'honneur de dieu par Iaoranamoana

J'ai beaucoup aimé cette pièce d'Anouilh, pourtant bien loin de l'Histoire. A moins que ce ne soit l'Histoire qui se soit tu face à cette relation d'amitié, teinté d'un profond respect. Thomas...

il y a 9 ans

Frankenweenie
Cinemaniaque
8

Critique de Frankenweenie par Cinemaniaque

Je l'avoue volontiers, depuis 2005, je n'ai pas été le dernier à uriner sur le cadavre de plus en plus pourrissant du défunt génie de Tim Burton. Il faut dire qu'avec ses derniers films (surtout...

il y a 10 ans

52 j'aime

2

American Idiot
Cinemaniaque
7

Critique de American Idiot par Cinemaniaque

Il est amusant de voir comment, aujourd'hui, cet album est renié par toute une génération (et pas seulement sur SC)... À qui la faute ? À un refus de la génération née début 90 de revendiquer les...

il y a 11 ans

48 j'aime

3

Hiroshima mon amour
Cinemaniaque
4

Critique de Hiroshima mon amour par Cinemaniaque

Difficile d'être juste avec ce film : il faudrait pour pouvoir l'apprécier être dans le contexte socio-culturel de sa sortie, ce qui est impossible à reproduire aujourd'hui. Je distingue relativement...

il y a 11 ans

44 j'aime

1