The White Lotus
7.3
The White Lotus

Série HBO (2021)

Voir la série

Saison 1 :


Voilà une série qui n'a pas fait grand bruit à sa sortie et qui est pourtant riche d'une écriture assez unique. En cette période de disette, où toutes les séries sont standardisées, The White lotus constitue une bouffée d'oxygène inespérée presque trop courte (6 épisodes qui rachètent les saisons qui font le double d'épisodes), que l'on doit à HBO qui reprend enfin des couleurs, et surtout à Mike White, le showrunner derrière Enlightened avec Laura Dern. 

Sur le papier ça semblait pas folichon : une station balnéaire de luxe à Hawaï, des clients qui séjournent une semaine pour passer du bon temps au bord de mer et surtout régler leurs problèmes. On se dit qu'on va naviguer quelque part entre les Bronzés et la croisière s'amuse. On y retrouve l'ironie et la petitesse des personnages du premier film du Splendid : La famille désunie qui séjourne avec l'amie de la fille, le jeune couple qui va vivre une lune de miel cauchemardesque (belle figure de con au passage), Tanya l'alcoolique névrosée qui vient disperser les cendres de sa mère, tous sont accueillis par le fantastique maître d'hôtel Armond et Belinda, la directrice du SPA. Le gros point fort de la série est son casting impeccable. Chaque acteur rayonne dans sa partition. Mention à Jennifer Coolidge, vague sosie de Daryl Hannah sous cortisone, prodigieuse en vampire émotionnelle.

Sans dévoiler trop l'intrigue qui ne repose absolument pas sur la mort mystérieuse énoncée au premier épisode et dont le non traitement durant la série n'aura frustré que les accros à NCIS, on peut classer White Lotus comme une série d'ambiance. Ce n'est pas un polar mais une étude sociologique de l'Amérique blanche et aisée, confrontée à un monde qui change. Les rapports hommes / femmes, la colonisation, la sexualité, l'addiction...

Des portraits satiriques, plaisants si on a un certain type d'humour. Les personnages complètement vivants et contrastés, jamais figés dans des postures, animés par des traits de caractères qui tranchent. 

Ici, contrairement aux séries Netflix Les adolescentes ne sont pas des figures héroïques qui apportent le progrès comme un cadeau à l'humanité, mais sont promptes au jugement et insensibles envers leur proches, le maître d'hôtel est alcoolique repenti dont la droiture va être mise à rude épreuve par un client retors, l'apprentie journaliste en lune de miel ne veut pas être une femme trophée mais s'est mariée à un con de fils à maman de la pire engeance (encore un super comédien), le père de famille qui a souffert de la mort prématurée de son père et qui découvre une particularité de ce dernier qu'il aurait préféré ignorer...

 
On va les détester et les prendre en compassion d'une scène à l'autre. Des portraits souvent fins qui placent le travail de Mike White bien plus du côté des écrivains caustiques à la BEE ou Wolfe ou des réalisateurs ambitieux comme Robert Altman que des showrunners guindés actuels. A découvrir absolument. En espérant que la saison 2 à Taormine sera aussi réussie.


Saison 2 :

"The White Lotus est divertissant et existentiel". C'est le créateur Mike White qui le dit. Et il est difficile d'aller contre cet avis à l'issue des deux saisons. Le risque de provoquer un sentiment de redite était difficile à éradiquer complètement, alors plutôt que de faire semblant, White Lotus enfonce le clou.

Une mort étrange constituait le vague fil rouge de la saison 1 ? qu'à cela ne tienne, l'entame de la saison 2 annonce une hécatombe sur la plage sicilienne de Taormina. La saison 1 a été critiquée assez stupidement comme "une série pour blancs" qui traite des anecdotiques malheurs de fortunés privilégiés ? le standing de l'hôtel monte encore en gamme. La saison 1 glamourise essentiellement le casting féminin ? en saison 2 on en donne pour son argent aux spectatrices (les bodybuildés Cameron et Ethan qui se désapent tout le temps).

White Lotus assume son petit côté racoleur, ça fait partie du charme, et ça serait un cruel problème si la série se contentait de filmer des paires de fesses en maillots. Mais derrière ce bling-bling, Mike White creuse un sillon, celui de l'exposition des problèmes familiaux et de couple. Il se questionne beaucoup sur l'argent qui altère les relations des gens névrosés ou insatisfaits, et de l'importance du sexe dans la vie des couples (en crises). L'été étant une période idéale pour se focaliser sur le corps et ses désirs en sommeil une partie de l'année, anesthésiée par le travail et la routine quotidienne. Et dans cette saison, c'est le culte de l'apparence qui est ciblé.

Tanya (Jennifer Coolidge) est toujours aussi fantastique, elle use les nerfs de sa petite assistante aux faux airs de Florence Pugh. Elle rêve de ressembler à Monica Vitti mais elle évoque irrésistiblement Peppa Pig. Et on ne peut que regretter son sous-emploi durant cette saison. C'est l'un des points faibles, et ce n'est malheureusement pas le seul.

