Avis sur

13 Reasons Why par Romain Glbt

Avatar Romain Glbt
Critique publiée par le

Critique après une saison. Série arrêtée ensuite.

Quelque soit les qualités et défauts de cette série Netflix, "13 Reasons Why" se place d'emblée parmi les séries importantes de ces dernières années. Parce qu'il fallait une série pour parler de l'âge adolescent, de sa complexité, bêtise et méchanceté. Bien qu'aujourd'hui, celles-ci se soient propagées partout et surtout à travers les âges dans le "je m'en foutisme" le plus total. La simple utilisation d'un mème (tel que le "je suis pas là pour souffrir") rentre déjà dans cette case. Parce que personne ne connait la sensibilité psychologique des uns et des autres. Et qu'on s'en fout de la connaitre. C'est en partie l'Histoire de 13 Reasons Why.

Quand on débute 13 Reasons Why on pense immédiatement au jeu Life Is Strange, formidable ode à l'adolescence. Le format d'écriture, la relation confondante entre le passé et présent ainsi que la bande-son leur en font des grands points communs. Le jeu de Dontnod s'appuyait cependant aussi sur des choix, ou tout n'était pas systématiquement noir. 13 Reasons Why nous confronte plus directement face aux causes et conséquences du harcèlement à travers l'histoire d'Hannah dont le personnage est très bien interprété.

Au delà des messages évidents de la série sur l'harcèlement scolaire, elle implique également les "spectacteurs" d'harcèlement de leur rôle à jouer pour changer cela. La série n'en devient ainsi que plus bouleversante pour tous.

Devant tel thème, on a dès lors envie d'être conciliant avec les défauts de la série qui se font pourtant de plus en plus présent au fil des épisodes. Après la moitié de la saison, le rythme lent et la répétition de quelques effets narratifs lassent. Par exemple avec l'utilisation d'un Clay "dans la lune" pour marquer le changement entre le passé et présent. Avoir impliqué de trop nombreux lycéens dans ce cas d'harcèlement est aussi ce qui rallonge et complexifie parfois inutilement l'Histoire d'Hannah. Le message serait aussi bien passé avec quelques épisodes/personnages en moins car j'ai parfois fini par me perdre entre l'épisode 6 à 12, en plus de quelques passages qui m'ont fait tourner la tête sur cette seconde partie de saison.

Sur l'exemple de Black Mirror (qui n'a encore jamais abordé ce thème), 13 Reasons Why reste une belle réussite avec un fond et une forme assez pédagogue qui pourrait finir par changer des comportements, et donc sauver des vies.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 487 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Romain Glbt 13 Reasons Why