⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

The Bear
7.6
The Bear

Série FX (2022)

Voir la série

Il est des moments où tout s'aligne. À la création d'un projet, on s'engage dans un long et tumultueux processus, sans certitude de résultat. Le parcours implique plusieurs personnes/personnalités/égos, différents corps de métier. La partie créative se heurte à la partie financière, etc. Des éléments insaisissables se dressent sur le chemin, mais on y va, car on y croit. Certains projets ne voient jamais le jour, d'autres si mais avec un résultat décevant. Et puis plus rarement, arrive ce fameux moment où tout ce que l'on a théorisé/planifié/rêvé/anticipé/espéré fonctionne avec une fluidité teintée d'évidences. 


C'est sûrement ce qu'à dû se dire à la fin du montage Christopher Storer, créateur et réalisateur de la série The Bear


Conçue avec un budget d'environ 27,55 € (mis à l'échelle de shows comme House of a Dragon ou Les Anneaux de Pouvoir, pour ne citer que deux récentes méga-productions bourrées de poncifs où ils ne se passent rien ou presque), cette série cumule les bons points. 


Le montage. Une variété de rythmes qui va d'un tempo frénétique (mais toujours limpide) à quelques moments suspendus (des scènes en duo où une poignée de dialogues parvient à exprimer tout l'essence et la subtilité d'un personnage). C'est parfois suffocant (accrochez-vous, le premier épisode ne rigole pas sur ce point), mais ça respire toujours.


Les personnages. Ils sont nombreux, mais sont également si bien écrits que des petites parties de scènes, des bouts de dialogues, un regard suffisent pour qu'ils existent avec épaisseur et nuances. Imparfaits, authentiques, on s'attache même au plus énervant, même à ceux qu'on ne fait que croiser.


La musique. Ouvrir le show avec la chanson New Noise de Refused pour induire l'urgence et le chaos auxquels est confronté Carmy, le personnage principal ? Je m'incline et savoure ce choix (le reste de la bande-son est à l'avenant).


Les interprètes. Qu'importe leur temps de présence à l'écran, ils sont impeccables dans leurs voix, postures, regards, tronches, rythmes. Un énorme respect à la personne chargée du casting, car personne n'écrase son partenaire, tout s'équilibre naturellement.


La réalisation. Fluide, elle se positionne en totale servitude face à la narration. Aucun effet tapageur, rien ne déborde. Aucun gras n'est toléré dans ce lieu exigu qu'est cette sandwicherie. 


La photographie. Brute, elle ne cherche en rien à magnifier les situations, juste à les restituer fidèlement. Pour certains gros plans culinaires, elle sait se montrer chatoyante et douce.


L'écriture. Précise, elle a peu de temps pour se déployer et pourtant, elle ne néglige rien, l'arc narratif principal comme les petits détails qui racontent tant.


Les idées. Comme par exemple un épisode qui se manifeste en un unique plan séquence. Pas d'esbroufe ici dans ce procédé qui se révèle souvent prétentieux car mal utilisé. Dans ce cas précis, il accompagne et sert le récit, emmenant loin et haut le propos défendu.


Les sujets abordés. Le thème de la famille est au cœur du récit, celle qui s'est invitée entre les membres de l'équipe du restaurant, comme celle du personnage principal. L'addiction, le suicide, le stress au travail, le rapport au deuil, la jalousie, la précarité, l'entraide, le déni, le complexe de l'imposteur, la passion, la difficulté à communiquer, le chagrin, la réticence au changement, la fuite, rien n'est appuyé pour faire monter les larmes. On raconte simplement ce que la vie nous amène parfois à traverser, inutile d'en rajouter.


Les émotions. C'est poignant, énervant, drôle, triste, attendrissant. Quelle finesse !


Le format. Huit courts épisodes d'une trentaine de minute en moyenne. C'est peu mais c'est parfait. Point de "y en a un peu plus, j'vous le mets quand même ?". Cela change des séries qui allongent inutilement leur durée sans n'avoir rien de plus à raconter, juste pour insérer des espaces pubs supplémentaires.


Des défauts. Je pourrais évoquer un personnage très secondaire dont je n'ai pas compris la raison de sa présence, ou une scène un peu longue dans le dernier épisode, ou encore une fin qui questionne dans ce qu'elle ouvre comme perspective


The Bear est exceptionnellement douée, elle ne bénéficiera pas d'une campagne tapageuse pour la porter à la connaissance du plus grand nombre, mais mérite que vous la savouriez.

Gil-les
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à sa liste Top 10 Séries

Créée

le 17 oct. 2022

Critique lue 615 fois

13 j'aime

2 commentaires

Gilles Rammant

Écrit par

Critique lue 615 fois

13
2

D'autres avis sur The Bear

The Bear
Kwack
5

Drame réchauffé

(Critique remplie de spoils) Mouaif. Déception face aux retours que j'avais entendus sur cette série. Je l'ai trouvée très vite bouclée. Les personnages avaient du potentiel mais sont tous bien trop...

le 30 oct. 2022

21 j'aime

3

The Bear
Mr-Grama
9

Les plus beaux avant-bras de la télévision

Depuis que je l'ai finie, je pense tous les jours à The Bear. Que ce soit à ses plans séquences absolument dingues, à son incroyable bande originale, à la beauté folle de l'intégratlité de son cast,...

le 12 oct. 2022

21 j'aime

The Bear
patatedestenebres
5

cette série m'essore à chaque épisode

Alors c'est pas mal, même si je ne pense pas pouvoir aller jusqu'au bout, en général j'aime bien les séries FX, mais là dès les premières minutes du premier épisode, j'étais déjà épuisé en ressentant...

le 28 août 2022

17 j'aime

4

Du même critique

Veneno
Gil-les
8

TRANS MISSION RÉUSSIE

Veneno est une mini-série de 8 épisodes qui s’inspire de la vie de Cristina "La Veneno" Ortiz Rodríguez, et dans une moindre mesure, de celle de sa biographe Valeria Vegas. Née en 1964 dans une...

le 23 juin 2021

6 j'aime

Utopia Banished
Gil-les
8

Slave to the Grind

En vieillissant, vous décrochez souvent de groupes que vous écoutiez ado. Parce qu’ils changent, parce que vous changez et qu’il n’y a plus de point de rencontre. Cela ne m’est jamais arrivé avec...

le 20 janv. 2021

5 j'aime

En corps
Gil-les
3

NON MERCI, ÇA IRA.

Des mois que je souhaite voir En Corps (malgré son titre) car j'aime les films où la danse et le corps sont célébrés. À tel point que j'accepte même d'endurer toutes les scènes de comédie (souvent...

le 9 nov. 2022

3 j'aime