👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Cette tentative cinématographique de Yann Moix est marquée par les élucubrations de son prof de mathématiques qui avec les circonstances arrive à voyager de film en film.Pourquoi pas mais après? Même si le fil conducteur du film est la rencontre de cet homme ordinaire avec une femme rêvée,souvent pourchassé par le méchant interchangeable, dans pléthore de classiques du septième art, je me demande bien qu'elle a été la volonté du réalisateur. S'agit-il d'une revisite amoureuse du cinéma d'antan ou plus contemporain? Est ce le portrait d'un homme maladroit et rêveur qui court après la femme idéale dans des contextes romanesques? Est ce que c'est aussi le rapport d'un homme à l'imaginaire pour fuir sa vie bien réglée? Nombre de strates pas complètement maladroites mais pas complètement mises en cohérence les unes avec les autres.Résultat: le spectateur tout en estimant les univers référencés de Moix ouvre en même temps de gros yeux sur la performance de Dubosc qui doit fédérer une distribution aussi alambiquée que son personnage. J'aimerais savoir ce que pense d'ailleurs l'acteur sur ce film à l'ambition folle mais au résultat moyen.
En définitive, un film à voir comme une récréation filmique où l'hommage au cinéma est un prétexte pour le personnage principal plutôt barré de fuir son quotidien.Comme dans Podium où des hommes choisissaient de devenir sosies pour se transcender et s'oublier pour le meilleur et pour le pire. Chez Moix, il y aura toujours du poème de Rimbaud, anywhere but out of this world (partout pourvu que ce soit en dehors de la réalité!).

Specliseur
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Pellicules 2015 et Les meilleurs films sur le cinéma

il y a 7 ans

Cinéman
Behind_the_Mask
1
Cinéman

L'invasion des profanateurs

Yann Moix ne respecte rien. Et il en donne la preuve avec ce Cinéman d'une effroyable médiocrité qui collectionne les fautes de goût avec l'ardeur de l'amateur de cartes postales jaune pisse qui...

Lire la critique

il y a 7 ans

41 j'aime

10

Cinéman
Cinefan3000
1
Cinéman

Critique de Cinéman par Guillaume Tixier

On pourrait croire que Moix l'a fait exprès, que la médiocrité de son long-métrage lui a sauté aux yeux en fin de tournage, qu'il s'est décidé à le rendre bien pire encore en postproduction... En ce...

Lire la critique

il y a 11 ans

24 j'aime

1

Cinéman
takeshi29
6
Cinéman

Ça m'a fait mal d'aimer

Si le film est parfois très maladroit, le plaisir l'emporte au final. Cela est douloureux à dire mais Franck Dubosc est absolument formidable. Edit au 09/07/2013 : P... je devais être malade le jour...

Lire la critique

il y a 10 ans

23 j'aime

18

Eiffel
Specliseur
8
Eiffel

Un biopic alternatif remarquable

Ce qui marque d’entrée dans Eiffel est la qualité des scènes d’époque du côté de Bordeaux où de Paris. Martin Bourboulon effectue une mise en scène épatante où chaque détail compte. Les extérieurs de...

Lire la critique

il y a 7 mois

40 j'aime

Paddington
Specliseur
7
Paddington

Un petit ours débonnaire dans un film drôle et optimiste

Je comprends mieux pourquoi nos voisins britanniques ont une affection si particulière pour Paddington.Ce petit ours péruvien et déraciné qui débarque à Londres a déjà un regard naïf mais pas tant...

Lire la critique

il y a 7 ans

20 j'aime

3

Les Frères Sisters
Specliseur
5

Le western: pas un background pour Jacques Audiard

Quand j’ai lu,comme beaucoup de monde,que les Frères Sisters était une proposition de John C Reilly au réalisateur,j’ai commencé à avoir quelques doutes sur la nature de ce film pas véritablement...

Lire la critique

il y a 3 ans

19 j'aime