Quand les lèvres dépassent le mètre

(Elle est même pas de moi, mais de Rock'n'Folk (qui lui même, l'a sans doute trouvé sur internet...))

Il est une dimension que 98% des détracteurs/détesteurs/haineux/rageux oublient totalement quand ils parlent de la petite Lana/Lizzy:
Quand vous mettez "video games" dans un lieu public (tel que le rayon disque d'un magasin de biens culturels), vous avez immédiatement trois ou quatre personnes qui viennent vous demander de qui il s'agit.

Ce morceau possède réellement un potentiel accrocheur/envoûtant, parfaite symbiose son et voix. Ça veut dire que ces gens n'ont aucun à priori sur le phénomène, sont passé à côté de l'histoire des lèvres, du nez, du premier album sous un autre nom, du buzz, des plans comm' des maisons de disques, du plagiat grec, des parodies multiples (Serge Lama del Rey) etc etc...

Et donc sont attirés, intéressés, intrigués par ce morceau, cette voix.
C'est bien lui qui a déclenché un tel engouement, une telle attente. Avec le coté femme fatale.

Question plagiat, d'ailleurs, l'argument ne tient pas:
1) la filiation est loin d'être évidente
2) l'histoire de la musique n'est une longue histoire de reprise/transformation
3) mettre la chanson incriminée (l'hypothétique originale, donc) dans le même espace public que tout à l'heure ne déclenche AUCUNE réaction semblable à celle décrite plus haut.

Derrière ça, deux ou trois autres chansons assez réussies, un physique qui séduit ou repousse, et un album moyen, qui ne cesse de s'évanouir dans la mémoire
(ma note, partie de 7, parce que je faisais partie au départ de ceux qui étaient vraiment sous le charme, est déjà passé à 6 après deux semaines et devrait prochainement rejoindre un triste 5...)

Comme d'habitude (cette conclusion vaut pour 99% des phénomènes culturels récents): un buzz ridicule.
Une petite qui regrette peut-être déjà l'emballement fou autour de son existence et qui a intérêt à avoir les reins (refaits ?) solides et la tête sur les épaules.
Attention à l'approche des 27 ans. C'est dans pas longtemps.
guyness
6
Écrit par

Le 18 février 2012

49 j'aime

18 commentaires

Born to Die
guyness
6
Born to Die

Quand les lèvres dépassent le mètre

(Elle est même pas de moi, mais de Rock'n'Folk (qui lui même, l'a sans doute trouvé sur internet...)) Il est une dimension que 98% des détracteurs/détesteurs/haineux/rageux oublient totalement quand...

Lire la critique

il y a 10 ans

49 j'aime

18

Born to Die
Yuiop74
7
Born to Die

Critique de Born to Die par Yuiop74

Ah Lana Del Rey... Je ne vais pas m'étendre sur le hype qu'elle engendre depuis plusieurs mois sur la toile, sur ses performances Live WTF ou sur la personnalité de la demoiselle tout ce qui...

Lire la critique

il y a 10 ans

39 j'aime

6

Born to Die
MrShuffle
4
Born to Die

Tête de gondole

C'est mou, c'est calibré pour pas t'emmerder et, même si ça foire un peu de ce côté là, les références sont assez futées et les arrangements soignés pour que tu te rendes pas trop compte de...

Lire la critique

il y a 10 ans

36 j'aime

3

Django Unchained
guyness
8

Quentin, talent finaud

Tarantino est un cinéphile énigmatique. Considéré pour son amour du cinéma bis (ou de genre), le garçon se révèle être, au détours d'interviews dignes de ce nom, un véritable boulimique de tous les...

Lire la critique

il y a 9 ans

340 j'aime

50

Les 8 Salopards
guyness
9

Classe de neige

Il n'est finalement pas étonnant que Tarantino ait demandé aux salles qui souhaitent diffuser son dernier film en avant-première des conditions que ses détracteurs pourraient considérer comme...

Lire la critique

il y a 6 ans

311 j'aime

43

Interstellar
guyness
4
Interstellar

Tes désirs sont désordres

Christopher navigue un peu seul, loin au-dessus d’une marée basse qui, en se retirant, laisse la grise grève exposer les carcasses de vieux crabes comme Michael Bay ou les étoiles de mers mortes de...

Lire la critique

il y a 8 ans

291 j'aime

141