Saison 1



On l'a attendu, on était pas convaincu (surtout après l'échec grinçant de Bates Motel) mais on l'a vu et... Mon Dieu, quel chef d'oeuvre. Hannibal c'est plus qu'une série sur l'un des serial killers les plus connus du cinéma et de la littérature, c'est la fresque sauvage et clinique de la santé mentale dans nos sociétés actuelles. Hannibal est d'une intelligence folle, d'une maîtrise parfaite. Pourtant c'était NBC, c'était pas gagné, surtout que la chaîne ne nous avait pas habitué à des choses exceptionnelles depuis longtemps, et que les séries de network étaient de plus en plus distancées en terme de qualité par celles du câble. Et en plus, alors que Hannibal est l'une des séries les plus violentes psychologiquement et physiquement de tous les temps, le fait qu'elle soit diffusée en entier est un exploit, tout comme le fait que malgré ses audiences très moyenne, NBC ait décidé de remettre le couvert pour une seconde saison qu'on attend de pied ferme.
Ils auraient put faire l'erreur de centrer Hannibal sur Hannibal Lecter... mais ce n'est pas le cas. Le personnage central est Will Graham, interprété par un Hugh Dancy comme on le l'a jamais vu et qui est clairement la révélation de la série, et si lui comme Mads Mikkelsen ne choppent pas une nomination, ou une récompense, aux prochains Emmy je répudie à jamais cette cérémonie. Laurence Fishburne est génial lui aussi et complète le trio de tête brillamment.
Mais c'est avant tout la maîtrise technique de Hannibal qui laisse pantois. Tout ceci est filmé d'une de main de maître, on pense souvent dans la construction des plans à ce qu'a put faire Kubrick sur Shining tant ces décors à la fois propres et sanglants, clairs et terrifiants, sont dérangeants. Je ne ressors jamais d'un épisode de Hannibal complètement normal. Cette série m'effraie, ce personnage m'effraie, bien plus que le Lecter de Hopkins - que Mikkelsen arrive à faire oublier. Mise en scène magnifique donc, l'une des meilleures que j'ai put voir à la télévision et qui tient une nouvelle fois du chef d'oeuvre. Comme l'écriture du show d'ailleurs - ces longues scènes de psychiatrie d'une intelligence folle sur la santé mentale, ces relations inter-personnages en constante évolution. Hannibal m'a dérangé, m'a retourné le coeur plus d'une fois tend la violence psychologique est souvent à la limite du supportable.


Ambiance sonore léchée - autant que le reste. D'un point de vu technique, scénaristique ou tout simplement de performances d'acteurs c'est parfait. Les montées en tension sont géniales. Tout ceci est à peine croyable de la part de l'une des séries les plus surprenantes et les plus réussies depuis longtemps. En tout cas, Hannibal est clairement la meilleure nouveauté de cette saison 2012/2013. Un chef d'oeuvre comme on en voit très rarement et qui a déjà réussi à diviser certains, même si tous s'accordent à relever les qualités évidentes de la série, notamment à travers ce final grandiose, en une phrase qui résume à quel point Hannibal a encore des tonnes de choses à raconter. Une grande série. Un chef d'oeuvre, comme je l'ai déjà dit, qui enterre tout ce qui a put être dit ou fait sur Lecter dans le passé. A voir d'urgence.
★★★★★★★★★☆



Saison 2



Il y a un moment où il faut se poser à table, reprendre son souffle, et causer chef d'oeuvre. J'étais le premier à m'émerveiller devant la saison 1 de Hannibal même si elle avait tendance à diviser pas mal de gens - mais il est certain que je vois mal ce qu'on pourrait objectivement reprocher à cette saison 2. On peut ne pas apprécier le style d'Hannibal, cette volonté de faire passer le psychologique et la manipulation mentale avant les enquêtes ou le thriller classique, cette utilisation de la lumière et du cadre complètement oppressante, mais il semblerait presque absurde de dire du mal de cette saison 2 - car il est certain que, au bout de ces treize épisodes, on a assisté à quelque chose de grand. Quelque chose de très grand.


