On prend une recette (ctrl+c, ctrl+v, me voilà) qui a bien marché à ses débuts, on place le tout dans le pays de l'extravagance et on obtient une caricature bien grosse et bien sale, du genre qui fait des tâches.

Au delà d'être mal joué et mal tourné, Skins US réalisé la prouesse de nier ce qui a fait le succès des deux premières saisons de Skins : son esthétique.

You fail.
Walter
2
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Remake, U fail.

Le 30 janvier 2011

7 j'aime

Skins (US)
Walter
2
Skins (US)

You fail. Hard.

On prend une recette (ctrl+c, ctrl+v, me voilà) qui a bien marché à ses débuts, on place le tout dans le pays de l'extravagance et on obtient une caricature bien grosse et bien sale, du genre qui...

il y a 11 ans

7 j'aime

Skins (US)
Walqui
6
Skins (US)

Critique de Skins (US) par Walqui

En tant que fan absolue de la version UK, je me devais de visionner cette saison... qui m'a assez déçue. Il y a ici l'énorme impression d'un gâchis, on ressent bien le puritanisme américain qui juge...

il y a 10 ans

5 j'aime

Skins (US)
Cretine
2
Skins (US)

Critique de Skins (US) par Cretine

Les acteurs sont tellement mauvais, sans charisme, toussa. La saison UK est bien meilleure, mais ça fallait s'en douter. (Sérieusement, on peut me dire l'intérêt de se remake ? Je serais d'accord si...

il y a 11 ans

3 j'aime

1

Gurren Lagann
Walter
10

Je mélange mon epicness avec mon awesomeness, et je balance le tout en plein dans ta gueule.

On va pas se refaire le pitch de la série ici, c'est pas ce qui compte dans Gurren-Lagann. Non, dans cet anime, l'important ce n'est pas ce qu'on fait, mais la manière dont on le fait : c'est à...

il y a 11 ans

5 j'aime

Kirihito
Walter
8
Kirihito

Vis ma vie de docteur.

A mi chemin entre le thriller médical et la parabole sur l'exclusion et la maladie, Tezuka livre une œuvre mature et sans concession qui, dans le sillon du docteur Kirihito et de ses proches, nous...

il y a 11 ans

4 j'aime

Batman : Guerre au crime
Walter
7

The vigilante is watching them.

On ne change pas une équipe qui gagne, comme qui dirait, et on salue pour la peine le retour du duo que forment Alex Ross et Paul Dini, toujours dans le format one shot. Après un opus très remarqué...

il y a 11 ans

1 j'aime