👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

C'est amusant les souvenirs que l'on a d'une oeuvre, surtout littéraire. C'est un peu comme Don Quichotte, on nous parle toujours de la scène des moulins mais jamais de l'épisode où il est déprimé et conscient de sa folie ni même que l'histoire est partagée en deux livres...
Dans mon esprit, les 20000 lieues de ce livre de Jules Verne c'était en profondeur, et non le kilométrage en 'superficie'. Avec un peu de jugeotte j'aurais facilement pu le deviner, ceci dit, puisque 1 lieue = 5.56 km... Si un Océan possédait une profondeur de 20000 lieues, la planète serait alors... beaucoup plus grosse!

Bref, j'ai donc attaqué ce roman avec beaucoup d'enthousiasme et beaucoup d'illusions. Je m'attendais à de l'aventure mais aussi à de l'action. L'aventure est synonyme, pour moi d'exploration, de rencontres. Le livre en possède, oui, mais surtout de l'eexploration, c'est bien là le problème. De 20000 lieues je n'en avais retenu que le combat contre les poulpes géants alors que cette partie ne prend que 2 pages! Sur 600!!! Le roman consiste principalement en une compilation de découvertes des océans, un recensement un peu trop appuyé des poissons de chaque zone géographique. Après il y a bien un peu d'action et quelques conflits sympathiques (des moments de chasse, des tempêtes, etc.) mais c'est un peu pauvre.

Les personnages manquent aussi de consistance. Je peux comprendre que le professeur Aronnax soit le plus mis en avant, c'est son point de vue qui est choisi, mais je trouve que l'auteur abandonne trop Ned Land, Conseil et tout le reste de l'éuiqpage. Surtout que Ned était l'aubaine pour générer plus de conflits, lui qui dès la première seconde dans le Nautilius annonce qu'il veut quitter le vaisseau! Finalement on n'entend pas tellement ses plaintes, sauf dans les deux cents dernières pages, mais là encore, il n'agit pas tellement. La fin est d'ailleurs très décevante car tout se déroule en quelques pages... après avoir passé 600 pages sur et sous les mers, il est un peu dommage de ne pas pouvoir profiter de la conclusion plus longuement... (2 pages c'est court).

Finalement le livre consiste en un errement sans qu'aucun objectif n'ait jamais été correctement précisé afin de véritablement captiver. Si bien qu'on s'ennuie de l'aspect répétitif de la trame. Ajoutez à cela des personnages secondaires inexistants (alors qu'un éclairage sur l'équipage aurait pu complexifier cette intrigue trop linéaire) et des descriptions de la faune océanique trop présentes (ça m'a d'ailleurs rappelé la bible). Vraiment, je termine c elivre avec beaucoup de désillusions : de l'aventure, il n'y en a finalement pas beaucoup, l'auteur étant trop occupé à énumérer des détails réalistes, de même que l'histoire et ses personnages sont insipides. Je pense (et j'espère) que le film est plus pop corn et donc captivant. Je suis surpris aussi que Cameron n'ait pas tenté d'en faire une adaptation (donnant la part belle aux conflits spectaculaires bien sûr).
Fatpooper
5
Écrit par

il y a 9 ans

14 j'aime

3 commentaires

Vingt Mille Lieues sous les mers
Karhmit
7

Huysmans dans un sous-marin

Vingt mille lieues sous les mers fait partie de ces récits d'aventures connus de tous, mais que personne n'imite plus. Le voyage du professeur Arronax dans le sous-marin du Capitaine Nemo n'est pas...

Lire la critique

il y a 11 ans

24 j'aime

1

Vingt Mille Lieues sous les mers
Fanore
5

Moules à gaufres de scientifiques !!!!

Quoi de plus naturel quand on enfouit ses pieds dans le sable fin de l'île de Ré, que de s'absorber dans la lecture d'un bouquin contant les aventures de scientifiques naviguant parmi les mystères...

Lire la critique

il y a 7 ans

18 j'aime

2

Vingt Mille Lieues sous les mers
Fatpooper
5

Comme un poisson dans l'eau

C'est amusant les souvenirs que l'on a d'une oeuvre, surtout littéraire. C'est un peu comme Don Quichotte, on nous parle toujours de la scène des moulins mais jamais de l'épisode où il est déprimé et...

Lire la critique

il y a 9 ans

14 j'aime

3

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

Lire la critique

il y a 6 ans

116 j'aime

33

Strip-Tease
Fatpooper
10
Strip-Tease

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

Lire la critique

il y a 8 ans

100 j'aime

45

Calvin et Hobbes
Fatpooper
10

Une fiction historique

J'avais beaucoup entendu parler de Calvin et Hobbes. Jusque là je m'étais refusé à acheter les albums car ceux trouvés en librairire sont franchement cher. Puis un jour, j'ai trouvé le tome 9 en...

Lire la critique

il y a 9 ans

80 j'aime

27