👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Du moins mais toujours bien mieux que la plupart.

Alors que le western et ses codes ont beaucoup accompagnés les films de Quentin Tarantino, Django Unchained s'inscrit comme une évidence dans le parcours du réalisateur. Ce que l'on remarque dans la filmographie de ce recycleur de génie, c'est la grandeur qu'a pu prendre son cinéma au fur et à mesure des réalisations. Grâce aux moyens mis à disposition mais aussi grâce à une envie de creuser plus en profondeur, avec ce nouveau cru, le maître de l'entertainment se fait de plus en plus "adulte" dans le sens ou après Inglorious Basterds et la seconde guerre mondiale, c'est dans une autre période sombre, l'esclavage aux Etats-Unis, que le récit prend place.
La pâte du réalisateur est donc bien là avec ce mélange d'humour, de tension et toujours des personnages charismatiques qui se rencontrent, s'affrontent, se jaugent et se jugent dans des faces à faces dialogués plein de saveur. Un casting encore une fois quasi-parfait avec Christoph Waltz en chasseur de prime qui rappelle un peu son interprétation de nazi sympathique et opportuniste d'Inglorious Basterds; Leonardo DiCaprio qui se lâche en jeune riche héritier exubérant et sadique, propriétaire d'une plantation "Candyland" au Texas et un second rôle qui crève l'écran pour Samuel L. Jackson en major d'homme "bounty" (noir à l'extérieur, blanc à l'intérieur). Finalement, la seule fausse note au milieu de ces interprétations impeccables reste Jamie Foxx qui, si il n'est pas mauvais du tout, dénote un peu avec le niveau de l'ensemble. Une sensation bizarre et inexplicable, quelque chose qui ne colle pas dans son rôle, comme si malgré tout ses efforts, il restait à côté de son personnage.
Une des autres déceptions pour moi est cette absence de frissons que les films de Tarantino m'ont toujours fait ressentir en associant avec une scène aux prises de vues bien senties, une musique qui sublime l'ensemble rendant immédiatement le moment culte. L'association d'habitude parfaite entre bande originale et images se fait moins ressentir sur Django. Dommage.
Au final, il en ressort que sur l'ensemble, même s'il s'ouvre aux grands espaces, le réalisateur n'est jamais aussi bon que dans les endroits confinés pour faire exploser son cinéma. La seconde partie du film est en cela bien meilleure que la première et tout le passage "Candyland" reste le meilleur moment de ce western qui finalement restera le film qui s'éloigne le plus des codes du genre. Pas une déception car un Tarantino un peu en deça restera meilleur que la plupart des films que je pourrais voir mais un sentiment que contrairement à l'ensemble des critiques que j'ai pu lire avant de le voir, Django Unchained n'est en rien encore meilleur que ses prédécesseurs.

Eric_Tesungenie_Hazo
8

il y a 5 ans

Django Unchained
guyness
8

Quentin, talent finaud

Tarantino est un cinéphile énigmatique. Considéré pour son amour du cinéma bis (ou de genre), le garçon se révèle être, au détours d'interviews dignes de ce nom, un véritable boulimique de tous les...

Lire la critique

il y a 9 ans

339 j'aime

50

Django Unchained
real_folk_blues
7

Jamie nie Crockett

Salut, j’aime Tarantino et je t’emmerde (poliment, bien sûr). Certes, il est podophile (j’ai bien utilisé la lettre « o »), pas très agréable à regarder, parfois vulgaire, et un brin complaisant...

Lire la critique

il y a 9 ans

133 j'aime

50

Django Unchained
Nushku
7

Dragées Unchained

Le dernier Tarantino est un film des plus sucrés. Sucré avec tous ces accents chantants ; ce Sud pré-Civil War aux relents de southern gothic, aux plantations garnies de belles demeures ornées de...

Lire la critique

il y a 9 ans

105 j'aime

8

The Strangers
Eric_Tesungenie_Hazo
10

What the fuck happened ?!

3ème film de Na Hong-jin, réalisateur de The Chaser qui m'avait déjà époustouflé, et bien c'est une nouvelle fois chose faite avec The Strangers. Impossible d'écrire une critique constructive en...

Lire la critique

il y a 6 ans

8 j'aime

3

Dragon Ball FighterZ
Eric_Tesungenie_Hazo
5

Trop beau pour être trop bien

Ah ça, ils te l'ont vendu à grands coups d'images. Mon dieu, c'est pas vrai, je vais pouvoir jouer à l'anime Dragon Ball Z ! C'est pas vrai ? Si, regardes la dernière vidéo ! Oh. C'est pas vrai...

Lire la critique

il y a 4 ans

7 j'aime

The Lure
Eric_Tesungenie_Hazo
5
The Lure

Dans la pataugeoire

The Lure, Corki Dancingu de son vrai titre, traduisez littéralement avec Google Translate Filles dansant, est un film polonais qui mérite le détour, quoi qu'on en pense. Il fait partie de ces films...

Lire la critique

il y a 2 ans

6 j'aime