Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Si le premier opus de ce diptyque m'avait surtout plu pour ses visuels que pour son histoire, ce second ne déroge pas non plus à la règle et n'offrira guère de nouveauté.


Scènes d'action conventionnelles qui se suivent, folie du Joker qui tourne un peu en rond, personnages pas véritablement attachants, cette suite et fin de récit se déroule sans vraiment d'originalité. On se situe néanmoins bien dans l'univers de Gotham city, l'obscurité en moins. En effet, on ne relève guère de scènes nocturnes, élément plutôt surprenant pour la ville où oeuvre le justicier chauve-souris. La galerie de portraits, truands inclus, se révèle divertissante, sans plus.


Fort heureusement pour les amateurs du trait d'Enrico Marini, le dessin demeure un régal. Certes, on pourra regretter certaines petites approximations plutôt inhabituelles (changement de la couleur des manches de l'enfant entre le début et le fin du récit, perruque du Joker en prostituée...), mais les visages si particuliers de l'auteur se retrouvent comme dans toutes ses œuvres et l'on savourera surtout les angles de vue choisis pour représenter Batman en pleine action : contre plongées, perspectives exagérées, composition des planches, tout concoure à donner au dessin une dynamique particulière. Si l'on ajoute l’alternance entre planches aux teintes sépias, celles aux reflets bleutés, d'autre encore plutôt verdâtres, l'effet visuel est garanti pour les globes oculaires écarquillés.


Pour ceux qui ne vénèrent pas l'auteur, l'enthousiasme risque d'être beaucoup plus mesuré.

Apostille
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleures BD de 2018

Créée

le 8 juil. 2018

Critique lue 324 fois

5 j'aime

Apostille

Écrit par

Critique lue 324 fois

5

D'autres avis sur Batman : The Dark Prince Charming, tome 2

Batman : The Dark Prince Charming, tome 2
Eric17
7

Pour les adeptes de chevalier en quête de paternité...

L’immersion d’Enrico Marini dans l’univers de Batman m’avait attiré lors de la parution du premier tome de son Batman – The Dark Prince Charming 1/2. La perspective de voir un regard européen se...

le 25 juil. 2018

4 j'aime

Batman : The Dark Prince Charming, tome 2
mavhoc
5

Une seconde partie inexploitée

Après une première partie qui m'avait séduit par ses thématiques (enfant abandonné, paternité non-reconnue de Bruce) et son visuel, j'avais de réelles attentes pour ce second tome. Attentes déçues...

le 19 janv. 2019

2 j'aime

Du même critique

2001 : L'Odyssée de l'espace
Apostille
5

Vide dans l'espace et trou noir artistique...

J'avais depuis bien longtemps entendu parler de ce film devenu culte. Pourtant amateur de science-fiction, je n'avais jamais eu l'occasion de le regarder. C'est chose faite depuis ce soir. Le moins...

le 19 avr. 2014

86 j'aime

13

Les Garçons et Guillaume, à table !
Apostille
9

Guill'âme à nu...

Guillaume Gallienne est un acteur que j'apprécie beaucoup. Sa sensibilité à fleur de peau et la justesse des courtes interprétations, masculines ou féminines, qu'il livrait dans sa rubrique sur Canal...

le 26 nov. 2013

65 j'aime

10