L'éthique de la vertu que propose Aristote est par bien des aspects moins clinquante que l'utilitarisme qui fait du chiffre avec la morale, et le déontologisme prompt à poser des principes et des lois universalisables. Pourtant, sa réflexion tout en étant plus modeste, possède une grande portée. Aristote ne prétend pas nous dire ce que nous devons faire exactement dans chaque cas ou quels principes nous devrions toujours suivre. D'après le lieu commun de L’École d'Athènes, il s'agit de partir de la "terre", même si c'est pour rejoindre le "ciel" dans le livre X. Aristote se demande en effet ce qu'est le bien en partant de la façon dont nous le considérons habituellement : la victoire pour le stratège ou la santé pour le médecin. Il dresse une typologie des vertus largement inspirée de ce que nous considérons comme tel : le courage, la libéralité, la justice, l'amitié, la prudence pour ne citer que les principales. Quitte à redresser le jugement commun quand celui-ci fait des confusions entre le juste milieu et un de ses extrêmes, à propos de l'ambition par exemple, qui est un extrême par excès et non une vertu. L'ouvrage vaut justement pour cela : c'est une philosophie à la fois technique et accessible, des élèves de terminale peuvent la lire sans problème. C'est une philosophie qui fait preuve de critique et de rigueur intellectuelle sans affronter violemment le sens commun.

Il faut ajouter que l’Éthique à Nicomaque n'a pas été publiée par Aristote lui-même. Il s'agit de notes de cours, sans doute compilées par son fils Nicomaque et son élève Théophraste après sa mort. D'où le caractère décousu et parfois tortueux du livre. Mais avoir accès aux notes de cours d'un immense philosophe, le professeur du Lycée, est un plaisir sans bornes. L'aridité de la présentation des idées ne doit pas masquer le caractère extrêmement stimulant de suivre les méandres d'une éthique en train de se construire, de se formuler, d'avancer des thèses, d'en critiquer d'autres, de revenir en arrière parfois.

Nous sommes aussi surpris de trouver une typologie des constitutions politiques en plein milieu du livre sur l'amitié. Mais c'est complètement cohérent pour un esprit comme Aristote : l'humain se pense dans sa dimension politique, il n'est pas un solitaire, reclus dans ses affects, tourné vers son ego. J'ajouterais qu'Aristote est presque un médecin légiste ou un nécrologue malgré lui : il travaille sur le théâtre grec quand Euripide et Aristophane sont déjà morts depuis longtemps ; il décrit la démocratie quand les Macédoniens l'ont vidée de son sens... Existe-t-il encore une amitié au sens où il en parle, à son époque ?

Ce qui me frappe encore dans l’Éthique à Nicomaque, c'est qu'aucun genre de vie n'est négligé. Le questionnement sur la vertu consiste à se demander ce qu'est pour nous le Bien, comment atteindre l'excellence, et quelle personne nous voulons être. Ainsi le militaire, le médecin, le joueur de cithare, l'architecte, le sage qui contemple Dieu, le législateur et le citoyen, toutes ces activités sont analysées par Aristote, chacune possédant son bien propre. Bien sûr, ces activités sont tout de même hiérarchisées. La vie politique et la vie théorétique sont mises au premier plan puisqu'elles permettent de réaliser la vertu en soi, potentialité humaine qui s'actualise par la pratique délibérée et répétée. Les autres activités actualisent des vertus plus spécifiques, ou pour le dire autrement, permettent d'atteindre un bien qui reste subordonné au bien suprême, le bonheur. Cependant, Aristote atténue la radicalité platonicienne de la séparation du Bien absolu, "au-delà de l'être", d'avec les biens terrestres. Nous retrouvons Raphaël, nous retrouvons aussi la lecture heideggérienne qui fait d'Aristote un philosophe de l'être – et non pas de l'un ; et la lecture arendtienne qui déconstruit le primat du théorétique par rapport à l'action.

Le 24 juin 2022

20 j'aime

Éthique à Nicomaque
Syderen
10

Une morale pour notre temps

L'éthique de la vertu que propose Aristote est par bien des aspects moins clinquante que l'utilitarisme qui fait du chiffre avec la morale, et le déontologisme prompt à poser des principes et des...

Lire la critique

il y a 2 mois

20 j'aime

Éthique à Nicomaque
simon_t_
8

Petit essai de philosophie pratique

Il ne fait aucun doute que vous avez toujours voulu savoir pourquoi un individu de petite taille ne sera jamais beau mais au mieux élégant, comment être bon au moment propice, pourquoi l'avare est...

Lire la critique

il y a 7 ans

7 j'aime

3

Éthique à Nicomaque
TheBroCode
6

Austère mais pionnier

Un texte austère, sans doute dû au grec ancien, peu engageant pour le néophyte. Difficile à lire, ennuyeux (il faut bien le dire !). Il faut être motivé et s'accrocher. Aristote manipule les briques...

Lire la critique

il y a 5 ans

3 j'aime

Essai sur les femmes
Syderen
2

Le Roi des incels

Schopenhauer est un auteur très connu, mais de façon superficielle. Ses textes misogynes, réactionnaires et son pessimisme légendaire en sont sûrement responsables. Or, il est faux de réduire...

Lire la critique

il y a 2 mois

17 j'aime

8

Ménexène
Syderen
8
Ménexène

La rhétorique de Platon peut-elle casser des briques ?

Tout comme sa dialectique, la rhétorique de Platon casse en effet des briques – ici celles du patriotisme athénien. Ce livre est un petit bijou, un pur régal. Quand on voit le Gorgias et à peu près...

Lire la critique

il y a 1 mois

10 j'aime

De beaux rêves
Syderen
8

Des cauchemars pour les spiritualistes

Cet ouvrage est extrêmement bien mené. Dennett est à l'opposé d'un certain nombre de mes idées philosophiques, mais je suis forcé d'avouer que ses thèses tiennent la route. Son objectif est de...

Lire la critique

il y a 2 mois

9 j'aime