👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Si l'on veut définir ce qu'est l'intensité, on peut mesurer un certain nombre de film à l'aune de celui-ci.
Lynch filme l'obscurité comme personne. "Now it's dark", répète à l'envi Frank, le personnage de Dennis Hopper. L'alternance entre la lumière de la suburb américaine qui ouvre le film et les huis clos étouffante rythme la descente du personnage principal dans les abîmes de la perversion. Le tout par un canal, celui de l'oreille coupée qui ouvre l'intrigue, et qui rend attentif au travail sur le son toujours aussi extraordinaire. Le murmure, les basses oppressantes accompagnent l'enfermement et les coups donnés aux corps offerts.
Les couloirs et la lenteur ont eux aussi une vibration sans pareille.
Les acteurs sont immenses. Hopper, grotesque, en plein Tourette régressif, est indépassable.
Les tableaux que composent les agencements insolites et oniriques sont sans pareille. Comment expliquer qu'un amas de femmes obèses gardant la porte d'un enfant kidnappé, ou un boudin dansant le toit d'une voiture pendant qu'on frappe un jeune homme ne semblent pas être le n'importe quoi qu'on peut reprocher à bien des films d'art et essai ? C'est là un mystère, un charme, une alchimie qui donne à cette oeuvre toute son ampleur.

Sergent_Pepper
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Plastique et formaliste, Psychologique, Erotisme, Film Noir et Violence

il y a 8 ans

98 j'aime

2 commentaires

Blue Velvet
Quantiflex
10
Blue Velvet

Deep River

Bien qu' aimant beaucoup le bonhomme, j' avoue avoir quelques réserves sur les films que Lynch a fait ces dernières années, mais par contre "Blue Velvet" (1986) est un objet hors du commun . "Laura"...

Lire la critique

il y a 11 ans

80 j'aime

14

Blue Velvet
Gand-Alf
9
Blue Velvet

David Lynch au sommet de son art.

Après l'expérience désastreuse de "Dune", David Lynch revient à ses véritables obsessions avec ce qui s'avère un de ses meilleurs films, à une époque où le cinéaste parvenait à tenir son intrigue...

Lire la critique

il y a 10 ans

71 j'aime

10

Blue Velvet
Luanana
9
Blue Velvet

She wore blue velvet, but in my heart there'll always be...

La première fois que je l'ai vu, j'étais déçue. Je n'avais pas tout de suite saisi que ce film et son ambiance angoissante s'étaient introduits au plus profond de mon inconscient. L'envoûtante...

Lire la critique

il y a 5 ans

58 j'aime

12

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

706 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

646 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53