Critique d'une procédure de sélection

Avis sur 3 %

Avatar Miss-Naïs
Critique publiée par le

! Spoilers potentiels !

Recontextualisons le visionnage de cette série : Pendant ma semaine de partiels (dont la moitié portaient sur les procédures d'évaluation des individus), au milieu d'une période de recherche de stage où j'ai été confronté à quelques déceptions et mauvaises surprises qui m'ont conduit à m'interroger sur ce que l'on attendait véritablement de nous,… J'ai lancé un épisode, m'attendant à une dystopie classique centrée sur la révolution de quelques individus, pas mal d'action, la description de la société ainsi créée. Et j'ai été agréablement surprise de voir que cette série reposait essentiellement sur la description de la procédure de sélection. Alors, au milieu de ma semaine de partiels, cette série est devenue le petit point joyeux de la chose qui me ferais plaisir pour me détendre à la fin de mes journées, sans trop culpabiliser parce que les réflexions qu'elle générait restaient assez dans mon domaine pour que j'ai presque l'impression d'être en train de réviser. Un vrai plaisir à regarder, un vrai plaisir d'y réfléchir, mais une déception à la fin de n'avoir pas eu les réponses à mes questions (j'espère qu'il y aura une deuxième saison).

Le but de la sélection. Pour définir une procédure de sélection, la première étape est de savoir quel est le but de la sélection, pour pouvoir définir les critères de sélection. Et je suis restée perplexe, à passer chaque épisode à essayer de deviner quel était le but. Deux hypothèses s'affrontent : 1) recruter les citoyens idéaux pour former une société idéale 2) identifier les individus les plus méritants pour les récompenser en les envoyant vivre dans une société idéale. Et il m'a été impossible de trancher, ces deux hypothèses se traduisant selon moi par la recherche de caractéristiques différentes, et des caractéristiques des deux types semblant être visées par la procédure. La 1 semble la démarche la plus logique, et pourtant pas mal d'éléments semblent plutôt aller dans le sens de la 2. L'exemple le plus marquant reste le moment où Ezechiel introduit de l'injustice dans la situation à laquelle les candidats sont confrontés, argumentant que c'est face à l'injustice que se révèle la vraie nature des individus. Propos marquant, philosophiquement intéressant, mais totalement injustifié dans une démarche de recrutement : si tu recrutes des gens pour vivre dans une société juste, il n'y a absolument aucun intérêt à prendre en compte comment ils se comportent dans des situations injustes. Et pourtant, vont dans le sens de l'hypothèse 1 certains éléments, comme l'importance de la mesure de la motivation à intégrer l'autre rive, qui est faite à différents moments par différents moyens, et qui me fait bien rire parce que personnellement, pour être motivée, j'aurais bien besoin de savoir les caractéristiques de la vie là bas ; ce que personne ne semble savoir vraiment, et que personne ne semble se demander. L'hypothèse 1 reste cependant difficile à confirmer ou infirmer, pour la simple et bonne raison que nous n'avons aucune idée des caractéristiques de la vie dans l'autre rive, ou des rôles qu'y ont les gens : y a-t-il des métiers ? y a-t-il spécialisation des individus ? est-ce que le rôle des individus est de faire en sorte que le système perdure ? de l'améliorer ? simplement d'en profiter ? Veulent-ils des petits moutons obéissants ou des gens capables de réfléchir au système en place pour aller vers le progrès ? Voilà la question qui m'intéressait vraiment, et à laquelle je n'ai pas eu de réponse : j'ai vraiment cru que l'épreuve où ils demandent de concevoir un nouvel exercice était un piège, et qu'ils allaient l'éliminer pour avoir osé remettre en question les choses. Et pourtant non, mais à plusieurs reprises ils valorisent la confiance dans le système donc je ne sais pas trop quoi en penser.