En dépit de sa réalisation, de son interprétation et de son esthétique soigné, je ne peux pas m'empêcher de préférer la saison 1 en raison de son équilibre parfait dans la narration. Le cadre hawaïen était moins spectaculaire que la côte sicilienne, mais les personnages étaient plus originaux et surtout la place accordée aux effets comiques était bien plus grande.

Le dosage, c'est ce qui fait défaut à la saison 2. On s'attendait à voir beaucoup plus Michael Imperioli et Murray Abraham, tout comme Jennifer Coolidge ou Tom Hollander et son gang (avec notamment l'excellent acteur français Bruno Gouery vu notamment dans Emily in Paris). Au final, le personnage principal de la saison est Lucia Greco (Simona Tabasco). Il faut dire qu'elle est le lien entre beaucoup de protagonistes (une famille entière même). Et en bon connaisseur du cinéma italien (le plan d'Aubrey Plaza clin d'œil à Monica Vitti dans l'Avventura), White s'est amusé à écrire un personnage inspiré par de grands actrices. Lucia Greco, en pute charismatique qui mène les hommes à la baguette grâce à ses charmes, rappelle évidemment Sophia Loren, ou une Claudia Cardinale.


L'intrigue de Tanya n'aurait pas été reniée par Pietro Germi (divorce à l'italienne).


Mais aussi talentueux soit-il pour dépeindre magnifiquement une certaine bourgeoisie américaine, le portrait de cette escort de luxe sicilienne est assez limité et manque d'authenticité. Dommage que le personnage le plus présent à l'écran soit celui le moins consistant ou surprenant.

Si l'on a pas trop vu Tanya, on a beaucoup trop assisté aux atermoiements de la concierge Valentina, vague de sosie de la Callas qui n'a pas fait pas oublier l'extraordinaire prestation de Murray Bartlett, le manager de la saison 1.

Une saison très esthétique donc, trop peut-être. White semble avoir été plus influencé par la beauté du cadre qu'autre chose. Mais pour la première fois dans la série on a le sentiment de traverser certains épisodes sans rien trouver de consistant. Disons le, il y a de sérieux creux dans tous les épisodes saisons, et cela aurait pu être empêché avec ce fameux recentrage de l'intrigue.

La série reste de qualité, mais ce qui faisait la force de la saison 1 (les personnages), passe au second plan derrière un gentil ronron dans une ambiance cynique. Ce n'est pas un hasard si la série fait plus parler d'elle sur les réseaux sociaux pour du gossip (la garde robe d'Aubrey Plaza, ou la bite de tel acteur) que pour ce qu'elle dit de l'upper class.

Pas trop tard pour retrouver le lustre de la saison 1, car la série est renouvelée.

Negreanu
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à sa liste Séries 2022

Créée

le 14 déc. 2022

Critique lue 4.4K fois

36 j'aime

3 commentaires

Negreanu

Écrit par

Critique lue 4.4K fois

36
3

D'autres avis sur The White Lotus

The White Lotus
limma
5

Critique de The White Lotus par limma

Enlightened sous l'égide de HBO souvent inspiré et du créatif Mike White qui s'y amusait d'un petit rôle, date déjà de 2011, et avait su redonner à Laura Dern un coup de projecteur bienvenu en...

le 19 août 2021

26 j'aime

8

The White Lotus
John-Peltier
8

J'aime pas les riches

Mise à jour saison 2A part Jennifer Coolidge et son nouveau mec, aucun personnage de la saison 2 ne reparaisse. Le dispositif est cependant le même : des gens très riches, de préférence américains,...

le 1 juil. 2023

19 j'aime

The White Lotus
EricDebarnot
6

Tout ça pour ça ? [Critique de The White Lotus saison par saison]

Saison 1 :Tout le monde sait que les vacances sont l'endroit idéal et le moment parfait pour que les conflits familiaux et / ou entre amis de toujours explosent ou s'exacerbent. Sur ce lieu commun,...

le 30 déc. 2022

8 j'aime

Du même critique

The White Lotus
Negreanu
7

The tanned

Saison 1 :Voilà une série qui n'a pas fait grand bruit à sa sortie et qui est pourtant riche d'une écriture assez unique. En cette période de disette, où toutes les séries sont standardisées,...

le 14 déc. 2022

36 j'aime

3

The Outsider
Negreanu
4

Et si The Outsider était la nouvelle arme des américains pour faire chier nos jeunes ?

Un meurtre d'enfant aussi sauvage que sordide, des preuves accablantes qui incriminent contre toute attente un citoyen respectable d'une paisible bourgade (elles le sont toutes là plupart du temps...

le 10 mars 2020

29 j'aime

6

Mort à 2020
Negreanu
2

Death to "Death to 2020".

Charlie Brooker n'y est plus. Les deux dernières saisons de Black Mirror le laissaient présager, mais son faux docu sur 2020 pour Netflix est le plus souvent consternant et confirme la mauvaise passe...

le 6 janv. 2021

25 j'aime

10