Avatar Fêtons_le_cinéma

Critiques de Fêtons_le_cinéma

Versus
  Suivre
Bande-annonce
4.9

Toucher le fond

The Deep House multiplie les supports de caméra dans l’espoir de tirer de leur entrelacs permanent une originalité ou une vitalité. Malheureusement pour lui il n’en est rien, et ce pari technique s’avère aussi stérile que l’idée directrice consistant à revisiter la maison hantée par le prisme de l’aquatique : hormis pour quelques plans sur des matières flottantes, notamment les... Lire l'avis à propos de The Deep House

Avatar Fêtons_le_cinéma
2
Fêtons_le_cinéma ·
Bande-annonce
4.5

Tout fout l’camp…

Qu’il est attristant de voir des personnages à ce point tourner en boucle tels ces automates grossiers que produit Jeff dans son atelier : les mêmes blagues usées jusqu’à la corde, les mêmes situations qui firent leurs preuves autrefois mais qui jamais ne se greffent à un récit fainéant et dépourvu d’idées. Les Tuche 4 est assurément l’épisode de trop tant il échoue à construire une... Lire la critique de Les Tuche 4

4 3
Avatar Fêtons_le_cinéma
2
Fêtons_le_cinéma ·
Bande-annonce
6.0

« Sans avenir » et « dans le vent »

S’il n’y avait pas cette arnaque aux examens, dernière demi-heure plutôt distrayante en ce qu’elle rassemble les personnages hauts en couleur rencontrés précédemment, Quatre Garçons sans avenir serait sans nul doute un ratage complet. La faute à une écriture paresseuse qui plagie ouvertement les teen movies américains, à une réalisation hideuse que tente en vain de dynamiser... Lire la critique de Quatre garçons pleins d'avenir

3
Avatar Fêtons_le_cinéma
3
Fêtons_le_cinéma ·
Bande-annonce
6.0

« La qualité demeure longtemps après qu’on a oublié le prix »

Le théâtre de guignols que compose Ridley Scott pour incarner la grossièreté profonde d’une famille pourrie de l’intérieur, mais qui parvient pourtant à convertir son nom en marque de luxe, ne recule devant aucun excès, aucune lourdeur : les acteurs cabotinent, l’accent italien est au couteau, les coutures scénaristiques sont saillantes, volontairement exhibées par des coupes brutales et par... Lire la critique de House of Gucci

9 4
Avatar Fêtons_le_cinéma
3
Fêtons_le_cinéma ·
Bande-annonce
4.6

Nous finirons seuls

Le premier quart d’heure de Lui s’avère plein de promesses en ce qu’il s’inscrit dans une tradition du thriller de dépaysement, soit l’arrivée d’un personnage dans un microcosme qu’il ne connaît pas et dont l’exploration va le conduire à flirter avec le surnaturel et, par la même occasion, à affronter ses zones d’ombre et dépasser ses préjugés. Pourtant, quand le dispositif se met... Lire la critique de Lui

2
Avatar Fêtons_le_cinéma
3
Fêtons_le_cinéma ·
Bande-annonce
-

« Cette nuit a tout changé »

Vernost n’est jamais aussi juste que lorsqu’il capte l’errance charnelle de Lena qui, dans les bras d’inconnus, paraît à la fois apeurée et diablement excitée, consentante en somme à l’adultère qu’elle explore en pensant venger celui de son époux. La paranoïa croissante lui sert de prétexte, mieux construit une légitimité à son passage à l’acte : c’est dans la souffrance de se penser... Lire l'avis à propos de Fidélité

3
Avatar Fêtons_le_cinéma
6
Fêtons_le_cinéma ·
Bande-annonce
6.2

« métaphysico-théologo-cosmolo-nigologie »

Eternals aimerait, par ses sauts de puce incessants entre les périodes historiques comme un élève peu enclin au travail fait défiler les pages de son manuel scolaire à une vitesse suffisante pour percevoir les titres et les dates associées, peindre la lutte éternelle entre d’une part des gardiens soucieux de préserver l’ordre et d’assurer la création, d’autre part des « déviants »... Lire la critique de Les Éternels

8 2
Avatar Fêtons_le_cinéma
3
Fêtons_le_cinéma ·
5.7

« Pour grandir, il faut que ça brûle »

Ce que Stay Hungry montre bien est la tension entre deux mondes, le nouveau et l’ancien, liée à la revalorisation d’une ville jusqu’alors connue comme « l’atelier du monde » en raison du rôle qu’elle a joué dans la révolution industrielle des États-Unis, en parallèle de celle établie en Angleterre. Birmingham apparaît en effet tiraillée entre des buildings modernes à la pointe de la... Lire la critique de Stay Hungry

2
Avatar Fêtons_le_cinéma
6
Fêtons_le_cinéma ·
Bande-annonce
5.7

« Vous avez trois minutes »...

La paranoïa ludique d’Eagle Eye finit par rallier ce film prétendument à thèse au système qu’il entend dénoncer, à savoir le règne d’une intelligence artificielle et la mécanisation des hommes qu’elle exploite, réduits à de vulgaires corps en course. Tout ici est programmé en pilote automatique, obéissant aux codes du blockbuster hollywoodien sous perfusions Michael Bay : les scènes... Lire la critique de L'Œil du mal

Avatar Fêtons_le_cinéma
3
Fêtons_le_cinéma ·
Bande-annonce
6.7

Ensemble chez-soi

La réussite de Home tient à la conversion d’un regard curieux sur une famille vivant dans une maison mitoyenne de l’autoroute en réflexion sur les liens qui unissent ses membres et, de façon plus générale, sur la bizarrerie fondamentale qui les concilient voire qu’ils créent les uns avec les autres. Il choisit de composer une galerie de personnages binômes, à l’exception du fils :... Lire la critique de Home

4
Avatar Fêtons_le_cinéma
7
Fêtons_le_cinéma ·