👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Une nouvelle franche réussite signée Netflix (Critique pour Begeek.fr)

Première série originale Netflix venant du Brésil, 3% propose de la science-fiction particulièrement juste et rafraichissante qui nous a convaincus. Place à la critique, sans spoils.

Dans un souci de toucher toujours plus de public et de varier les contenus et inspirations, Netflix multiplie les productions originales en dehors des États-Unis. Place en ce mois de novembre à 3%, une série produite au Brésil qui se base sur un épisode pilote disponible sur YouTube depuis 2011. Dévoré en moins d’une semaine par les membres de la rédaction, le show d’anticipation dystopique mérite clairement votre attention.

De la science-fiction cynique, mais juste

3% se déroule à une date non précisée dans le futur. Géographiquement, l’on devine simplement que l’intrigue se situe dans et autour d’une ville très pauvre au Brésil, mais le pays n’est jamais cité directement. Le synopsis est simple : durant les 8 épisodes le spectateur va suivre les différentes épreuves du “Processus”.

Sous ce nom se cache un évènement annuel auquel tous les jeunes de 20 ans peuvent participer pour avoir une chance d’échapper à leurs conditions misérables dans la cité délabrée. Seulement voilà, seuls 3% des participants pourront accéder à “l’Autre Rive”, une cité riche et utopique située au milieu de l’océan.

Si 3% rappelle forcément de nombreuses autres oeuvres par son scénario et son propos (Black Mirror, Hunger Games, Bienvenue à Gattaca…etc.), la série s’émancipe rapidement et trouve sa propre personnalité bien marquée. Toujours très juste, rarement caricatural et régulièrement cynique, le show aborde énormément de sujets avec talent et donne tout son sens au format série.

Le développement des personnages est bien amené et la personnalité de chacun est véritablement intéressante à analyser et à mettre en perspective avec leur histoire et origines. Globalement, la narration est difficile à critiquer en dehors de quelques fils blancs compensés par quelques retournements de situation.

Le casting composé d’inconnus par chez nous s’en sort très bien et participe d’ailleurs à la fraicheur apportée par 3% au paysage télévisuel. En effet, le portugais (ne regardez pas la série en anglais, vraiment, la synchronisation labiale est catastrophique) apporte un certain cachet, tout comme la réalisation. Si celle-ci ne respecte par tous les codes habituels en multipliant notamment les zooms et les cadres penchés, elle propose cela dit quelque chose qui change et ce n’est clairement pas un mal.

Même chose pour la musique très typée, bien que quelques passages pourront sembler un peu dissonants à l’oreille. Pour terminer sur la forme, les décors, costumes et effets spéciaux soufflent un peu le chaud et le froid, mais rien de dramatique à signaler qui ferait sortir du récit. On appréciera notamment le contraste entre la pauvreté du continent et la technologie du futur venant de “l’Autre Rive”.

Mais c’est surtout sur le fond que 3% brille. La série parvient régulièrement à faire se questionner le spectateur sur les choix qu’il aurait pris s’il avait été à la place des personnages, dont le Processus est l’unique chance de leur vie pour s’extirper de leur quotidien. Le show de Pedro Aguilera tombe rarement dans le piège facile du manichéisme et pointe du doigt avec justesse énormément de traits humains, tantôt positifs et souvent négatifs.

3% : tl;dr

3% n’aura probablement pas le même succès ou le même aura que d’autres séries originales Netflix comme Stranger Things ou Narcos. Et pourtant, que ce serait mérité. Ce drame dystopique parvient en très peu d’épisodes à traiter mieux que beaucoup d’autres énormément de sujets sur le caractère humain et jusqu’où nous serions prêts à aller pour avoir une vie meilleure ou pour lutter contre un système injuste.

Le show se permet même en passant de proposer une véritable patte et un caractère bien à lui qui fait réellement plaisir à une époque où les séries semblent toujours autant formatées. Il s’agit en tout cas d’un sérieux coup de coeur de la rédaction en cette année 2016 et l’on espère qu’une saison 2 sera commandée.

aGa
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les meilleures séries originales Netflix et Les meilleures séries de 2016

il y a 4 ans

1 j'aime

3 %
Fosca
8
3 %

Le procès suce, mais n'est-ce pas tromper ?

Chaque année, revenant comme l'infâme herpès, le processus fait son œuvre et juge les méritants comme les inaptes, l'élite de la pensée face au commun juste bon à croupir dans la fange et la...

Lire la critique

il y a 5 ans

32 j'aime

3 %
Miss-Naïs
8
3 %

Critique d'une procédure de sélection

! Spoilers potentiels ! Recontextualisons le visionnage de cette série : Pendant ma semaine de partiels (dont la moitié portaient sur les procédures d'évaluation des individus), au milieu d'une...

Lire la critique

il y a 5 ans

12 j'aime

1

3 %
bluetattoo
8
3 %

La chaleur du Brésil réchauffe les préjugés

Alors que nous sommes constamment bercés par le mouvement des séries américaines, 3% est une belle revendication underground étrangère. Nous voilà ainsi en immersion totale dans une société divisée...

Lire la critique

il y a 4 ans

8 j'aime

Chivalry: Medieval Warfare
aGa
9

Chivalry : Medieval Warfare : Test du First Person Slasher qui cogne !

Vous êtes adeptes de FPS mais vous êtes lassés de Battlefield et autres Call Of ? Vous aimez le Moyen-Âge ? Le multi joueur avec de grosses exécutions sanglantes soutenues par des bruitages bien...

Lire la critique

il y a 9 ans

11 j'aime

2

Steins;Gate
aGa
5
Steins;Gate

Non.

Arrivé au bout j'ai juste envie de dire ... non, je ne comprends pas la moyenne SC de cet anime. La première moitié est une véritable corvée à regarder tellement on ne comprend rien. Les personnages...

Lire la critique

il y a 8 ans

10 j'aime

The First
aGa
8
The First

Une série où une planète peut en cacher une autre (Critique originale pour Begeek.fr)

Avant de partir coloniser Mars, il y a de nombreux problèmes humains à traiter et à régler, et c'est à ce point que The First s'intéresse tout particulièrement avec talent. Critique sans...

Lire la critique

il y a 3 ans

9 j'aime