Ce qui constitue le mérite. Mon rêve aurait été d'avoir la liste de leurs critères : je sais qu'ils en ont, par moments ils les citent avec leurs numéros. La liste des critères d'une part, et leur justification d'autre part. Voilà qui aurait été diablement intéressant. Cette question reste profondément liée à la précédente. Déjà, leurs épreuves me semblent loin d'être toutes justifiées par des critères : quand ils laissent le groupe décider de qui sera éliminé, ou quand ils laissent le groupe enfermé et laissent faire la sélection naturelle, quand ils laissent passer les tricheurs,… Je voudrais connaître leurs justifications. Mais restons-en à la liste des critères, car c'est intéressant existentiellement plus que juste méthodologiquement. Et bon voilà si on est dans l'hypothèse 2 je reste convaincue qu'il n'y a 0 justification à mesurer la confiance dans la société et la motivation à l'intégrer : je ne vois pas en quoi ce critère confère du mérite aux individus. Mais ce n'est probablement qu'un parti-pris personnel. Moi qui pensais que dans l'épreuve où le groupe décidait qui éliminer ils allaient les observer et choisir eux qui éliminer sur la base de ce qu'ils observaient dans les négociations. Moi qui ne comprend toujours pas pourquoi tantôt ils valorisent l'esprit d'équipe et tantôt ils valorisent l'ambition individuelle. Encore une fois : comment fonctionne leur société ? Quelles sont ses valeurs ? Quels sont ses principes ? Et franchement, je suis tout à fait pour une sélection basée sur le mérite et les compétences (forcément). Mais ce que je crois c'est que le mérite n'est pas unidimensionnel. C'est quoi cette succession d'épreuves qui reposent sur l'élimination : ne restent que ceux qui ont absolument tout réussi, qui possèdent toutes les qualités (ou du moins celles qu'eux ont jugé qualités). Moi je crois que le mérite prend un sens différent pour chacun, que chacun a du mérite mais pas forcément sur les mêmes choses. S'il y a des rôles dans la société, il faudrait un recrutement différencié pour chaque rôle. Si tu recrutes de bon citoyens, peut-être qu'il y a certaines qualités que tous devraient posséder, mais alors c'est probablement pas l'intelligence visuo-spatiale qui te permet de reconstituer des cubes !

Le développement du mérite. Ce que je crois, c'est que le mérite peut prendre des formes différentes, et aussi et surtout qu'avant de le mesurer il faut lui donner le moyen de se développer. Ils veulent un système juste alors ils recrutent au mérite, mais le système ne sera jamais totalement juste parce que tous n'ont pas eu les mêmes occasions de développer leur mérite : entre ceux qui vivent dans la rue et ceux qui vivent dans une jolie maison avec des tableaux accrochés au mur, je suppose que l'égalité des chances c'était pas trop ça. Et puis surtout, si le but est le développement d'une société idéale, leur système est le plus absurde du monde ! Comment se fabriquent les gens méritant ? De façon purement aléatoire ? Par volonté individuelle qui ne dépendrait d'aucun facteur préalable ? Laissez moi rire ! Si les qualités apparaissent aléatoirement, leur société peut perdurer. Dans les deux autres cas, elle court tout droit à sa perte, après quelques générations. Si les qualités se transmettent génétiquement, ces idiots sont en train d'entraîner l'humanité vers une régression en faisant tout l'inverse de la sélection naturelle : identifie les individus les plus méritants et empêche les de se reproduire et de transmettre leurs caractéristiques, quelle excellente idée ! Si les qualités se développent dans l'environnement, alors peut-être que ça serait pas mal de mettre les enfants dans la rive qui a les meilleures conditions possibles pour le développement du mérite. Quoi que peut-être qu'ils pensent que le mérite se construit dans l'adversité et la difficulté, ce qui justifie qu'ils laissent les enfants sur la pire rive. Mais bon il ne faudrait pas nier le rôle de l'éducation : les meilleurs parents possibles, les meilleurs profs possibles, la disponibilité de modèles, ça me semble quand même une bonne idée ! Si vous isolez tous les gens méritants dans leur rive je vous mal comment le mérite va pouvoir se développer sur l'autre. Heureusement que 3% c'est archi exigeant et que votre procédure de sélection est toute pourrie : au moins comme ça il reste du vrai mérite de l'autre côté.

Voilà. Je ne sais pas où la série voulait en venir, je ne sais pas s'il y a une suite, mais au final je croie que j'apprécie le fait de pouvoir me poser mes propres questions et y trouver mes propres réponses. Et au final c'est assez agréable de voir une série de ce type t'exposer les choses (ou au moins une partie) et te laisser te faire ton propre avis, plutôt que direct t'embarquer avec la révolution. Déjà ça évite le risque que ça devienne purement un film d'action, et puis question appropriation de la connaissance c'est toujours mieux d'avoir généré ton point de vue toi-même plutôt que de retenir un message qui t'es imposé. En attendant, la société qui repose sur les privilèges héréditaires c'est n'importe quoi mais leur méritocratie c'est pas mieux. Certes. Mais cette méritocratie là. Je ne pense pas que ça veille dire qu'on ne doive pas chercher à aller vers une société qui fonctionne plus au mérite : à condition de reconnaître qu'il peut prendre plusieurs formes, et surtout de lui donner les moyens de se développer (avec égalité des chances). Et je suis bien contente d'avoir vu une série qui m'ait permis de développer mon propre avis dans cette question. Et qui m'ait donné tout plein d'enthousiasme professionnel parce que bon sang j'aime trop critiquer les procédure de sélection et je vois 15000 façons d'améliorer celle là (Même si c'est probablement pas le but auquel il faudrait aspirer, vu que ça impliquerait d'avoir accepté l'idée que n'accorder le bonheur qu'à une minorité).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 4556 fois
12 apprécient

Autres actions de Miss-Naïs 3 %