Beaucoup plus que l'ambition de livrer un banal thriller policier, Hannibal s'est fixé un objectif tout particulier, et ce dès sa première saison : dresser un portrait presque médical de la santé mentale dans notre société actuelle - fragile, frêle, sans cesse sur le point de basculer. Il ne faut pas chercher du réalisme narratif dans Hannibal - la série tient bien plus souvent du fantastique, du cauchemar éveillé ou de l'allégorie pure et simple. Rien ne semble pouvoir arrêter la folie visuelle de Bryan Fuller, son show regorge d'idées de mise en scène d'une cohérence incroyable. Le coup de maître venant surtout de la façon qu'à Hannibal d'esthétiser la violence - un meurtre est une oeuvre d'art, un serial killer un artiste. C'est rare qu'à la télévision la mise en scène parvienne à faire passer de tels messages, arrive à définir sa morale et sa réflexion rien qu'à travers sa recherche visuelle.
Mikkelsen est incroyable et prouve qu'il est l'un des meilleurs acteurs en activité actuellement : son Hannibal Lecter est terrifiant, subtil, machiavélique, manipulateur et surtout, psychiatre, tout ça en un seul regard. Hugh Dancy est lui aussi excellent, à l'image du reste du casting - complètement hors normes. Il faut dire aussi que l'écriture de la série est excellente, le développement des personnages et leur évolution est menée à merveille, sans parler du rythme de la série qui parvient à changer sans jamais paraître répétitif ou ennuyant.
Pourtant Hannibal est bel et bien un cauchemar. C'est rare que je sois terrifié à l'idée de regarder un nouvel épisode - terrifié de voir ces fous, ces malades mentaux, ces psychiatres cannibales violant bien souvent impunément l'innocence de notre monde. Chaque "quarante-cinq minutes" d'épisode est une torture, une plongée cauchemardesque au plus profond de l'âme de ses protagonistes et, par extension, de nous même. Savoureuse mais pourtant douloureuse, Hannibal retranscrit parfaitement ce que pourrait être le cannibalisme à la sériephilie.


J'en perds un peu mes mots, je ne sais que dire par rapport à ce que j'avais déjà dit l'an dernier, à part que c'est encore meilleur. Hannibal c'est le nouveau grand chef d'oeuvre de la télévision, la quintessence d'un genre à travers une constante ambiguïté morale, un amour du cadre, une réflexion violente sur l'esprit humain et surtout une manière unique de sublimer encore et encore son incroyable casting. Cette saison 2 est tout simplement l'une des meilleures saisons de séries que la télévision nous ait donné, un final qui marquera encore longtemps, et qui ne peut que nous laisser plus qu'impatient pour la saison 3, déjà annoncée par NBC, définitivement très courageuse de continuer de laisser une chance à une telle série.
★★★★★★★★★★

Le 21 juin 2013

74 j'aime

14 commentaires

Hannibal
Vivienn
10
Hannibal

Hors d'œuvre

Saison 1 On l'a attendu, on était pas convaincu (surtout après l'échec grinçant de Bates Motel) mais on l'a vu et... Mon Dieu, quel chef d'oeuvre. Hannibal c'est plus qu'une série sur l'un des...

Lire la critique

il y a 9 ans

74 j'aime

14

Hannibal
Voracinéphile
3
Hannibal

Canine creuse

Ah, rarement une série m’aura refroidi aussi vite, et aussi méchamment (mon seul exemple en tête : Paranoia agent, qui commençait merveilleusement (les 5 premiers épisodes sont parfaits à tous les...

Lire la critique

il y a 9 ans

68 j'aime

37

Hannibal
GagReathle
7
Hannibal

Un dîner presque parfait

Le menu que propose « Hannibal » est alléchant dès le premier coup d’œil. Le nom du chef, Hannibal Lecter, donne en lui-même envie, tant ce personnage reste associé à l'un des plus charismatiques...

Lire la critique

il y a 8 ans

56 j'aime

5

Mr. Robot
Vivienn
10
Mr. Robot

Whitehat

USA Network n’a pas vraiment le pedigree d’une HBO ou d’une Showtime. Avec son audience vieillissante et ses séries sans prises de têtes, on peut dire que Mr. Robot ressemble à une anomalie dans la...

Lire la critique

il y a 7 ans

260 j'aime

17

Avengers - L'ère d'Ultron
Vivienn
3

Nos héros

Le nouveau film MCU biannuel est donc le très attendu Avengers 2 – et encore, c’est un euphémisme. Après un premier volet (ou était-ce le sixième ?) globalement maîtrisé dans le style Marvel Disney,...

Lire la critique

il y a 7 ans

229 j'aime

33

Stranger Things
Vivienn
4

Stand By Us

Dès sa longue introduction et son générique, Stranger Things donne le ton : on connaît cette musique, ces geeks à vélo et cette incursion du surnaturel dans le quotidien d’une campagne américaine. La...

Lire la critique

il y a 6 ans

190 j'aime

19