👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Au delà du propos relatif au destin d'une femme moderne renvoyée à son état "d'uterus sur pattes" (comme elle le dit elle-même) qui doit subir les viols répétés des membres d'une caste supérieure, la série est une excellente réflexion sur l'émergence du totalitarisme, revisitant l'alliance séculaire du sabre et du goupillon. Domination de la population par le militarisme et par une "religion" faite de comportements sectaires visant à justifier le viol, le meurtre et le maintien de la classe dirigeante, la force de cette série et de dénoncer tous les types de totalitarisme. L'univers de la série emprunte évidemment au fascisme : il suffit de voir les décors des cérémonies de rédemption avec drapeau, estrade et insigne inspiré du nazisme ainsi que les "yeux" qui rappellent furieusement la gestapo. Par ailleurs, la scène du simulacre de pendaison dans un stade de la saison 2 est à l'évidence un rappel des événements du Chili sous la dictature de Pinochet. Enfin, bien sûr, l'omniprésence de la religion et l'instauration de l'infériorité de la femme rappellent également certaines dictatures d'extrême-droite, en particulier le franquisme.
Mais l'univers totalitariste emprunte également, dans une moindre mesure il est vrai, au communisme : le centre rouge rappelle indéniablement les goulags et la nécessité de "rééduquer" les récalcitrants qui doivent avouer leur faute (le nom est à lui-seul une évocation du communisme). L'uniformisation des tenues et les "tribunaux" rappellent également la période soviétique ainsi que la possibilité pour des membres très haut placés de se retrouver en disgrâce du jour au lendemain (Putnam à la fin de la saison 1).
Enfin, la série rappelle également le totalitarisme islamique : lapidation des femmes, pendaison à la va-vite des hommes et des femmes coupables de "délits" sexuels, interdiction de tout maquillage, artifice, robe, etc. et bien sûr, aucune femme n'a les cheveux lâchée, les servantes sont toujours couvertes, etc.
Ce mélange de tout ce qui se fait de pire dans les totalitarismes donne à la série une force et une atmosphère pesante et nous rappelle que, en matière de démocratie, de droits de l'Homme et des droits de la femme, rien n'est jamais acquis ! Elle nous montre également que les totalitarismes partagent beaucoup de caractéristiques.

FabienCadet
8
Écrit par

il y a 3 ans

The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
Armadeon
3

Big Brother is Misogyne

The Handmaid's Tale, la nouvelle série à la mode adaptée du roman éponyme de Margaret Atwood, cherche à dépeindre une société totalitaire où les femmes ne seraient relayées qu'au rang de...

Lire la critique

il y a 4 ans

96 j'aime

20

The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
Wlade
1

Reductio ad Hitlerum

Je voulais simplement me contenter de noter sévèrement Handmaid's Tale mais après avoir lu de nombreuses critiques SC dithyrambiques, avec lesquelles je suis en désaccord complet, j'essaie ici de...

Lire la critique

il y a 4 ans

83 j'aime

70

The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
Ann_ONyme
8

Stupeur et tremblements

Adaptée du roman La servante écarlate (1985) de Margaret Atwood, cette dystopie a de quoi faire froid dans le dos : dans un futur que l'on imagine plus ou moins proche, les Etats-Unis se sont...

Lire la critique

il y a 5 ans

71 j'aime

7

The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
FabienCadet
8

Une belle parabole sur l'émergence du totalitarisme

Au delà du propos relatif au destin d'une femme moderne renvoyée à son état "d'uterus sur pattes" (comme elle le dit elle-même) qui doit subir les viols répétés des membres d'une caste supérieure, la...

Lire la critique

il y a 3 ans