Dans le sillage d'Ulysse avec Sylvain Tesson par nico94

Après son livre « Un été avec Homère » sorti en 2018, Sylvain Tesson, accompagné du réalisateur Christophe Raylat, nous emmène pour un documentaire sur les traces d’Ulysse (et de son long périple de 10 ans), d’Homère (et de son chef d’oeuvre l’Odyssée). Et Tesson à bord d’un voilier suit le parcours qu’aurait parcouru le héros grec après la bataille de Troie avant de rentrer chez lui auprès de Pénélope sa chère et tendre...
Nous sommes ici, dans ce documentaire, à la croisée des genres, entre géographie (très beaux paysages et lieux magiques : l’Etna, le Stramboli, les iles Eoliennes Troie, Ithaque), Histoire (l’Antiquité bien sûr), voyages, aventures, mythologie, poésie d’Homère et philosophie.
Beauté, culture et aventure. Rêve et mystère.
Comme les œuvres de Jules Verne dans un autre style, l’Odyssée invite à l’imagination, à l’évasion voire aux fantasmes.
Et de découvrir ces lieux mythiques de la Méditerranée où la force de la nature (rochers, volcans) et force mythologique des Dieux (la force divine) se complètent ou se combattent...
Tesson comme toujours prend du recul pour narrer ces mythes (Circé, Calypso, Eole, Cyclope, Nausicaa...) et comme toujours il n’est pas avare en pensées et en digressions pour mettre en parallèle l’époque d’Ulysse et la nôtre, présentant Homère comme un visionnaire (rappelons qu’on ne sait pas si les épisodes de l’Illiade et de l’Odyssée sont réels ou sortis de l’imagination de son auteur).
Tesson, c’est son interprétation, met en effet en parallèle le texte d’Homère et le monde actuel (les épreuves qu’a subies Ulysse sont une images des épreuves et des défis qui nous attendent), et il nous met en garde contre la société de consommation, la futilité de notre vie, la vitesse, la robotisation, un monde où on ne prend plus le temps de la réfléchir.
A méditer même si on ne partage pas tous les points de vue de l’auteur.
Tesson prend donc le temps (le format s’y prête : 5x30 minutes pour la version télévisée) d’analyser et de disséquer chaque aventure d’Ulysse et de nous inviter à la sagesse et à la réflexion à travers un très beau texte (qui sait aussi se faire parfois discret), plein d’à propos, toujours le bon mot.
C’est vivant, Tesson est passionné, il est dans son élément, dans son univers (les voyages et la grande littérature).
Les commentaires sont intéressants, sortant de l’ordinaire et de la routine, Tesson fait parler des intervenants avec passion et on se dit qu’à la fin du documentaire on sera un peu plus cultivé, ce qui n’est malheureusement pas le cas de tous les reportages.
Les digressions de Tesson, que j’apprécie sont toujours les bienvenues comme dans ses livres
Merci à Arte pour ce très beau et excellent documentaire qui invite à la réflexion sur le monde (et en ces temps complexes ce n’est pas inutile).


PS : ce que je partage avec Tesson ? Le pessimisme sur l’humain et le doute sur la capacité des Hommes à changer. Aussi quand j’entends : « après le covid 19 plus rien ne sera comme avant » (on disait pareil en 1918 ou 1945) je n’y crois pas une seconde et j’en souris presque devant tant de naïveté...l’appât du profit sera toujours aussi fort.
C’est aussi cela que Tesson veut montrer : l’Homme n’apprend pas de ses erreurs

nico94
8
Écrit par

Le 1 mai 2020

1 j'aime

11 commentaires

Adieu les cons
nico94
7

Critique de Adieu les cons par nico94

J’avoue que comme pour les films de Kervern/Délépine j’attends toujours les œuvres de Dupontel avec une certaine impatience même si on peut parfois – rarement – avoir de mauvaises surprises (comme...

il y a 2 ans

21 j'aime

12

Une grande fille
nico94
8

Quelle saloperie la guerre !

Léningrad (actuelle Saint Petersbourg), 1945 La guerre est finie depuis quelques mois à peine. Après 900 jours de siège non-stop par la Wehrmacht, des bombardements incessants, des millions de morts...

il y a 3 ans

18 j'aime

48

La guerre n'a pas un visage de femme
nico94
9

Quelle saloperie la guerre !!

Quelle saloperie la guerre (1). Un monument, cet ouvrage est un monument ! Je vais me contenter d’aborder – et de développer - certains points qui m’ont particulièrement intéressé, quitte à en...

il y a 2 ans

17 j'aime

30